Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia

« Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques ». Pascale Argod. In « L’animation socio-culturelle : quelle place dans le projet urbain ? ». Pascal Tozzi (Dir.). Carrières sociales Editions, 2014.

Couverture ASSC&Projet urbain

Les carnets de patrimoine, de l’ouvrage au site web, inventorient les patrimoine(s) et s’insèrent dans différents projets urbains. Carnet de terrain (Sanijan, 2008), carnet ethnographique ou carnet de relevés d’observations, le carnet de voyage – reportage est aussi un outil réflexif des sciences humaines, de la géographie à l’anthropologie, indispensables aux projets urbains. Outil de valorisation du patrimoine, il s’inscrit dans des projets urbains de communication à visée touristique mais aussi dans d’autres registres afin de faire évoluer les représentations. De plus, dans le cadre de l’animation socioculturelle, réaliser un carnet de voyage favoriserait la « fabrique » de l’habitant-citoyen : l’identité du quartier, la territorialité et la « géocitoyenneté » sont en jeu à travers les arts graphiques et l’image. Construire sa géographie dans ses déplacements permettrait d’appréhender le territoire dans sa complexité et dans les enjeux qu’il engendre afin de s’inscrire dans une démarche de citoyen géographe attentif à son environnement et de devenir un géo-citoyen. La diversité éditoriale des carnets de patrimoine sur la ville permet d’appréhender en quoi cet objet socio-culturel procède de la fabrication de l’habitant-citoyen et concilie la visée communicante et l’aspect ethnographique.

Quatrième de couverture de l’ouvrage collectif  « L’animation socio-culturelle : quelle place dans le projet urbain ? » sous la direction de Pascal Tozzi :

Cet ouvrage fait suite au 29ème colloque organisé à Bordeaux, en janvier 2013, par l’Institut Supérieur d’Ingénieurs-Animateurs Territoriaux (ISIAT) de l’IUT Bordeaux Montaigne et ses partenaires. Cette rencontre scientifique a accueilli une cinquantaine de communications sur le thème « L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ? ». À travers une série de textes reprenant certains thèmes saillants du colloque, enseignants-chercheurs, doctorants, praticiens et concepteurs de l’urbain approfondissent ici leurs réflexions autour des interactions entre l’animation et la fabrique de la ville, questionnant le projet urbain en tant que projet social, culturel et socioculturel, mais aussi la dimension démocratique qu’il s’agit de donner à l’action aménageuse. Dans cette perspective, les contributions réunies analysent la place des projets d’animation dans les gouvernances urbaines, notamment leurs interactions avec les acteurs institutionnels et les dispositifs de politiques publiques. Place est ensuite faite aux apports de l’animation et de ses « experts militants » aux processus complexes d’appropriation urbaine et de participation citoyenne, notamment s’agissant de la mise en durabilité de la Cité. Le propos des auteurs met aussi en évidence la créativité socioculturelle et les modalités d’intervention socio-artistique qui animent le projet urbain, travaillant à ses scénographies, à sa pédagogie et à sa valorisation mais aussi parfois à sa contestation. Enfin, au travers des réflexions suscitées par cette rencontre entre la ville et l’animation, c’est aussi la question vive de l’axiologie de cette dernière qui est posée, celle de l’éthique et d’une recherche permanente du sens de l’action socioculturelle dans la fabrique urbaine.

http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1268


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *