Quand l’homme voyage : ouvrage collectif

Quand l’homme voyage : les passeurs d’empreintes. Sous la Direction de Dominique Soulancé et Jean-Louis Duhourcau. SEH, L’Harmattan, novembre 2014, 461 pages.
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=45346

Ouvrage réalisé en collaboration avec la Société d’Ecologie Humaine et publié avec le concours du Laboratoire UMR ADESS 5185 CNRS de l’université Bordeaux Montaigne et de l’université de Bordeaux. Il est issu des 25e journées scientifiques de la SEH  » L’écologie humaine en voyage », qui se sont déroulées les 19 et 20 septembre 2013 à Bordeaux en partenariat avec Cap Sciences, l’association d’2cologie Humaine Afrique et l’Atelier d’Architecture Jean Louis Duhourcau.

D’après la quatrième de couverture rédigée par Dominique Soulancé, géographe, et Jean-Louis Duhourcau, architecte :

« Comme les membres d’une expédition au retour de leur longue marche à travers la jungle humaine, les auteurs de ce livre, solitaires ou « en cordée », nous révèlent les marques et empreintes qu’is ont découvertes et qu’ils souhaitent partager avec vous.

Se « placer ailleurs » pour regarder le monde, c’est ce que les auteurs expriment tour à tour, à leur façon, sous l’éclairage de leurs compétences spécifiques et de leurs émotions personnelles.

Du rêve à la réalité, les récits surprennent par leur originalité, leur sincérité et leur profondeur.

La lecture de ce livre est une invitation à voyager « autrement ».

« Le carnet de voyage. Outil d’évaluation de l’être au monde et de la valeur initiatique du voyage ». In « Quand l’Homme voyage, les passeurs d’empreintes ». L’Harmattan – SEH, Société d’écologie Humaine, p. 401 à 412. (décembre 2014).

Le Rendez-vous du carnet de voyage s’inscrit dans une éthique et une esthétique du voyage et dans une médiation la rencontre de l’Autre : « C’est passer du statut de voyageur à celui de découvreur : ce qui change dans l’échange et le regard porté sur les autres » (Association IFAV, Il faut aller voir, organisatrice de la manifestation culturelle et artistique). Le terme safar selon le carnettiste Stefano Faravelli à l’origine de l’Ecole du voyage « Scuola di Viaggio » à Turin, exprimerait le propre du carnet de voyage qui est le dévoilement de soi, de l’Autre et du monde. Médium de communication de rencontre avec l’autre par le langage universel de l’art, il ouvre à l’observation du monde en exerçant le regard éveillé aux idées différentes et en initiant une quête de sens et de l’authentique. Il facilite le passage du jugement à l’analyse afin d’évaluer la valeur du voyage sa quête et sa portée initiatique à travers la collecte du sensible et de l’expérience vécue. Cette mémoire personnelle (Rémi Hess, 1998), culturelle, esthétique et poétique du périple évalue l’imploration-exploration. Le carnet de voyage « extime » (Michel Tournier, 2002) éduque autant à l’interculturel qu’au regard (corpus sur l’Inde). Le voyageur qui observe, analyse, confronte les points de vue, met en œuvre une aptitude à la distance et à l’élargissement de ses référents qui favorise la capacité d’adaptation à la complexité humaine. Le carnet de voyage serait donc un outil d’apprentissage par l’expérience de la mobilité, de formation et d’évaluation de « l’être au monde » dans une démarche interculturelle. Essai de vérité, de liberté, de tolérance et d’émotion personnelle, le carnet de voyage est un manifeste pour le voyage authentique et pluriel et pour la liberté d’aller à la rencontre de l’Autre sans frontières (Pascale Argod, 2011).


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *