Appel à communication pour le colloque « Dessiner les lieux, arpenter le monde »

Appel à communication pour le

Colloque international & interdisciplinaire 

Dessiner les lieux

Arpenter le monde

Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

 14-15 novembre 2013

Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique (en fichier attaché sous le format « .doc ») avant 15 juin 2013 au plus tard.

Lire le texte de l’appel : Colloque MSH LIDO 2013 def2

3/ Voyages et reportages graphiques : albums, carnets, images de voyage (Pascale Argod)

Le reportage graphique contemporain se définit comme la mise en scène d’une expérience vécue avec une subjectivité assumée « qui permet paradoxalement une compréhension plus immédiate et plus approfondie du sujet » (Art Spiegelman). Il semblerait que, lorsque la limite entre le reportage et l’autobiographie s’estompe, il s’agisse plutôt d’un carnet de voyage (selon le terme lancé en 1969 par Le Prix Kodak de la Société des explorateurs français), que d’un reportage graphique ; la réalité vécue du seul point de vue du dessinateur n’est plus du journalisme mais du témoignage parfois très subjectif où l’émotion peut remplacer la quête de vérité. La création plastique repose sur cette subjectivité sensorielle et émotionnelle que le carnet de voyage place au centre de son propos et d’une cartographie sensible du périple.

La définition du reportage, du témoignage, du documentaire détermine ce que nous entendons par « reportage graphique». Afin de « capter les vues de l’esprit » selon Blaise Cendrars, le dessinateur transmet le ressenti, l’ambiance ou l’atmosphère du lieu et ne montre pas la situation de la même manière que la photographie (Jean-Charles Langlois l’a démontré en 1860 dans son photo-reportage de la guerre de Crimée). L’enjeu documentaire ne serait pas de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif.

Médium du témoignage du voyage vécu, l’art de l’illustration est donc, grâce à sa richesse sémiotique, à l’origine d’une diversité de genres : de l’album générique à la bande dessinée ou au carnet de voyage. Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, dans la lignée des Peintres de la marine et des artistes carnettistes, déploie sa palette de tons et d’images et offre une vision plurielle et multiforme des lieux, du monde et de l’ailleurs (Argod, 2009 et 2011).

Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée reportage (qui a donné lieu à la rétrospective BD Reporters au Centre Georges Pompidou en 2006-2007) ou d’actualité (attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage depuis le festival d’Angoulême de 2004) et le carnet de voyage à la vision ethnographique. Sa palette thématique se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D. – reportage (Bernière, 2002 et 2003), carnet de dessin de presse sur la différence culturelle, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition…Dans le cadre de cette session, on s’interrogera tout particulièrement sur la manière dont chacun d’eux rend compte des lieux selon son langage ou son médium iconographique propre.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.