A propos Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

Arts & sciences, le carnet de recherche

L’UE d’ouverture transversale « Arts & Sciences, le carnet de recherche » a été porté par le Service Culture de l’université de Bordeaux, sous la responsabilité d’Alexandre Hadade et Mathilde Benoist, à la rentrée 2022 en vue d’une mise en œuvre en janvier 2023. Les neuf membres de l’équipe ont souhaité proposer un dispositif de pédagogie universitaire innovante, avec l’accompagnement d’un artiste cartographe et d’une anthropologue. Cet essai expérimental s’est avéré ultra pertinent pour les étudiants qui doivent s’inscrire dans un projet de recherche dès leur cursus de L3. Le questionnement est en effet la clé de la recherche et la démarche de cette UE allie l’esprit critique et la créativité, les deux soft skills (compétences) du 21e siècle. Nous avons été surpris par la qualité des présentations orales et l’implication de chaque étudiant dans un essai de projet créatif qui démontre le croisement « arts et sciences ». Dans un esprit « fablab » ou « design thinking », cette UE transversale a des atouts formatifs certains : créativité, recul critique mais surtout appropriation de son sujet de recherche dans un esprit de curiosité et d’éveil à la démarche heuristique. Les activités proposées au fil des cours se sont avérées une source de transformations pour les chercheurs débutants.

Le déploiement conjoint pour les étudiants de Licence 3 « Sciences de l’homme – Anthropologie » et pour les étudiants de Master « Histoire du droit et des institutions » a été porteur de projets originaux et très créatifs. Lors de la présentation orale d’évaluation, le croisement des regards entre les deux disciplines a ouvert l’esprit à la nouveauté et a valorisé une prise de risque créatif ou une pratique artistique. Nous espérons renouveler cette initiation « Arts & Sciences » pour le Collège des sciences à la rentrée 2023.

Volume horaire : 24h d’enseignement (programme en construction et répartition des heures d’enseignement) + 12h de travail personnel étudiant (recherche-création).

Description sommaire : introduction au carnet de recherche, expérimentation d’un cas pratique de recherche arts-sciences, sensibilisation à la créativité, méthodologie de projet de recherche arts-sciences, initiation à une discipline d’expression artistique, accompagnement à la restitution d’une démarche d’expression scientifique, créative et réflexive des résultats d’une recherche croisée.

Objectifs :

  1. Explorer le potentiel créatif et réflexif du carnet de recherche (outil combinant texte et visuels de notation, d’information, d’analyse, de visualisation, de communication, de médiation, de transmission, de valorisation) pour aborder son environnement sociétal par le prisme de l’interdisciplinarité « arts et sciences » et faire dialoguer enjeux scientifiques, artistiques et sociétaux.
  2. Développer et stimuler sa créativité (individuelle et collective) grâce à une initiation à une discipline d’expression artistique et son application autour d’un cas pratique de recherche « arts et sciences ».
  3. S’approprier le sujet du cas de pratique de recherche proposé, les objectifs, le terrain d’étude, les similitudes entre démarches de recherche scientifique et artistique, l’approche artistique enseignée, pour préparer et mener une recherche croisée « art et sciences ».
  4. Valoriser son expérimentation d’un processus de recherche scientifique et artistique de terrain et les résultats à travers la restitution d’un carnet de recherche de manière créative.

Méthodologie de projet Arts & sciences :

  • Démontrer les similitudes entre démarches de recherche scientifique et artistique. Aborder la démarche scientifique transversalement (apports transverses des sciences humaines, sciences juridiques, sciences de la communication, …)
  • Préparer une démarche de recherche : observation, recueil, inventaire, investigation, distanciation critique, exploration active, interprétation, cognition, organisation de la pensée, déconstruction de sa pensée, interrogation (envisager de ne pas trouver).
  • Choisir un fil rouge : sujet, problématique, arts et sciences étudiés, périmètre, rapport au territoire et appréhension de la société.
  • Mener une démarche de terrain : Recueillir, écouter, analyser avec l’outil du carnet (prise de notes, suivi du processus terrain, vulgarisation, représentation, visualisation).
  • Construire une démarche partagée art et sciences : créer les conditions de la rencontre, entrer en coopération, carnet comme outil de collaboration, méthode créative de recherche.
  • Activer une posture professionnelle: face à l’autre / au groupe, lever les obstacles investissement dans un sujet de recherche, prise de recul, émancipation, appropriation du terrain avec curiosité, favoriser l’investissement par un sujet de recherche personnel à chaque étudiant/groupe d’étudiants, faire des liens vers les opportunités de prolongation de recherche.
  • Mettre en oeuvre une pratique créative ou artistique et réaliser un « carnet de recherche » via les méthodes visuelles et des cartographies: qu’il soit compilation de notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, le carnet de recherche se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire en vue de la publication, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel, des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. A travers l’enquête sur le terrain, il est aussi un outil de formation professionnelle pour les métiers de la médiation, de l’animation, de l’éducation – enseignement, de la culture et du patrimoine, entre autres… (DUT, Licence Pro, Master Pro). Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue du chercheur au praticien ou au professionnel.
  • Atelier de cartographies par Thierry Lafollie: https://thierrylafollie.com/

Evaluation : présentation orale individuelle d’un projet « carnet de recherche » ou d’une démarche « arts & sciences » en lien avec son sujet de recherche / mémoire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet – partition de voyage sonore

L’éducation musicale est un pivot pour les projets pluridisciplinaires dans le cadre du Parcours d’éducation artistique et culturelle, EAC.  Aussi, investir le carnet de voyage musical ou le carnet – partition de voyage est inspirant et sollicite la créativité. Par le chant, la pratique instrumentale ou la fréquentation de concerts, de nombreuses compétences transverses peuvent ainsi être mobilisées et acquises lors de séquences de lecture et de littérature, d’écriture, d’oralité, de sciences, de langues étrangères, d’histoire et de géographie, etc. Faire une place significative au développement de la créativité à l’école suppose de s’affranchir d’un modèle trop normatif de l’intelligence pour valoriser la part d’inventivité et de plaisir, favoriser l’expression de l’imagination, l’attention à l’inattendu, ce que le psychologue américain Joy Paul Guilford a appelé la « pensée divergente ». La créativité s’appuie sur la différence et engage l’initiative, la responsabilité, la tolérance. Elle ouvre les portes de la curiosité et s’en nourrit. Elle suscite de l’appétence pour toutes les formes de connaissance et de culture. Le carnet de voyage en est un outil pertinent !

Carnet forain, la créativité de la fête foraine et la création sonore (par Justine Chambon)

Ce carnet de voyage au travers de la fête foraine (par Justine Chambon) est un projet réalisé en classe de CP dans le cadre d’un projet d’école, soit quatorze séances dont la moitié réalisée à partir de sorties : des séances sur le trajet en géographie de l’école vers les trois lieux de sortie scolaire, des séances sur le mouvement suite à la fête foraine, des séances sur les émotions à postériori de la visite du Musée d’art contemporain CAPC pour l’exposition « Barbe à papa », des séances sur les sons au Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud. A partir de l’album « A la fête foraine » d’Anthony Browne, des observations in situ et des photos prises, il s’agit de comprendre comment fonctionnent la roue et les auto-tamponneuses afin de réaliser des pop-ups animés. Au Conservatoire, les sons enregistrés lors de la fête foraine permettent de réaliser une composition musicale. Une partition musicale a été créée sur le thème du train fantôme et différents instruments ont été testés. Ainsi est mise en oeuvre une démarche de création sonore avec la réalisation d’une partition créative et artistique à lire et à réinterpréter. Appréhender la création musicale suscite l’imaginaire et la sensibilité autant que la créativité.

« Les élèves ont choisi trois sonorités présentes dans le train fantôme, ou reprenant les personnages de leur histoire (participant à l’attraction). Sur une première partition vierge, les élèves ont collé les images des sons choisis. Ils ont également ajouté les sons correspondant aux images. A la suite de ces productions, ils ont associé chaque image à une forme. En fonction de leur image choisie en amont, ils ont dû les remplacer par des formes sur une deuxième partition vierge. L’objectif était de réaliser une partition de musique, la plus représentative d’une vraie partition, avec des notes », selon les propos de Justine Chambon.

Ce carnet de reportage devient donc un carnet imaginaire et créatif d’initiation aux arts et à la pratique artistique en classe. Une narration du voyage à partir de la quête d’un personnage a donné un fil conducteur au projet et au carnet de voyage.Carnet de voyage chanté en Océanie : « Je chante l’Océanie » (par Virginie Moreau)

A partir de l’écoute d’une comptine australienne, l’objectif vise à créer une chanson qui raconte les aventures d’un autre animal de l’Australie. Il s’agit donc de proposer aux élèves une démarche de création sonore, comme préconisée par les directives ministérielles pour l’éducation musicale. Des séances axées sur l’art et la pratique des arts plastiques mais aussi sur d’autres aspects culturels (danse, peinture…) ont facilité la création d’un carnet de voyage musical, chanté en langue anglaise, devant un Australien (résidant à Bordeaux). Ce Bordelais d’Océanie a apprécié la restitution de sa culture adaptée à une nouvelle chanson métamorphosée et réécrite. La communication de ce carnet de voyage musical, ouvrage et audio, a suscité une grande implication des élèves dans les apprentissages visés au fil du projet. Côté ressources éducatives, la collection de livres-CD “Comptines du monde” éditée par Didier jeunesse offre une palette de chansons pour voyager à l’autre bout du monde. L’apprentissage précoce des langues commence en effet par l’écoute musicale, le plus tôt possible, afin de favoriser la plasticité du cerveau à des langues différentes.

A la rentrée, nous projetons de développer des projets de carnets de voyage sonores en classe, dans le cadre d’une démarche de création sonore en lien avec du PEAC, Parcours d’éducation artistique et culturelle, ou du Projet personnel du Master 2 MEEF. Le “carnet – partition de voyage sonore” est un sous-genre à ajouter à la palette de la diversité des carnets de voyage.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’histoire des arts, carnet d’éducation artistique et culturelle

Dans le cadre du dispositif d’enseignement du Projet Personnel à l’INSPE de l’Académie de Bordeaux, nous demandons à nos étudiants de Master 2 MEEF, futurs enseignants, d’imaginer et de réaliser des projets pédagogiques originaux lors de leur stage en classe (maternelle ou primaire). Depuis sept ans, je propose « le carnet de voyage » et nous innovons avec des projets toujours originaux et créatifs. Les pratiques innovantes et l’usage des outils numériques sont en effet préconisés lors de la mise en séquences pédagogiques, composées d’une dizaine à une quinzaine de séances. L’histoire des arts a été le thème porteur de cette année, avec des projets en EAC, Education artistique et culturelle, en vue de Parcours éducatifs, celui du Parcours d’éducation artistique et culturelle de l’élève, évalué au fil de la scolarité de l’élève de la maternelle au lycée.

Des projets de carnets d’histoire des arts ou carnets d’éducation artistique et culturelle, EAC, ont été initiés en classe.

Carnet de voyage en couleurs (par Margaux Gassarru et Marlène Henri)

Ce projet inter cycles (cycle 1 en maternelle et cycle 3 CM1-CM2 en primaire) fait découvrir la symbolique des couleurs à travers le monde à partir du choix des deux couleurs primaires que sont le rouge et le bleu (cf : les ouvrages de Michel Pastoureau). Ce carnet de voyage physique et numérique ouvre sur l’histoire de l’art à travers les émotions au prisme des arts plastiques et de l’anthropologie selon la symbolique culturelle du pays.

Pour le bleu, les séances réalisées sont dialoguées entre les deux cycles : le cycle 1 réalise les images du carnet de voyage alors que le cycle 3 rédige le texte explicatif. L’objectif est d’évoquer un symbolisme différent selon le pays et la culture.

Au fil des séances, des thèmes sont abordés :

  • Le bleu dans le monde
  • L’eau, la glace et le froid
  • Les émotions : intelligence, calme et confiance
  • Le bleu dans l’histoire de la République
  • Le bleu en Grèce et le matiasma porte bonheur
  • Le bleu au Maroc : l’architecture de la ville bleue de Chefchaouen
  • La création de fleurs artificielles telles que les bleuets réalisés par les maternelles et la peinture de motifs marins (rayures bleues et blanches).

 

Pour le rouge, les émotions sont mises en avant mais aussi l’usage de la couleur selon les cultures et les pays.

La palette thématique de la couleur est large comme mentionnée ci-dessous.

 

  • Les émotions : la colère et l’amour
  • Le rouge dans le monde
  • La Chine : lanternes, temples, mariage
  • L’Inde : bindi, sari, prospérité
  • La chaleur et le feu
  • L’interdiction et le danger
  • La fête de Noël en rouge et en vert
  • La création de fleurs artificielles telles que les coquelicots réalisés par les maternelles

 

Voir les ressources éducatives de l’écoMusée de l’Ocre à Roussillon et les sites “La signification des couleurs” pour faire un tour du monde en anthropologie et “Code couleur” en sémiologie.

 

 

Carnet de voyage en ombre et en lumière (par Emilie Chappaz)

Etudier l’ombre et la lumière à travers l’histoire de l’art nécessite une narration au fil des pages du carnet de voyage. Le point de départ est le spectacle jeune public KORÉ de Vladia Merlet réalisé par la Cie Le Bruit des Ombres. A partir de ce jeu scénique en ombres et lumières, les élèves font l’expérience sensible du spectacle et peuvent alors enquêter sur le phénomène scientifique. En sciences physiques, des expériences sont proposées pour comprendre ce qu’est la lumière (cf vidéo Lumni) et comment reporter une ombre. L’histoire de la fin de vie du peintre Claude Monet, le peintre Impressionniste de la lumière, qui devient mal voyant puis aveugle, offre à la fois un lien narratif à imaginer entre différentes périodes étudiées mais aussi la mise en enquête des élèves. Claude Monet recherche, au fil de l’histoire des arts (architecture et peinture), comment figurer la lumière, comment l’artiste tend vers l’appropriation de la lumière depuis l’époque médiévale. Le peintre impressionniste remonte le temps à la recherche des œuvres d’art majeures comme l’art du vitrail au prisme de la lumière : étude des vitraux de la Sainte Chapelle et de la Cathédrale de Reims. Ensuite, il s’agit de continuer la découverte artistique : l’architecture du château de Chambord, la fresque de Raphael « L’Ecole d’Athènes », l’évocation de la lumière lors du Romantisme avec l’étude de la peinture « Le Cauchemar » de Johann Heinrich Füssli (1781), les aquarelles sur Venise de William Turner (1835) et enfin le mouvement de l’Impressionnisme représenté par l’oeuvre de Claude Monnet « Impression, soleil levant » exposée en 1874. A noter que le talent de Turner a fait la renommée du siècle d’or des aquarellistes anglais et du carnet de voyage à Venise (cf podcast de Radio France).

Des situations pédagogiques de pratique artistique sont mises en œuvre en vue de la création du carnet de voyage en textes et en images : créer un vitrail, peindre une fresque, écrire un texte, travailler la transparence du ciel à l’aquarelle, peintre à la manière des Impressionnistes. Bien sûr, d’autres disciplines d’enseignement enrichissement le projet, telles l’éducation musicale, avec l’écoute d’œuvres musicales selon les époques, et les sciences, avec l’explication du phénomène nocturne et du système solaire, la prospective de l’énergie solaire (cf vidéo Lumni), le phénomène de luminescence naturelle de la luciole… L’invention de l’électricité est centrale, à la fois évoquée en sciences et en arts, par exemple avec les illuminations lors de l’Exposition universelle de Paris ou l’oeuvre picturale « Fée Electricité » de Raoul Dufy. L’épilogue du carnet de voyage s’achève sur la vision retrouvée de Claude Monet (“happy end” imaginée) alors que ses nymphéas (à admirer au musée de l’Orangerie de Paris) expriment ses impressions visuelles et surtout mentales; la perte du sens de la vue au fil des mois fait paradoxalement du peintre le chef de file du mouvement de l’Impressionnisme. Quelle leçon de l’histoire de l’art ! Un projet d’éducation inclusive avec des jeunes déficients visuels pourrait être un prolongement : par exemple, une expérience sensitive lors d’une visite de musée, ou bien une sensibilisation au parcours inclusif via le livret de parcours inclusif.

