Carnet de voyage France – Japon

Un voyage au Japon répond autant à une quête artistique et créative qu’à un souhait de surprise culturelle. Comme l’évoque Charles Berbérian dans son roman graphique « Charlotte Perriand, une architecte française au Japon 1940-1942 » (éditions Chêne et Arte éditions, 2019), l’ouverture d’esprit nécessaire porte alors la créativité.

La personnalité de Charlotte Perriand, architecte avant-gardiste et non conventionnelle qui débute auprès de Le Corbusier en 1927 alors qu’elle a juste vingt-quatre ans (collaboration durant une dizaine d’années), a favorisé les échanges franco-japonais. Elle créait notamment trois œuvres cultes du design moderne signés par Le Corbusier dont la chaise longue. Son ami Junzo Sarakura a en effet lancé le mouvement moderne au Japon. La moitié de l’album de Charles Berbérian est consacrée à la narration des deux années d’expérience à Tokyo alors que la deuxième partie, sous la forme d’un carnet, enrichit la biographie par un entretien avec Pernette Perriand, fille de Charlotte Perriand. Ce carnet essaie d’analyser cet illustre parcours d’architecte – designer en tant que femme libre en quête d’interculturalité dont « l’œil en éventail » (selon ses termes au sujet de sa pratique de la photographie) ne cesse de nous étonner.

Cet album ou carnet d’architecte – designer est fécond de pistes pour lancer la réalisation d’un carnet de voyage avec des élèves qui favorise la découverte du mobilier de Perriand (influencé par le machinisme et la fonctionnalité) et de l’architecture de Le Corbusier, mais aussi les œuvres de ses amis tels que Jean Prouvé, Fernand Léger, Robert et Sonia Delaunay…et de l’Union des Artistes Modernes. L’architecte Charlotte Perriand pense également des bâtiments préfabriqués dès les années 1930, notamment à travers la Maison au bord de l’eau (1935) et le refuge Tonneau (1938) mais aussi la station Les Arcs dans les années 1960. Elle est pionnière de l’art de vivre. À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes en mars 2019, la Fondation Louis Vuitton avait mis à l’honneur le parcours de Charlotte Perriand « Le nouveau monde de Charlotte Perriand ».

Concernant le Japon, le carnet pourrait porter sur les pistes évoquées dans l’album telles que la cérémonie du thé chère à Charlotte Perriand, le matériau du bambou, la notion d’espace dans l’habitat, les sites de Kyoto et d’Osaka…mais aussi sur la création de la Maison de thé dans les jardins de l’Unesco en 1993. Il expliquerait comment cette architecte a importé le zen dans la maison occidentale : à découvrir son exposition « Sélection, Tradition, Création » en 1941 à Tokyo et à Osaka.

En somme, suivre l’artiste au Japon comme en France serait l’itinéraire de ce carnet de voyage imaginaire, comme un carnet du Japon, qui pourrait être approfondi par la lecture d’autres carnets de voyage édités. En effet, des carnets de voyage au Japon pourraient enrichir la découverte de soleil levant par procuration grâce à des artistes carnettistes :

  • CHAVOUET Florent, Tokyo Sanpo : promenades à Tokyo, P. Picquier, 2009.
  • DELORD Philippe, Tokhaido 53 : à scooter sur les traces de Hiroshige. Elytis Editions, 2017.
  • GUIMET Emile, REGAMEY Félix, Promenades japonaises, A Propos, 2017.
  • JOLIVOT Nicolas, Japon à pied sous les volcans, Hongfei, 2018.
  • MARCA Claire et Reno, Nos voyages intérieurs : vers une renaissance au Japon, Flammarion, 2018.

L’évocation des échanges France – Japon serait à approfondir avec l’engouement pour le Japonisme à partir de 1860 comme l’évoque l’exposition virtuelle de la BNF « France – Japon, une rencontre 1850 – 1914 ». Bien sûr, aujourd’hui la culture Manga serait à évoquer : elle serait une entrée personnelle vers l’inspiration interculturelle France – Japon chez les jeunes, chaque élève pouvant alors exprimer son coup de cœur de lecteur ou son regard sur le Manga.

Evidemment des sorties culturelles donneraient vie au carnet de voyage de chaque élève voyageur, le carnet de voyage serait alors récit du vécu ou carnet de reportage de son voyage.

Ainsi nous pouvons évoquer quelques lieux français qui rendent hommage à la culture nippone :

  • Le musée Cernuschi (Paris 8e)
  • Le musée Guimet (Paris 16e)
  • Le jardin du Panthéon Bouddhique (Paris 16e)
  • La Maison japonaise Suisen (Paris 3e Le Marais)
  • Le jardin japonais d’Albert Kahn (à Boulogne Billancourt dans les Hauts de Seine)
  • Le parc oriental de Maulévrier (près de Cholet dans le Maine et Loire)
  • La bambouseraie d’Anduze (près d’Alès dans le Gard)

En somme, plusieurs étapes seraient à envisager pour ce carnet de voyage au Japon au fil d’une année de projet à partir de l’album de Charles Berbérian :

  • L’art de vivre à la Perriand et le design moderne.
  • Les découvertes de Charlotte Perriand au Japon : la cérémonie du thé, le bambou, l’espace intérieur, le jardin zen…
  • Ses œuvres inspirées : « la maison de thé » de l’Unesco ou le fauteuil en bambou…
  • Les sites de Kyoto et d’Osaka sous les cerisiers en fleurs…
  • Des carnets de voyage inspirants pour approfondir la culture japonaise sur un thème en particulier choisi par l’élève.
  • Le japonisme à partir de 1860 (cf : Félix Régamey et Emile Guimet) et l’engouement pour l’estampe japonaise (cf : Philippe Delord)
  • La culture Manga des élèves : choix d’une lecture ou d’un héros japonais.
  • Le reportage lors d’une sortie scolaire pour visiter un lieu de culture nippone.
  • La recherche artistique ou la pratique artistique inspiré du Japonisme.

Mais il serait plus judicieux d’inverser l’ordre proposé : partir de la sortie scolaire afin d’attiser la curiosité pour amener à la lecture du roman graphique de Charles Berbérian et enfin retracer le design de Charlotte Perriand.

Ce projet peut aussi intégrer des créations personnelles de céramique Raku à l’inspiration japonisante (telles ces réalisations personnelles ci-dessous) ou de tableau d’aquarelles – collages (triptyque personnel de posters ci-dessus). Le parcours d’éducation artistique et culturel (PEAC) serait alors le dispositif adapté à la pratique des arts pour une rencontre France – Japon féconde et interculturelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pascale Argod (14 juin 2024). Carnet de voyage France – Japon. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11twn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.