De l’intermédialité et du transmédia : le genre carnet de voyage

De l’intermédialité et du transmédia : le genre carnet de voyage

– Communication sur  « L’intermédialité du genre « carnet de voyage »  : un « work in progress » en arts visuels » au 3ème Colloque International d’Études d’Intermédialité de l’ISMAI, Les 6 et 7 juin 2013 à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto), sous la responsabilité du Centro de Estudos em Letras (CEL) et du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI (CELCC).

– Communication sur « Le carnet de voyage interarts, crossmédia et transmédia : histoire d’un genre transmédia hérité de l’intermédialité et de l’artialité » à la Journée sur l’histoire du transmédia organisé par le Laboratoire ASTRAM (EA 4673) de l’université d’Aix-Marseille à Aubagne, le 31 mai 2013.

            De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, donc un sous-genre des paralittératures[1] et ensuite un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique.  Né à l’époque romantique[2], il serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions entre différents médias. La circulation dans la complémentarité des médias pourrait engendrer un carnet de voyage cross et transmédia. Il semblerait que la notion de voyage, qui est le propre de ce genre, pourrait être tout à fait propice au voyage entre les médias. En effet, Nicolas Bry définit le transmédia sur le site « transmedialab » à partir de la thèse « Transmedia Storytelling » de G A. Long (2007) qui repose sur l’innovation de la narration[3] qu’ a développé Henri Jenkins lors de ses conférences en Europe durant le mois de mai 2012[4]. Ce serait le projet de l’artiste numérique Karen Guillorel[5] qui a reçu le Prix du carnet de voyage numérique de Vidéoformes[6] en novembre 2011 lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand pour sa création Je sakura, Japon sous la forme d’une bande dessinée autofictionnelle qu’elle souhaiterait prolonger vers le transmédia qu’elle définit comme «  la possibilité de créer un puzzle narratif gigantesque dont les différents éléments sont racontés sur plusieurs médias qui se répondent et sont à la fois des histoires en soi mais participent à un échafaudage narratif plus vaste. On peut ainsi raconter de grandes histoires, des épopées et s’exprimer par des médias trèsdifférents. On revient à l’ère des conteurs grâce au transmédia» [7]. Son travail en collaboration avec Yann Minh compte exploiter ce potentiel créatif pour le projet « E-Migration »[8]. Mais avant cette récente création transmédia comment le genre « carnet de voyage » a-t-il innové et cherché sa voie tranmédia ?

A l’heure du carnet de voyage transmédia, comment retracer sa récente histoire depuis 2006 ? Quelle en est son origine médiatique ? Est-ce que des ouvrages « carnets de voyage » pourraient en annoncer les prémices avant 2006 ? Quels ont été les stades de son émergence ? Est-ce que l’exposition-installation des littératures graphiques en serait le déclencheur (voir Enki Bilal et Goscinny, François Schuiten et Benoît Peeters) ? Comment, au fil des productions de carnets de voyage de ces six dernières années, peut-on distinguer les processus d’innovation ? Le carnet de voyage intermédia et interarts serait-il enclin à la narration transmédia ? En quoi l’artialité dans les arts visuels a-t-elle pu initier cette évolution ? Le transmédia serait-il le stade ultime du « work in progress » de l’intermédialité ? A partir d’un corpus d’une douzaine de carnets de voyage, nous avons distingué deux temps dans cet essai de chronologie de l’émergence du transmédia pour le carnet de voyage : d’une part la reconnaissance du genre « carnet de voyage » entre intermédialité et artialité axé sur le carnet – ouvrage puis d’autre part l’essor du carnet de voyage transmédia à partir de sa circulation médiatique de type installation. Aussi après l’explosion éditoriale de 2000 à 2004 d’ouvrages édités, l’édition s’essouffle et se déploie alors une ère de circulation médiatique du genre vers l’audio-visuel et vers le numérique. A partir de 2006 une convergence médiatique grâce au numérique amène à penser le transmédia.


[1] Etudiées par Gabriel Thoveron : Deux siècles de paralittératures : lecture, sociologie, histoire. Vol. 2, 1895-1995. Gabriel Thoveron. Liège : Ed. du CEFAL, 2008. (Bibliothèque des paralittératures)

[2] L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision, Jürgen E. Müller, Cinémas, vol.10,n°2-3, 2000, p. 105-134.

[3] « – une histoire dont les chapitres sont diffusés sur différents médias (TV, Cinéma, Web, Mobile, …)».

[5] Karen Guillorel est affiliée au laboratoire ENER mené par Francois Garnier et Pierre Hénon. à l’ENSAD, Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris.

[7] Entretien réalisé par Pascale Argod à partir de l’interview de Karen Guillorel en décembre 2011 intitulé : « Karen Guillorel, artiste transmédia et d’arts numériques : de la narration du voyage vécu au voyage virtuel ».

Le « carnet de voyage numérique » à distance : vers un « espace partagé de création » ou vers un « voyage virtuel » ?, Journée d’études Création(s) à distance : Quand le numérique offre de réelles possibilités, MISHA de l’Université de Strasbourg, 19 avril 2012.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.