Du carnet intergénérationnel : l’Histoire vécue et perçue

Etudier les interactions ou les échanges, positifs ou négatifs, en somme les relations qui peuvent se dérouler entre les générations, définit l’intergénérationnel (voir la recherche de G. Séraphin, 2011). La transmission d’expériences et de savoirs entre des personnes séniors et juniors au bénéfice de la famille, de la société et de l’entreprise peut aussi incarner le partage intergénérationnel qui favorise une plus grande cohésion sociale ainsi qu’une plus forte solidarité. La Semaine bleue du 3 au 9 octobre 2022, qui est la semaine des retraités et des personnes âgées, porte les devises « A tout âge ensemble » et « Changeons notre regard sur les aînés. Brisons les idées reçues », notamment à travers un concours d’écriture. En Belgique, la Semaine de l’intergénération créé en 2019 donne l’occasion pour initier des actions de vivre ensemble.

Nous nous intéressons aux relations entre grands-parents et petits enfants car elles facilitent une transmission de valeurs et d’activités complémentaires à celles enseignées à l’école. Certains savoir-faire transmis ne sont pas valorisés par ailleurs, tels la cuisine, le bricolage ou le jardinage, en somme des activités manuelles ou ludiques qui facilitent la débrouillardise dans le quotidien et bien sûr l’esprit créatif. De plus, les grands-parents permettent une stabilité affective en cas de divorce ou séparation des parents. Ils constituent aussi un repère dans l’histoire familiale pour l’enfant qui change, grandit, s’émancipe. Le récit de leurs souvenirs et anecdotes permet à l’enfant de construire son identité et comprendre l’histoire familiale d’émancipation ou de continuité. Pour le jeune, il s’agit de penser sa place dans la famille mais aussi d’appréhender l’évolution de la vie au fil des générations et des années, de comprendre son rôle évolutif dans la société, dans la famille; en somme, l’enfant constate que chacun a une place différente selon son âge et son vécu. La cohésion sociale pourrait être liée à ce lien intergénérationnel à préserver, structurant pour l’enfant et valorisant pour les grands-parents.

Cette histoire est vécue au niveau de trois générations sur une soixantaine d’années, depuis les années 1950 ou 1960, facile à intégrer comme repérage dans le passé pour des enfants qui éprouvent l’abstraction de l’histoire comme un obstacle cognitif. En effet, la société et la famille ont évolué de pair : affirmation du droit des femmes, couple monoparental, société de consommation, emprise des écrans, place des loisirs…Cet enseignement de l’histoire à leur niveau d’enfant de manière concrète, et riche de témoignages, permet d’appréhender les évolutions et les changements sociétaux, politiques et économiques, au fil de l’histoire. Il s’agit d’une Histoire qui est perçue, ressentie et vécue par le prisme des séniors. Appréhender l’histoire à hauteur de trois générations, et parfois plus, si les arrières grands-parents sont encore présents pour témoigner de la seconde guerre mondiale (1939-1945). Alors, ils expriment leur vécu, dont les restrictions sous l’Occupation par exemple, de l’œuvre de la Résistance dans leur quotidien, de l’ouverture des camps de déportation et de l’horreur de la guerre afin d’apporter leur sagesse de vie et de paix à leurs arrières petits-enfants. Il s’agit donc de tisser des liens pour appréhender leur histoire de vie et notre Histoire commune pour former les citoyens de demain. L’Histoire, enseignée de manière théorique à l’école est ainsi vécue et perçue à l’échelle de la famille sur trois générations, parfois quatre.

Depuis mars 2022, le ministère de l’éducation nationale lance un plan d’action national visant à renforcer les solidarités intergénérationnelles dans les établissements scolaires et les lieux de vie des personnes âgées. Cette action s’accompagne de la poursuite du projet « 1 lettre, 1 sourire » et de jumelages intergénérationnels entre d’EPHAD et écoles. Par exemple, le modèle « MARPA-Ecole » valorise un même espace pour réunir l’école élémentaire et la maison de retraite.

Bibliographie :

Séraphin, G. (2011). Introduction : Lien intergénérationnel et transmissions. Recherches familiales, 8, 3-6. https://doi.org/10.3917/rf.008.0003

Joly, L. & Passera, F. (2016). Se souvenir, accuser, se justifier : les premiers témoignages sur la France et les Français des années noires (1944-1949). Guerres mondiales et conflits contemporains, 263, 5-34. https://doi.org/10.3917/gmcc.263.0005

Carnet de voyage intergénérationnel – Grandir ensemble de Carole Gadet, Diane Sorin- Éditeur Editions de l’Atelier, 2010. http://www.ensembledemain.com/5.html

Des ouvrages en littérature de jeunesse afin d’illustrer les relations intergénérationnelles : https://www.ricochet-jeunes.org/articles/le-troisieme-age-de-tous-les-possibles-18-livres-pour-illustrer-la-diversite-des-relations



Citer ce billet
Pascale Argod (2022, 22 mai). Du carnet intergénérationnel : l’Histoire vécue et perçue. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdcx

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.