Voir les ressources éducatives du musée de l’Orangerie de Paris et le projet “La classe, l’oeuvre” du réseau Canopé sur le jardin de Monet.

Voir la rétrospective sur William Turner au musée Jacquemart-André à Paris

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage virtuel, un outil pour l’éducation aux médias

Un carnet de voyage par procuration :  l’éveil à la curiosité via un reportage virtuel

Le projet « Clément et Clémentine à Bristol » en classe de CE2 repose sur une correspondance, par le biais du personnage de Clément, entre une classe de CE2 de l’école Bel Air à Bordeaux et une classe de CE2 de l’école « Dolphin Primary School » à Bristol. Contrairement au « Clément aplati » de Jeff Brown qui utilise le courrier aérien, l’enseignante a emporté dans son sac à dos tous les personnages des élèves de CE2 de Bordeaux et elle a fait voyager les 25 Cléments / Clémentines jusqu’à Bristol lors de son stage ERASMUS en école primaire ; son rôle était celui de « journaliste reportrice » dont la mission est de photographier et de filmer dans la ville tous les lieux fréquentés. A son retour, elle a réalisé plusieurs montages vidéos des aventures des Cléments / Clémentines à Bristol et les a montrés aux élèves bordelais. Le projet a ensuite pu commencer en quinze séances ciblées sur l’écriture dans lesquelles le réflexif, l’interactif et l’affectif étaient mobilisés.

Clément et Clémentine à Bristol est un véritable projet interdisciplinaire centrée sur la discipline principale du français (oral et écrit). Dans un premier temps, les élèves ont pu échanger et discuter à l’oral à propos du livre de Clément Aplati, puis ils ont cherché ensemble à l’oral comment correspondre avec la classe de CE2 de Bristol et ont, par la suite, rédigé des phrases pour écrire la lettre commune à envoyer aux correspondants. Ils ont également proposé des idées de photos à envoyer et partager avec leur correspondant(e). Dans un second temps, les élèves ont découvert le genre littéraire du carnet de voyage et ont eu l’opportunité d’en étudier quelques-uns. Ensuite, ils ont pu planifier l’écrit de leur carnet de voyage en réalisant un brouillon et en s’appuyant sur plusieurs ressources mises à leur disposition.

De l’enseignant reporter – médiateur dans le carnet de voyage virtuel : l’affectif en action

Le rôle de l’enseignant comme « reporter – médiateur » est tout à fait innovant et force son accompagnement auprès des élèves comme guide culturel et comme instigateur des activités d’apprentissages. C’est à travers ses yeux que les élèves découvrent Bristol, ainsi, comme dans le prisme des médias, à travers le point de vue du journaliste. Médiateur des images comme des apprentissages, l’enseignant est alors chef de projet et crée un lien affectif fort avec le groupe classe. Il assure ainsi la motivation et l’implication des élèves dans la découverte culturelle comme dans les tâches demandées en vue d’apprentissages ciblés. Bien sûr, son rôle facilite le passage vers l’écriture à partir de l’expérience virtuelle par procuration et apporte du sens à la production d’images et de textes afin que chacun puisse se projeter, imaginer et créer. Le projet pédagogique est ambitieux car il doit favoriser l’investissement de l’élève en tant de créateur auteur, plus que récepteur du reportage de l’enseignante. Nous sommes dans une éducation à l’information et aux médias (EMI) porteuse d’engagement.

Du journal de dialogue et d’échange : l’engagement via l’interaction

Nous avons beaucoup insisté en formation à l’INSPE sur l’ambiguïté pédagogique des notions de « journal intime » et de « carnet d’échanges ». A partir de situations d’écriture personnelle, l’enseignant amène à des propositions d’écriture collective et à des interactions verbales. Se pose alors la question de la production finale : demande-t-on un carnet de voyage individuel, en binôme ou un carnet collectif de la classe ? Par ailleurs, la pédagogie de projet aboutit à la valorisation du projet par la médiatisation de la production. L’investissement doit être évalué autant que la valeur intrinsèque de la production tournée vers la communication. L’échange de son carnet avec l’autre permet une plus grande implication mais aussi une mise à distance en exerçant son esprit critique à partir des questions posées ou aux feedbacks post-production. Plus qu’une exposition de son carnet de voyage, il s’agit de penser un dispositif de médiation qui favorise les échanges oraux. Défi, challenge, débat sont autant d’activités envisageables à postériori de la réalisation du carnet de voyage afin de l’animer via des groupes d’auteurs carnettistes qui médiatisent alors leur production (sur le modèle des festivals de carnet de voyage).

Mémoire de MASTER 2 MEEF : « Le carnet de voyage : un support pour engager les élèves dans l’écriture au cycle 2 » d’Anaïs Darnaud.

La problématique est la suivante : en quoi parler et écrire à propos d’un carnet de voyage permet-il aux élèves de développer des habiletés langagières verbales et écrites spécifiques ?

Selon les propos d’Anaïs Darnaud, « J’ai montré, dans la partie théorique de ce mémoire, l’étroit lien entre l’oral et l’écrit et j’ai mis en évidence, à travers les travaux d’Elisabeth BAUTIER et de Dominique BUCHETON que c’est en parlant de l’écrit que l’élève instaurera un rapport individuel avec l’écriture. Pour cela, j’émets la première hypothèse selon laquelle échanger à l’oral sur le genre littéraire du carnet de voyage permettrait aux élèves de s’engager avec enthousiasme dans la rédaction d’un carnet de voyage. En effet, les nombreuses caractéristiques qui symbolisent les carnets de voyage seront un excellent support d’échanges verbaux en classe entière et en groupe. Par ailleurs, j’émets la seconde hypothèse selon laquelle les modalités d’écriture d’un carnet de voyage permettraient aux élèves de développer des compétences spécifiques attendues en fin de cycle 2 en écriture. Effectivement, la rédaction d’un carnet de voyage individuel sera l’occasion pour les élèves d’écrire sur un sujet qui les intéresse 30 et leur permettra d’adopter une posture de créateur. De plus, j’émets la troisième hypothèse selon laquelle le format divertissant, mêlant littérature et arts visuels, permettrait aux élèves de maintenir leur enthousiasme tout au long de l’acte d’écriture».

Anaïs Darnaud a réfléchi au « contrat d’intersubjectivité » (Britt-Mari BARTH, 2014) et au « sujet écrivant » (Dominique BUCHETON, 1997) qui repose sur le postulat d’une « relation étroite entre le développement des compétences d’écriture, le développement de la personne et le sens que les élèves attribuent à l’écrit ». L’écrit doit prendre sens pour le sujet écrivant grâce à des situations d’écriture personnelle et des interactions verbales avec l’autre, ce que permet l’outil pédagogique « carnet de voyage ».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet sur la route du Bauhaus en Allemagne et ailleurs

Le centenaire du Bauhaus en 2019 :

Weimar est le lieu de naissance du mouvement moderne et minimaliste qu’est le Bauhaus fondé le 1er avril 1919 par l’architecte et designer allemand Walter Gropius. Nous avons donc célébré son centenaire en 2019. Le courant Bauhaus s’est exporté à l’international suite à son interdiction par le régime nazi en 1933 et a conduit de nombreux artistes à quitter l’Allemagne en créant une diaspora qui a propagé la culture du Bauhaus vers les Etats-Unis puis vers Israël. Le siège des Nations Unies comme la “Ville Blanche” de Tel-Aviv sont classés au Patrimoine mondial de l’Unesco.

S’immerger dans la culture en classe inversée :

Afin de pouvoir lancer le projet, chaque élève a besoin de s’immerger dans la culture et découvrir visuellement l’architecture du Bauhaus. Par soucis de motivation et d’implication de la classe, une question de débat pourrait favoriser le regard et l’enquête. A chacun de penser sa réponse et de l’argumenter lors d’un “débat mouvant”  qui serait alors un préambule à l’introduction de l’escape game.

Créer un escape game éducatif :

Démontrer comment et pourquoi le modernisme allemand devient un style architectural serait l’objectif éducatif de l’escape game créé en classe de langue. En effet, c’est à l’ international que le Bauhaus a inspiré d’autres architectures comme le Streamline Moderne (style Paquebot) à Miami notamment, et un architecte comme Mallet-Stevens (rue à Paris). Le Bauhaus a été lancé à Weimar sous l’égide de Walter Gropius en 1919 puis le mouvement artistique s’est déplacé à Berlin en 1932 – 1933, sous l’impulsion de Mies Van Der Rohe et, enfin, il s’est implanté à Chicago aux Etats-Unis à partir de 1938, date d’immigration de cet architecte renommé, et a terminé ensuite à Tel Aviv, renommée comme “la ville blanche” du Bauhaus. Un tel projet permet de relier l’enseignement des langues avec le parcours d’éducation artistique et culturelle tout en voyageant d’un continent à l’autre et, donc en ouvrant sur l’interculturalité.

De l’escape game au carnet de voyage :

L’introduction lance le scénario au fil des énigmes à partir d’un itinéraire (carte géographique) de l’Allemagne vers les Etats-Unis et vers Tel-Aviv. Dans l’itinéraire du “carnet de voyage”, chaque changement de ville, déplacement d’une ville à une autre, doit être expliqué dans le scénario du jeu par deux ou trois phrases qui contextualisent et donnent des émotions au joueur. Le suspens doit être maintenu au fil de l’émigration du mouvement hors d’Allemagne. Le contexte historique est explicité et les enjeux de cette internationalisation du mouvement artistique sont alors mieux appréhendés et compris. Pour chaque énigme est prévue la création d’une double page du carnet de voyage, aussi le projet participe t-il du PEAC, Parcours d’éducation artistique et culturelle, qui développe la pratique artistique dans le cadre scolaire mais aussi la rencontre d’artistes ou médiateurs culturels.

L’échange linguistique, un enjeu éducatif :

Un échange inter classes franco-allemande pourrait porter ce projet grâce à l’OFAJ, Office  franco-allemand pour la jeunesse, ou le Goethe Institut avec l’initiative PASH. Les interactions en langue ainsi que la découverte de l’autre sont à privilégier et l’activité du jeu peut les favoriser si l’objectif des énigmes, comme de la création de la page “carnet de voyage”, est bien explicité aux élèves : interagir et communiquer en allemand. Ce projet a été lancé ce semestre dans le cadre du Master 1 en Allemand de l’Université Bordeaux Montaigne.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage de publicités murales

Depuis la publication de l’ouvrage intitulé « Les publicités peintes de nos nationales » en deux tomes (Tome 1 et Tome 2) par Marc Combier (chez H&C Histoire & Collections) en 2014, nos rues et nos routes conservent un patrimoine commercial, industriel ou artisanal, haut en couleurs et en identités locales ou régionales. Marc Combier nous emmène sur les routes des publicités d’antan. Depuis cette publication, des municipalités lancent des appels collaboratifs à l’inventaire comme celui de la ville de Blois ou par exemple « Quand les publicités faisaient le mur ». Réaliser un tel inventaire in situ nous fait voyager dans l’espace en parcourant le territoire français, mais aussi dans le temps, au fil du XXe siècle.

Le patrimoine industriel est objet d’éducation depuis une trentaine d’années, notamment avec des projets lancés par l’Académie de Reims à la fin des années 1990. Aussi, nous avons envisagé un projet éducatif pluridisciplinaire, en histoire – géographie, en économie, en EMI (éducation aux médias et à l’information) et en arts, sur les traces de l’histoire de l’économie de notre région. Il s’agit de retracer un itinéraire illustré de publicités murales qui pourrait alors amener à cartographier l’économie locale des années 1970. Un carnet de voyage ou de patrimoine serait envisagé comme production finale qu’il soit artistique, médiatique ou numérique, et il pourrait être décliné sur tous les types de support.

L’éducation à l’image et à la publicité est préconisée depuis de nombreuses années lors de la Semaine de la presse et des médias dans l’école. Le CLEMI favorise les projets d’éducation aux médias et à l’information mais aussi à la publicité, surtout la publicité en ligne ou sur les réseaux sociaux, afin de décoder la publicité cachée (Canopé). Un projet sur l’éducation à l’image à travers la publicité est d’ailleurs valorisé par l’INSPE de Bretagne dans le cadre de la formation des enseignants. Il s’appuie sur une typologie de publicités :

  • la publicité persuasive et informative (convaincre) qui considère le consommateur comme un être rationnel dont les achats sont le fruit d’une décision mûrement réfléchie. Elle cherche donc à le convaincre en faisant appel à sa logique. Ce type de publicité démontre les qualités du produit vendu face à ceux des concurrents ou fait référence à un besoin à satisfaire.
  • La publicité projective ou intégrative (valoriser) inscrit le produit dans des codes sociaux et des modes de vie. Elle lui confère ainsi les marques d’un groupe social valorisant auquel appartient le consommateur. Le produit devient alors l’expression d’une appartenance.
  • La publicité mécaniste (matraquer) s’appuie sur le courant psychologique du behaviorisme. Elle considère donc que le consommateur n’est ni rationnel ni conscient. Son comportement est passif et soumis à un conditionnement. Ces publicités cherchent donc à créer des conditionnements qui rendent automatiques l’achat de leurs produits. Elles se fondent sur la répétition et essaient parfois de choquer le consommateur.
  • La publicité suggestive (séduire) exploite le désir du produit et sa dimension symbolique. Elle ne fait pas appel à la raison du consommateur mais à ses sens et ses sentiments. Elle cherche à le séduire et à satisfaire ses besoins fondamentaux par la suggestion.

A partir de sorties sur le terrain pour mener l’enquête et lancer un inventaire, les élèves photographient les affiches murales in situ et les regroupent sur un réseau social de partage d’images (Pinterest) dont ils pourront communiquer le lien à leur municipalité, mais aussi lancer un appel sur les réseaux sociaux afin d’approfondir l’inventaire.

Ce projet de reportage historique est intergénérationnel, dans le cadre d’un jumelage intergénérationnel avec une maison de retraite, afin de trouver des témoignages de l’histoire socioéconomique de la localité et de rédiger des textes analytiques qui commentent l’affiche. Les images interactives commentées (Genially) assemblées sont autant de pages numériques au fil de la déambulation dans la ville à partir d’un itinéraire (Google Earth). Cette initiative permettrait de concourir à la mise en œuvre du « plan d’action national visant à renforcer les solidarités intergénérationnelles dans les établissements scolaires et les lieux de vie des personnes âgées » et mettre les liens intergénérationnels au service des apprentissages et de la solidarité.

Une création artistique inter générations est envisagée à partir de l’art du collage, de la  typographie et du design graphique de l’époque choisie sur une spécificité artisanale ou économique toujours vivante, qui aurait traversé plusieurs générations et évolué pour s’adapter aux enjeux contemporains.

Ce carnet de voyage ou carnet de patrimoine est valorisé par le concours scolaire Mediatiks de création médiatique lancé par le CLEMI de Bordeaux. Une mise en voix  des témoignages recueillis pourrait aboutir à une classe Web radio, action nationale d’éducation aux médias et à l’information du Ministère de l’éducation nationale via le CLEMI. Penser l’intermédialité du carnet de voyage permet en effet d’envisager un projet ambitieux.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parcours virtuels en Espagne : des carnets de voyage à créer

L’Espagne offre tant de routes historiques et culturelles à découvrir ! Le carnet de voyage est un outil pour s’ouvrir à la culture hispanique et le ministère du tourisme espagnol utilise les itinéraires culturels afin de promouvoir le patrimoine historique.

