Du carnet de voyage des fruits exotiques au carnet de commerce équitable

Découvrir l’origine géographique de fruits et de légumes est un projet que nous menions avec mes élèves chaque année dans le cadre de projets en SVT, Sciences de vie de la terre, et en Histoire. Que de souvenirs pédagogiques passionnants (il y a 25 ans déjà dans l’Académie de Reims) ! La carte des fruits et des légumes évoque en effet un voyage à l’échelle du monde et l’histoire des découvertes des Terrae Incognitae autant que des échanges culturels et commerciaux. Une passionnante rencontre pour l’Europe !

Aborder l’histoire par le sensoriel, ici le sens du goût, est un objectif fort motivant pour de jeunes élèves, notamment en école primaire. L‘éducation à l’alimentation et au goût y est privilégiée, en abordant les différentes dimensions de l’alimentation (nutritionnelle, sensorielle, environnementale et écologique, culturelle et patrimoniale) afin de consommer responsable (voir l’ouvrage publié par Canopé en 2019). Croiser l’histoire et les SVT, Sciences et vie de la terre, est fort pertinent. En effet, au contact de l’Orient avec la route de la soie et des croisades, les fruits d’Extrême-Orient sont arrivés en Europe via le monde arabe : par exemple, l’abricot originaire de Chine et les agrumes venus des contreforts de l’Himalaya dont l’orange introduit par les Portugais. Lors des Grandes Découvertes, de nombreux fruits ont été rapportés des Amériques Centrale et Latine : l’ananas de Guadeloupe, le cacao et l’avocat et la tomate du Mexique, la fraise du Brésil. L’avocatier originaire du Mexique est cultivé et apprécié à travers le monde entier pour son apport en vitamine D. Quant à la banane originaire du Sud-Est asiatique puis cultivée en Afrique (Madagascar en premier), elle s’est répandue comme un aliment nutritif lors les guerres mondiales européennes afin de nourrir les troupes de soldats sur les fronts de guerre. Mais on pourrait demander à nos élèves de découvrir un fruit endémique de nos belles Antilles, de Martinique ou de Guadeloupe, via une recherche sur l’Internet ou une correspondance e-Twinning avec une classe antillaise : corossol, pomme cannelle, ti-coco, cachiman, pomme-jardine… Que de fruits à déguster !

Les carnets de voyage deviennent alors des carnets d’échanges commerciaux, des carnets des plantes vivrières qui voyagent au fil des siècles mais aussi des carnets de commerce équitable, souvent solidaire, selon le suivi de règles et de valeurs. Il s’agit d’une initiation à l’économie et aux enjeux contemporains de l’agriculture et du marché alimentaire.

Le PPN, Projet pédagogique numérique carnet de voyage intitulé « L’incroyable voyage de Marjo, la fève de cacao » d’Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige retrace le voyage d’une fève de cacao de la culture, de la transformation à sa consommation sous diverses formes, en somme du champs à l’assiette. Il se finalise par la visite du musée du chocolat en Dordogne et l’étude de la CIDE (Convention internationale des droits de l’enfant) au sujet du travail des enfants dans les cultures de cacao. Différents écrits spécifiques (une interview, un récit de voyage et de compte-rendu) retracent les étapes de la culture de la fève de cacao, sa composition et les différentes étapes de sa transformation en vue de sa distribution commerciale. La narration met en scène le personnage de Marjo qui conclue l’épilogue du carnet, selon les propos des enseignants stagiaires  :“Je vous ai rencontrés les CE2 ! Vous attendiez ma venue dans l’atelier avec impatience ! Grâce à vous, je me suis transformée en un magnifique chocolat délicieux. Je suis en vitrine et tout le monde m’admire. Je brille de mille feux ! Quel beau voyage ! Que de belles rencontres ! Et me voilà resplendissante ! Je vous le dis les amis : voyager donne bonne mine ! Quelle vie incroyable on mène quand on est une si petite fève de cacao comme moi“. Audrey Roy et Clément Cheyroux–Jarrige expliquent la plus-value de l’outil pédagogique : “Le carnet de voyage permet de construire une valeur citoyenne : le vivre ensemble. Le carnet de voyage invite à partager sur la vie de l’autre et une culture différente. De plus, le vivre ensemble permet aux élèves de comprendre les enjeux écologiques cachés derrière la consommation, notamment pour la fève de cacao, et également les enjeux éthiques (emploi d’enfants dans les champs de cacaoyer) tout en appréhendant l’importance d’un commerce équitable et responsable.”

En effet, au fil du projet, les apprentissages pluridisciplinaires sont multiples :

  • Identifier les espaces géographiques de culture des fèves de cacao à partir de douze de documents vidéo au TBI et d’autant de questionnaires à partir du planisphère.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le cultivateur de cacao. Tablettes : filmer et photographier le processus de création et la trame de la rédaction.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différents moyens de transports de la fève de cacao du point de culture jusqu’à son arrivée en France métropolitaine.
  • Identifier les questions environnementales
  • Réaliser le schéma d’une cabosse.
  • Identifier les principales problématiques et les principaux enjeux écologiques de la culture (et de la consommation) de la fève de cacao.
  • Définir la notion d’interview et préparer des questions pour le chocolatier.
  • Mener une interview (en visioconférence) d’un producteur de cacao pour découvrir la culture de la fève de cacao.
  • Identifier les différentes étapes de fabrication du chocolat.
  • Reconnaître les bienfaits et méfaits du chocolat.
  • Rédiger le texte du carnet de voyage de Marjo la fève de cacao.
  • Réaliser les vignettes mettant en scène Marjo la fève.

Bibliographie :

 



Citer ce billet
Pascale Argod (2022, 14 juillet). Du carnet de voyage des fruits exotiques au carnet de commerce équitable. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdd1

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.