Le carnet d’architecture et de patrimoine

Le carnet d’architecture et de patrimoine : du carnet de relevés au carnet de chantier

Le « Tour d’Italie » consacre le croquis et le dessin sur le vif et concerne de nombreux architectes, par exemple François Debret (1777-1850), Jean-Baptiste Cicéron Lesueur Lesueur (1794-1883), Guillaume Abel Bouet (1795-1853), puis Alexandre-Dominique Denuelle (1818-1880), Louis Hippolyte Lebas (1782-1867), Pierre-Joseph Garrez (1802-1852) et Charles Garnier (1825-1898) et bien d’autres… En effet, la formation d’architecte à l’Académie des Beaux arts oblige, dès 1821, à achever le cursus d’études de trois ans par le « Grand Tour » en Italie pour concourir au Prix de Rome de l’Académie de France à Rome qui commande de produire des travaux d’après l’antique. Le modèle du « Grand Tour » devient incontournable chez les architectes qui, malgré leur reconnaissance professionnelle, décident de voyager pour parfaire leur savoir. De nos jours, les étudiants en architecture, héritiers de cette tradition, utilisent le carnet de voyage et peuvent soutenir leur mémoire de diplôme d’architecte DPLG sous cette forme, sur le modèle de celui des écoles des Beaux-Arts-ENSAD.

Les éditions Alternatives ont publié l’un des premiers carnets d’architecture en 1981 sous le titre Maisons saisons : observation sur l’architecture vernaculaire lors d’un voyage à pied de Paris à Ankara par Sophie et Xavier Bohl Raverdy. A deux voix, peintre et architecte, prennent en 1979 la route à pied jusqu’à Jérusalem et annotent leur voyage des paysages et de l’évolution de l’architecture jusqu’ à Ankara : le carnet permet « de partager leurs émotions, leurs visions, dans ce livre d’architecture où se mêlent tout naturellement la peinture, la poésie, les maisons et les saisons. ». De nombreux architectes publient leurs carnets : Paul Rudolph dès 1974, Albert Laprade de 1981 à 1983 : Croquis 07 : l’Europe méridionale et l’Asie mineure, Architectures de France ou Architectures de la Méditerranée : à travers les croquis d’Albert Laprade. De 1993 à 2000, une collection pionnière de carnets réalisés par Christian Dardennes a été publiée par l’éditeur Société des éditions régionales ; elle a la particularité de suivre l’évolution des chantiers de grands projets parisiens : Le Grand Louvre : dessins de chantier (1991-1993), Falcons in the nest… : a falcon factory sketchbook, Un métro pour le 21e siècle, Le projet Météor : dessins de chantier, La maison de France télévision : dessins de chantier, Une aérogare pour l’an 2000 : Roissy-Charles-De-Gaulle 2F : dessins de chantier. En 1999, les dessins d’Aldo Rossi sont publiés : Aldo Rossi : dessins 1990-1997, album précédé de Les dessins d’Aldo Rossi, chère architecture. Par ailleurs, le carnettiste Alain Bouldouyre dessine, à partir de 1990, les trois ans de chantier de la ville de Lyon qui aspire à devenir une métropole internationale et oriente son carnet de promenade durant une journée vers le carnet de chantier : Lyon : carnet de chantier (Horvath, 1993). En 2007, Gildas Chasseboeuf réinvestit le Carnet de chantier dans la vallée des papeteries (Coop Breiz, 2007) pour rendre compte d’un projet de réhabilition de friches industrielles alliant mémoire de l’activité papetière disparue, espace naturel protégé et pôle de création culturelle et artistique. A noter Lyon, ville ouverte (S. Bachès, Beaux-Arts, 2003) dans lequel Micheline Colin dispose ses peintures au fil d’un panorama, articulé autour des quatre éléments (l’eau, l’air, la terre et le feu), proposé par Régie Neyret : « L’eau, enfin redécouverte, source d’échanges et de confluence. La terre, mélange de patrimoine et de verdure, reconnue (l’UNESCO) comme un modèle de continuité dans l’installation urbaine. Le feu, qui permet aux lyonnais de conjuguer les passions avec le goût de l’invention. L’air enfin, qui a abandonné le ciel de suie au profit de la couleur, de la lumière et de la transparence. La poésie des crayons et des pastels de Micheline Colin accompagne cette promenade à travers Lyon ville ouverte ».

De cette filiation, serait issu le carnet de patrimoine dans lequel des documents authentiques ou archives sont insérés; le carnettiste effectue en effet à la fois des relevés architecturaux et des recherches ethnographiques et historiques. Par exemple, dans Marrakech : culture populaire de la médina, Elzbieta et Hassan Jouad offrent un carnet de mémoire de la médina dans lequel documents d’archives, cartes postales anciennes et lettres manuscrites sont insérés dans la narration historique et géographique à travers la médina. Le carnet de voyage devient alors un média pour sensibiliser à la sauvegarde du patrimoine mondial à travers un regard artistique et sensible comme Charles Chauderlot, admirateur de Pékin depuis 1997, le propose dans ses deux ouvrages de mémoire patrimoniale : Pékin, ultimes regards sur la vieille cité en 2006 et La cité interdite : le dedans dévoilé en 2004. Il dessine les derniers hutongs avant leur destruction et les immortalise. La preuve par le dessin et par le témoignage personnel rend le parcours à travers le vieux Pékin essentiellement iconographique, légendé par des extraits de l’œuvre du romancier Lao She. De nombreux sites classés au patrimoine de l’Unesco font l’objet de création de carnets de voyage, comme le propose l’architecte Vincent Besançon avec Angkor, carnets du Cambodge. Que ce soient Conques, Vézelay, Le Mont St Michel, Notre Dame de Paris, les châteaux de la Loire, le patrimoine national est largement valorisé; ainsi le Val de Loire, la Bourgogne, Lyon, Versailles, Notre Dame de Paris, le sont par Michel Duvoisin, publié par Equinoxe depuis 2003 ; l’héritage de Vauban par  Arnaud d’Aulnay, Dijon par Anne Le Maître  (Dijon : carnet d’artiste ponctué par huit itinéraires thématiques sur le berceau des ducs de Bourgogne). Fabrice Moireau, aquarelliste passionné par le patrimoine architectural, traduit par l’aquarelle les atmosphères et les lumières des hauts lieux du patrimoine : Paris, Vallée de la Loire, Venise, New York et Rome dans la collection Aquarelles des éditions du Pacifique publié depuis 2001. Que ce soit Paris, Venise, Rome ou New-York, ces capitales ont fait l’objet de nombreux carnets de voyage hybrides à découvrir.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.