D’autant de routes à parcourir que de carnets à créer ! 

Le carnet de voyage distingué par le Label européen des langues a encore de nombreuses pistes créatives à investir en liens avec les échanges linguistiques et le programme Erasmus + pour les scolaires ou en échanges interclasses virtuels via la plateforme eTwinning.

Ci-dessous une sélection de routes historiques et de voies artistiques et culturelles afin de parfaire sa culture espagnole et de faire réaliser des carnets de voyage aux élèves en classe de langue espagnole.

Réaliser un carnet de voyage de culture espagnole : 

Créer un carnet de voyage sur les pas de Don Quichotte en classe de langue est un projet mobilisateur et motivant pour apprendre l’espagnol. A partir de lectures sur le roman picaresque lancé par la littérature espagnole au 16e siècle ou celle de l’illustre roman de Cervantes, les élèves vont réaliser un itinéraire de la Manche à Séville ou Toboso en imaginant les villes où passe Don Quichotte de la Manche sous la plume de Cervantes (podcast de Radiofrance – France Culture à écouter). La pluridisciplinarité est au cœur du projet « carnet de voyage » en proposant des séances en sciences sur « les moulins » qui transforment l’énergie éolienne en mouvement rotatif au moyen d’ailes ajustables. De plus, des liens sont à tisser avec l’EDD et le thème des énergies renouvelables (exemple de l’Académie de Bordeaux sur le sujet).

Les deux points de vue à confronter, celui de Don Quichotte et celui de Sancho Pensa, permettraient de différencier deux demi-groupes dans la classe qui pourraient alors confronter leurs carnets et ensuite écrire des dialogues en vue de jeux de rôle entre les deux personnages. Le carnet de voyage est alors un carnet d’échanges, outil pédagogique pour l’enseignement des langues, qui pourrait aboutir à la participation à la web radio de l’établissement scolaire (voir le CLEMI Bordeaux) dans le cadre d’échanges avec des Espagnols natifs de ces belles régions d’Espagne.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet polaire transmédia et développement durable

L’enjeu de l’EDD, éducation au développement durable :

L’action nationale « L’appel des pôles » du Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse sensibilise au développement durable et à la protection de l’environnement, c’est à dire aux enjeux de ces « sanctuaires blancs à l’heure de la mondialisation », notamment dans le cadre des parcours éducatifs citoyen et artistique et culturel, PEAC. « Les élèves sont invités à mettre en rapport ces lointaines réalités jusqu’alors ignorées avec les enjeux de développement durable abordés en classe. Ils découvrent dans le cadre de cette action l’économie bleue, la transition énergétique, la climatologie et certains aspects des relations internationales sur l’Antarctique qui s’organisent dans le cadre d’un dispositif unique, le traité sur l’Antarctique. »

Trente et une thématiques éducatives ont été identifiées dans toutes les disciplines d’enseignement et sont assorties de noms et de contacts d’experts ayant accepté d’intervenir et d’accompagner le travail des élèves. Pour l’enseignement de l’anglais, deux thèmes sont proposés en anglais et bénéficient de l’appui d’experts anglophones; pour l’enseignement des lettres, l’étude de l’œuvre littéraire de l’explorateur polaire Jean-Baptiste Charcot est préconisée.

Favoriser la lecture, grande cause nationale et initier à la culture scientifique :

Dans le cadre de la formation des enseignement (Master MEEF), nous nous sommes interrogés sur le dispositif d’enseignement et le type de projet à monter en classe, notamment pour favoriser la lecture, grande cause nationale.

  • Comment croiser l’EAC et l’EMI et favoriser une ouverture à la culture scientifique?
  • Quel projet transmédia imaginer sur le thème “L’appel des pôles” ?
  • Comment développer un projet EAC basé sur les trois piliers de l’EAC ?
  • Comment inciter à la lecture et au goût de lire au CDI ?
  • Quelles actions académiques (découvrir les actions DAAC) pourraient valoriser le  projet “L’appel des pôles” ?
  • Comment participer à une action nationale à visée culturelle à partir de ressources locales ?
  • A quel moment du projet envisager la sortie scolaire et initier un partenariat culturel ?

Nous avons proposé aux stagiaires un projet PEAC qui concilie l’ouverture à la culture scientifique et l’incitation à la lecture autour du thème “L’appel des pôles”.  Les exigences d’exploitation d’une sortie scolaire et de la production transmédia valorisent les trois piliers de l’EAC. Mais d’autres objectifs ont été priorisés :

  • Inscrire l’action dans le local et trouver un partenaire culturel régional.
  • Sélectionner une diversité de ressources sur tous supports : de l’écran aux livres.
  • Expliciter les enjeux contemporains géographiques, environnementaux et géopolitiques.
  • Définir ce qu’est une expédition scientifique, un carnet de voyage, un reportage “graphique” et leurs intérêts dans la diffusion du savoir.
  • Confronter plusieurs regards et les caractériser : scientifique / aventurier / journaliste / écrivain / carnettiste / dessinateur de BD…
  • Expliciter les atouts éducatifs de l’outil pédagogique “carnet de voyage” (distingué par le Label Européen des langues 2011, Conseil de l’Europe).

En somme, il s’agit de penser une production transmédia “carnet de voyage” comme une narration transmédia (“transmédia storytelling” selon Jenkins) qui implique des élèves dans une production médiatique. Cinq actions DAAC potentielles ont été choisies : « Changement climatique », « Jeunes en librairies », « Prix du livre : sciences pour tous », « Partage ta lecture » fin janvier et « Concours scolaire Médiatiks du CLEMI ». La sortie scolaire à Cap Sciences repose sur le spectacle « Réchauffe l’ambiance, pas la planète ! », une expérience immersive à vivre, puis propose de regarder la projection cinématographie « L’Odyssée Antarctique » au musée de la Mer à Bordeaux. En classe inversée à la maison, la réflexion se poursuit avec les contenus éducatifs à découvrir sur LUMNI (« Arctique, enjeux politiques et défis climatiques ») ou sur Arte (« Stories of Conflits »). Ensuite, nous avons choisi de croiser les points de vue, les regards et de découvrir des ressources intermédia qui interrogent l’implication du narrateur, dans la lignée des grands explorateurs cités par le Festival Etonnants Voyageurs,

 

 

De plus, le Traité sur l’Antarctique fait de ce territoire une zone d’exception ultra-protégée (podcast de radio France). Il constitue un exemple unique au monde de gouvernance internationale d’une région dédiée à la paix, à la science et à la protection de l’environnement. Aussi, l’Académie de Rennes a-t-elle choisi de proposer un concours scolaire de production collaborative sur le thème :

« L’Antarctique, terre de paix et de sciences ; oui mais jusqu’à quand ? ».

 

Du projet transmédia à la production immersive en réalité virtuelle

Sur l’exemple « A trip to the North Pôle », il s’agit de réaliser une production immersive et d’utiliser la réalité virtuelle. Les outils « Google Expeditions » et « Google Tour creator » facilitent la réalisation de parcours virtuels immersifs, des carnets de voyage numériques virtuels immersifs à l’aide de la réalité virtuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage multi arts / interarts “féminin-masculin”

Le carnet de voyage est l’outil par excellence de l’éducation artistique et culturelle mais aussi de l’éducation aux médias; aussi, parler de carnet de voyage pluriarts et transmédia comme outil pédagogique en classe semble t-il bien adapté aux pratiques contemporaines. Dans tous les domaines artistiques et culturels, l’éducation artistique et culturelle repose sur trois piliers :

  • permettre à tous les élèves de se constituer une culture personnelle riche et cohérente tout au long de leur parcours scolaire,
  • développer et renforcer leur pratique artistique,
  • permettre la rencontre des artistes et des œuvres, la fréquentation de lieux culturels.

Selon le rapport de l’IG, Inspection Générale du ministère de l’éducation nationale, on observe des résultats tangibles dans cinq domaines : lire, chanter, regarder (cinéma / patrimoine), s’exprimer à l’oral, développer son esprit critique. Aussi, depuis la rentrée, cinq grandes priorités sont mis en exergue : la lecture, le chant choral, l’éloquence, l’éducation au regard et l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Au collège, chaque semaine, tous les élèves bénéficient d’une heure d’éducation musicale et d’une heure d’arts plastiques mais aussi d’un enseignement de l’histoire des arts porté par l’ensemble des disciplines. Depuis plusieurs rentrées, l’accent est mis sur la lecture et les actions éducatives qui donnent le goût de lire; l’aide du Professeur documentaliste est sollicitée car sa mission professionnelle pour l’EAC comme pour l’EMI est centrale.

Dans le cadre du cursus du DU Encadrement éducatif à l’INSPE Bordeaux, nous avons imaginé un projet qui croise EAC et EMC et qui soit multi arts en s’appuyant sur les ressources académiques en EAC. Les objectifs d’apprentissage visés sont l’expression orale ou l’enseignement de l’éloquence, l’éducation à l’esprit critique et l’éducation au regard (image) à partir des trois piliers de l’EAC. L’égalité filles – garçons est une éducation aux valeurs de la République prônée à l’école dans le cadre du parcours citoyen de l’élève et de l’éducation à la laïcité pour lutter contre les discriminations, c’est bien la mission éducative du CPE, Conseiller principal d’éducation et de la vie scolaire. Aussi, notre projet porte t-il sur le thème “Féminin, Masculin” et se déroule sur les trois trimestres en sollicitant une pratique artistique adaptée selon le point de vue envisagé et selon les compétences comportementales (savoir-être) visées.

  • Le premier trimestre est consacré à l’écriture de critiques cinématographiques à partir du Festival international du film d’histoire de Pessac dont le programme propose une sélection de 20 films pour les scolaires sur le « Féminin – masculin ». Le projet DAAC Bordeaux intitulé “UNIS – CITES – Les ambassadeurs du cinéma citoyen” est pertinent car les élèves sont engagés et impliqués dans un projet citoyen. Ils ont pour mission d’organiser et d’animer des séances “ciné-débat” dans des établissements scolaires (collèges, lycées, CFA…) et des lieux d’éducation populaire pour encourager le dialogue citoyen et partager des instants de cinéma et d’ouverture sur le monde.
  • Le second trimestre met en lumière des femmes oubliées de l’Histoire. Ainsi, la série « Cherchez la femme » d’Arte propose un choix de trente épisodes qui remettent en lumière leur parcours, en exposant les raisons de cette occultation. Après le choix de leur couple, par exemple « Mileva Einstein – Albert Einstein », les élèves enquêtent sur les conditions de vie des femmes et leurs rôles dans la société selon l’époque évoquée. Le hors-série en ligne sur les femmes sur le site L’Histoire par l’image facilite les réponses à leur questionnement. Deux cents études thématiques les éclairent sur : les femmes et le travail, les femmes de spectacle, les femmes et la Révolution, la prostitution, les mouvements féministes, la mode, le vote des femmes…Un débat pourrait être lancé afin de mieux circonscrire les enjeux sociaux et politiques de l’évolution du droit des femmes. Un jeu de rôle à visée philosophique créé avec l’association SEVE « Savoir être et vivre ensemble » est aussi une action pertinente.
  • Le troisième trimestre est alors consacré à la pratique théâtrale dans l’esprit de l’action « A vous de jouer ! ». Une pièce de théâtre interactive pourrait être mise en scène avec le partenaire bordelais « Théâtre OXO : le public devient acteur de prévention » en ciblant par exemple le harcèlement des filles. Pour cette structure culturelle, leur enjeu d’action est en effet l’éducation par l’expérience artistique: « Il ne s’agit pas seulement d’argumenter mais également de mettre en œuvre, de tester la fécondité concrète d’une idée au sein d’un espace théâtral » selon Pierre Lénel (sociologue au LISE, CNRS).

En somme, cette action éducative se décline en carnet de voyage pluri arts et transmédia si les élèves gardent la trace de leur parcours PEAC sur un support numérique comme FOLIOS de l’ONISEP. Il serait intéressant de laisser l’élève imaginer son carnet de voyage, comme trace de sa pratique artistique et de ses rencontres (au source de « l’album amicorum » médiéval germanique : voir le fonds de la BNF) au fil de l’année, que ces traces soient en textes, images ou en  sons. Ce serait un voyage en arts, en intimité et en inspiration, donc « un carnet de voyage en créativité » ou « un journal de créativité » qui permet de parfaire sa culture en histoire des arts. Nous revenons ainsi à l’origine des premiers carnets de voyage d’artistes (Dürer, Delacroix, Gauguin…), d’où l’intérêt de ce médium pour l’éducation artistique et culturelle, d’ailleurs fort utilisé au CDI par le Professeur documentaliste, souvent « Référent culture » de l’établissement scolaire.

Continuons à diversifier la palette des carnets de voyage (ou de reportage) que peuvent créer nos élèves !

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’Opéra en Italie : parcours virtuel immersif

De l’opéra en EAC, éducation artistique et culturelle

Le PNR Opéra, Pôle national de ressources en arts et cultures, lancé par le Grand Théâtre de Bordeaux et l’Académie de Bordeaux – Canopé a proposé des projets au rayonnement national pour l’éducation artistique et culturelle. L’opéra, en plus de l’éducation musicale, réunit différents arts de la scène et de l’écriture et de nombreux métiers et d’arts qui ouvrent la palette des talents artistiques. Nous avions envisagé en 2017 des carnets de voyage à l’opéra afin d’accompagner le stage de formation nationale auquel j’avais participé au Grand Théâtre (organisé par Canopé Bordeaux). Aujourd’hui, j’aimerais ouvrir la culture des jeunes aux sources historiques de l’Opéra, notamment en Italie, dans le cadre de l’enseignement des langues vivantes (italien) à partir des arts, d’une pratique musicale ou picturale. Un projet pédagogique sur le thème « carnet de voyage musical sur l’opéra en Italie » ouvre sur les sources de l’art lyrique, notamment à Florence au 15e siècle, mais surtout à Mantoue et à Venise au 17e siècle, puis à Naples au 18e siècle et enfin à Milan au 19e siècle. En somme, c’est un voyage dans le temps et sur le territoire italien actuel que nous proposons aux élèves. L’opéra réunit plusieurs arts italiens, de l’architecture à la musique, et cette histoire des arts consacre l’Italie comme la terre artistique et culturelle de l’Europe. De plus, l’opéra français voit le jour au début du règne de Louis XIV avec l’aspiration à un modèle transalpin qui aboutit en 1669 à la création de la première « Académie d’opéra » sous l’impulsion de Lully, donc des relations France – Italie à valoriser dans la culture générale des élèves.

La naissance de l’Opéra en Italie : Florence, Mantoue, Venise, Naples et Milan

A Florence, un cercle d’érudits, d’humanistes et de musiciens, la “Camerata fiorentina” (ou Camerata de Bardi) se réunit le 14 janvier 1573 et tente de retrouver les racines du théâtre antique, parlé, chanté et dansé. L’opéra est né mais c’est Claudio Monteverdi qui créait à Mantoue en 1607 l’Orfeo, le premier grand chef-d’œuvre de l’opéra. Il devient en 1613, le Maître de chapelle de la Basilique Saint-Marc et compose des opéras basés sur « l’aria », c’est à dire le chant traduisant l’émotion. Sous son impulsion, Venise devient la capitale de l’opéra au 17e siècle (11 salles) dont le théâtre de la Fenice est son écrin, construit au 18e siècle.

Les théâtres « la Scala » de Milan et « San Carlo » de Naples sont les autres temples de l’opéra. En effet, Naples est née sous le signe du chant, celui de la sirène Parthénope et tous les auteurs antiques romains (Sénèque, Tite Live et Virgile) citent cet attrait artistique des Napolitains mais cette ville est influencée par une histoire politique de l’opéra (cf. article de recherche sur Fabula et Podcast de Radio France) et sociale comme le prouvent les étals de marché où le chant est l’art des vendeurs de primeurs pour charmer les acheteurs. Dès le 15e siècle, Naples possédait le 1er théâtre consacré exclusivement à la musique, le « Theatro San Carlo », puis en 1530 le premier conservatoire d’Europe « Santa Maria di Loreto », puis d’autres furent construits suite à l’engouement des Napolitains : la Pietà dei Turchi, I Poveri di Gesù Cristo et Sant’Onofrio. Au début du 16e siècle, apparaissent « les villanelles » qui sont des chansons nées à la campagne que les villes ont importées. Au 18e siècle, Naples devient la capitale européenne de la musique (cf : podcast de la conférence BNF) avec 300 compositeurs dont Pergolesi, Domenico Scarlatti, Nicola Porpora, Dominico Cimarosa et Vincenzo Bellini. L’opéra bouffe, « Opéra Buffa » y est inventé, parsemé de chansons populaires comme « Palummella », « La Molinarella ». Vers 1849, la chanson napolitaine fait l’identité italienne et la célèbre chanson « O Sole Mio » (1898) est reprise par Elvis Presley sous le titre « It’s Now or Never ». Des paroliers renommés ont pris le pas comme Salvatore di Giacomo et Libero Bovio pour faire de Naples, la ville des musiciens et d’Enrico Caruso, le célèbre ténor Napolitain mondialement reconnu. De nos jours, les hauts lieux de la Fenice de Venise et de la Scala de Milan, comme le Festival de Vérone et le festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence (France) font la renommée internationale de l’opéra.

Le projet de création d’un parcours en réalité virtuelle dans Naples

Dans le cadre de l’enseignement de la langue italienne, il s’agit de commencer par une recherche historique, notamment dans le fonds d’art lyrique italien de la bibliothèque de l’opéra à Milan. Une carte mentale de la naissance de l’opéra est élaborée et, au fil des recherches, l’objectif est de trouver le nom d’un chanteur ou d’un compositeur afin d’envisager de suivre ses pas dans les villes de Venise et de Naples. Nous comprenons que Mantoue – Venise et Naples sont les rivales dans cette course historique à la renommée de l’opéra. Nous ferons donc un choix géographique : la ville de Naples.

A partir de l’itinéraire tracé sur une carte de Naples, les élèves repèrent tous les sites qui ont un lien avec l’art lyrique. Puis, chacun essaie de trouver les enseignes ou les commerces d’aujourd’hui qui ont un nom en italien évocateur du chant afin de justifier de la renommée de cette ville pour l’art lyrique. En parallèle, un glossaire des termes italiens est réalisé complété par des noms de compositeurs, chanteurs et musiciens. Sur Google Earth, chaque lieu est localisé et visionné afin de vérifier l’information, la source, puis le site via la réalité immersive : donc il s’agit d’éduquer à l’esprit critique afin de distinguer la vérité de la fake-news (voir l’EMI dans le Parcours citoyen) et de savoir si le lieu existe bien.

Les élèves découvrent la figure du ténor Enrico Caruso, né et mort à Naples (25 février 1873 – 2 août 1921), et sa biographie. Ils décident de partir sur les pas du chanteur lyrique vers le Theatro San Carlo et d’y rencontrer Jacomo Puccini. Leur carnet de voyage est un itinéraire en sons et en images dans Naples à la découverte de la ville et de l’art lyrique. Un parcours immersif en réalité virtuelle est alors créé. Ce parcours se conclue par le Museo Caruso, un nouveau lieu culturel annoncé pour juillet 2023 dans le Palais Royal à Naples qui fête le 150e anniversaire de la légende de l’Opéra. Un dialogue en italien sous la forme d’une saynète est imaginé entre Enrico Caruso et Jacomo Puccini sur les exigences d’un opéra, de sa création à sa représentation sur scène; aussi l’éducation musicale est-elle croisée avec l’enseignement de la langue. Afin de travailler avec l’enseignant d’arts plastiques, nous envisageons une création plastique à partir de l’écoute d’un opéra, sur l’exemple du premier carnet de voyage d’opéra illustré et réalisé par Muriel Lameignère sous le titre « Carnet d’Opéra : la Flûte enchantée ». Mais, nous pouvons aussi envisager d’investir le street art qui a émergé dans la décennie 1990 à Naples, car la ville doit sa renaissance touristique à l’utilisation de l’art contemporain.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution “Identités, inclusion et mobilités”

L’ouvrage intitulé « Identités, inclusion et mobilités en contextes éducatifs et professionnels », publié aux éditions Lambert-Lucas, est issu du colloque international « Éducation à la mobilité », organisé à l’INSPE de Caen les 23 et 24 novembre 2017 en clôture d’un partenariat stratégique Erasmus+. Il s’agit d’interpeler le concept de mobilité sous un angle pluridisciplinaire.

Ma contribution à l’ouvrage est intitulée « Compétences mobilitaires et carnet de voyage : vers une communauté d’apprentissage.

La manifestation culturelle et artistique du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand devient le lieu privilégié d’échange de savoirs mobilitaires consignés dans les carnets, donc de médiation de l’éducation à la mobilité. Elle favorise l’émergence d’une communauté de pratique et d’apprentissage du tourisme créatif. A partir du témoignage des primés du Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant mais aussi de voyageurs participants à stages de carnets de voyage à l’étranger proposés par des artistes carnettistes ou des touristes créatifs réunis par cette manifestation (21500 visiteurs), il s’agit de circonscrire l’éveil à l’altérité et les apprentissages informels à travers le médium du carnet de voyage et comprendre comment il retentit sur le voyage. En quoi l’usage d’un carnet de voyage est-il essentiel à la circulation de savoirs qu’il autorise, en partageant une expérience intime ? Des enquêtes menées auprès de différents niveaux carnettistes ou touristes créatifs – ceux qui encadrent (les experts), ceux qui font (les amateurs) et ceux qui découvrent (les novices) – explicitent la mise à distance du regard et l’émancipation identitaire mais aussi la circulation des apprentissages « hors-cadres ».

Le dispositif ERASMUS a, depuis une génération d’étudiants, porté cette idée d’éducation par le voyage et mobilise les enseignants pour ouvrir l’école sur une éducation aux voyages dont le carnet de voyage serait le passeport «sans frontières». C’est la mémoire vive de cet apprentissage informel, devenu apprentissage formel sous l’impulsion de prix, scolaire depuis 2001 et universitaire depuis 2012. La narration de la spatialité dans le carnet de voyage semble une compétence primordiale du rendu de l’expérience du voyage, qu’elle se manifeste à travers l’itinéraire parcouru ou la mise en forme de l’image. Cet apprentissage sensible de la spatialité et de la créativité au fil de la mobilité ouvre de nouvelles perspectives éducatives comme « méthode visuelle en SHS » qu’expérimente l’ESPE d’Aquitaine dans le cadre d’une formation semestrielle au carnet de voyage numérique dédiée aux étudiants en mobilité internationale. L’analyse du panel de ces productions ouvre de nouvelles pistes de recherche à investir dans le champ de l’éducation aux voyages et à la mobilité plus largement.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution du MOOC “Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire”

La parution du MOOC « Un carnet interculturel pour une mobilité universitaire » est l’aboutissement d’un travail lancé en septembre 2019 par Cécile BROSSAUD, responsable du projet.

