Le carnet de voyage ou l’histoire d’un genre original et ouvert

Chaque voyageur apporte son trait personnel à la création du carnet de voyage[2] et ajoute sa touche exotique à la palette des regards sur le monde ; ce genre autobiographique qui met le cap sur la découverte de l’Autre serait issu des arts graphiques et plastiques. Reflet de la quête du voyageur –intérieure, personnelle et artistique–, il est donc difficile à circonscrire. Néanmoins, il pourrait se définir comme « le récit autobiographique d’un déplacement géographique illustré où l’image est centrale, voire prédominante par rapport à l’écrit » [3] que l’on peut découvrir, notamment, lors de la « Biennale du Carnet de voyage de Clermont-Ferrand » [4], salon du livre autant qu’exposition d’originaux d’art. Chaque voyageur possédant un regard particulier sur le monde, que transmet alors le carnet de voyage sur un pays, un peuple ou une autre culture ? En quoi le carnet de voyage est-il utile à la connaissance du monde, proche ou lointain ? Permet-il de se former au voyage, à l’art graphique, à la tolérance et à la compréhension d’une autre culture ? Cet art pictural du livre illustré est-il ancien ? Pourquoi les voyageurs ont-ils, au fil de l’histoire, utilisé un carnet pour garder la mémoire de leur périple ? Quel était l’objectif de ces découvreurs de l’ailleurs ? Portent-ils un regard exotique sur leur voyage qui séduit le lecteur curieux rêvant de découverte et d’étonnement ?

D’une part, la combinaison d’arts pluriels du carnet de voyage serait issue d’héritages artistiques successifs depuis la Renaissance et, d’autre part, l’approche ethnographique serait héritée du journal de bord des explorateurs, marins et cartographes, mais aussi de la planche naturaliste effectuée lors des expéditions scientifiques. La vision exotique du merveilleux, de l’ailleurs prendrait racine dans d’illustres ouvrages enluminés tels que Le livre des merveilles ou le devisement du monde de Marco Polo (1271 à 1297) et la « Rihla » d’Ibn Battûta (1325 et 1353). Devenu guide de pèlerinage en Terre Sainte ou de voyage vers Rome, à la Renaissance, il devient peu à peu document ethnographique sous l’influence des premières descriptions de ce genre, notamment celle de Jean de Léry à propos des moeurs indiennes : Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Les écrivains tels que François Rabelais, Olivier de Magny, Joachim du Bellay ou Michel de Montaigne impulsent alors « le voyage en Italie » qui demeure indispensable à la formation de l’humaniste et de la noblesse dès 1695 à travers « le tour de gentilhomme » ou « grand tour » qui fit converger la jeunesse aristocratique de l’Europe vers l’Italie. Les artistes y font leur initiation esthétique grâce au Prix de Rome de l‘Académie de France à Rome fondée en 1666. Ils s’exercent ainsi à la pratique de la copie à travers leur périple, de Rome à Naples. La formation de l’architecte, inscrite à l’Ecole des beaux-arts en 1819, commande en effet de produire des travaux d’après l’antique pour concourir au Prix de Rome. La poétique des ruines inspire aussi les Romantiques du XIXe siècle, comme Chateaubriand dans son Voyage en Italie, mais aussi les aquarellistes anglais de la fin du XVIIIe au milieu du XIXe siècle[5] qui subliment les lieux historiques ou de mémoire nationale. Ils étudient ainsi la perspective et le détail architectural dans une approche réaliste et s’intéressent, de par leur formation, au dessin topographique et architectural en région montagneuse, facilité par un matériel mobile et léger. William Turner, renommé pour la série vénitienne de 1840, est l’un des plus prolixes : deux cent soixante carnets d’esquisses et d’aquarelles. De plus, cette technique artistique est liée au développement de l’édition d’art grâce aux progrès de la gravure et du tourisme, diffusé par les Anglais, consommateurs de souvenirs de voyage. Aussi les artistes se lancent-ils dans la reproduction des sites célèbres traversés par le « Grand Tour d’Europe », en commençant notamment à peindre les découvertes archéologiques. Le carnet de voyage, qui utilise le plus souvent et originellement l’aquarelle, tiendrait donc de cette filiation artistique.

Mais l’héritage scientifique des savants voyageurs depuis les Grandes Découvertes est indéniable. Léonard de Vinci fait le lien entre le carnet scientifique et le carnet d’inspiration artistique en définissant avant tout le carnet comme « un carnet de recherches ». Sous son impulsion, l’art graphique au service de la science prend naissance et témoigne ainsi des liens entre les sciences que les expéditions d’exploration du nouveau monde mettent en exergue. Le carnet de voyage serait issu de plusieurs héritages : celui des géographes qui tiennent un journal d’exploration et de cartographie, celui des naturalistes qui illustrent des planches botaniques et zoologiques, celui des ethnologues qui utilisent un recueil de recherche ethnographique, celui  des peintres de la marine qui travaillent à partir du croquis d’esquisses et du carnet d’inspiration. Les grands explorateurs du XVIIIe siècle sont en effet des marins géographes qui cartographient les nouvelles terres d’expansion du Royaume, comme Bougainville et de La Pérouse, mais aussi des naturalistes botanistes férus de biogéographie tels que Humbolt et Bomplant au début du XIXe siècle qui multiplient les planches botaniques et zoologiques ; l’herbier accompagne alors le journal de bord qui retranscrit la découverte de l’environnement exotique. Au fil du temps, ces grands voyageurs deviennent des ethnologues qui utilisent le recueil de recherche ethnographique sur le modèle des « carnets de récoltes » (1934) de Théodore Monod[6]. Sa méthode des relevés dans tous les domaines –géologie, faune, flore, objets quotidiens, vocabulaire– y est reprise. Certains deviennent même des outils de communication avec les autochtones comme ceux de Paul-Emile Victor (La civilisation du phoque, 1934 à 1937) ou ceux de Jean Malaurie avec les Inuits (1963 à 1997).

Le carnet de voyage devient carnet d’esquisses « exotiques » et oscille entre art et ethnologie. Il est en effet l’héritier de la quête de l’Orientalisme au XIXe siècle qui prend naissance après l’expédition de Bonaparte et atteint son apogée grâce aux « Peintres de la Marine ». En 1798, une équipe de quarante mille soldats et de dix mille marins et savants débarque en Egypte afin de recenser le patrimoine archéologique du pays. Deux cents artistes participent ainsi à l’illustration de la « Description de l’Egypte » publiée de 1809 à 1822 : neuf cent sept planches avec plus de trois cents dessins de relevés architecturaux, zoologiques, botaniques… Après cette expédition, l’Orient attire encore plus les écrivains du XIXe siècle, Chateaubriand, Nerval, Gautier et Lamartine qui retracent leur « Grand Tour » [7]. Le parcours idéal semble tracé en 1849-1850 par Gustave Flaubert et Maxime du Camp : Alexandrie, Palestine, Liban, Syrie, Constantinople et l’Italie toujours visitée et consacrée par ses références romaines. Le carnet de « Notes sur l’Italie » [8] des Frères Goncourt, réalisé en 1870, a tous les charmes du carnet de voyage grâce à l’anecdote et aux découvertes surprenantes dans le quotidien : le carnaval, la cour de Toscane, la recette du parmesan, les marchés…Ce carnet au carrefour de l’écrit et de l’illustration sur le vif est bien le précurseur du genre combinant le texte et l’image dans la mise en page ; la rencontre de deux talents a été indispensable à cette création originale qui semblerait offrir une forme aboutie du style « carnet de voyage académique » comme le définit Farid Abdelouahab[9]. L’art maritime de l’Académie de la Marine, fondée en 1752, contribue à représenter et à faire connaître les escadres et arsenaux des colonies lointaines à Paris, les témoignages picturaux des « peintres de la Marine » lors des grands voyages d’exploration du Pacifique (vers 1770). Ainsi, Pierre Loti peint l’Ile de Pâques en 1877 dans son journal de bord et Félix Ziem les vues de la Méditerranée orientale entre 1850 et 1860 dans ses « carnets d’inspiration ». L’Orientalisme prend ses lettres de noblesse sous le pinceau d’Eugène Delacroix qui serait à l’initiative du premier « carnet de voyage » intitulé « Album d’Afrique du Nord et d’Espagne ». L’aquarelle utilisée offre en effet une rapidité d’exécution associée à un matériel rudimentaire qui la consacre comme la technique des voyageurs. Son voyage au Maroc, en 1832, inspire les esquisses de ses tableaux : « Le sultan du Maroc », « Femmes d’Alger »…Influencé par le journal de Delacroix, Paul Gauguin part vers un nouvel « Orient », « topos » de la littérature orientaliste, du côté du Pacifique. En 1892, à Tahiti, le peintre recherche « l’Ancien culte Mahorie », disparu sous l’influence de la colonisation. Il illustre à l’aquarelle le récit de la genèse du monde selon les Maoris en la comparant au culte chrétien. Il compile des croquis sur les arts décoratifs indigènes : sculptures ou tikis, tatouages et motifs. Gauguin a écrit plusieurs carnets de voyage dont « Noa Noa : Voyage de Tahiti » qui ressemble à un « roman-aquarelle » qui décrit « la nouvelle Cythère ». Son approche est celle d’un ethnologue plus que d’un peintre. Delacroix et Gauguin signent ainsi les deux facettes du genre « carnet de voyage » entre initiation artistique et quête ethnographique. Leur regard de peintre en voyage ouvre sur la recherche du témoignage, de l’authentique du quotidien. Les carnettistes offrent tour à tour un regard de reporter ou de peintre, souvent emprunt d’exotisme sur leur voyage, en somme, une image et une impression de l’ailleurs, en quelque sorte une « géopoétique » ou une conception nouvelle du monde à travers le trait qui cerne le périple.

Mais le carnet de voyage est aussi un outil pédagogique[10] qui ouvre les jeunes sur l’éducation à l’interculturel, à l’anthropologie, à l’environnement, aux arts visuels  et à l’écriture. Tel est l’enjeu pluridisciplinaire du carnet de voyage tourné vers la géographie mais où chaque discipline apporte sa méthodologie et sa réflexion : l’histoire, les sciences de la vie et de la terre, les arts plastiques, les lettres… Cette production est à la rencontre des arts plastiques et de l’écriture mais aussi des sciences naturelles et des sciences sociales. Le rendu du carnet peut ainsi associer deux facettes : l’une scientifique et ethnographique et l’autre plastique à la vision exotique. A la rencontre des sciences et des arts, l’expression sera réflexive, critique, originale, voire intime et orientée vers la différence culturelle et vers la compréhension de l’autre et du monde. L’élève est alors en position d’artiste pour que son carnet de voyage devienne une oeuvre d’art. Le carnet de voyage est un outil pédagogique qui s’inscrit dans une démarche active centrée sur l’élève à travers une pédagogie de et par l’image : la production documentaire et la pratique des arts visuels et plastiques. Comme le dit le sculpteur Rodin « Je ne crée pas, je vois, et parce que je vois, je peux créer » : une belle maxime pour la démarche créative du carnet de voyage. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs.


[1] Professeur-documentaliste à l’université de Bordeaux IV et Docteure en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux III (GRESIC-MICA).

[2] Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique, Thèse de Doctorat en sciences de l’information et de la communication, Pascale Argod, sous la direction de M. Lancien, Université Michel de Montaigne de Bordeaux III, soutenue le 10 décembre 2009.

[3] Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. Pascale Argod. SCEREN–CRDP d’Auvergne, 2005. (Argos Démarche).

[4] Voir la onzième édition de la Biennale du Carnet de voyage de Clermont-Ferrand »  du 18 au 20 novembre 2010 qui est autant un salon du livre qu’une exposition d’art des originaux des artistes : http://www.biennale-carnetdevoyage.com/-La-Biennale-.html

[5] Du premier voyage de John Robert Cozens en Italie en 1776 à la mort de William Turner en 1851.

[6] Tais-toi et marche. Journal d’exploration El-Ghallaouya-Aratan-Chinguetti décembre 1953-janvier 1954. Théodore Monod.

[7] L’Europe du Grand Tour : la relation de voyage à la découverte du vieux continent, de la Renaissance au Romantisme, Séminaire du CRLV de François Moureau, université de Paris – Sorbonne, 2009 :

http://www.crlv.org/swm/Page_colloque_detail.php?P1=69

Dossier « Voyages », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 22, avril 2006.

[8] Original conservé au Musée du Louvre et publié : Notes sur l’Italie.

[9] Historien de l’art, commissaire d’expositions sur l’art photographique et auteur de plusieurs anthologies de carnets de voyage : Ces merveilleux carnets de voyage (2004), Carnets en France(2005), L’aventure des pôles : carnets de voyage des grands explorateurs (2006), Les carnets de la mer (2007), édités par Reader’s Digest.

[10] Voir le stage national de formation des enseignants et des personnes ressources en arts et en culture qui est organisé chaque année par le CRDP d’Auvergne.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.