A propos Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

Colloque de Cerisy-la-Salle « Saisir le rapport affectif aux lieux »

Argumentaire du colloque international « Saisir le rapport affectif aux lieux » du Centre Culturel International de Cerisy du vendredi 15 juin au vendredi 22 juin 2018 :

Se dirige-t-on vers une fabrique affective des lieux? Qu’il s’agisse d’architectes, de designers, d’économistes, de géographes, de paysagistes, de sociologues, d’urbanistes, d’artistes ou d’habitants, nombreux sont ceux qui, au niveau conceptuel ou pratique, manifestent un intérêt vis-à-vis du rapport affectif aux lieux. Toutefois, si les discours en ce sens se multiplient, les difficultés rencontrées sont importantes lorsqu’il s’agit de capter, comprendre, mobiliser ou encore susciter les émotions et les sentiments tant — entre aimer et ne pas aimer, témoigner de l’indifférence ou de la détestation — l’éventail est large et les mécanismes complexes. En outre, les termes employés qualifient autant la personne qui formule un sentiment, que les lieux concernés et la relation elle-même.

Questionnant la possibilité d’une fabrique affective des lieux, ce colloque a deux objectifs. Le premier consiste à saisir le rapport affectif aux lieux: d’une part, en tentant une clarification des dimensions du champ de l’affectif; d’autre part, en confrontant les méthodes scientifiques et les démarches engagées par les acteurs de terrain pour y parvenir. Le second objectif entend aborder les raisons et manières de se saisir de ce rapport affectif pour la transformation des espaces habités. Quelle place lui accorder? Dans quel but? Est-il possible, souhaitable, d’atteindre une certaine amabilité des lieux? Quels en sont les risques? Comment passer du savoir au faire et au savoir-faire?

Au cœur de ce faisceau d’interrogations, les échanges revêtiront des modalités diverses, de la communication suivie d’un débat à l’atelier in situ, de la table ronde à l’arpentage de terrain, mobilisant des compétences très diverses, académiques, opérationnelles, habitantes.

Découvrir le programme en ligne : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/lieux18.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage – reportage, bulletin d’information, n°34, mai 2018

Actualités du carnet de voyage, n°34, mai 2018

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage et d’apprentissage : pour une pédagogie de projet

Dans le cadre du professorat des écoles PE T1, impulsé par l’IEN et l’ESPE d’Aqutaine, les enseignants néotitulaires ont bénéficié d’un stage de formation continue de trois demi-journées (le mercredi après-midi) axées sur les outils et les méthodes pour la pratique, en donnant une priorité à l’apprentissage continué de la lecture-écriture et en s’appuyant sur deux ou trois disciplines pour établir des critères favorisant la différenciation des apprentissages (en vue d’une évaluation efficiente). Faire produire des écrits de travail est indispensable à l’acte pédagogique en classe : fondement de l’acquisition de la maîtrise de la langue et de l’expression personnelle (référence : Chabanne J-C.  Bucheton D. « les écrits intermédiaires » : https://www.erudit.org/fr/revues/qf/2008-n149-qf1100688/1737ac.pdf ).

Les objectifs spécifiques ont été les suivants : 

Favoriser l’implication des élèves, l’évaluation et la différenciation en lecture – écriture

– Etudier des exemples concrets de pluridisciplinarité (vidéos blog PI, productions, séquences) répartis en Langue, Lettres et SVT – EDD, Arts visuels, géographie et histoire

– Cibler sur les écrits intermédiaires à produire pour aboutir à la production finale « carnet de voyage de la classe »

– Utiliser le carnet de voyage, outil pédagogique pluridisciplinaire pour une pédagogie active et créative

– Lister les outils numériques et en arts visuels.

– Réaliser une carte heuristique : discipline / programme / compétences / activités / évaluation

– Choisir un type écrit intermédiaire à produire / élève ou groupe d’élève afin d’aboutir à la production finale du carnet de voyage de la classe.

– Penser l’évaluation selon les critères ou compétences ciblés.

– Faire participer les élèves à la mise en projet sous la forme d’une carte mentale réalisée en classe.

– Envisager trois types d’écrits selon le type de carnet envisagé dans sa classe : carnet de voyage imaginaire, carnet de voyage réel ou de reportage, carnet de voyage d’échange ou virtuel.

L’évaluation positive proposée lors à la fin du stage : il s’agit de construire des ressources à partager entre les groupes en fin de formation.

Vous choisirez l’un des trois types d’écrits évoqués en vue du projet de carnet de voyage (imaginaire, réel ou d’échange) que vous avez proposé à vos élèves. Vous avez donc le choix entre trois types d’écrits intermédiaires :

– L’itinéraire imaginaire à partir d’images d’album en vue du carnet de voyage imaginaire

– Le compte-rendu de visite en vue du carnet de voyage réel

– L’interview en vue du carnet de voyage d’échange

Vous présenterez à vos collègues votre projet de carnet de voyage mais surtout les étapes de lecture – écriture, puis celles liée à la rédaction réalisée par vos élèves, notamment à partir de l’outil de la carte mentale. L’usage de cet outil pédagogique permet de structurer les étapes de l’apprentissage.

Vous présenterez une capture vidéo de l’activité de vos élèves et surtout de leurs productions intermédiaires. Vous scannerez les différents travaux de vos élèves qui ont permis aboutir à la tache finale de rédaction. Vous commenterez leur progression dans leurs apprentissages. Vous analyserez les différents écrits qui ont été nécessaires à la production finale.

Nous échangerons nos réflexions afin de déterminer des critères favorisant la différenciation des apprentissages.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage numérique, outil de formation à l’ESPE d’Aquitaine

Le dispositif du PPN, Projet pédagogique numérique (20 HTD), dans le cadre de la formation des étudiants et stagiaires enseignants du Master 2 MEEF à l’ESPE d’Aquitaine est un cadre propice à une pédagogie de projet en classe qui valorise la pluridisciplinarité et l’usage d’outils numériques. Cette année, le Prix « Espoirs ESPE » a valorisé 17 PPN pour leurs qualités d’innovation, de mise en oeuvre pédagogique et de pratique numérique.

Investie dans quatre PPN (Professorat des écoles, PLC d’Allemand, PLC d’histoire- géographie et CPE), j’ai adapté le carnet de voyage à chaque parcours d’enseignement pour le 1er degré et pour le 2d degré : 26 PPN « Carnet de voyage » et 25 PP « Carnets de paysage transmédia » auxquels s’ajoutent 9 carnets de patrimoine numérique des étudiants ERASMUS (atelier de 6 HTD). Soit, au total, 60 projets de type carnet de voyage ont été lancés par les étudiants de Master 2 ou les stagiaires enseignants durant cette année 2017-2018.

Chaque PPN est axé sur un type de carnet de voyage, choisi en fonction d’une analyse des besoins d’apprentissages dans la classe : réel, imaginaire ou virtuel. De plus, la plupart allie deux productions « carnet de voyage » complémentaires : un carnet album en arts visuels, destiné à un travail individuel ou en binôme d’élèves (1er semestre) et un carnet numérique webdocumentaire de la classe (2e semestre). De plus, l’angle de vue ou le sujet envisagé permet à l’enseignant de proposer un carnet de reportage ou un carnet de patrimoine, un carnet scientifique ou un carnet artistique, un carnet ouvrage ou vidéo ou numérique, un carnet de voyage – spectacle. La déclinaison du médium permet d’adapter le projet au plus près des intérêts des élèves et des apprentissages visés.