Notre rencontre a fait émerger cette idée de “carnet” à réaliser afin de faire émerger une réflexion sur l’interculturel avant, pendant ou après une mobilité. Le croisement de nos regards d’enseignante dans l’enseignement supérieur a mis en évidence le souhait d’interroger l’interculturel à partir d’une pratique médiatique ou artistique. Comme nous sommes mobilisées auprès des étudiants internationaux dans le cadre de l’enseignement du FLE, Français langue étrangère, nous avons mis en commun nos expériences pédagogiques mais aussi créatives et artistiques afin de penser à l’objet « carnet interculturel » à la fois réflexif, formatif et personnel. Nous souhaitions un essai de pédagogie active via le numérique et le dispositif d’e-learning, donc en distanciel, autant qu’une réflexion sur la notion d’interculturel qui touche tout étudiant en mobilité internationale ou en projection de mobilité. Appréhender cette notion nécessite à la fois une analyse d’expérience et une mise à distance critique. La complexité de notre objectif a été réellement formative pour nous car elle interroge la pluridisciplinarité de l’équipe d’auteurs-enseignants de ce MOOC autant que le scénario pédagogique commun comme fil conducteur des apprentissages ciblés. En fait, une équipe de plusieurs enseignants de Mines-Telecom a participé à la réalisation du scénario pédagogique et nous avons ensemble pu concrétiser le projet de mise en forme numérique. Des quatre coins de France (Aix-en-Provence, Brest, Bordeaux et Paris), le projet nous a fédérés car il a été entièrement réalisé en distanciel via les outils numériques : une prouesse de notre cheffe de projet Cécile Brossaud !

Ce cours en ligne s’adresse aux étudiants et aux enseignants qui apprennent le FLE, Français langue étrangère, et il est publié sur la plateforme internationale COURSERA.

Teaser vidéo à découvrir

Pour s’inscrire au MOOC et découvrir sa présentation sur le site de l’Institut Polytechnique de Paris

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du jeu de rôle au carnet de rencontre : sketching ou sketchtime transmédia

La dramatisation est une activité créative qui met en œuvre l’émotion, l’imagination, le mouvement et l’interaction sociale afin de représenter une situation, une histoire, une situation ou un évènement. Elle se décline sous de multiples formes du simple jeu animé à la représentation publique : jouer la comédie, théâtraliser une lecture, performer, incarner des personnages… Les jeux de rôles aident à créer, en classe de langue, des situations de communication concrètes et interactives afin de libérer la parole des apprenants et d’utiliser la langue en situation, en somme il s’agit de ludifier le cours de langue.

Legendre (2005, p. 814) définit le jeu de rôle comme « une activité pédagogique qui consiste en des simulations particulières ; technique visant à représenter des situations, le plus souvent semblables à celles de la vie réelle, grâce à une scène improvisée entre deux ou plusieurs acteurs (étudiants) ».

Dans la cadre de la formation Master 2 MEEF, nous investissons en cours de langue l’outil pédagogique du carnet de voyage décliné comme « un carnet de rencontre(s) ». En effet, la rencontre forge l’éducation à l’interculturel fondamentale dans l’apprentissage des langues, lors de voyages scolaires, séjours linguistiques, échanges interclasses, interventions de locuteurs natifs en classe. La rencontre doit être préparée comme la sortie scolaire, aussi l’interview (ou le dialogue) nécessite-t-il une mise en questions et une enquête sur le terrain. Donc, en classe de langue, les activités d’écriture et de mise en dialogue d’un sketch / interview sont au cœur du carnet de rencontre(s) qui raconte la rencontre et l’échange interculturel. Du jeu de rôle au carnet de rencontre, c’est bien le sketching ou sketchtime qui nécessite une narration transmédia ou storytelling transmédia (Mélanie Bourdaa, chercheuse au MICA).

Le carnet de rencontre(s) est un outil formateur en classe de langue qui nécessite plusieurs outils numériques et différentes étapes dans la mise en œuvre en classe :

  1. La story décrit le contexte de la rencontre : raconter une histoire en format visuel, vertical, fragmenté qui favorise la proximité et l’engagement de l’audience.
  2. Le profil sur un réseau social : connaître le parcours personnel et professionnel
  3. Le selfy vidéo de présentation de chaque dialogueur : dresser un portrait original et attractif
  4. Le questionnaire numérique : carte mentale des questions et mise en forme d’un quizz
  5. La réalisation du jeu de rôle en distanciel (via Skype ou Zoom)
  6. Le commentaire de la vidéo : insertion de commentaires, d’images, notes, liens web pour compléter le document de l’interview filmé.
  7. La trace écrite scénarisée des questions et des réponses peut être réalisée via un outil de création de BD.
  8. La création artistique ou médiatique avec du photocollage numérique et des nuages de mots des termes clés du dialogue.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage sur les pas d’écrivains européens

Un Tour des littératures de voyage européennes serait un projet à investir en Lettres et Langues. A la fois pour la formation pour notre culture européenne et pour l’initiation à la littérature de voyage, ce projet littéraire permet de découvrir les grands écrivains du voyage de plusieurs pays en Europe. Il pourrait d’ailleurs faire référence au Grand Tour (cf. à l’ouvrage “Autoportrait de l’Europe par ses écrivains”) du XVIIIe siècle à l’apogée de la littérature européenne, comme séance préambule du projet. Ensuite, l’itinéraire de voyage des écrivains étudiés serait le scénario du carnet de voyage à créer. Centrer le regard des étudiants ou des lycéens en section européenne sur le choix de cinq écrivains permettrait de forger un socle commun culturel européen en vue d’un projet pédagogique sur la littérature de voyage européenne: Goethe, Cervantes, Stevenson, Alberto Moravia et Chateaubriand. Dans le cadre des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe, nous pouvons découvrir les chemins voyageurs ou les itinérances de ces artistes. Le CRVL, Centre de recherche des littératures de voyage, facilite les recherches sur le corpus littéraire, de plus la plupart des écrivains ont leur site de références et d’analyses littéraires. Il s’agit alors d’interroger autant les motivations de l’artiste que le récit de voyage.

Comment chaque écrivain s’est-il nourri du voyage ? Comment sa perception de l’ailleurs est-elle retranscrite ? Comment son évocation du voyage est-elle le reflet d’une culture ? Enfin, le voyage serait-il un socle commun culturel à l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France ? Pourquoi le voyage a t-il été considéré comme un moyen de formation en arts et en lettres ?

Il serait pertinent d’élargir à tous les pays européens et à d’autres écrivains européens, soit sélectionner un écrivain voyageur par pays en Europe. De plus,  la “Route des écrivaines” comme itinéraire culturel du Conseil de l’Europe est très inspirante. Un autre itinéraire serait à découvrir : l’itinéraire culturel “Sur les traces de Stevenson”.

Le voyage en Italie de Goethe de 1786 à 1788 retrace « un récit où se mêlent l’art et la vie. Goethe traverse Vérone, Vicence, Venise, Padoue, Ferrare, Bologne, Florence, Pérouse, Rome, Naples, Palerme. Il admire l’art classique, contemple les paysages, se lie avec la population : son expérience est intense ».

L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche de Miguel Cervantes publié en deux parties en 1605 et 1615.

Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert-Louis Stevenson publié en 1879.

Voyage à Rome d’Alberto Moravia publié en 1989.

Voyage en Italie de François-René de Chateaubriand écrit en 1803-1804.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Manifestations culturelles sur le carnet de voyage

« Le Rendez-vous du carnet de voyage » à Clermont-Ferrand, du 18 au 20 novembre 2022 : https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

L’évènement national et international (22e édition) mérite le détour de tout voyageur passionné et curieux car il porte sur le carnet de voyage intermédia, c’est à dire ouvrage, film, site web ou blog, carnet sonore…Ce festival est un voyage en soi, intense et inoubliable, qui offre tant de surprises et de rencontres de l’autre bout du monde (carnettistes internationaux) !

Quand on y vient une fois, on y retourne tant de fois !

« Carnet de voyage, une écriture du monde » à Bordeaux, des 3 et 4 décembre 2022 : https://www.lettresdumonde33.com/salon-carnet-de-voyage

La manifestation bordelaise (8e édition) est unique dans son originalité et son regard sur l’environnement et la nature dans l’espace innovant “Darwin” sur l’autre rive de la Garonne. La mise en scène du voyage est tournée vers la créativité et l’autre culture. Chaque artiste y propose son point de vue d’éco-responsable, d’ethnographe, de voyageur, de journaliste… à travers son art graphique privilégié : aquarelle, dessin, photographie, carte, pastel…Le beau livre d’art « carnet de voyage » est dans son écrin.

Quand on y goûte, on s’en délecte !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts