Le carnet de voyage virtuel, un outil pour l’éducation aux médias

Un carnet de voyage par procuration :  l’éveil à la curiosité via un reportage virtuel

Le projet « Clément et Clémentine à Bristol » en classe de CE2 repose sur une correspondance, par le biais du personnage de Clément, entre une classe de CE2 de l’école Bel Air à Bordeaux et une classe de CE2 de l’école « Dolphin Primary School » à Bristol. Contrairement au « Clément aplati » de Jeff Brown qui utilise le courrier aérien, l’enseignante a emporté dans son sac à dos tous les personnages des élèves de CE2 de Bordeaux et elle a fait voyager les 25 Cléments / Clémentines jusqu’à Bristol lors de son stage ERASMUS en école primaire ; son rôle était celui de « journaliste reportrice » dont la mission est de photographier et de filmer dans la ville tous les lieux fréquentés. A son retour, elle a réalisé plusieurs montages vidéos des aventures des Cléments / Clémentines à Bristol et les a montrés aux élèves bordelais. Le projet a ensuite pu commencer en quinze séances ciblées sur l’écriture dans lesquelles le réflexif, l’interactif et l’affectif étaient mobilisés.

Clément et Clémentine à Bristol est un véritable projet interdisciplinaire centrée sur la discipline principale du français (oral et écrit). Dans un premier temps, les élèves ont pu échanger et discuter à l’oral à propos du livre de Clément Aplati, puis ils ont cherché ensemble à l’oral comment correspondre avec la classe de CE2 de Bristol et ont, par la suite, rédigé des phrases pour écrire la lettre commune à envoyer aux correspondants. Ils ont également proposé des idées de photos à envoyer et partager avec leur correspondant(e). Dans un second temps, les élèves ont découvert le genre littéraire du carnet de voyage et ont eu l’opportunité d’en étudier quelques-uns. Ensuite, ils ont pu planifier l’écrit de leur carnet de voyage en réalisant un brouillon et en s’appuyant sur plusieurs ressources mises à leur disposition.

De l’enseignant reporter – médiateur dans le carnet de voyage virtuel : l’affectif en action

Le rôle de l’enseignant comme « reporter – médiateur » est tout à fait innovant et force son accompagnement auprès des élèves comme guide culturel et comme instigateur des activités d’apprentissages. C’est à travers ses yeux que les élèves découvrent Bristol, ainsi, comme dans le prisme des médias, à travers le point de vue du journaliste. Médiateur des images comme des apprentissages, l’enseignant est alors chef de projet et crée un lien affectif fort avec le groupe classe. Il assure ainsi la motivation et l’implication des élèves dans la découverte culturelle comme dans les tâches demandées en vue d’apprentissages ciblés. Bien sûr, son rôle facilite le passage vers l’écriture à partir de l’expérience virtuelle par procuration et apporte du sens à la production d’images et de textes afin que chacun puisse se projeter, imaginer et créer. Le projet pédagogique est ambitieux car il doit favoriser l’investissement de l’élève en tant de créateur auteur, plus que récepteur du reportage de l’enseignante. Nous sommes dans une éducation à l’information et aux médias (EMI) porteuse d’engagement.

Du journal de dialogue et d’échange : l’engagement via l’interaction

Nous avons beaucoup insisté en formation à l’INSPE sur l’ambiguïté pédagogique des notions de « journal intime » et de « carnet d’échanges ». A partir de situations d’écriture personnelle, l’enseignant amène à des propositions d’écriture collective et à des interactions verbales. Se pose alors la question de la production finale : demande-t-on un carnet de voyage individuel, en binôme ou un carnet collectif de la classe ? Par ailleurs, la pédagogie de projet aboutit à la valorisation du projet par la médiatisation de la production. L’investissement doit être évalué autant que la valeur intrinsèque de la production tournée vers la communication. L’échange de son carnet avec l’autre permet une plus grande implication mais aussi une mise à distance en exerçant son esprit critique à partir des questions posées ou aux feedbacks post-production. Plus qu’une exposition de son carnet de voyage, il s’agit de penser un dispositif de médiation qui favorise les échanges oraux. Défi, challenge, débat sont autant d’activités envisageables à postériori de la réalisation du carnet de voyage afin de l’animer via des groupes d’auteurs carnettistes qui médiatisent alors leur production (sur le modèle des festivals de carnet de voyage).

Mémoire de MASTER 2 MEEF : « Le carnet de voyage : un support pour engager les élèves dans l’écriture au cycle 2 » d’Anaïs Darnaud.

La problématique est la suivante : en quoi parler et écrire à propos d’un carnet de voyage permet-il aux élèves de développer des habiletés langagières verbales et écrites spécifiques ?

Selon les propos d’Anaïs Darnaud, « J’ai montré, dans la partie théorique de ce mémoire, l’étroit lien entre l’oral et l’écrit et j’ai mis en évidence, à travers les travaux d’Elisabeth BAUTIER et de Dominique BUCHETON que c’est en parlant de l’écrit que l’élève instaurera un rapport individuel avec l’écriture. Pour cela, j’émets la première hypothèse selon laquelle échanger à l’oral sur le genre littéraire du carnet de voyage permettrait aux élèves de s’engager avec enthousiasme dans la rédaction d’un carnet de voyage. En effet, les nombreuses caractéristiques qui symbolisent les carnets de voyage seront un excellent support d’échanges verbaux en classe entière et en groupe. Par ailleurs, j’émets la seconde hypothèse selon laquelle les modalités d’écriture d’un carnet de voyage permettraient aux élèves de développer des compétences spécifiques attendues en fin de cycle 2 en écriture. Effectivement, la rédaction d’un carnet de voyage individuel sera l’occasion pour les élèves d’écrire sur un sujet qui les intéresse 30 et leur permettra d’adopter une posture de créateur. De plus, j’émets la troisième hypothèse selon laquelle le format divertissant, mêlant littérature et arts visuels, permettrait aux élèves de maintenir leur enthousiasme tout au long de l’acte d’écriture».

Anaïs Darnaud a réfléchi au « contrat d’intersubjectivité » (Britt-Mari BARTH, 2014) et au « sujet écrivant » (Dominique BUCHETON, 1997) qui repose sur le postulat d’une « relation étroite entre le développement des compétences d’écriture, le développement de la personne et le sens que les élèves attribuent à l’écrit ». L’écrit doit prendre sens pour le sujet écrivant grâce à des situations d’écriture personnelle et des interactions verbales avec l’autre, ce que permet l’outil pédagogique « carnet de voyage ».



Citer ce billet
Pascale Argod (2023, 18 juin). Le carnet de voyage virtuel, un outil pour l’éducation aux médias. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mddg

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.