Le reportage graphique « Urban sketching » : la reconnaissance d’un art graphique urbain

Le reportage graphique « Urban sketching » : la reconnaissance d’un art graphique urbain

            Dans le prolongement de la médiatisation du Street Art, le dessin croqué sur le vif  en milien urbain est en quête de reconnaissance. Ainsi « Urban Sketchers (USk) [1] met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique du dessin « in situ »; elle « en fait la promotion et crée des liens entre croqueurs dans le monde entier, qu’ils soient chez eux ou en voyage ». Les vingt-quatre Urban sketchers français[2] (avec une majorité sur Lyon et sur Montpellier) se sont fédérés afin de partager leurs dessins sur leur blog et sur le groupe Flickr USK France autour du Manifeste Urban Sketchers afin de montrer « le monde de dessin en dessin » : art in situ sur le vif, témoignage du quotidien, archives de lieux et d’instants, fidélité au réel, diversité de techniques et de styles artistiques, pratique artistique en groupe et partage des oeuvres.

Leur objectif est le témoignage retranscrit du quotidien pour collecter la mémoire collective de la ville sur le modèle de deux illustres dessinateurs américains à l’origine du « Novel Graphic »[3]. En effet Robert Crumb s’inspire de la vie sociale de New York en décrivant dès 1964 les quartiers noirs-américains d’Harlem : ses  Sketchbooks Reports ne sont édités en France qu’en 1999  par l’éditeur Cornélius dans la collection « Blaise », annoncée en 1996 par les Carnets de New York de Philippe Dupuy et Berberian. Dans cette lignée, Will Eisner publie en 1981 la trilogie intitulée Big City[4] qui décrit la vie quotidienne des New Yorkais, dont le style se poursuit dans  Dropsy Avenue  en 1995; à noter qu’un quatrième volume s’y ajoute intitulé Carnet de croquis : métropole (Comics USA, 1989) réalisé aussi en 1981 et qui décrit la vie de Will Eisner à New York. C’est un style de « carnet de voyage » de proximité et du quotidien au fil de déambulations dans la ville américaine. Chez nous, Philippe Dupuy et Berbérian à la suite de leurs Carnets de New York (Cornélius : 1996) poursuivent en 1999 par leur démarche avec la publication de Barcelone carnets. Les premiers Urban Sketchers en sont originaires[5] et y organisent leur symposium international[6]. Cet hommage au reportage graphique urbain vise à la reconnaissance d’un sous-genre apparenté au carnet de patrimoine.

Corpus : visions de New York à travers le reportage graphique du « Novel graphic » au  carnet de voyage

COUTURE Charlelie. New York by Charlelie : photos. Chêne, 2009.

CHARYN Jerome, MOIREAU Fabrice. New York aquarelles. Les éditions du Pacifique, 2005.

DUPUY Philippe, BERBERIAN. Carnets de New York. Cornélius : 1999

EISNER Will. New York Big City. Albin Michel, 1985

EISNER Will. Big city (5 volumes). Grenoble : Comics-USA, 1988-1992.

EISNER Will. Big city volume 4 : Carnet de croquis : métropole. Grenoble : Comics USA, 1989)

EISNER Will. New York trilogie intégrale. Delcourt, 2011.

EISNER Will. Dropsy Avenue : biographie d’une rue du Bronx. Delcourt, 2007 (1995).

KUPER Peter. Les carnets d’un New-Yorkais : une chronique illustrée de trois décennies à New York. Bussy-Saint-Georges : Ed. çà et là, 2012.

HYMAN Miles, REA Vincent. New York itinéraires. Casterman, 2010.

LE BECHEC Yann, KLEIN Elaine. New York : quartiers noirs. Albin Michel jeunesse, 1992. (carnets du monde).

MACLEAN Alex S. Sur les toits de New York : espaces cachés à ciel ouvert. La Découverte, D. Carré éditeur, 2012.

MOIREAU Patrice, CHARYN Jérome. New York : aquarelles. Les éditions du Pacifique, 2006.

SOULIE Tony, LE DORLOT Jean-Yves, GRAINVILLE Patrick. New York 11206. Forcalquier (Provence) : Ed. Garde-Temps, 2001.

CAMPANARIO Gabriel, URBAN STKETCHERS. The arts of urban sketching : drawing on location around the world. USA (Beverly) : Quarry Books, 2012. http://www.urbansketchers.org/


 [3] Voir la partie 1 avec la sous partie intitulée Des paralittératures aux « littératures dessinées » ou graphiques de la thèse de Doctorat : Pascale Argod, « le carnet de voyage : approches historique et sémiologique ». Thèse de Doctorat, université de Bordeaux III, 2009 (790 p. + 800 titres de corpus).

[5] Voir les invités au 13e Rendez-vous du carnet de voyage du 16 au 18 novembre 2012.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *