Carnet scientifique et carnet de chercheur

Carnets scientifiques,  carnets de chercheur et arts graphiques

Qu’il soit ethnologue ou anthropologue, sociologue, archéologue, architecte, botaniste ou naturaliste, géologue, vulcanologue, géographe, topographe…le chercheur en sciences humaines et sociales ou en sciences du vivant utilise un carnet de recherche ou de voyage, lorsqu’il voyage ou rencontre son terrain de recherche, et devient alors un carnettiste. Quelles méthodes visuelles utilise t-il pour rendre compte de sa démarche de chercheur ? Comment définir sa pratique des arts graphiques ? En quoi les sciences humaines et les sciences du vivant ou de la terre trouvent-elles un terrain de réflexion méthodologique commune dans la tenue d’un carnet de terrain ou de recherche ? Tous participent de l’étude de l’environnement par la consignation de notes écrites et visuelles au fil d’une démarche d’appropriation des données, du terrain, des objets et du milieu. Elles permettent ensuite de rédiger une production secondaire destinée aux experts ou au contraire une vulgarisation du savoir.

Dès l’époque des Grandes Découvertes, les arts graphiques ont été au service des sciences et de la découverte du monde et de l’environnement mais comment aujourd’hui inscrire la pratique du dessin, du croquis et de l’aquarelle dans une démarche scientifique ? Dans quelle mesure est-elle complémentaire du numérique et des nouveaux outils de communication, TIC ? Est-ce que dessiner relie le terrain à la réflexion intellectuelle ? Le croquis est-il un relevé du réel ou une démarche d’abstraction scientifique ? Le geste, comme au temps de Léonard de Vinci et de ses codex est-il toujours l’essence de la créativité scientifique ? En quoi la visualisation des relevés favorise t-elle le travail scientifique ? De quelle palette d’images dispose le carnettiste scientifique ? La diversité des points de vue est-elle possible grâce à l’ aquarelle ?

Nous remarquons dans l’édition du carnet de voyage quelques carnets scientifiques ou carnets de voyage d’expéditions scientifiques mais aussi des carnets de géologues comme ceux de Georges Bronner ou de Christine Laverne, tous deux enseignants-chercheurs en sciences de la terre. Leur pratique du carnet diverge puisque l’un l’apparente au guide géologie de ballades paysagères alors que l’autre en fait un carnet de reportage de campagnes internationales de forage océanique. Georges Bronner évoque le « Guide géonautique » ou « géoballade » dans ses carnets édités par Jeanne Laffitte : Guide géonautique, de la rade d’Hyères à l’Esterel en 2004, Du delta du Rhône à la rade de Toulon : guide géonautique en 2006, De la Durance aux monts de Vaucluse : le Parc naturel régional du Luberon : géoballade, du paysage à la géologie en 2010. Dans ses carnets de bord d’une géologue, Christine Laverne décrit en textes et en aquarelles la vie à bord, le travail d’équipe, les métiers qui accompagnent les Forages sous le Pacifique (Atlantica, 2008).


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *