Carnet d’Opéra en Italie : parcours virtuel immersif

De l’opéra en EAC, éducation artistique et culturelle

Le PNR Opéra, Pôle national de ressources en arts et cultures, lancé par le Grand Théâtre de Bordeaux et l’Académie de Bordeaux – Canopé a proposé des projets au rayonnement national pour l’éducation artistique et culturelle. L’opéra, en plus de l’éducation musicale, réunit différents arts de la scène et de l’écriture et de nombreux métiers et d’arts qui ouvrent la palette des talents artistiques. Nous avions envisagé en 2017 des carnets de voyage à l’opéra afin d’accompagner le stage de formation nationale auquel j’avais participé au Grand Théâtre (organisé par Canopé Bordeaux). Aujourd’hui, j’aimerais ouvrir la culture des jeunes aux sources historiques de l’Opéra, notamment en Italie, dans le cadre de l’enseignement des langues vivantes (italien) à partir des arts, d’une pratique musicale ou picturale. Un projet pédagogique sur le thème « carnet de voyage musical sur l’opéra en Italie » ouvre sur les sources de l’art lyrique, notamment à Florence au 15e siècle, mais surtout à Mantoue et à Venise au 17e siècle, puis à Naples au 18e siècle et enfin à Milan au 19e siècle. En somme, c’est un voyage dans le temps et sur le territoire italien actuel que nous proposons aux élèves. L’opéra réunit plusieurs arts italiens, de l’architecture à la musique, et cette histoire des arts consacre l’Italie comme la terre artistique et culturelle de l’Europe. De plus, l’opéra français voit le jour au début du règne de Louis XIV avec l’aspiration à un modèle transalpin qui aboutit en 1669 à la création de la première « Académie d’opéra » sous l’impulsion de Lully, donc des relations France – Italie à valoriser dans la culture générale des élèves.

La naissance de l’Opéra en Italie : Florence, Mantoue, Venise, Naples et Milan

A Florence, un cercle d’érudits, d’humanistes et de musiciens, la “Camerata fiorentina” (ou Camerata de Bardi) se réunit le 14 janvier 1573 et tente de retrouver les racines du théâtre antique, parlé, chanté et dansé. L’opéra est né mais c’est Claudio Monteverdi qui créait à Mantoue en 1607 l’Orfeo, le premier grand chef-d’œuvre de l’opéra. Il devient en 1613, le Maître de chapelle de la Basilique Saint-Marc et compose des opéras basés sur « l’aria », c’est à dire le chant traduisant l’émotion. Sous son impulsion, Venise devient la capitale de l’opéra au 17e siècle (11 salles) dont le théâtre de la Fenice est son écrin, construit au 18e siècle.

Les théâtres « la Scala » de Milan et « San Carlo » de Naples sont les autres temples de l’opéra. En effet, Naples est née sous le signe du chant, celui de la sirène Parthénope et tous les auteurs antiques romains (Sénèque, Tite Live et Virgile) citent cet attrait artistique des Napolitains mais cette ville est influencée par une histoire politique de l’opéra (cf. article de recherche sur Fabula et Podcast de Radio France) et sociale comme le prouvent les étals de marché où le chant est l’art des vendeurs de primeurs pour charmer les acheteurs. Dès le 15e siècle, Naples possédait le 1er théâtre consacré exclusivement à la musique, le « Theatro San Carlo », puis en 1530 le premier conservatoire d’Europe « Santa Maria di Loreto », puis d’autres furent construits suite à l’engouement des Napolitains : la Pietà dei Turchi, I Poveri di Gesù Cristo et Sant’Onofrio. Au début du 16e siècle, apparaissent « les villanelles » qui sont des chansons nées à la campagne que les villes ont importées. Au 18e siècle, Naples devient la capitale européenne de la musique (cf : podcast de la conférence BNF) avec 300 compositeurs dont Pergolesi, Domenico Scarlatti, Nicola Porpora, Dominico Cimarosa et Vincenzo Bellini. L’opéra bouffe, « Opéra Buffa » y est inventé, parsemé de chansons populaires comme « Palummella », « La Molinarella ». Vers 1849, la chanson napolitaine fait l’identité italienne et la célèbre chanson « O Sole Mio » (1898) est reprise par Elvis Presley sous le titre « It’s Now or Never ». Des paroliers renommés ont pris le pas comme Salvatore di Giacomo et Libero Bovio pour faire de Naples, la ville des musiciens et d’Enrico Caruso, le célèbre ténor Napolitain mondialement reconnu. De nos jours, les hauts lieux de la Fenice de Venise et de la Scala de Milan, comme le Festival de Vérone et le festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence (France) font la renommée internationale de l’opéra.

Le projet de création d’un parcours en réalité virtuelle dans Naples

Dans le cadre de l’enseignement de la langue italienne, il s’agit de commencer par une recherche historique, notamment dans le fonds d’art lyrique italien de la bibliothèque de l’opéra à Milan. Une carte mentale de la naissance de l’opéra est élaborée et, au fil des recherches, l’objectif est de trouver le nom d’un chanteur ou d’un compositeur afin d’envisager de suivre ses pas dans les villes de Venise et de Naples. Nous comprenons que Mantoue – Venise et Naples sont les rivales dans cette course historique à la renommée de l’opéra. Nous ferons donc un choix géographique : la ville de Naples.

A partir de l’itinéraire tracé sur une carte de Naples, les élèves repèrent tous les sites qui ont un lien avec l’art lyrique. Puis, chacun essaie de trouver les enseignes ou les commerces d’aujourd’hui qui ont un nom en italien évocateur du chant afin de justifier de la renommée de cette ville pour l’art lyrique. En parallèle, un glossaire des termes italiens est réalisé complété par des noms de compositeurs, chanteurs et musiciens. Sur Google Earth, chaque lieu est localisé et visionné afin de vérifier l’information, la source, puis le site via la réalité immersive : donc il s’agit d’éduquer à l’esprit critique afin de distinguer la vérité de la fake-news (voir l’EMI dans le Parcours citoyen) et de savoir si le lieu existe bien.

Les élèves découvrent la figure du ténor Enrico Caruso, né et mort à Naples (25 février 1873 – 2 août 1921), et sa biographie. Ils décident de partir sur les pas du chanteur lyrique vers le Theatro San Carlo et d’y rencontrer Jacomo Puccini. Leur carnet de voyage est un itinéraire en sons et en images dans Naples à la découverte de la ville et de l’art lyrique. Un parcours immersif en réalité virtuelle est alors créé. Ce parcours se conclue par le Museo Caruso, un nouveau lieu culturel annoncé pour juillet 2023 dans le Palais Royal à Naples qui fête le 150e anniversaire de la légende de l’Opéra. Un dialogue en italien sous la forme d’une saynète est imaginé entre Enrico Caruso et Jacomo Puccini sur les exigences d’un opéra, de sa création à sa représentation sur scène; aussi l’éducation musicale est-elle croisée avec l’enseignement de la langue. Afin de travailler avec l’enseignant d’arts plastiques, nous envisageons une création plastique à partir de l’écoute d’un opéra, sur l’exemple du premier carnet de voyage d’opéra illustré et réalisé par Muriel Lameignère sous le titre « Carnet d’Opéra : la Flûte enchantée ». Mais, nous pouvons aussi envisager d’investir le street art qui a émergé dans la décennie 1990 à Naples, car la ville doit sa renaissance touristique à l’utilisation de l’art contemporain.



Citer ce billet
Pascale Argod (2023, 16 avril). Carnet d’Opéra en Italie : parcours virtuel immersif. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdda

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.