Objectifs pédagogiques :

1- Construire des savoirs sur un « modèle spiralaire » de l’acquisition des connaissances (Jérome Bruner)

2- Donner du sens aux apprentissages dans le cadre du pédagogie de projet qui est centrée sur l’activité de l’élève (John Dewey, Jean Piaget)

3- Prendre en compte les intelligences multiples (Howard Gardner)

4- Valoriser les compétences de créativité et d’esprit critique (Maud Besançon, Todd Lubart)

5- Favoriser les interactions sociales (Lev Vygotsky, Jérome Bruner)

6- Penser la pluridisciplinarité (sciences, géométrie, arts…) et la pédagogie de projet (Philippe Perrenoud) : le projet peut fédérer tous les apprentissages disciplinaires au fil de l’année, y compris en EMI, EAC et EMC

7- Pratiquer la différenciation pédagogique et développer les écrits intermédiaires (Dominique Bucheton)

Une sélection des sujets de carnets de voyage réalisés dans le cadre du Professorat des écoles :

Le tour du monde en ombres chinoises en CM1 par Marion Garrigues

Voyage au coeur de la République en CE2 par Alexandra Pineau

Voyage de la classe Chronos dans l’Antiquité en CE2 – CM1 par Eva Biaudis

Le Tour du monde en 80 jours de Jules Verne en CM1 – CM2 par Mélanie Delaunay

Double je(u) en pays de Latresne: un double carnet de voyage réel et imaginaire par

Mathilde Duplessy

Carnet de voyage à L’île Rouge : Madagascar en CE1 par Barbara Lafosse

– Voyage à New-York à travers l’album “Hello, I’m Lily from New York City ”en CE2 par Marion Lamothe et Nolwenn Le Bihan

«  Tour du monde des CE1» en Afrique, Asie et Europe en CE1 par Lory Lefevre et Cloé Alvarez

Carnet de Voyage sur Saint-Pierre et Miquelon en CM2 par Virginie Drake (mémoire Master MEEF)

Carnet de voyage sportif en « Terres de foot » en CM1 par Romain Labat et Marline Nayagom- Terrier

Carnet de voyage scientifique Au fil de l’eau en CM1 par Nathalie Beurel (mémoire Master MEEF)

Quatre carnets de voyage qui ont concouru au Prix « Espoirs ESPE » lancé par l’ESPE d’Aquitaine, lors du Forum EDUCAVOX à CAP Sciences, le samedi 26 mai :

Revenir avant de partir : un voyage au-delà de la vitesse lumière Mathias Adam, professeur stagiaire en Allemand. Dans le cadre d’un EPI (Physique, SVT, Langues, Histoire) lancé dans le collège Alfred Mauguin à Gradignan, sur le voyage dans notre système solaire, nous partons à la découverte des planètes sur notre vaisseau Kepler5253. Un intérêt particulier est apporté à la levée des limites physiques concrètes d’un tel voyage. Chaque page numérique illustre donc la solution trouvée pour accéder à la prochaine planète et dépeint ce que nous y avons trouvé. Une expérience de la loi de relativité universelle temps/distance est menée avec un professeur de physique en Allemagne. Une version « Twine » plus interactive (histoire à choix multiple) est prévue, notamment dans le cadre de notre paradoxe quantique initial : faire et posséder le carnet avant de partir (voir Einstein).

Carnet de voyage – spectacle autour du monde en ombres chinoises  Marion Garrigues, Professeur des écoles stagiaire présente un projet pédagogique numérique autour de l’éducation artistique et culturelle.  Les élèves de CM1 nous font parcourir sept pays au travers d’un spectacle en ombres chinoises. Ce voyage prend plusieurs formes : un état des lieux a été élaboré grâce à de la documentation sur les pays et des recherches expérimentales. La construction d’un récit de fiction a permis de créer un scénario pour le tournage du spectacle. Ce carnet de voyage audiovisuel mêle les performances artistiques de cirque, de mimes et d’acrogym. Un voyage entre art et culture qui permet de suivre l’histoire des ombres des élèves capturées par des sorcières, prêtes à tout pour retrouver leur corps.

Carnet de voyage sur St Pierre et Miquelon – V. Drake – Fouchard, Professeur des écoles stagiaire. Réaliser un carnet de voyage sur Saint-Pierre et Miquelon constitue un projet pluridisciplinaire en classe de CM2. Dans le cadre du thème 2 de géographie « Communiquer à l’autre bout du monde grâce à Internet », il s’agit de faire vivre la pluridisciplinarité (français et arts plastiques) et de coopérer en classe. Découvrir la vie des saint-pierrais et miquelonais et rencontrer une nouvelle culture tout en communiquant à l’autre bout du monde grâce à Internet ouvrent des horizons tant géographiques que pédagogiques.

Carnet transmédia sur le paysage – Marie-Béatrice Gaillac, Jean-Mathieu Legeay, professeurs stagiaires en Histoire-Géographie. En collège, à partir d’un paysage, lieu ou région que l’enseignant stagiaire garde comme trame du cours de géographie durant plusieurs séances, il analyse avec ses élèves tous les sujets étudiés en géographie (humaine et physique), tant les enjeux d’aménagement qu’environnementaux, et réalise une narration fictive ou imaginaire transmédia d’un carnet sur le patrimoine. A partir de toutes les productions numériques réalisées en classe, il s’agit de tisser du sens entre elles en construisant une narration transmédia.

http://pi.espe-aquitaine.fr/concours-forum-du-numerique-2018-de-lespe-avec-educavox/

Les trois primés « Espoirs ESPE »: http://pi.espe-aquitaine.fr/resultats-du-concours-forum-du-numerique-2018/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage numérique, outil de formation à la mobilité internationale

L’atelier « carnet de voyage numérique » (6 HTD) a permis de proposer aux dix stagiaires ERASMUS (d’origine Suisse, Italienne, Serbe, Turc…) invités à l’ESPE d’Aquitaine, la réalisation numérique d’un carnet de patrimoine. En effet, comment garder la trace de son séjour et apporter une valeur ajoutée à sa mobilité ERASMUS ? Comment proposer une évaluation positive de l’expérience ERASMUS (Europass ou Curriculum – vitae) ? En quoi l’expression écrite demandée lors des cours de Français peut-elle être enrichie par des recherches et favoriser une implication personnelle ? L’outil « carnet de voyage » est largement utilisé pour l’enseignement du FLE, Français langue étrangère, ou du FLS, Français Langue Seconde, et pour l’apprentissage des langues depuis la distinction Label Européen des Langues reçue en 2011. Dans cet atelier, nous avons souhaité inciter au regard original et inversé : le patrimoine aquitain vu par des étudiants étrangers qui découvrent notre territoire. De plus, le carnet de voyage est devenu un outil de médiation du tourisme que les offices de tourisme investissent.

L’atelier s’est déroulé en sept temps :

– Communiquer sa découverte du patrimoine

– Observer, ressentir, récolter et décrire (les étapes)

– Créer un carnet original (arts visuels)

– Raconter en images ( composition visuelle)

– Commenter son point de vue sur l’image

– Créer un livre numérique (au fil des pages)

– Réaliser un webdocumentaire (multimédia)

Présentation de la narration du carnet de voyageJe vous propose une promenade à travers la région Nouvelle Aquitaine afin de vous faire découvrir un de mes endroits préférés. Comme tout carnet de voyage, je retrace mon périple ou ma pérégrination du départ à l’arrivée, en référence à « l’album amicorum » des étudiants germaniques des 16 e  – 17 e siècles, en quelque sorte les premiers « carnets ERASMUS ». Notre ballade parle aux cinq sens (vue, odorat, ouïe, toucher, goût) et évoque mes impressions sensorielles et poétiques au fil de mes découvertes du patrimoine aquitain (Nouvelle Aquitaine). A travers ce carnet, je souhaite garder en mémoire mes découvertes mais aussi témoigner de ma mobilité internationale ERASMUS sur Bordeaux qui a lieu de février à mai 2018.

Présentation des titres des carnets de voyage :

– Carnet d’une promenade à travers le village de Saint Emilion et de sa viticulture par Joanna PETER

– Mon carnet de voyage au Cap Ferret par Sara VAY

– Mon carnet de voyage à Bordeaux dans la quartier Des Chartrons par Irena LUKIC

– Mon carnet de voyage à Pessac: du Château Pape Clément à Cité Frugès par Léa DORNES

– Mon carnet de voyage dans la Nouvelle Aquitaine : la dune du Pilat par Jelena POPOVIC

– Mon carnet de voyage à Lormont : du Parc de l’Ermitage Sainte-Catherine à la Ferme des Iris par Danica CAJIC

-Mon carnet de patrimoine sur la Cathédrale Saint André par Remzi DEMIR

Hors de la région Nouvelle Aquitaine : 

– Mon petit voyage à Nantes par Chiara D’ANGELO

– Mon carnet de voyage dans la ville rose « Toulouse » par Nisanur GUL

Les productions numériques des stagiaires ont été présentées lors des 2emes Journées de l’Europe et de l’International de l’Education, organisées par le service des RI de l’ESPE d’Aquitaine, les 16 et 17 mai 2018 (voir le programme ci-joint).

http://www.espe-aquitaine.fr/actualite/journees-de-leurope-et-de-linternational-de-leducation

Certains étudiants ERASMUS pourront candidater au 6e Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant dont l’appel sera lancé le 15 juin 2018 :

https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2016/06/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant/

Nous aimerions prolonger l’action culturelle lors des prochaines éditions des ERASMUS DAYS, les 12 et 13 octobre 2018 labellisés « Année Européenne du patrimoine culturel ». Leur ambition est d’essaimer dans les 201 pays éligibles au programme ERASMUS + : l’appel à projet est ouvert de juin à octobre.

https://www.generation-erasmus.fr/erasmusdays-2018-fr/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage mis en scène, outil de médiation de l’interculturalité et d’évaluation des voyages scolaires

Un projet d’établissement a été lancé à la rentrée dernière au lycée François Magendie de Bordeaux par Catherine Despouys, Professeur certifiée de Documentation, afin de médiatiser l’ensemble des nombreux voyages réalisés depuis deux ans et de montrer en quoi les voyages sont formateurs pour le lycéen et comment il serait envisageable de faire oeuvre commune des expériences de chacun et comment les lycéens pourraient partager leur vécu de l’altérité. Cette idée m’a enthousiasmée car mes recherches portent sur l’éducation par le voyage et sur la formation par la mobilité internationale dans une perspective de construction de soi et de projection dans l’avenir. Le carnet de voyage est un outil pédagogique depuis 1998 et distingué par le Label européen des Langues en 2011. Aussi, comment renouveler le regard des enseignants sur ce médium ? Nous avons souhaité croiser l’EAC, éducation artistique et culturelle, avec l’EMI, l’éducation aux médias, à travers un projet ambitieux relié à la vie scolaire et à l’épanouissement des lycéens.

Douze voyages ont été recensés. Aussi, comment arriver à faire un lien entre eux et établir des ponts culturels, éducatifs ou formatifs ? Comment évaluer l’apport éducatif et l’évolution des représentations des lycéens partis en voyages scolaires ? Comment garder une trace et une mémoire collectives des expériences vécues personnelles ? Comment envisager une interaction réflexive sur le vécu de chacun ? Comment médiatiser ces échanges souvent informels ? Comment tendre vers une évaluation formative d’une pratique scolaire considérée comme secondaire et pourtant si formatrice par l’ouverture sur l’Autre et le monde ?

A trois enseignantes – documentalistes (Catherine Despouys, Emmanuelle Troy et Pascale Argod), nous avons lancé le projet intitulé « Carnets de voyages : impressions partagées et mises en scène du voyage » qui a fédéré deux demi-journées de stage d’équipe et deux temps de workshop. Notre objectif est la réalisation du carnet de voyage interarts et transmédia des 12 voyages scolaires. L’angle de vue choisi a été défini avec l’équipe éducative : les perceptions culturelles portées sur la vie de l’adolescent au fil des pays visités, en fonction des échanges avec les correspondants étrangers, selon les expériences des lycéens dans les établissements scolaires étrangers ou dans les familles d’accueil.

Le premier stage d’équipe, animé par Emmanuelle Troy et Pascale Argod le 12 décembre 2017, a ciblé plusieurs objectifs en vue de la réalisation d’un « carnet de voyage transculturel, transmedia et interarts » (P. Argod) :

  • Dresser un panorama et une typologie du carnet de voyage : un genre éditorial axé sur le reportage ou sur le patrimoine
  • Penser le carnet de voyage comme outil pédagogique et d’évaluation
  • Différencier les temps du voyage liés aux apprentissages, à la réflexivité et à la créativité
  • Evoquer la démarche d’expression personnelle et de mise en pratique artistique et médiatique
  • Lister les outils numériques pour aider à la réalisation
  • Présenter des carnets de voyages trans-artistiques (dimension musicale, théâtrale, visuelle et audio-visuelle)
  • Dresser les pistes et les axes de travail avec les élèves en fonction des objectifs pédagogiques propres à chaque discipline : de l’expérience individuelle vécue à la production scolaire, puis à l’oeuvre collective.
  • Elaboration d’un guide de « collecte » à l’attention des élèves, en vue d’une production scolaire individuelle dans le cadre du cours ou de la création collective d’un spectacle-carnet de voyage pluridisciplinaire
  • Faire œuvre commune : réflexion collective sur la trame narrative (transmédia) de chaque « récit » de voyage / du spectacle final.

J’ai essayé de favoriser la mise en commun sur  le sujet « Le carnet de voyage comme évaluation du voyage scolaire ». Aussi, à partir de  leurs ressentis, comment les lycéens s’approprient-ils leurs voyages au fil des trois étapes du carnet : avant / pendant / après ? Mon intervention a porté sur quelques enjeux éducatifs :

  • Le carnet comme parcours initiatique face à l’altérité, outil de réflexivité sur ce qu’ils voient, captent, ressentent, découvrent…
  • Le genre éditorial et les types de carnets
  • La démarche en classe : une pédagogie de projet
  • L’évaluation formative : ce qu’on attend d’un carnet de voyage scolaire, ce qu’un élève doit collecter, ce qu’il garde en mémoire, ce qu’il consigne
  • Du questionnement ou démarche heuristique à la mise en projet

Le déroulement du projet comporte en effet plusieurs étapes :

– L’élaboration du scénario préalable en fonction de la collecte des éléments constitutifs des carnets individuels, avant-pendant-après le voyage.

– La réalisation des productions individuelles ou de groupe, évaluées au préalable par l’enseignant.

– La sélection par les élèves dans chaque classe d’un « best of » des productions à intégrer au spectacle final

– La construction par des lycéens volontaires du « scénario » de leur intervention dans le spectacle (vidéo, présentation  numérique, captation sonore, chant, musique …) et leur interprétation sur scène.

– La mise en commun en vue du spectacle final qui nécessite l’ articulation de tous les types de médias et de toutes les  interventions musicales menées par Emmanuelle Troy.

Emmanuelle Troy, artiste en résidence, expérimente depuis notre rencontre en 2010, le carnet de voyage – spectacle et créée des scénographies multimédia sur scène de ses voyages en Chine et en Orient. « Carnets de Chine » est un carnet de voyage précurseur dans la mise en forme transmédia et interarts, d’une originalité certaine et d’une qualité artistique inspirante. En vue du projet d’établissement « Carnets de voyages : impressions partagées et mises en scène du voyage », elle accompagne les lycéens dans leur création artistique et médiatique et oeuvre à la mise en scène finale. Son expérience créative est précieuse, comme vous pouvez le découvrir dans les oeuvres de l’association Ar’khan https://arkhan-asso.com/ : Carnets de Chine et Orients. https://www.youtube.com/watch?v=qWqNNeu3wvg&feature=youtu.be

https://www.youtube.com/watch?v=DmWgfV252P4&list=PLt1MQvIEIJbpdQyJlAOMqoHK5VxHNlGl1

Après le challenge et le vernissage lors de la Journée du Lycée autrement au mois de mai, le projet se prolonge à la rentrée, suite au deuxième stage d’équipe « Créer un carnet de voyage numérique » proposé en fin d’année. Nous souhaiterions établir des liens entre les productions médiatiques et les créations artistiques des lycéens. Quelle narration transmédia et transarts pourrions-nous envisager pour une médiation transculturelle ? La question est complexe tant pour la gestion du projet que pour  la production puis la médiation souhaitée.

http://www.magendie.net/vie-lyceenne/jdla

Ce projet est certes ambitieux mais porteur d’innovation, notamment dans le cadre des mobilités internationales ERASMUS au collège, au lycée mais aussi à l’université. Il a été présenté lors des 2emes Journées de l’Europe et de l’International de l’Education, organisées par le service des RI de l’ESPE d’Aquitaine, les 16 et 17 mai 2018 (voir le programme ci-joint).

http://www.espe-aquitaine.fr/actualite/journees-de-leurope-et-de-linternational-de-leducation

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Communications en colloque sur le thème du voyage et de l’interculturalité

Vingt et une communications personnelles sur le thème du voyage et de l’interculturalité

  1. « Formation à la créativité et à l’esprit critique à travers la confrontation à l’altérité : le carnet de voyage, outil d’évaluation de la mobilité », Colloque international Education à la mobilité, ESPE de Caen, Université de Caen Normandie, les 23-24 novembre 2017.
  2. « Vers une communauté d’apprentissage via le voyage et le tourisme créatif». Colloque international « Voyage et formation de soi : se former par l’épreuve de l’ailleurs et de la rencontre ». Symposium « L’acquisition de compétences interculturelles en mobilité internationale : apprentissages, identification et évaluation ». Université de Rennes 2, du 15 au 17 juin 2017.
  1. « Le carnet de voyage, du carnet ethnographique au livre d’artiste : images témoignages et imaginaires de l’exotisme (corpus sur l’Amérique Latine) » dans le cadre d’ AMERIBER (EA 3656) de l’université Bordeaux -Montaigne, à la Maison Atlantique des SHS le 3 juin 2017.
  2. « Le carnet de voyage pour l’enseignement des langues pour une pédagogie « créactive » dans le cadre du PPN projet pédagogique numérique», Journée Pédagogie & Innovation DidacTICE 4 organisée par l’université de Bordeaux – Montaigne à la MSHA le 16 mai 2017.
  3. «La fabrique du carnet de voyage et les apprentissages mobilitaires ». Colloque international L’éducation aux voyages : sensibilisations, apprentissages et productions touristiques » organisé par l’Association Tourisme Recherche et Enseignement Supérieur (AsTRES) et l’Université de Bretagne Sud, du 20 au 22 juin 2016 à l’université de Bretagne Occidentale, site de Quimper.
  4. « La médiatisation d’un tourisme « hors des sentiers battus » dans une édition touristique créative», 4e colloque International de l’Association ASTRES (Association Tourisme, Recherche et Enseignement Supérieur) et l’université de la Sorbonne, « Le tourisme hors des sentiers battus : coulisses, interstices et nouveaux territoires touristiques » à Paris – La Sorbonne du 21 au 23 Mai 2014
  5. « Processus créatifs du carnet de voyage – reportage, outil d’une pédagogie transversale créative » au colloque international Créativité et apprentissage : un tandem à ré-inventer organisé par l’HEP Vaud, Ecole des Hautes Etudes pédagogiques (UER Enseignement, apprentissage et évaluation, Didactiques de l’art et de la technologie) à Lausanne, mai 2014.
  6. « Valeur et philosophie du voyage à travers le carnet de voyage, passeport vers l’Autre, collecte du sensible et évaluation du vécu », XXVe Journées scientifiques de la Société d’écologie humaine, colloque « L’écologie humaine en voyage » à Bordeaux, les 19 et 20 septembre 2013.
  7. « Le carnet de voyage, une oeuvre artistique : exotisme, créativité et transculturel», Journée séminaire « Création, créolisation, créativité », de l’université Bordeaux 3 le 11 avril 2013.
  8. « Le carnet de voyage – reportage et de mobilité, un outil innovant et créatif pour la mobilité internationale et universitaire », Colloque «Mobilités universitaires : regards et pratiques » organisé à l’UVSQ, université de Versailles St-Quentin en Yvelines, les 13 et 14 décembre 2012.
  9. « Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.
  10. « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel », Journée d’étude de la MSH de Clermont-Ferrand « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? », le 16 novembre 2012.
  11. « Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques : une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage», 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon sur « Les cultures du déplacement, Mobilités et requalifications des lieux et des territoires » organisé par l’Université de Nîmes, juin 2012.
  12. « Le carnet de voyage numérique, du voyage vécu au virtuel : de nouvelles expressions artistiques de la mobilité à la géopoétique du monde », colloque « Poétique du numérique 3 Valeur de l’imaginaire: mobilité/fixité et territorialité », les 12-13 juin 2012, Nantes.
  13. « Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle », colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011.
  14. « Les arts graphiques – reportage graphique, carnet de voyage et livre d’artiste – pour l’apprentissage des langues et des cultures à travers une pédagogie créa(c)tive » au colloque « Art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures » organisé par l’université d’Angers du 5 au 7 septembre 2011.
  15. « Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage de la mobilité en Europe, de l’interculturel et de la citoyenneté européenne », colloque européen de l’AEDE-France, Association Européenne de l’Education « L’Ecole, avenir de l’Europe ? L’Europe, avenir de l’école ? » à Paris du 20-21 novembre 2010.
  16. « Le carnet de voyage, un outil de réflexivité sur l’Interculturel », colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » organisé par l’Université de Limoges-DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010.
  17. «  La représentation de l’ailleurs dans l’image métissée du carnet de voyage : exotisme, vision touristique ou ethnographique », colloque international « Images de l’étranger », à l’Institut National de l’Audiovisuel et à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, les 21 et 22 octobre 2010.
  18. «Eduquer à l’interculturel : la démarche du carnet de voyage et de mobilité », Congrès « Mobilité internationale, la lettre et l’esprit », Agence Europe Education Formation France, les 28 et 29 juin 2010.(session n°9).
  19. « Visions du monde et de l’interculturel dans le médium du carnet de voyage » au colloque « Communication et identités : (en)jeux des représentations », REPLIC du laboratoire MICA de Université Bordeaux III, le 27 mai 2010.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire

La semaine du développement local consacrée aux « territoires et à leur connaissance : quels acteurs, techniques et outils ? » s’est déroulée du 15 au 19 janvier 2018; elle a permis aux étudiants de l’IUT Bordeaux – Montaigne d’exposer leurs carnets d’enquête de terrain sur la ligne C du tram de la ville de Bordeaux. Le carnet d’enquête est en effet un outil pour une connaissance sensible d’un territoire. Afin de rendre complémentaires les disciplines de Géographie sociale et de Littérature, Jean-Luc Richelle et Emilie Fort-Ortet ont lancé l’expérience « carnet d’enquête » avec une trentaine d’étudiants de deuxième année en animation sociale et socio-culturelle de la filière ASSC « Développement local et interculturel ». Dans le cadre de cette spécialisation, ils apprennent à réaliser une enquête de terrain afin d’identifier « les ressources spatiales et sociales d’un territoire, observer et analyser les actions et acteurs porteurs de dynamique sociale », comme le définit Jean-Luc Richelle. Les quartiers des arrêts de la ligne du Tram C ont été définis comme terrains d’enquête. Et, après plusieurs semaines d’enquête in situ, les étudiants ont remis leur carnet et en ont fait une présentation orale. Une pédagogie de l’émancipation est prônée à partir de la démarche des carnets d’enquête d’Emile Zola qui reposent sur trois aspects : la sensorialité (ce que l’on voit du terrain), l’observation (ce que l’on sait et apprend du terrain) et la réciprocité art et enquête (indices collectés et rendus en arts graphiques). Sous la responsabilité de l’enseignante Chantal Crenn, certains ont aussi réalisé un « diagnostiK ethnophotographiK » sensible sur la cité du Dorat.

http://www.iut.u-bordeaux-montaigne.fr/2013/01/15/semaine-du-developpement-local-a-lire-a-voir/

Voir les articles publiés sur ce projet universitaire : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

  • Dépasser les empêchements . Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018, ICEM Pédagogie Freinet.
  • Accompagner l’auto-émancipation en formation universitaire. Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°233, juin 2017, ICEM Pédagogie Freinet.

Mon intervention intitulée Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire a tenté d’expliciter l’intérêt du carnet d’apprentissage pour l’étudiant et celui du carnet de recherche pour le chercheur. Dans la lignée de l’ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien de Remi Hess (Anthropos, 1998), le carnet est un outil de démarche ethnographique pour les sciences humaines et sociales. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de reporter des faits et d’en témoigner, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.  Le carnet d’apprentissage, du carnet de recherche ou de terrain, est un document primaire de données brutes qu’il soit carnet ethnographique, carnet sociologique ou carnet de géographie.

La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie (La description ethnographique. François Laplantine). L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie publié en 1947. Dès 1934, dans ses carnets de récoltes, Théodore Monod transcrit sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue touareg. Toute pratique, qui manifeste une identité collective, est susceptible d’être étudiée par l’ethnologue. Dès 1989, Marc Augé avec son étude du marché de l’immobilier de luxe, brouille les frontières entre ethnologie et sociologie afin de lancer une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien » qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994. L’artiste carnettiste Elsie Herberstein l’applique dans son carnet intitulé Viens chez moi, j’habite dehors publié en 1994.

         Depuis 2005, Les Carnettistes Tribulants lancent le carnet de reportage-interview, d’approche sociologique, à travers deux carnets : Vivre vieux : carnets de rencontres et Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. Dans le premier carnet, le collectif a abordé sans tabou la question de la vieillesse à contre-courant du discours dominant. Après avoir partagé la vie quotidienne de retraité(e)s, ils recueillent en mots et en images leur art de vieillir : leurs activités, leurs lieux de vie et leurs passions. Damien Roudeau croque la vie de 140 travailleurs du port de Brest dans Brest à quai : carnet de bord des travailleurs du port de Nicolas Le Roy.

Plan de l’intervention :

  1. Des carnets de terrain, ethnographique et sociologique : démarches ethnographique , heuristique et de recherche
  2. L’approche sensible : arts graphique (photo, dessin) et sens, cartographie sensible et géographie subjective.
  3. La construction du territoire et la prise en compte des habitants : de la géographie sociale, « géographie – cartographie sensible »
  4. Une typologie de carnets / développement local (projet urbain, tourisme, environnement, interculturalités…)

Le Centre des Ressources de l’IUT a proposé de réaliser l’acquisition de la vingtaine de carnets proposée comme corpus : voir la table de présentation à la fin de l’intervention que les étudiants ont beaucoup appréciée, si curieux de les feuilleter !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De la nature au coeur du carnet de voyage, une médiation patrimoniale sensible

La demi-journée professionnelle, lors de la manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves, donne la parole à Stefano FARAVELLI, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. Il témoigne de « L’atelier in situ » au coeur de la forêt « mystère », cachée ou sanctuaire. (http://www.stefanofaravelli.it/ ou https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/repertoire/stefano-faravelli/).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée professionnelle propose aux collègues d’imaginer un projet culturel qui facilite une collaboration entre bibliothèque et établissement scolaire. Quelques activités sont à inventer pour lancer une esquisse de fiche projet qui valorise la pluridisciplinarité ou le croisement « arts et sciences ». A partir de la problématique proposée ci-dessous (onze thèmes) autour d’une question de développement durable, des idées de projets d’éducation au développement durable émergent et prennent appui sur l’ouvrage Madagascar, une stupeur verte : carnet d’un voyage en forêt équatoriale de Stefano Faravelli et sont complétées par d’autres ressources complémentaires (audiovisuelles, numériques, romans, essais, B.D., jeux, ciné…). Les objectifs sont d’ouvrir sur les enjeux de EDD à Madagascar  (biodiversité  / faune et flore…), de cibler les défis du commerce équitable, de lancer des pistes de médiations « arts et sciences » sur le patrimoine naturel malgache, de travailler la coopération Nord – Sud, puis de découvrir des écosystèmes et biotopes « exotiques » et précieux pour le patrimoine de l’humanité.

A partir de  l’EAC, éducation artistique et culturelle, tout projet peut faire référence à des artistes peintres renommés mais aussi aux grands écrivains de la forêt tels que :

  • Rudyard Kipling (1865-1936) a vécu pendant plus de six ans en Inde, d’où est puisée l’inspiration de la majorité de ses nouvelles : en deux volumes en 1894, Le Livre de la jungle et Le Second Livre de la jungle.
  • Henry David Thoreau (1817-1862) Walden ou la vie dans les bois qui se pense pour Thoreau comme la « leçon [qu’il] est concevable, et même essentiel, que tous les hommes parviennent à leur pleine dignité d’êtres humains sans se couper de leurs racines naturelles, ni oublier leur place naturelle sur la terre ».
  • Jack London (1876-1916) Avant Adam, publié en 1907, quatre ans avant La Guerre du feu de J.-H. Rosny aîné.

Deux artistes ont deux visions différentes de la nature tropicale : Douanier Rousseau (1844-1910) et son imaginaire de la forêt, Paul Gauguin (1848-1903) et son voyage in situ. De plus, le peintre africaniste Elisabeth Faure (1906 – 1964) séjourne à Madagascar de 1951 à 1953 et le peintre – illustrateur Louis Tinayre fait, en 1898, la traversée de la forêt Anamalazotra en vue d’une publication de la revue Le Monde Illustré.

Ci-dessous la liste des onze problématiques proposées sur la biodiversité malgache :

Projet n°1 – La biogéographie de la forêt tropicale: fragilité des écosystèmes, étagement de la végétation selon l’altitude et changement climatique.

Projet n°2 – L’écosystème de la forêt tropicale : changement climatique, déforestation et pression anthropique.

Projet n°3 – De la canopée à la strate arbustive: préserver la biodiversité (faune / flore) pour lutter contre le changement climatique, compétition et adaptation.

Projet n°4 – Les plantes médicinales : la préservation de la biodiversité au service de l’homme, la déforestation, pression anthropique.

Projet n°5 – Les cultures d’exportation : matières premières, mondialisation et biodiversité.

Projet n°6 – Les épices et la diversité culinaire : mondialisation, production durable et commerce équitable

Projet n°7 – Les fruits et les cultures vivrières : économie et commerce équitables, mondialisation, diversité alimentaire à tout prix (empreinte carbone).

Projet n°8 – Sur les pas de Charles Darwin (1809-1882) à l’origine des espèces : biodiversité, théorie de l’évolution, la place de l’homme dans ce processus.

Projet n°9 – Evolution du travail de chercheur naturaliste (depuis Philibert Commerson) à l’approche systémique de l’équipe pluridisciplinaire lors d’une expédition.

Projet n°10 – Les représentations de l’homme sauvage de Mowgli à Tarzan / De l’homme civilisé vers la quête de la nature sauvage (Robinson).

Projet n°11 – Minorités et diversité culturelles, transmission et médiation : dialogue avec la nature et les premières civilisations, respect de l’environnement.

Le pré-requis commun à tous les projets concerne une sensibilisation à la biodiversité qui nécessite de revenir sur des notions comme l’interdépendance des écosystèmes, le schéma du cycle du carbone, l’équilibre écologique en péril ou encore la réserve de biosphère de forêt tropicale humide. Les ressources de CANOPE – ministère de l’éducation nationale, du Muséum national d’histoire naturelle, d’associations comme  l’IFREE ou ALTERRE permettent de les approfondir (voir la sitographie jointe).

Bibliographie Biodiversité et carnets de voyage naturaliste

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet naturaliste, outil pour l’EDD et la biodiversité

Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation

Les voyages naturalistes favorisent une prise de conscience écologique sur la nécessaire biodiversité et sur l’interdépendance des écosystèmes. La biodiversité concerne « l’ensemble des êtres vivants, de leur matériel génétique, et des complexes écologiques dont ils font partie » (Lévêque 1997). Diversité génétique, diversité des organismes et diversité des écosystèmes sont autant de composantes de la biodiversité.

Le dessin naturaliste est utilisé comme moyen d’explication de la démarche de préservation du paysage et de la nature, des gestes de protection de l’environnement. Il s’agit d’explorer les démarches scientifique et artistique à partir de l’observation in situ et de la pratique des arts graphiques. Le carnet naturaliste qui concilie « arts et sciences » est à l’origine du genre « carnet de voyage ». De plus, l’aquarelle est la technique picturale de plein air, héritée des excursionnistes dans les Alpes des 18e et 19e siècles, qui favorise l’observation de la nature et son inventaire.

La démarche naturaliste consiste en la collecte, d’inventaire et la préservation. Les pratiques d’inventaires qui reposent sur l’observation in situ. Il s’agit d’identifier la présence et l’abondance d’espèces sur un territoire et de faire remonter du terrain des données précisant le nom de l’espèce, la date et le lieu d’observation ainsi que le nom de l’observateur. Ces éléments sont consignés sur divers supports comme des carnets de notes, des fichiers informatiques, des tableurs.

Des ateliers « carnet de voyage » destinés aux visiteurs et organisés par des illustrateurs en musées ou dans les parcs naturels ont un franc succès car ils offrent une approche sensible du patrimoine ou du paysage. Les arts s’imprègnent de la nature pour apporter toute la sensibilité au carnet de voyage qui doit parler aux sens : vue, odorat, goût et toucher. Des actions sont menées à partir des spécimens naturalisés, des planches d’herbiers et des objets ethnographiques afin de créer des carnets d’exploration ou de voyage d’expédition scientifique. De plus, le carnettiste naturaliste utilise son art du dessin dans quatre domaines :

  1. La réalisation de planche naturaliste : dessin d’observation précis, détaillé, conforme à la demande du muséum
  2. Le reportage d’expédition scientifique : garder une mémoire de l’équipe, du travail sur place et médiatiser les objectifs de l’expédition
  3. Le relevé sur place in situ : croquis sur le vif, dessin de relevé de la faune en mouvement et dessin de la flore (mise en évidence par rapport au cadre naturel et aux autres plantes)
  4. L’étude du geste : pour l’archéologue, il s’agit d’ imaginer la genèse d’une œuvre dessinée sur les parois d’une caverne.

 

Stefano Faravelli, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage 2017

Madagascar, stupeur verte. Carnet d’un voyage en forêt équatoriale. Stefano Faravelli. Elytis éditions, 2017.

Carte mentale ou heuristique « Le carnet (de voyage) naturaliste pour éduquer à la biodiversité et à l’EDD, Education au développement durable » (P. Argod) https://www.mindomo.com/fr/mindmap/a6b948c4566b40368e4b78d4b2838504

Demi-journée professionnelle « Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation », manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux, le 1er décembre 2017.

https://lettresdumonde33.com/apres-midi-professionnelle/

Article en anglais : Du carnet naturaliste au carnet de voyage – patrimoine : une approche sensible de l’environnement par l’art, les sens et les émotions. Tvergastein, Interdiscilpinary journal of environnement, n°8, Université d’Oslo, 2016.

https://issuu.com/tvergasteinjournal/docs/tvergastein8-web

Education à l’environnement et carnets de voyage, Fiche thématique IFREE, n°29, 2008. http://www.ifree.asso.fr/images/publications/fichethematiques/pdf/fiche-29.pdf

Pistes bibliographiques

Histoire de l’illustration naturaliste

BERTRAND Bernard, L’herbier oublié : secrets de plantes retrouvés, Toulouse, Editions Plume de carotte, 2003.

JEANGUYOT Michèle, SEGUIER-GUIS Martine , L’herbier voyageur : histoire des fruits, légumes et épices du monde, Toulouse, Editions Plume de carotte, 2004.

HAEVERMANS Agathe et Thomas, L’herbier globe-trotter : 100 plantes extraordinaires du monde et le carnet botanique, Hachette Pratique, 2015.

PINAULT Madeleine, Le livre de botanique : XVIIe et XVIIIe siècles, BNF, 2009.

PINAULT Madeleine, Le peintre et l’histoire naturelle, Flammarion, 1990.

RICE Tony, Voyages : trois siècles d’explorations naturaliste, ed. Michel Larrieu. Delachaux et Niestlé, 2014.

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, explorations 1800-1960, Archives nationales, 2016.

Création d’un carnet naturaliste ou d’un herbier

CHEVALLIER Jean, Petites leçons de dessin animalier. Une approche du terrain, Delachaux et Niestlé, 2013.

FLETCHER Adelene, Fleurs à l’aquarelle de A à Z., Fleuris, 2015.

RAVET-HAEVERMANS, Le dessin naturaliste, Dessain Et Tolra, 2017.

HAEVERMANS Agathe, Le dessin naturaliste en bord de mer, Dessain et Tolra, 2012

HAEVERMANS Agathe, Le dessin botanique, Dessain et Tolra, 2017.

HAEVERMANS Agathe, Dessiner les plantes et les fleurs, Larousse, 2012.

KUO Julia, WOJTECH Michael, La nature au bout du crayon : observer et croquer la nature, Mango, 2017.

MACKENZIZ Leean, L’art de la récup’jardin,  Mango Pratique, 2000.MORTIMER Ann, Orchidées à l’aquarelle, Dessain et Tolra, 2015.

CARON Ghislain, Carnet d’observations, ADP, avril 2007.

POUYET Marc, Artistes de nature : pratiquer le land art des saisons, Plume de Carotte, 2006.

SELLIGMAN Patricia, Le carnet nature de l’aquarelliste : les secrets de la peinture florale dévoilés par les plus grands artistes, Fleurus, 2005.

UDO Nils, De l’art avec la nature. Wienand et L’art dans la nature, Flammarion, 2002.

Carnets de voyage sur la nature exotique

BOULLAIRE Jacques, Tahiti : carnet de croquis, sketchbook, volume 2, Le Motu, 2006.

BOULLAIRE Jacques, Carnet de croquis, Les éditions du Pacifique. Singapour, 1992.

CHATELAIN Cyrille, Graines nomades, Equinoxe, 2007. (Regards et mémoires).

HAINARD Robert, Le monde sauvage de Robert Hainard, Louvain-la-Neuve : Duculot, 1988.

MAIRE Béatrice, Métamorphoses : le monde fascinant des insectes, BNF, France-Loisirs, 2005 (Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France).

MARION Pascale, SIERPINSKI Jacques, Madère, le jardin de l’Atlantique, Imagynayres, 2004

MONOD Théodore, BEL José-Marie, Botanique au pays de l’encens : périple au Yémen, Maisonneuve et Larose, Solibel, 1996.

VOLOT René, Carnets d’un naturaliste en 2 CV, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2006.

Carnets de voyage sur l’Amazonie

ALIBERT Eric, Couleurs du Vénézuela : des Caraïbes à l’Orénoque, Somogy, 2007.

BARAN Claudie, Carnet d‘Amazonie, Arthaud, 2004.

CARELLI Mario, A la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence,  Gallimard-Jeunesse, 1992 (Découvertes Gallimard albums).

CLEMENT Frédéric, Museum : petite collection d’ailes et d’âmes trouvées sur l’Amazone, Ipomée – Albin Michel, 1999.

JEAUFFRE Jean-Christophe, BEZ Michel, L’expédition Jules verne à bord du trois mâts Belem : esquisses d’un voyage Amazonie – Martinique – Açores : une aventure cinématographique et scientifique, Equinoxe, 2002 (Carnets d’ailleurs).

CARELLI Mario, À la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence, Gallimard, 1992.

Carnets de voyage en Afrique équatoriale

ALIBERT, Carnet de voyage dans le Caprivi :Namibie, de l’Okavango aux chutes Victoria, Genève : Slatkine, 2006.

ASCH Florinne, BEARD Peter, Mes carnets de safari, Flammarion, 2001 (Beaux livres).

BARDEY Solenn, HUREAU Simon. Rouge Himba : carnet d’amitié avec les éleveurs nomades de Namibie. préface de Nicolas Hulot. La Boîet à Bulles, 2017

BEARD Peter, Carnets africains : exposition 1996 – 1997 à Paris, Photo Poche, 1998.

BEARD Peter, La fin du monde, Chêne, 1990.

BROQUET Virginie, BOHRINGER Richard. Carnet du Sénégal. Arthaud, 2007

CLAVREUL Denis, Magie d’Afrique, Gallimard, 2001.

CLAVREUL Denis, Carnet de Tanzanie, Gallimard, 1996 (Carnets du littoral).

DAN A, Des gorilles et des hommes : carnet de voyage naturaliste au Congo Brazzaville, La Boîte à Bulles, 2015.

D’ ELBEE François, Priscilla, Carnets de brousse : au cœur du Busanga, La Martinière, 1998.

DONALDSON Kim, Africa : carnets d’artiste, Pré-aux-clercs, 2001.

FARAVELLI Stefano, Mali secret, Gallimard, 2005.

GIROUD Franck, LE CORRE Yvon(ill.), VICOMTE Laurent (ill.), Madagascar, ma terre oubliée, Glénat, 2001.

HAINARD Robert, Croquis d’Afrique, Saint-Claude-de-Diray : Hesse, 1989.

JOHNSTON Alan, Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston. Nouveaux loisirs, 2000.

JOLIVOT Nicolas. Aux sources du Nil : carnets de voyages en Ouganda et en Ethiopie. Elytis Editions, 2017

KREBS Laurie, Ma journée dans la savane : un voyage de Tanzanie, Hatier, 2005.

LA BALEINE BLANCHE, Chroniques tropicales : le carnet naturaliste des enfants de la Baleine blanche. Nantes : la Baleine blanche, 2003

LAMAZOU Titouan, Kin : Titouan Lamazou à la rencontre de Kinshasa, Nouveaux Loisirs, 2001

LAMAZOU Titouan, Ténèbres au paradis : Africaines des Grands lacs, Gallimard, 2011

LESAGE Marion, TAWA Kouam. Sais-tu où va le soleil ? : traces d’Afrique, La Martinière, 2008.

MAHUZIER Philippe, Les Mahuzier en Afrique, Triomphe, 2001 (La famille du tour du monde).

OGANESOFF Nadège, Animaux d’Afrique : les voyages graphiques de N. Oganesoff. Sépia, 2006.

PHILIBERT Christophe, Lumière de Guinée : carnets de voyage, Conakry : Ganndal ; Edicef, 1999.

PERROTIN Benoit, Quiçama : Angola, Hesse, 2006.

PEYTERMANN Lucie, Anibaara ! Carnet de voyage au Burkina Faso et au Mali, Atlantica, 2002.

SEIGNOBOS Christian, Des mondes oubliés : carnets d’Afrique, Parenthèses, IRD, 2017.

WATSON Annick, RICHARD Madeleine, Baobab, imbondeiro, mbondo, Cacimbo, 2005.

Albums de jeunesse

CLOUX Patrick, CINQUIN Fabienne, Rond comme un caillou en bois, Atelier du poisson soluble, 2007.

SIS Petr, L’arbre de la vie ou la vie de Charles Darwin : naturaliste, géologue et penseur, Grasset jeunesse, 2004.

TRACQUI Valérie, Mon carnet de terrain.. Milan jeunesse, 2002.

A bord de la Fleur de Lampaul. SOS planète eau. Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, 2004.

Chroniques tropicales : le carnet naturaliste des enfants de la Baleine blanche. La Baleine blanche, 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnets de terrain : de la recherche in situ

Des mondes oubliés : carnets d’Afrique. Christian Seignobos. Parenthèses, IRD, 2017.
En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte.

https://www.editionsparentheses.com/IMG/pdf/p315_mondes_oublies_extraits.pdf

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, exploration (1800 – 1960), exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 – Hôtel de Soubise site de Paris. Catalogue de l’exposition sous la direction de Pascal Riviale, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2016, 197 p.

Cette exposition entend lever le voile sur cet « envers du décor » des voyages scientifiques ou documentaires montés depuis la France entre 1800 et 1960. Elle s’organise autour des trois temps du voyage : sa préparation, son déroulement et finalement ses retombées scientifiques, politiques ou médiatiques. L’exposition est l’occasion de présenter au public des fonds des Archives nationales peu connus, voire totalement inédits, provenant de diverses administrations ou déposés par des particuliers : ministère de la Marine, service des missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique, Muséum national d’Histoire naturelle et autres organismes scientifiques, musées nationaux, Maison de France, etc. Elle bénéficie en outre de prêts de quelques grandes institutions comme le musée du quai Branly, le Muséum national d’Histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers et la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, René-Ginouvès, à Nanterre).

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/11361/Dossier+de+presse_exposition_DES+VOYAGEURS_bd.pdf/22d51b83-2b6f-4438-8ea8-168f0023ca3c

Ateliers pédagogiques :

Carnets de voyages, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine
La visite de l’exposition permet au jeune public d’appréhender les grandes thématiques du voyage d’exploration  : sa préparation, son déroulé et sa restitution sous forme de lettres, carnets ou mémoires. En salle d’atelier, les élèves sont invités, à partir d’une sélection de documents choisis, à rédiger un carnet de voyage sous le mode autobiographique.

Dans l’atelier du cartographe, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine.
L’observation et l’analyse du corpus de cartes exposé permettent aux élèves d’appréhender les procédés techniques et les fondements de l’élaboration des cartes depuis le XVIIIe siècle. Géographes de cabinet, ils réalisent ensuite une carte selon ces techniques anciennes.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil formatif à la créativité et à l’esprit critique

Colloque international Education à la mobilité, les 23-24 novembre 2017 à l’ESPE de Caen, Université de Caen Normandie, organisé par Magali Jeannin, Anne-Laure Le Guern, Elisabeth Schneider

Communication intitulée « Formation à la créativité et à l’esprit critique à travers la confrontation à l’altérité : le carnet de voyage, outil d’évaluation de la mobilité » (P. Argod)

La valeur de la mobilité décline plusieurs savoir-être comme l’adaptation, la socialisation et l’émancipation qui participent des acquis expérientiels. Or, l’évaluation des compétences interculturelles qui se forgent à travers la confrontation à l’altérité serait caractérisée. La créativité et l’esprit critique sont les axes formatifs de la mobilité qui participent de la construction de soi. Nous souhaiterions les définir en fonction de deux pratiques du carnet de voyage, la pratique artistique et la pratique médiatique, mais aussi en fonction des trois étapes du voyage[1], avant de partir « le voyage rêvé », pendant le déplacement « le voyage vécu » et après le séjour, « le voyage recréé ». Quel temps serait le plus favorable au processus de créativité, à la formation à l’esprit critique et à la construction de soi ? Les deux pratiques de carnet de voyage déterminent deux profils de carnettistes : les artistes carnettistes et les réalisateurs carnettistes. En quoi diffèrent-ils dans leur acquis expérientiels ? Pour chacun des deux profils, en quoi le voyage favorise-t-il la créativité, l’esprit critique et la construction de soi ? A partir des entretiens d’une dizaine de carnettistes (professionnels) exposants lors de la manifestation bordelaise Carnet de voyage, une écriture du monde (Lettres du Monde), nous souhaiterions définir les compétences de créativité, d’esprit critique et de construction de soi. Erasmus + a, depuis une génération d’étudiants, porté cette idée d’éducation par le voyage et mobilise les enseignants pour ouvrir l’école sur une éducation aux voyages dont l’outil du carnet de voyage[2] en serait le passeport «sans frontières» ou la mémoire vive de cet apprentissage informel devenu alors apprentissage formel sous l’impulsion de prix, scolaire depuis 2001 et universitaire depuis 2012. A partir d’une enquête menée auprès d’une soixantaine d’enseignants (en poste et stagiaires) nous souhaiterions mettre en exergue l’intérêt de cet outil éducatif. La narration de la spatialité dans le carnet de voyage semble une compétence primordiale du rendu de l’expérience du voyage. En quoi cet apprentissage sensible de la spatialité favorise t-il la créativité et l’esprit critique ? Ouvrirait-il de nouvelles perspectives éducatives comme méthode visuelle en SHS[3] ?

Voir le carnet de recherche Carnet de voyage-reportage sur Hypotheses.org : https://cdevoyage.hypotheses.org/

2 Distingué par le Label européen des langues en 2011 et référencé sur la base LINGUA de la Commission européenne.

3. Voir le Carnet des Méthodes visuelles. Hypothèses.org, 2016: http://cdmv.hypotheses.org/

Références bibliographiques :

ADDOINO J., Colloque AECSE « Sciences anthropo-sociales et sciences de l’éducation », Paris, 1983. Actes p 148.

BACHELARD G. (1978), Poétique de l’espace, PUF.

BONNARDEL N. (2006), Créativité et conception : approches cognitives et ergonomiques. Solal.

BROUGERE G., FABBIANO G. (2014), Apprentissages en situation touristique. Presses universitaires du Septentrion.

CSIKSZENTMIHALYI M. (2009), La créativité : psychologie de la découverte et de l’invention. traduit de l’américain par Claude-Christine Farny. Pocket.

GARDNER H. (2009), Les cinq formes d’intelligence pour affronter l’avenir. traduit de l’anglais par (Etats-Unis) Michèle Garène. O. Jacob.

HESS Rémi (1998), La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Anthropos.

LE MOIGNE J.-L. (1995), Les épistémologies constructivistes, Paris : PUF

LUBART T. BESANCON M. (2015), La créativité de l’enfant : évaluation et développement. Margada.

MONJARET A., PROVOST G. (2003), Apprentis ethnologues…Quand les élèves enquêtent. SCEREN.

MONGORCER J. M. , GAUBERT T. (2013), Créativité : un nouveau regard : théorie et pratique. L’Harmattan.

PUOZZO – CAPRON I. (2013). Pédagogie de la créativité : de l’émotion à l’apprentissage. Éducation et socialisation, n°33.

TODOROV T. (1989), Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Seuil.

TOURNIER M. (2002), Journal extime, La Musardine.

UNGUREANU I. (2012), L’éducation à travers le tourisme scolaire : état des lieux et regards historiques. In Gilles Brougère et Giulia Fabbiano (dir.), Tourisme et apprentissages, Actes du colloque de Villetaneuse (16‑17 mai 2011), Villetaneuse, EXPERICE – Université Paris 13.

Vygotsky L., Théorie des émotions. Études historico-psychologique, Paris, l’Harmattan, 1998 (original publié en 1984).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage – reportage, outil de construction de soi, d’émancipation et du « vivre ensemble »

Le carnet de voyage – reportage comme outil de construction de soi et d’émancipation facilite une éducation à la citoyenneté qu’impulse le conseiller principal d’éducation dans les établissements scolaires (collège, lycée, lycée professionnel) dans le cadre de la vie scolaire. Ce médium vise plusieurs objectifs dans un travail d’équipe avec l’enseignant- documentaliste au CDI.

  1. Favoriser le vivre ensemble et lutter contre les inégalités (mixité)
  2. Décentrer son regard et se confronter à d’autres réalités (ailleurs dans le monde) afin de relativiser son point de vue et ses préjugés
  3. Former à l’esprit critique et aux valeurs de la République
  4. Favoriser l’expression lycéenne en participant au parcours citoyen (EMI) et au parcours d’éducation artistique et culturelle (EAC)
  5. Proposer une activité d’animation socio-culturelle
  6. Insérer les élèves allophones en leur permettant de construire leur identité culturelle
  7. Evaluer les sorties scolaires en favorisant la réflexivité et la curiosité pour son environnement
  8. Inciter aux échanges scolaires ERASMUS et éduquer à l’interculturel
  9. Promouvoir la citoyenneté européenne et l’éducation à l’Europe

Plusieurs types de carnets peuvent être abordés selon l’objectif éducatif visé :

  1. Carnet de patrimoine matériel ou immatériel : environnement, site, lieux, coutumes, culture orale, chanson, cuisine….
  2. Carnet de voyage dans la mémoire à partir de la mémoire familiale en vue de l’insertion des élèves allophones
  3. Carnet de reportage ou de société à partir d’une enquête ou interview
  4. Carnet de voyage ou de terrain comme compte-rendu de la sortie scolaire, du vécu sur place
  5. Carnet d’insertion professionnelle et sociale
  6. Carnet d’échanges ou de mobilité internationale Erasmus
  7. Carnet spectacle et mise en scène du voyage
  8. Carnet de vivre ensemble sur la mixité ou sur les droits des femmes
  9. Carnet de voyage du collégien et des droits de l’enfant
  10. Carnet de quartier ou de promenade urbaine

L’intervention, auprès des CPE stagiaires à l’ESPE d’Aquitaine, a permis de rendre compte des atouts pédagogiques de cet outil et de sa place dans l’enseignement (EPI, EMI, EAC) et l’animation socio-culturelle (en lien avec le CDI) à partir d’une quinzaine de projets éducatifs menés en établissement scolaire. Sur demande de mes collègues professeurs – documentalistes, j’y ai apporté ma contribution entre 2005 et 2015. Pour chacun d’eux, je souhaite insister plus particulièrement sur trois objectifs éducatifs : éveiller à la curiosité et à l’esprit critique, favoriser la construction de soi et d’identité culturelle, impulser l’émancipation et la mobilité. Quelque que soit le type de carnet  réel, d’échanges ou imaginaire, la démarche de projet allie un scénario pédagogique à une réalisation numérique. Dans un premier temps, découvrir au CDI les carnets de voyage acquis par l’enseignante-documentaliste, ensuite, travailler en exploitant la lecture de quelques ouvrages édités, porteurs de projets éducatifs sur la tolérance, sur la citoyenneté et sur la démocratie. Ainsi, le carnet de reportage graphique peut se décliner du voyage de l’immigrant au carnet de société et de portraits, du carnet urbain à l’encontre des préjugés sur la banlieue au carnet de tribunal pour le citoyen. Par ailleurs, le dessin de presse permet d’exercer l’esprit critique en vue des droits de l’homme et de la liberté.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°33, décembre 2017

Bulletin d’information « Actualités du carnet de voyage », n°33, décembre 2017

Actualités du carnet de voyage, n°33, décembre 2017

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, comme volet d’une narration transmédia

Article publié par le carnet de recherche MediaNUM sur les pistes pédagogiques du transmédia Les voies d’Aliénor, novembre 2017

Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

Réaliser en classe le carnet de voyage d’un troubadour de l’Occitanie à l’Angleterre sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine permettrait de travailler sur la culture occitane, la langue, la poésie et la musique occitanes (Bertrand de Ventadour) mais aussi penser les limites linguistiques et géographiques de l’Occitanie. L’amour courtois est en effet né en Aquitaine au XIe siècle, sous la plume de Guillaume IX, Duc d’Aquitaine (grand père d’Aliénor d’Aquitaine). Il s’agirait de partir sur les traces médiévales ( XI – XIIIe siècles) que l’on peut découvrir dans la région Nouvelle Aquitaine et réfléchir aux formes du « médiévalisme » (Ferré, 2010).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts