Carnet d’archéologue et carnet de fouilles ou de patrimoine

Carnet d’archéologue et carnet de fouilles ou de patrimoine

L’éditeur Albin Michel Jeunesse lance en 1991 la collection pionnière de carnets de voyage intitulée Carnets du monde sur des problèmes sociaux d’actualité à destination des adolescents. Elle propose en 1992 une collection spécialisée Carnets de monde : sciences et techniques[1] coéditée avec la Cité des Sciences et de l’Industrie. Le premier titre porte sur Un archéologie en Arabie de l’auteur Vincent Charpentier et il est « dessiné sur le vif par l’illustrateur » Marc Lacaze. Paradoxalement, peu de carnets de voyage contemporains dédiés à l’archéologie sont édités, aussi, nous citerons deux titres édités par Reflets d’ailleurs[2] : Dans le sable de Saqqara de Catherine Adam qui retrace une chronique d’un chantier de fouilles archéologiques tout en offrant une approche sensible de l’Egypte et Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix de Kristell Chuniaud qui est un carnet de fouilles préventives à vocation de formation professionnelle. Dix ans auparavant, sont publiés deux carnets diffusés à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand : Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas de Philippe Delord (Gallimard, 2001) et Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions de Benjamin Flao et de Bernard Buigues (Glénat 2002). Philippe Delord poursuit en 2004 ses investigations sur les pas de Louis-François Cassas à Chypre : Regards croisés sur Chypre (Gallimard, 2004).

Néanmoins, loin du monde de l’édition, quelques services éducatifs de musées archéologiques s’investissent dans la réalisation d’un carnet du parcours personnalisé de l’élève à la découverte des collections. Par exemple, Cap Archéo[3], centre d’éducation au patrimoine sur l’archéologie urbaine de Bordeaux, propose des ateliers d’exploration archéologique à partir d’une enquête documentaire, de fouilles en simulation de chantier, d’activités de laboratoire et de rencontres avec des chercheurs mais aussi une opération Reporters des sciences en archéologie. Autre initiative girondine, Louvre Estuaire[4] inscrit dans la charte Adopter son patrimoine, utilise le carnet de voyage à travers ses pôles de sensibilisation au patrimoine régional : l’architecture romane de Saintonge, l’environnement des marais et la culture poitevine ou saintongeaise.

Corpus de carnets de patrimoine archéologique :

Dans le sable de Saqqara. Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, 2012.

« La publication d’une fouille égyptologique constitue un travail incontournable et exhaustif, destiné au monde scientifique. Le quotidien de la vie d’un chantier, comme l’environnement humain et naturel du lieu, n’y trouvent pas leur place. Le carnet de voyage, tout en illustrant les découvertes d’une manière plaisante, prolonge le regard vers les hommes au travail, l’exotisme du décor, la faune libre ou domestique et offre une approche plus sensible que ne saurait le faire le texte ou le document rigoureux du chercheur. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/carnets-voyage/poussiere-descale/dans-le-sable-de-saqqara/

Mille ans d’histoire aux portes de Clermont-Ferrand, carnet de fouille archéologique à Trémonteix. Kristell Chuniaud. Avec la contribution de Mathieu Carlier, aquarelles de Catherine Adam. Clermont-Ferrand : Reflets d’ailleurs, INRAP, 2012

« Ce carnet de fouille explique à la fois le travail de recherche des archéologues et les méthodes employées au cours de leurs interventions. Mêlant les aspects techniques au vécu du terrain, il invite le lecteur à partager le lent processus d’émergence d’un site. »

http://www.editions-refletsdailleurs.com/catalogue/autres-collections/carnets-de-patrimoine/mille-ans-dhistoire-aux-portes-de-clermont-ferrand/

Regards croisés sur Chypre, sur les pas de Louis-François Cassas. Philippe Delord. Gallimard, 2004.

Pour la seconde fois, Philippe Delord emprunte le chemin de Louis-François Cassas, dessinateur français du XVIIIe siècle. Après Alexandrie, son travail se poursuit sur l’île de Chypre où il continue sa recherche des lieux dessinés par son prédécesseur. Au travers de l’enquête menée, son carnet de voyage révèle les influences multiples qui marquent Chypre au quotidien et, derrière l’image touristique des stations balnéaires, apparaît la réalité d’une île forte de 8 000 ans de civilisations entrant dans l’épopée européenne.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Albums-hors-serie/Regards-croises-sur-Chypre

Carnets de Sibérie : Mammuthus Expéditions. Benjamin Flao et de Bernard Buigues. Glénat, 2002.

« Un ouvrage scientifique et artistique pour découvrir le mammouth Jarkov, sorti des glaces de Sibérie, et partager l’aventure et les recherches de B. Buigues […]. Bernard Buigues poursuivait une idée fixe : faire dire à Jarkov ce qu’il savait de son époque en analysant les pollens qu’il avait emportés dans sa fourrure, et reconstituer sa chaîne ADN, dans la perspective, un peu folle celle-là, de le cloner. Afin que les caméras et les appareils photo ne témoignent pas seuls au risque de déformer ou de réduire la vie quotidienne des campagnes Mammuthus en Sibérie, il a voulu qu’un illustrateur saisisse cette réalité. Il imaginait qu’un artiste la restituerait de manière plus sensible, plus profonde et plus chaleureuse aussi. Il pensait aussi qu’art et science allaient bien ensemble. Là encore, il avait rudement raison, ce livre en témoigne.»

http://voyage.glenatlivres.com/livre/carnets-de-siberie-9782723439442.htm

Alexandrie, sur les pas de Louis-François Cassas, Philippe Delord. Gallimard, 2001.

« Sur les traces de Louis-François Cassas, dessinateur voyageur de la fin du XVIIIe siècle, Philippe Delord nous fait découvrir à travers ses croquis et aquarelles toutes le sfaces cachées de cette ville mythique qu’est Alexandrie. Il revisite les monuments d’alors, ou tente d’en retrouver des fragments qu’il consigne dans ses carnets. dans le sillage de sa bicyclette, il nous entraîne au coeur de la cité et s’attache à décrire les petits métiers, les artisans ou les gentils garnements d’une ville de plus en plus vouée au tourisme et à la mondialisation. »

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD-LOISIRS/Carnet-de-voyages/Alexandrie


[1] Mention dans le titre de la périphrase « dessiné sur le vif par l’illustrateur » qui définit le carnet de voyage.

[2] Edité par « Reflets d’ailleurs », une maison d’édition clermontoise créée par M. Francillon, responsable de l’association « Tant qu’il y aura des livres » et organisateur de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

[3] Animé par à Cap Sciences, centre de culture scientifique, technique et industrielle en Aquitaine : www.cap-sciences.net

[4] animé par la communauté de communes de l’Estuaire de la Gironde à Saint-Ciers sur Gironde.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.