A propos Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

Créer un carnet de marin virtuel pour enseigner les sciences

Au fil des années, de plus en plus d’enseignants stagiaires ou d’étudiants de Master 2 MEEF (INSPE Bordeaux) investissent le carnet de voyage en sciences, que ce soit pour enseigner la géographie, les sciences de la vie et de la terre, l’environnement, les sciences physiques…Les sorties scolaires non envisageables (à cause des mesures sanitaires) ont lancé un défi pédagogique à relever. La réalisation d’un carnet de voyage « virtuel » permet à partir du numérique, de proposer une trame narrative qui prolonge le réel. Ainsi, le suivi d’expéditions scientifiques ou d’aventures de marins ancre le projet « carnet de voyage » sur le terrain, disons plutôt dans le « virtuel ». Ceci soulève la problématique de la place de la réalité virtuelle dans les apprentissages : comment envisager l’observation, la sensorialité, l’expérimentation et le relevé scientifique ? La démarche d’investigation scientifique via le virtuel et la virtualisation de la médiation questionnent les enseignants. Selon les quatre propositions de PPN, Projet pédagogique numérique, nous envisageons le carnet de voyage comme un outil original et adaptable à la médiation des sciences et des techniques. Le marin skippeur ou le savant est le médiateur du projet, celui qui accompagne la classe au fil de la découverte du monde, comme un relai de l’enseignant.

Le PPN « À la découverte du monde maritime avec Energy Observer » (Mallory Branjonneau et Marion Choublier) valorise une pleine pluridisciplinarité en croisant sciences, arts et EDD. L’objectif est la réalisation d’un carnet de bord de marin afin de découvrir les différents écosystèmes sous-marins ainsi que l’impact du réchauffement climatique en cinq escales.

  • Les coraux en Mer Rouge en Israël : le réchauffement climatique sur les océans
  • La clinique des tortues à Valencia : la chaîne alimentaire marine
  • Les icebergs du Spitzberg lien avec la banquise : les états de l’eau avec des expériences sur la transformation de l’eau
  • Les sargasses de l’Ile de St Barthélémy : la prolifération d’algues
  • Au Bahamas, une plongée avec les requins de Tiger Beach : le rôle des super prédateurs dans la vie océanique.

Le projet débute par la réalisation de deux maquettes qui ancre le carnet dans l’expérimentation : chaque élève réalise son catamaran (liège, bois, allumettes) et une éolienne avec un circuit d’électricité renouvelable. Un reportage vidéo (outil : i-movie) conclut le carnet et revient sur toutes les étapes du voyage, en demandant à chaque élève d’expliciter son travail, ses découvertes et ses choix de pagination. Ce feedback vidéo envoyé aux parents est envisagé comme un bilan pour chaque élève. Les gestes pour l’EDD via une action exemplaire comme « Zéro plastique » ont conclu le projet.

Les deux PPN sur le « Vendée Globe » (Amélie Teyssot, Mathilde Alba et Maud Martin) propose un carnet de marin à bord d’un catamaran. Le premier suit la skippeuse Samantha Davies via son blog, le deuxième propose à trois classes de créer leur régate virtuelle comme un défi inter classes. A partir du tableau TNI en classe, six séances ont permis d’étudier l’itinéraire, le fonctionnement du bateau, la météo et la communication à bord, la chanson « le vent dans les voiles » et la découverte du Cap Horn. Dans le second PPN, la tache finale du projet porte sur la réalisation d’un carnet individuel « mon journal de bord de skippeur ». Cette personnalisation du scénario pédagogique garantit la motivation sur le long terme. Chaque élève choisit en effet son type de bateau pour sa régate virtuelle et décrypte son classement sur la cartographie virtuelle en ligne. Tous les matins, le rituel quotidien porte sur l’avancée des skippers (à l’aide des vidéos du site) et permet de décrypter la position du catamaran en fonction de la ligne d’horizon, de la vitesse en nœuds et de la force du vent… L’explication des techniques de voile aboutit à un schéma légendé du bateau et complété à l’aide du glossaire numérique disponible sur le site. Dans la peau du skippeur, chaque élève décrit le 1er jour du départ (rédaction) et travaille sur les cartes interactives (continents, faune, flore…) selon les étapes de la navigation. Les arts visuels prolongent les activités scientifiques : l’estampe « La Vague » d’Hokusai et l’illustration d’une poésie.

A partir d’un carnet de voyage fictif intitulé « La petite goutte d’eau autour du monde » (Elodie Bence), les états de l’eau sont explicités au fil de cinq escales : Paris, Tanzanie, Chine, Pôle Nord, New York. Après avoir imaginé une « histoire à écrire » à partir d’images, les élèves ont créé un livre audio pour narrer le scénario de la petite goutte d’eau. De plus, un livret numérique rassemble les productions réalisées en groupe : en arts visuels sur les couleurs chaudes et froides, en sciences sur l’état de l’eau et le climat, lors des séances en anglais. La diffusion numérique des deux carnets est destinée aux parents d’élèves.

Ainsi, les arts et les sciences sont complémentaires dans la production d’un carnet de voyage scientifique, qu’il soit virtuel ou fictif. L’expérimentation permet la démarche d’investigation. La sortie scolaire sur le terrain est plus pertinente que le virtuel dans l’acquisition des apprentissages. Nous attendons le retour du carnet de voyage « in situ » !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage scientifique et muséum d’histoire naturelle virtuel

Au fil des promotions d’étudiants de Master 2 MEEF en SVT, Sciences de la vie et de la terre, dix-neuf productions numériques (travail en groupe) ont été réalisées sur les pas d’explorateurs naturalistes afin d’exploiter les collections muséales du Muséum de Bordeaux. Ces livrets numériques d’exploitation du musée prennent la forme d’un carnet de voyage destiné à l’élève devenu explorateur naturaliste. Notre exigence pédagogique a porté sur une pédagogie du projet pensée en amont et en aval de la sortie scolaire et qui intègre la pluridisciplinarité. Nos conseils porteraient sur trois niveaux : la mise en projet, le scénario pédagogique au fil des activités proposées à l’élève, puis la narration du carnet de voyage numérique pensée par l’enseignant.

Au muséum, trois espaces sont porteurs de questionnements : la grande galerie du vivant par continent (Afrique + Madagascar, Amérique, Asie, Océanie, Europe, Pôles), l’évolution des espèces depuis la scola naturae (l’échelle des êtres) dans l’antiquité réaffirmée par Charles Bonnet en 1745, l’évolution de la définition des scientifiques au fil des siècles : Buffon (1749), Linné (1758), Cuvier (1797 à 1830), Pyrame de Candolle (1809), Lamarck (1809), Darwin (1859), Mayr (1942), Lecointre (2004). Mais, cette année, nous avons du remplacer la visite du muséum (fermé à cause des mesures sanitaires liées au COVID) par de nombreuses ressources numériques, préalablement sélectionnées et accessibles via notre plateforme universitaire d’e-learning.

Puisque la mise en projet vise un engagement pour la préserver la biodiversité, l’objectif final pourrait alors être une campagne de sensibilisation pour préserver la biodiversité, qui serait lancée avec l’enseignant-documentaliste au CDI. De plus, l’ouverture culturelle doit favoriser les apports de la recherche en ligne, la découverte de carnets de voyage et la consultation de sites web sur la biodiversité. En effet comme préconisé dans le Bulletin Officiel n°31 du 29 août 2019 sur la transition écologique, l’EDD est une éducation renforcée dans les programmes d’enseignement. Il s’agit de « mener, au sein de chaque école ou établissement au cours de l’année 2019-2020, une action pérenne en faveur de la biodiversité ».

Le scénario pédagogique doit valoriser l’activité de l’élève, donc mettre en œuvre une pédagogie active. Aussi, l’expression personnelle est-elle au cœur du dispositif pédagogique : à partir de l’observation, elle vise la réalisation de textes, croquis, photographies et la mise en situation grâce à des exercices ludiques. Il est proposé des activités d’observation, de comparaison, d’explicitation, de production par les arts graphiques, de créativité et d’éveil des sens. Il s’agit de déterminer les étapes de la démarche naturaliste : observer in situ, questionner, inventorier, collecter…La personnalisation facilite l’entrée dans les activités et le maintien de la motivation. La référence à l’exploration et à l’aventure s’appuie sur la carte de l’itinéraire et le style graphique du livret d’exploitation pédagogique « carnet de voyage ». Ce dernier est envisagé comme un « journal de bord » avec la mention des lieux, des dates, des escales, des relevés sur le terrain…Le jeu de plateau ou le serious game pourraient combiner l’escape game (jeu d’évasion) au carnet de voyage.

La narration sur les pas d’un explorateur naturaliste s’exprime au fil du chemin de fer du carnet numérique qui retranscrit les étapes de l’expédition historique. Que soit Lamarck, Bonpland, Humboldt, Darwin…la référence au récit de ces grandes expéditions scientifiques est indispensable afin d’ancrer la narration dans le réel. Plusieurs pistes sont envisageables : la confrontation passé / présent / avenir pour chaque espèce animale, la réécriture des pages disparues ou détériorées du journal du savant, l’explication du rapport d’incident et de la cause de la disparition d’un animal, la mission sous la forme de jeu (par exemple, au lycée pour la théorie et en mission scientifique sur le terrain dans un parc national), la rédaction de fiches spécifiques à propos de l’adaptation de l’animal au milieu d’adaptation, la réalisation d’affiches de sensibilisation pour la sauvegarder d’une espèce en danger, la confrontation de deux enquêtes (celle d’un journaliste scientifique du National Geographic à celle d’un militant du WWF), le processus muséal depuis le spécimen récolté dans la nature à sa naturalisation au muséum…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Un manuel créatif pour enseigner le français

« Une grande partie de notre conversation quotidienne reste de nature narrative » selon Jean-Louis Dessalles. La mémoire humaine a donc la prédisposition naturelle d’enregistrer toutes les expériences sous la forme d’une histoire, ce que nous appelons la mémoire épisodique. Aussi, nous avons souhaité appliqué cette théorie dans l’enseignement des langues étrangères : le récit personnel peut grandement faciliter le processus d’apprentissage du français.

Le manuel pour l’apprentissage de la langue française au niveau B1« Le carnet de voyage » vise à introduire la méthode narrative à travers la méthode du carnet de voyage dans l’enseignement de FLE. Grâce à cette méthode, nous avons souhaité éveiller le potentiel créatif des étudiants, stimuler leur expression authentique, atteindre un enseignement multidisciplinaire, mais aussi établir une communication bidirectionnelle entre la culture française et celle de l’étudiant. Les objectifs linguistiques ne sont pas négligés, néanmoins ils visent la valorisation de la pensée créative et l’expression libre des étudiants. Ce projet met le focus sur l’expression créative de l’apprenant, tandis que la langue française reste un moyen pour atteindre la créativité personnelle.

Le manuel comprend huit dossiers, composés d’éléments textuels et illustratifs sous la forme d’une leçon, d’un mini glossaire et d’une tâche finale qui est conçue selon la démarche pédagogique du carnet de voyage. Cette tache finale consiste en un projet créatif : écrire une recette, imaginer un dialogue entre les créatures mythologiques, faire un scénarimage pour un film, raconter une histoire d’un voyage imaginaire, décrire le tableau de peinture, dessiner un bâtiment, inventer un monument dédié à l’amour, etc. Dans la section « carnet de voyage », le texte libre en tant que la stratégie d’apprentissage reste le pilier du projet. Le texte libre joue un rôle primordial dans l’enseignement de Célestin Freinet, pédagogue français, pour toutes matières scolaires. Le texte libre a permis aux apprenants de prendre l’initiative et de participer activement au processus d’apprentissage.

En ce qui concerne la thématique des textes, chaque dossier touche un aspect culturel de la France, que ce soit l’art, l’architecture, le cinéma, la gastronomie, la littérature, etc. Dans notre projet, la culture française part à la rencontre d’une autre culture. Ce manuel cherche à éliminer le caractère culturel à sens unique dans la classe de FLE et il vise plutôt à établir un lien entre la culture française et la culture de l’étudiant, à travers la narration de l’étudiant.

Pour en savoir plus, vous pouvez contacter l’auteur de ce manuel scolaire créatif, Nikolija Grozdanović : artnikolija@gmail.com

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du journal de bord au carnet de voyage, la mémoire d’un projet

Héloïse Caira, Clara Guillee, Olivia Mry et Sophie Speller, quatre étudiantes du Master DPEC ACTT de l’UCA, Université de Clermont-Ferrand, sous la responsabilité de Catherine Morgan-Proux, ont lancé le projet afin d’aider les étudiants à partir étudier à l’étranger.

Un site internet a donc été créé en vue de valoriser la mobilité étudiante au sein de ce cursus universitaire. Une rubrique est dédiée à la narration du projet et envisagée comme « un carnet de voyage », mémoire du projet au fil de son avancée : en somme, un carnet de bord numérique. L’objectif vise aussi l’actualisation de l’outil en y ajoutant des témoignages d’étudiants au fil des promotions avenir : à découvrir Before You Go Go  https://beforeyougogo540056644.wordpress.com/

« La situation sanitaire empêchant notre mobilité à l’étranger, nous avons dû nous adapter aux imprévus et persévérer dans notre parcours d’étudiantes internationales. Au fur et à mesure, nous avons développé des compétences tout d’abord techniques, dans ce contexte de conduite de projet à distance. Nous avons amélioré notre communication interne et externe en utilisant de nouveaux logiciels et découvert de nouveaux outils pour créer les contenus et les visuels du site. Nous avons également déployé des techniques pour construire notre propre carnet de bord inspiré par le genre « carnet de voyage » en l’adaptant au format numérique. Ce projet nous a enrichi sur un plan humain car ce fut l’occasion d’apprendre à s’organiser au sein du groupe, chacun avec nos missions et nos contributions propres mais aussi à cultiver la coopération en constituant un véritable réseau de professionnel. Ce site web nous a aussi permis d’accroître et d’assumer notre créativité. Maintenant, nous souhaitons que cet outil soit le plus utile possible aux étudiants futurs et que l’UCA continuera de l’actualiser et de le valoriser pour faire vivre cette initiative. » d’après les propos recueillis d’Olivia Mry.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’inspiration et carte imaginaire des continents littéraires de Pratt

Le carnet de voyage narre un itinéraire à travers l’espace géographique, aussi comprend-il diverses cartes (topographiques, thématiques, créatives, imaginaires, subjectives…) et compositions de collages d’images sur les pas d’Hugo Pratt, dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995) renommé pour ses littératures dessinées « Les aventures de Corto Maltese ».  Cette production artistique permet d’exploiter l’exposition intitulée « Hugo Pratt : lignes d’horizon » au musée d’Aquitaine de Bordeaux et de partir sur les pas de ce romancier – ethnologue.                                                                                                 

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons

La carte créative de l’Afrique selon Pratt ou des imaginaires de l’écrivain sur l’Afrique, croise les tracés de quatre voyages au fil du parcours autobiographique de l’écrivain : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit en effet d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire (de type bande dessinée) qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues. La créativité est à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment celle de l’album « Les aventures de Corto Maltese : Ethiopiques ». La naissance de l’oeuvre littéraire se jouerait dans la biographie de l’écrivain – voyageur – ethnologue.

  • Voyage vécu: l’adolescence de Pratt en Ethiopie. Quels sont ces lieux de vie en Ethiopie de 1937 à 1942 (5 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes ou Lettres d’Afrique d’Arthur Rimbaud (ill. Hugo Pratt ed. Vertige Graphic). Quelles sont les étapes de Rimbaud dans la Corne de l’Afrique ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels africains liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : la création de l’album des aventures de Corto Maltese « Ethiopiques ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

La carte imaginaire (créative, subjective…) de la Polynésie selon Pratt retrace son parcours autobiographique : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé. Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture mahorie et des expériences vécues en Polynésie. Ce carnet de voyage sur les pas de Pratt est donc un itinéraire sur la gestation littéraire, notamment celle qui concerne l’album « Les aventures de Corto Maltese : La balade de la mer salée ».

  • Voyage vécu : le voyage en Polynésie. Quel est l’itinéraire du voyage d’Hugo Prat en Polynésie ?
  • Voyage rêvé : la lecture de L’île au Trésor de Stevenson, extraits de Victor Segalen. Où se situerait l’île au Trésor ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels Maoris liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ?
  • Voyage imaginé : l’album – roman graphique avec Corto Maltese « La balade de la mer salée ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués ?

Une carte imaginaire (créative, subjective…) de l’Amérique selon Pratt retrace le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Buenos Aires ou à Salvador de Bahia. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : le voyage de Pratt en Amérique Latine. Dans quels pays a vécu Hugo Pratt sur le continent américain entre 1950 et 1960 (10 ans) ?
  • Voyage rêvé : la lecture des poèmes de Borges, des albums de Milton Caniff « Terry et les pirates » en 1934 ou ceux de Steve Canyon en 1947, l’essai « En Patagonie » de Bruce Chatwin. Quels pays décrivent les écrivains latino-américains préférés de Pratt ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels amérindiens liés à des mythes. D’où proviennent les objets ethnographiques ? Lesquels proviennent de l’Amazonie ?
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese. Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album « Sous le signe du Capricorne » ?

Une carte créative (imaginaire ou sensible ) retrace le vécu d’Hugo Pratt dans les deux villes, Venise et Buenos Aires, afin d’approcher la gestation d’une œuvre fictionnelle qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues à Venise jusqu’à l’âge de dix ans et à Buenos Aires comme illustrateur. Le carnet de voyage aboutit à la gestation littéraire, notamment de l’album « Les aventures de Corto Maltese : sous le signe du Capricorne » par Hugo Pratt.

  • Voyage vécu : l’enfance de Pratt à Venise et de vie de jeune dessinateur à Buenos Aires. Quels sont ces lieux de vie à Venise de 1927 à 1937 (10 ans) puis à Buenos Aires de 1950 à 1960 (10 ans).
  • Voyage rêvé : La lecture d’écrivains argentins sur Buenos Aires et sur le tango, les films de Fédérico Fellini comme « Casanova de Fellini » ou très différent comme « Dick Tracy à Venise ». Quels lieux sont destinés au Tango à Buenos Aires ?
  • Voyage tracé : les dessins d’objets ethnographiques et symboles culturels liés à des mythes. D’où proviennent les objets ou symboles ethnographiques.
  • Voyage imaginé : les albums des aventures de Corto Maltese « Fable de Venise », « La maison dorée de Samarcande », « L’enfance de Corto ». Quelle est l’étape finale ? Quels lieux sont évoqués dans l’album ?

Extrait du Bulletin officiel spécial n°4 du 29 avril 2010  : 6. Regards sur l’autre et sur l’ailleurs
« L’objectif est d’éveiller la curiosité des élèves pour les cultures, traditions et civilisations étrangères, et de les faire s’interroger sur les différents regards dont elles peuvent faire l’objet : celui de l’ethnologue, de l’anthropologue, du sociologue, du poète ou de l’écrivain, de l’explorateur, du reporter, de l’historien, du géographe, de l’archéologue.
On leur fait prendre ainsi conscience de différentes manières de rendre compte de réalités qui peuvent être éloignées dans l’espace ou dans le temps, et des diverses émotions et facultés qu’éveille et que mobilise en nous le contact avec l’autre et l’ailleurs.
Au-delà de la découverte de la diversité humaine, dont cet enseignement doit être l’occasion pour les élèves, on les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. On aborde ainsi concrètement les notions de regard éloigné, d’altérité et d’identité culturelle, de patrimoine. »

Les albums de la collection « Corto Maltese » chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon : https://www.museedesconfluences.fr/fr/node/2695

Nouveauté éditoriale : Corto Hero Book, un voyage de Géo dans le monde de Corto Maltese. Géo Magazine, Prisma Média, novembre 2020. https://cortomaltese.com/fr/corto-hero-book-geo/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage de création littéraire sur les pas d’Hugo Pratt

Dans le cadre de la formation au Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux, est proposée une option d’éducation artistique et culturelle. Chaque année, j’envisage l’exploitation d’une exposition ou d’une collection muséale, mais cette année de restrictions sanitaires dues au COVID n’a pas permis aux enseignants stagiaires de découvrir l’exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » au Musée d’Aquitaine de Bordeaux. Aussi je leur propose un projet EAC intitulé « Le voyage créatif de Pratt : des voyages vécus, rêvés, tracés et imaginés » à destination de scolaires. L’objectif vise la réalisation d’un carnet de voyage imaginaire à travers une narration transmédia sur les pas du dessinateur italien Hugo Pratt (1927-1995).

En premier lieu, il s’agit de définir les étapes de cette production à la quête du trésor de la différence culturelle. Comme Hugo Pratt était féru de cartes et d’atlas, je propose la création d’une carte imaginaire sur un continent vu par Pratt à partir de son parcours autobiographique : donc du lieu de départ (lieu de vie) à un point d’arrivée (lieu de publication de l’album BD). Ensuite, il s’agit de mentionner quatre à six étapes afin de déterminer un itinéraire au carnet de voyage en suivant les quatre types de voyage différents à l’origine de l’inspiration artistique et de la création littéraire : le voyage vécu, le voyage rêvé, le voyage tracé et le voyage imaginé.

Pour chacune des étapes, dans le carnet de voyage en textes et images, l’enseignant stagiaire propose des activités ludiques ou d’enquête en vue de l’exploitation de l’exposition : énigmes, jeux de mots, observations, dessins…Dans la production transmédia, il est possible de mentionner des ressources complémentaires (voir celles sur le cours MOODLE) via des liens numériques (interviews, vidéo, photos, cartes…). Afin que l’élève devienne un enquêteur voyageur de ressource en ressource sur les pas d’Hugo Pratt, il est pertinent de raconter et de scénariser une histoire à partir de la biographie de l’écrivain.

Le carnet de voyage « de création littéraire » doit déboucher sur la quête du trésor, celle du héros Corto Maltese dans chacune de ses aventures, et celle qui a guidé la vie de Pratt : certainement la richesse de la différence culturelle et le goût pour l’ethnologie. Nous décidons en effet que cet apprentissage est central dans le projet pédagogique : en référence aux programmes d’enseignement, « On les amène à réfléchir sur le sens même de la relation à l’autre, et sur la manière dont elle change celui qui s’y expose. » Aussi, l’élève pourrait-il alors découvrir un trésor caché au CDI (cf à la bibliothèque personnelle d’Hugo Pratt qui s’élève à 20 000 livres) à définir : celui de la connaissance d’un peuple ou d’une culture du continent étudié. Donc, nous lui demandons de choisir un carnet de voyage édité sur la région géographique étudiée : soit au CDI, soit dans la nouvelle librairie des voyages de l’Espace Darwin, Géolibri, ou lors de la manifestation bordelaise Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde début décembre (sortie scolaire projetée après la visite de l’exposition au musée d’Aquitaine mais les deux événements culturels ont été annulés à cause des restrictions sanitaires dues au COVID).

Nous avons défini quatre équipes d’enseignants afin de réaliser quatre carnets de voyage imaginaires et numériques sur les pas d’Hugo Pratt : un carnet de voyage dans l’Afrique de Pratt, un carnet de voyage dans le Pacifique de Pratt, un carnet de voyage dans l’Amérique selon Pratt de l’Amazonie à San Salvador de Bahia, un carnet de voyage dans les deux villes d’Hugo Pratt que sont Venise (dix ans de 1927 à 1937) et Buenos Aires (dix ans de 1950 à 1960).

L’itinéraire de la carte imaginaire ou carte créative sert de chemin de fer au carnet de voyage et croise quatre types de voyage (vécu, rêvé, tracé et imaginaire). Il s’agit d’appréhender le processus de création et de gestation d’une œuvre littéraire qui se nourrit de l’enfance, des lectures et de la culture et des expériences vécues (lieux de vie, voyages, rencontres). La créativité est en effet à l’œuvre à partir d’une sensibilité, d’un regard critique et d’un vécu enrichissant. Ce carnet de voyage est donc un itinéraire vers la gestation littéraire, notamment des albums « Les aventures de Corto Maltese » réalisés par Hugo Pratt.

Exposition « Hugo Pratt, lignes d’horizon » au musée d’Aquitaine :

http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/exposition-hugo-pratt-lignes-dhorizons                              

Site de l’exposition http://www.expositionpratt.fr/

L’ histoire de Corto Maltese : https://cortomaltese.com/fr/mon-histoire/

Catalogue d’exposition édité par le musée des Confluences de Lyon https://www.museedesconfluences.fr/fr/editions-de-lexposition-hugo-pratt-lignes-d%E2%80%99horizons

Albums « Corto Maltese » chez l’éditeur Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/corto-maltese

Invitation au voyage : Venise va bien bien à Corto Maltese, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/093907-000-A/venise-va-si-bien-a-corto-maltese/

Invitation au voyage : Corto Maltese, gueule d’argentin, ARTE, 2019. https://www.arte.tv/fr/videos/090769-000-A/corto-maltese-gueule-d-argentin/

Hugo Pratt : un portrait en référence à Robert Louis Stevenson, FR3 Thalassa,1990. https://fresques.ina.fr/europe-des-cultures-fr/fiche-media/Europe00174/hugo-pratt.html

Film documentaire : Hugo Pratt, trait pour trait, un film de Thierry Thomas. Quark Productions, 2016. http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/50163_1

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage audiovisuel « Tour du monde » lié au COVID

Le carnet de voyage audiovisuel « C’est un monde » propose, dans le magazine d’information Télématin sur France 2 Télévision, un tour du monde des mœurs, us et coutumes contemporaines ou des évolutions sociologiques ou des innovations pour la cité « polis ». Face à la crise mondialisée liée au COVID, ce carnet de voyage est d’autant plus évocateur des différences culturelles que la communication est indispensable sur les changements et les difficultés rencontrées d’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre.

Le carnet de voyage du samedi 6 février 2021 porte sur « Les innovations des jeunes en période de COVID » et propose ainsi de partir au Sénégal, au Brésil, à Dubaï et en Italie afin de découvrir les idées créatives des jeunes afin de « rebondir » et de palier à la difficulté du quotidien. De belles pistes à partager !                                         https://www.france.tv/france-2/telematin/2236601-emission-du-samedi-6-fevrier-2021.html

Autre épisode intitulé « Portraits de famille », le 16 janvier 2021 : https://www.france.tv/france-2/telematin/2192509-emission-du-samedi-16-janvier-2021.html

Par ailleurs, le carnet de voyage peut exister dans le voyage proche ou de proximité, et même en temps de confinement : à découvrir des « carnets de voyages confinés » avec l’IFAV, Association Il Faut Aller Voir, organisatrice du Rendez-vous du carnet de voyage. https://www.youtube.com/watch?v=fAEH2MryAUY

Pour souvenir du « monde d’avant », la collection « Carnets de voyage » dix documentaires de 26 minutes fait découvrir un pays à travers les yeux et les dessins d’un globe-trotteur carnettiste. Six illustrateurs voyageurs dessinent le monde, leur carnet à la main. http://www.tv5monde.com/TV5Site/publication/publi-302-Carnets_de_voyage.htm

Nouveauté éditoriale de type « reportage graphique – bande dessinée », publiée en février 2021 : Patient Zéro : à l’origine du Coronavirus en France, Raphaelle Bacqué, Ariane Chemin, Renaud Saint-Cricq, Nicoby (le dessinateur), Editions Glénat, 2021. https://www.glenat.com/hors-collection-glenat-bd/patient-zero-9782344045350

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Projets pédagogiques de carnets de voyage franco-allemands

Les liens France – Allemagne, qu’ils concernent l’histoire, les arts ou la littérature pourraient faire l’objet de plusieurs pistes de carnets de voyage en classe ou d’escape games créatifs, en vue de l’apprentissage de l’allemand et afin de préparer la « Journée franco-allemande » du 22 janvier, lancée par le ministère de l’éducation nationale.

Avec l’enseignant d’histoire, il est envisagé de travailler sur les traces de l’histoire commune, notamment pour la ville de Bordeaux. Ainsi, une recherche d’informations est proposée sur de nombreux sujets : la ville allemande jumelée avec Bordeaux, la route commerciale des villes hanséatiques, les négociants allemands à Bordeaux, la fortune de la ville de Lübeck mais aussi la base sous-marine de Bordeaux durant la seconde guerre mondiale. Autre piste, découvrir les itinéraires culturels européens qui concernent l’Allemagne, elle pourrait aboutir à la réalisation d’une carte numérique commentée des villes de la Hanse, ensuite présentée à l’oral en allemand.

Avec l’enseignant de Lettres, l’imaginaire est sollicité et notamment à travers quelques légendes typiquement germaniques. Suivre l’itinéraire des contes de fées en Allemagne peut aboutir à  la création d’un carnet de voyage imaginaire sur la « Märchentrasse ». En classe de Français, une comparaison du conte « Hansel et Gretel » de Grimm avec « le petit Poucet » de Perrault tisse des liens franco-allemands, comme pourrait aussi l’évoquer l’étude du Romantisme…Autre piste, les traditions et les fêtes germanophones reliées aux mythes d’Europe du Nord, qui inspirent deux types de carnet de voyage : l’un pour retracer le voyage légendaire du Père Noël de l’Allemagne, des Pays-Bas à New York, l’autre pour rendre compte des traditions culinaires de Noël et coutumes du Carnaval particulièrement fêté en Allemagne. L’élève relève les similitudes ou les différences avec certaines traditions alsaciennes.

Dans le cadre du cours d’arts plastiques, la recherche des artistes allemands ou germanophones qui ont été inspirés par la France permet d’évoquer une géographie artistique à travers le regard d’un peintre ou d’un photographe, par exemple la Camargue brute de Peter Lindbergh. Par ailleurs, l’imaginaire géographique est souvent abordé à travers la carte postale. Cette année nous célébrons les 150 ans des « Korrespondenz karten » qui sont nées lors de la Guerre franco-prussienne en 1870. La carte postale ou l’image – souvenir est en effet à l’origine du carnet de voyage, donc un projet pédagogique autour de la carte postale est d’autant plus pertinent. Bien sûr, un projet de Mail Art avec une classe allemande partenaire serait fort à propos afin de comparer les imaginaires géographiques des jeunes allemands à ceux des collégiens français.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet d’émotions à Vienne sur les pas de Beethoven

A chaque lieu sur la carte de Vienne (document de référence), l’enseignant pose une énigme à résoudre liée à la biographie du compositeur Ludwig Van Beethoven et qui amène l’élève à rechercher sur l’internet à partir d’un indice web. La réponse est rédigée en allemand puis elle est illustrée à travers une création plastique liée à l’émotion étudiée et à son expression en allemand : il s’agit de réaliser la première page du carnet de voyage. En haut de chaque page du carnet de voyage sont indiqués le lieu et le texte rédigé pour s’y rendre (classe inversée, avant la classe à la maison). Cette amorce sert de narration dans le carnet de voyage au fil de l’itinéraire suivi dans la ville de Vienne.  Au final la création d’une carte sensible à partir des émotions pourrait être envisagée en arts plastiques mais aussi une affiche qui recense des traits de la culture viennoise en 1820 ou qui dresse un panorama de l’Art Nouveau à Vienne. Cet alignement pédagogique assurerait la cohérence entre objectifs visés, activités proposées et évaluations choisies. Trois outils créatifs sont utilisés : l’escape game, le carnet de voyage et la carte sensible.

Lieu de départ : la maison Beethoven située au Schwarzspanierstraße 15

Escape game :

  • Enigme : quelle symphonie célèbre y a créé Beethoven ?
  • Indice web proposé : image du drapeau européen

1ere page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Sur la partition (L’Ode à la Joie) en fond de page, vous créerez un nuage de mots qui parle de l’Europe.
  • En écoutant le morceau de musique, vous rédigerez un texte personnel qui explique à quel moment vous vous sentez joyeux (synonymes autour du mot « Freude » : Jubel, himmlisch, glücklich …)

Prochaine étape : Théâtre de Vienne situé au Linke Wienzeile 6

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis la maison de Beethoven (texte à mentionner en haut de la page du carnet de voyage).

Escape game :

  • Enigme : pourquoi le théâtre de Vienne est-il si célèbre ?
  • Indice : image tronquée de la coupole intérieure ou de la scène.

2eme page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous réaliserez un collage d’images qui montre le faste de l’architecture de l’Opéra
  • Vous choisissez un extrait d’opéra qui exprime la colère et vous rédigerez un haïku en allemand ou un « Elfchen » sur cette émotion qui peut vous envahir.

Prochaine étape : le Café Central situé au Ecke Herrengasse, Strauchgasse

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis le théâtre de Vienne et les transports en commun que vous pouvez emprunter.

Escape game :

  • Enigme : quelle est la culture autrichienne liée au lieu convivial du Café ? A quelle époque et pourquoi ?
  • Indice web : image d’une tasse de café à la crème

3eme page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous choisirez plusieurs pâtisseries à déguster. Vous assemblerez dans une composition plastique « savoureuse » ces spécialités viennoises.
  • Vous choisirez un café typiquement viennois à boire et vous lirez le poème de Goethe « Mer calme et heureux voyage » puis vous rédigerez un texte sur le réconfort.

Prochaine étape : le Beethoven Museum situé au Probusgasse 6

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis le café et les transports en commun que vous pouvez emprunter.

Escape game :

  • Enigme : de quelle maladie souffrait Ludwig Van Beethoven ?
  • Indice web : image d’une bulle de BD avec onomatopées de bruits.

4eme page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous choisirez des couleurs qui évoquent la solitude et l’enfermement pour réaliser un nuage de mots sur le terme « dépassement »
  • Vous rédigerez une lettre « testament de Beethoven » avec des synonymes qui expriment la tristesse (traurig sein, melancholisch sein, deprimiert sein, keine Hoffnung haben).

Prochaine étape :  le Palais de la Sécession situé au Friedrichstraße 12

En classe inversée à partir de la carte de Vienne : se rendre au prochain lieu et énoncer en allemand où il se situe sur la carte, puis expliquer votre itinéraire pour vous y rendre depuis le Beethoven Museum et les transports en commun que vous pouvez emprunter.

Escape game :

  • Enigme : quelle œuvre picturale murale a été réalisé en hommage à Beethoven ?
  • Indice web : image du tableau « Le baiser » de Klimt.

5e page du carnet de voyage : expression personnelle en image et en texte

  • Vous réaliserez un collage d’images de plusieurs œuvres de l’Art Nouveau.
  • Vous rédigerez un texte sur le désir (émotion) de vous rendre à Vienne et l’émerveillement lors de la découverte de cette capitale européenne des arts en 1820.

Etape ultime pour départager les équipes : la dernière énigme !

  • A Vienne, qui aurait pu vous expliquer l’origine de vos émotions ? (Freud)
  • A vous de vous rendre chez lui (en empruntant le tramway) afin de lire ses essais.
  • En reprenant le parcours en 5 étapes dans la ville de Vienne, vous dessinerez l’itinéraire et définirez la forme qui apparaît ou ce qu’elle peut évoquer…

Vous réaliserez une carte sensible des émotions ressenties au fil du parcours. Au final vous pourrez ajouter une autre émotion de votre choix et l’expliciter.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Escape game – carnet de voyage pour apprendre le français

« Le voyage créatif à Paris » est un projet pédagogique afin d’apprendre la langue française, pour le FLS ou le FLE, Français langue étrangère. Il s’agit pour l’apprenant de localiser sur une carte de la ville de Paris les lieux à découvrir. L’itinéraire de « tourisme créatif » a pour but d’apprendre le lexique et la grammaire en français et de réaliser un carnet de voyage imaginaire, virtuel ou réel dans Paris à partir de cinq lieux correspondant à des thèmes différents. Il s’agit d’associer trois outils pédagogiques dans la démarche de projet : l’escape-game, la carte et le carnet de voyage.

En équipe de deux, le binôme choisit un thème et crée des énigmes pour chacun des lieux avec des indices à mentionner : au choix six lieux du cinéma français, six lieux de la gastronomie, six lieux de la mode, six lieux de la littérature, six lieux de la chanson française. Les cartes thématiques des six lieux sont réalisées avec des illustrations et une légende adaptée au sujet. Ensuite, pour chacun des thèmes, tous les apprenants vont créer des productions artistiques qui seront les pages de leur carnet de voyage. Par exemple, pour la page cinéma, il s’agit de réaliser une affiche, pour la page gastronomie de créer une recette de cuisine illustrée, pour la page mode de réaliser un nuage de mots et un collage de photos, pour la page littérature de créer un calligramme illustré, pour la page chanson d’imaginer un texte sur la suite de l’air musical ou de la partition (image de fond).

L’ensemble des cinq double page (donc une dizaine de pages) en textes et en images compose « le carnet de voyage créatif à Paris » qui est alors un carnet personnel. Les cartes thématiques des six lieux y sont insérées afin d’expliciter la déambulation imaginaire dans la capitale.

En conclusion, pour les dernières pages, le carnettiste virtuel choisit un lieu par thème et crée sa balade artistique dans Paris, selon ses goûts. Dans son journal de touriste créatif, il explicite comment se rendre d’un lieu à l’autre et quel transport il emprunte afin de suivre son itiniraire cartographié. Ensuite, il expose son parcours à ses collègues en expliquant ses choix, motivations et goûts personnels. En somme, il définit sa représentation culturelle de Paris à travers les lieux choisis, des sites qui font référence chacun à une oeuvre artistique française.

Ainsi, questionnement et recherche informationnelle, production et interaction langagières sont les compétences transversales visées à travers ce projet pédagogique pour l’enseignement et la pratique des langues mais aussi pour l’éducation à l’interculturel.

L’art du carnet de voyage. Pascale Argod.

Editions Gallimard, Collection Alternatives, 2014.

INSPE Bordeaux, International: https://www.inspe-bordeaux.fr/presentation

Alliance Française Bordeaux: https://www.alliance-bordeaux.org/actualites/

Institut international et incubateur du tourisme créatif: http://www.creativetourismnetwork.org/creation-de-lintitut-international-et-incubateur-du-tourisme-creatif/?lang=fr

Mondes du tourisme, n°10 : Tourisme créatif, Revue-espaces, décembre 2014 https://www.tourisme-espaces.com/doc/9313.mondes-tourisme-tourisme-creatif.html

1ere Assises de la Recherche en Toursime, GIS, Université d’Angers, 14 janvier 2021. https://www.univ-angers.fr/til/fr/notre-actualite/assises-du-gis-etudes-touristiques.html

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de voyage musical à Vienne pour célébrer l’année Beethoven

Dans le cadre du dispositif PPN, Projet pédagogique numérique, du Master 2 MEEF (à l’INSPE Bordeaux), il a été proposé aux enseignants stagiaires de langue (Allemand) de monter un projet en classe afin de célébrer l’année Beethoven (250e anniversaire) mais aussi « l’Ode à la joie » créé en 1823 et devenue l’hymne européen. Aussi la démarche heuristique a t-elle soulevé des pistes de réflexion :

  • Quel type de carnet de voyage fictif pourrait réaliser les élèves ?
  • Comment faire découvrir la culture des pays germanophones (DACH) à travers l’histoire des arts ?
  • Comment enseigner une langue étrangère en favorisant le ludique ?
  • Quelle narration numérique envisager pour ce carnet de voyage ?

Le carnet de voyage de la classe en fin d’année comme production finale numérique pourrait associer les trois narrations ci-dessous :

  •  un carnet de patrimoine selon un itinéraire dans la ville de Vienne sous la forme d’une carte interactive,
  • un carnet de voyage sur les pas de l’artiste Beethoven sous la forme d’un récit biographique transmédia,
  • un carnet de patrimoine historique sur la période 1820 – 1830 à partir d’une chronologie interactive.

Voyager dans la ville de Vienne a semblé le cadre idéal à cette production qui narre un périple ou un déplacement. Cette ville est devenue en 1820 la capitale européenne des arts et d’un art de vivre typiquement viennois durant le Biedermeier.

Héritage artistique de Vienne :

  • Musiciens : Beethoven, Mozart, Strauss II…
  • Littéraires : Stefan Zweig, Edmund Freud…
  • Architectes : Otto Wagner et l’Art Nouveau, Joseph Hoffman et le Jugendstil viennois, Le pavillon Otto Wagner de la Karlsplazt (Station de métro) créé en 189, Les villas d’Otto Wagner et l’Art Nouveau…
  • Peintres – décorateurs : Gustav Klimt et Hunderwasser,
  • Mouvements artistiques : l’Art Nouveau, le Jugendstil

Héritage culturel de Vienne :

  •  Gastronomie : Le café viennois classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011: l’écrivain Stefan Zweig décrivait ce type d’établissement comme une « institution d’un genre tout particulier qui ne ressemble à aucune autre dans le monde ».
  • L’histoire d’une pâtisserie viennoise : le croissant viennois, la Sachertorte ou du Strudel pour rentrer dans l’histoire de l’Autriche…
  • Art de vivre : la valse viennoise et le bal
  • Construction de l’Europe : 9e Symphonie ou l’hymne européen et « Le monde d’hier, souvenirs d’un Européen » de Stefan Sweig, le Danube qui traverse l’Europe…
  • Histoire : Sisi Impératrice…l’empire austro-hongrois sous l’époque napoléonienne (la bataille de Wagram, en Autriche, est la dernière grande victoire de Napoléon en 1809)

Nous avons envisagé deux oeuvres d’art : l’une comme point de départ du projet et l’autre comme point d’arrivée du carnet de voyage. Nous avons choisi La 9e Symphonie L’Ode à la Joie » de Beethoven créée en 1823 (l’hymne européen) et La frise Beethoven de Klimt créée en 1902 afin de démontrer le rayonnement du musicien sur la vie artistique de Vienne jusqu’au 20e siècle. Ce projet est pluridisciplinaire, aussi l’enseignant de musique et l’enseignant d’arts plastiques y prennent part. Nous avons donc axé l’expression personnelle sur le thème des émotions et des sentiments au fil des morceaux de musique de Beethoven.

 

Le carnet voyage est intitulé « Voyage en émotions à Vienne sur les pas de Beethoven ».

 

La création des textes et des images par les élèves nécessitent une motivation collégiale et individuelle. Comment l’insuffler ? Comment favoriser l’interaction entre les élèves ? Comment favoriser les échanges oraux en allemand ? Comment envisager un dispositif de pédagogie inversée ? Comment motiver la création et l’expression personnelle en textes et en images ?

J’ai suggéré de lancer un escape game qui amène à la création du carnet de voyage et qui aboutisse à une carte sensible ou des émotions musicales. L’escape game est en effet un outil pédagogique innovant qui pourrait avoir des développements numériques et rendre le carnet de voyage ludique et dynamique. Nous avons alors réfléchi à la manière d’articuler le carnet de voyage avec l’escape game et la carte ludique ou la carte sensible. Comment procéder ? Quel scénario pédagogique envisagé ? Quelle trame narrative imaginée ?

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

De l’escape game au carnet de voyage et à la carte sensible

Dans le cadre de l’enseignement et d’une pédagogie de projet, j’ai envisagé d’articuler trois outils pédagogiques : l’escape game, la carte sensible et le carnet de voyage. Pourquoi envisager ces outils à des temps différents du projet pédagogique numérique ? Alors que la sortie scolaire est peu pratiquée à cause des restrictions sanitaires du COVID, il m’a fallu imaginer un voyage essentiellement virtuel et imaginaire. Plusieurs questions ont motivé mon intérêt pour cette association au fil de la démarche de projet.

Comment compenser auprès des jeunes la motivation du voyage sur le terrain et l’objectif de la sortie in situ qui ne pourra pas avoir lieu ? Comment penser un itinéraire qui est surtout un cheminement personnel et imaginaire et non vécu ? Comment sensibiliser à la cartographie alors qu’il ne peut pas y avoir déplacement sur le terrain ? Comment transcrire ses découvertes dans son carnet de voyage alors qu’elles sont virtuelles? Comment inscrire le carnet de voyage dans une démarche de projet qui repose sur des ressources numériques et des visites virtuelles ? En somme comment le voyage virtuel via les écrans pourrait-il « remplacer » (provisoirement durant cette année COVID car rien ne peut se substituer à l’expérience du réel) le voyage in situ ?

  • L’escape game permet de rentrer dans la narration imaginaire et d’aiguiser la curiosité des élèves avec des énigmes et l’émulation des équipes binôme dans la production finale du carnet de voyage. Ils sont les héros du jeu qui voyagent, recherchent et vont rendre compte de leur voyage virtuel. Chaque énigme ou résolution de problème est une épreuve du voyage et motive le questionnement.
  • La carte sensible ou imaginaire permet de mettre en contexte l’information et de la spatialiser. Le déplacement virtuel est matérialisé. La réalisation de la carte fait aussi appel à la pratique artistique.
  • Le carnet de voyage permet l’expression personnelle en textes et en images. Il s’agit de rendre compte de ses découvertes. La production finale du projet du carnet de voyage valorise la communication et l’échange avec ses pairs.

En somme, dans l’interaction de ces trois outils pédagogiques au fil du projet, il s’agit de résoudre l’énigme, de se déplacer et de raconter, donc de mener une recherche, de situer et de produire. Ces objectifs d’apprentissage sont transversaux et cette démarche pédagogique envisagée pourrait être corrélée à celle du parcours d’éducation artistique et culturel de l’élève qui se décline en trois temps : fréquenter, pratiquer et s’approprier.

Fréquenter (Rencontres)

  • Cultiver sa sensibilité, sa curiosité et son plaisir à rencontrer des œuvres
  • Echanger avec un artiste, un créateur ou un professionnel de l’art et de la culture
  • Appréhender des œuvres et des productions artistiques
  • Identifier la diversité des lieux et des acteurs culturels de son territoire

Pratiquer (Pratiques)

  • Utiliser des techniques d’expression artistique adaptées à une production
  • Mettre en œuvre un processus de création
  • Concevoir et réaliser la présentation d’une production
  • S’intégrer dans un processus créatif
  • Réfléchir sur sa pratique

S’approprier (Connaissances)

  • Exprimer une émotion esthétique et un jugement critique
  • Utiliser un vocabulaire approprié à chaque domaine artistique
  • Mettre en relation différents champs de connaissances
  • Mobiliser ses savoirs et ses expériences au service de la compréhension de l’œuvre

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Itinéraires culturels européens 2019-2020

Lancés par le Conseil de l’Europe en 1987, les Itinéraires Culturels démontrent, à travers le voyage dans le temps et l’espace, que le patrimoine de différents pays d’Europe contribue au patrimoine culturel commun. Depuis 2019, sept itinéraires ont été ajoutés à la liste. https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes

La route européenne du patrimoine industriel : avec plus de 1 800 sites dans tous les pays européens, la Route européenne du patrimoine industriel invite les visiteurs à explorer les étapes de l’histoire industrielle européenne. Lieux de mémoire européenne commune, ils témoignent des découvertes scientifiques, de l’innovation technologique et de l’histoire de la vie des travailleurs. Au total, 14 Itinéraires thématiques mettent en lumière le contexte européen de l’industrialisation.

La Route du Rideau de Fer couvre 20 pays européens et relie de nombreux bâtiments, monuments, musées et sites historiques qui nous rappellent l’histoire d’une Europe divisée. Les parcs nationaux, caractérisés par une flore et une faune variées et des paysages uniques, sont restés pratiquement intacts car ils faisaient partie des zones frontalières. Ils caractérisent le parcours tout au long de la Route.

Le Corbusier Destinations: Promenades architecturales relatent la vie et les réalisations de l’un des plus grands architectes du XXe siècle. Tout au long de sa vie, Le Corbusier a voyagé pour acquérir de nouvelles techniques et perfectionner ses connaissances en s’inspirant des pays visités et de leurs éléments architecturaux et urbains. En tant que protagoniste du « mouvement moderne », il a introduit de nouvelles idées dans l’architecture européenne, telles que le fonctionnalisme, le purisme et le lien entre nature et architecture.

La Route de la Libération de l’Europe est un réseau international de commémoration reliant les principales régions touchées par la libération de l’Europe de l’occupation nazie en 1944-1945. L’itinéraire relie d’importants sites historiques de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, en République tchèque, en France, en Allemagne, en Italie, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne et au Royaume-Uni. La route combine un contenu historique avec une approche multi-perspectivité, un tourisme de mémoire et des outils de transmission de mémoire au niveau européen.

Les Chemins de la Réforme sont le reflet de siècles d’histoire, lorsque des mouvements du christianisme dans toute l’Europe partageaient la volonté de changer les institutions et de briser le status quo. En tant que réseau ouvert et tolérant, divers aspects de la Réforme se combinent au-delà des frontières nationales: les différences et la pluralité des histoires, des cultures et des sociétés de la Réforme dans les régions locales sont hautement valorisées et, en même temps, les membres sont unis sous les Chemins de la Réforme , qui valorise un patrimoine et des valeurs communs, constitue une contribution unique au tourisme et au développement des territoires.

Itinéraire européen des jardins historiques : depuis les débuts du jardinage en Europe, les jardins historiques ont véhiculé un message d’unité au-delà des frontières politiques, linguistiques et même climatiques. À différentes époques de l’histoire, la culture des jardins s’est établie et les plantes, les habitudes de culture et le dessin des parterres sont devenues une preuve vivante d’une culture européenne commune. Aujourd’hui, la présence de plantes et les travaux esthétiques similaires sont quelques-unes des caractéristiques partagées par les jardins, les parcs et les unités paysagères sur tout le continent. Les jardins historiques sont également un moyen de préserver des connaissances séculaires transmises oralement et par le biais de livres et d’encyclopédies en matière de jardinage, et qui constituent une référence pour les jardiniers et les paysagistes du monde contemporain.

Via Romea Germanica : partant du nord de l’Allemagne, passant par l’Autriche et l’Italie pour arriver à Rome, la Via Romea Germanica retrace les pas de l’Abbé Albert de Stade comme il le raconte dans son journal. L’abbé Albert était un pèlerin en route vers Rome en 1236 avec la mission de demander au Pape l’approbation de la nouvelle règle monastique pour sa communauté. Dans les Annales Stadenses, écrites en 1256, l’abbé Albert analyse les différents chemins vers Rome, en décrivant les lieux, les caractéristiques et les distances. Dans ses écrits, il a détaillé la meilleure façon d’arriver à Rome (la « Via Melior ») pour les pèlerins venant d’Allemagne, de Suède, du Danemark, de Norvège et des pays baltes. Depuis lors, la Via Romea Germanica a été parcourue par des empereurs, des rois, des soldats, des voyageurs et des marchands.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de marin et d’écologie : Le Vendée Globe

Le Vendée Globe est l’occasion de suivre les voiliers dans leur tour du monde. Les journaux de marins ont été à l’origine du carnet de voyage et nous en profitons pour renouer avec les circumnavigations, même virtuellement. Le navigateur Fabrice Amadéo propose un kit pédagogique en partenariat avec la Fondation de la Mer et le Ministère de l’éducation nationale : « Cétacé, l’ocean boit la tasse » permet aux jeunes de mieux connaître l’océan et les enjeux liés à sa protection. Les enseignants peuvent donc lancer dans leurs classes des projets de l’éducation au développement durable. Fabrice Amadéo répond aux questions des classes au fil de son périple maritime.

Inspirés par cette expédition scientifique et marine, les professeurs des écoles lancent en effet un PPN, projet pédagogique numérique « Carnet de voyage au long cours », dans le cadre de la formation Master 2 MEEF à l’INSPE Bordeaux. Les élèves vont faire de la géographie au fil de l’avancée du voilier de Fabrice Amadéo : découvrir les océans traversés, les continents contournés, les zones climatiques, les courants…mais aussi réflêchir aux enjeux de la protection des océans face au changement climatique.

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Cycle_3/97/5/CETACE_livret-enseignant_1322975.pdf

 

Kit pédagogique Vendée Globe – avec Fabrice Amedeo

Projet pédagogique

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Manifestation culturelle « Carnet de voyage, une écriture du monde »

Comme chaque année depuis six ans, la manifestation « Carnet de voyage, une écriture du monde » devait se dérouler les 5 et 6 décembre sur Bordeaux. Pour cette 6e édition, nous allions inaugurer les halles DARWIN, vaste espace propice aux rencontres et aux expositions des oeuvres de seize artistes voyageurs.

La nouvelle librairie des voyages Géolibri située à proximité, nous aurait permis de vagabonder de vitrines en rayons, de récits en continents, d’images en rencontres…Que de voyages en perspective !

Parmi les plus illustres invités, Stéphanie LEDOUX, Claire et Reno MARCA et Emmanuel MICHEL nous auraient fait découvrir leurs dernières créations. L’équipe Lettres du Monde nous donne donc rendez-vous l’an prochain, à la même date, pour fêter le déconfinement attendu par tous les voyageurs, artistes, écrivains, éditeurs, libraires… par le monde des arts, du patrimoine et de la culture.

Un appel à tous, en 2021, pour traverser la Garonne et aborder de nouvelles terres ! A nos crayons, pinceaux, carnets pour croquer le monde en toute liberté !

Edition 2020

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts