Appunti, du carnet de voyage cinématographique, du film – essai et du documentaire expérimental

Appunti (carnet de notes de Pier Paolo Pasolini), du carnet de voyage cinématographique, du « film-essai » et du documentaire expérimental
Carnet de notes pour une Orestie africaine et Notes pour un film sur L’Inde révèlent le talent de poète-réalisateur qu’est Pier Paolo Pasolini mais aussi une forme du genre cinématographique « carnet de voyage » entre carnet d’esquisses et carnet de recherche audio-visuel. L' »appunti » est-il d’un documentaire expérimental et de repérages pour un film en devenir et donc à jamais inachevé ? Et donc la trace d’une recherche cinématographique en gestation ? Le définit-on comme un film-essai ? Qu’est-ce qui le caractérise comme « carnet de voyage » ? Quel est l’héritage littéraire de l’appunti ? Est-ce la forme mosaïque d’histoires fragmentaires et inachevées ? L’inachevé est-il le propre du genre intermédia carnet de voyage ? Ou est-ce plutôt le collage d’images ? Ou encore la poétique du déplacement ? Les notions de « géopétique » et d »ex-time » sont-elles présentes ?
Ce carnet d’annotations visuelles renvoie à un film à réaliser ultérieurement, une sorte de « work in progress» en vue de son vaste projet Notes pour un poème sur le tiers-monde, poème filmique en cinq parties : l’Inde, l’Afrique, les pays Arabes, l’Amérique du Sud et les ghettos d’Amérique du Nord. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de « film à faire », sinon comme alibi pour ce magma formel totalement libre qu’est le Carnet de notes. L’inachèvement est la marque de fabrique du « cycle des Appunti », selon l’expression de J.-C. Biette reprise par Hervé Joubert-Laurencin pour désigner toute la production « parallèle » des « films-essais » de Pasolini, caractérisés entre autres par l’innovation formelle. Roberto Chiesi le définit comme un « « film-laboratoire » : « Carnet de notes pour une Orestie africaine affiche une fertile contamination de registres. C’est un film de repérages, mais il comprend une séquence où quelques vers des Choéphores d’Eschyle (Orestie sur la tombe d’Agamemnon et sa fuite, pourchassé par les furies) sont mis en scène par Pasolini, avec un interprète trouvé sur place. C’est un film de montage (il inclut de violents extraits d’archives sur la guerre du Biafra pour évoquer le siège de Troie), mais c’est également un travail métalinguistique, dans lequel l’auteur remet en question le film lui-même. »
Notes pour un film sur l’Inde est un autre de ces Appunti. En 1961, Pasolini découvre l’Inde pour la première fois, avec Alberto Moravia et Elsa Morante. Comme l’Afrique, l’Inde imprègnera une grande partie de son activité artistique, à commencer par le récit issu de ce voyage, L’Odeur de l’Inde. Entre décembre 1967 et janvier 1968, le cinéaste repart en Inde, pour y tourner les Notes pour un film sur l’Inde, probable élément du projet des Notes pour un poème sur le Tiers-monde. Il serait très pertinent de comparer cette oeuvre avec celles de Louis Malle, L’Inde Fantôme ou Calcutta, réalisées la même année dans la vague des hippies routards ou « Backpakers » vers l’Inde.

http://www.cineclubdecaen.com/realisat/pasolini/notespourunfilmsurlinde.htm
http://www.critikat.com/dvd-livres/dvd/carnet-de-notes-pour-une-orestie.html
https://www.franceculture.fr/oeuvre-carnet-de-notes-pour-une-orestie-africaine-de-pier-paolo-pasolini.html

A lire :
Anne-Violaine Houcke, « Pasolini et la poétique du déplacement », Conserveries mémorielles [En ligne], #6 | 2009, mis en ligne le 26 décembre 2009. URL : http://cm.revues.org/399


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *