Apprendre une langue via la pratique des arts visuels

Selon trois objectifs : témoigner de son vécu, exprimer sa sensibilité et relater son vécu émotionnel.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, alors que le carnet de voyage a été distingué du Label européen des langues en 2011, mon intérêt se porte sur la pratique pédagogique d’associer la pratique d’une langue à la pratique artistique. En quoi les arts visuels aideraient-ils l’apprentissage des langues vivantes ? Quand on envisage d’évoquer “l’expression personnelle”, il s’agit de témoigner de son vécu, de ses émotions, de s’exprimer, donc concilier les deux pratiques, langagière et artistique, forge le vécu émotionnel. Parler une langue, c’est entrer dans une culture et une pensée autre, or dessiner ou peindre semble un langage universel qui permet les échanges sans communiquer verbalement. Associer la parole à l’image permet alors une double expression complémentaire qui touche à l’intime, l’authentique et au vécu. Le carnet de voyage est ainsi utilisé comme outil pour l’enseignement du FLS, français langue seconde, mais aussi du FLE, français langue étrangère, ou le FLS, Français langue spécifique. Certains manuels scolaires de FLE, telle la collection Alter Ego, insèrent le carnet de voyage en conclusion de chaque chapitre, cependant il s’agit surtout dans ce manuel de résumer et de favoriser la prise de notes sur un aspect culturel.

La pratique médiatique est souvent plus valorisée que la pratique artistique. Aussi, les compétences de la communication audiovisuelle ou numérique via un blog sont-elles à différencier de celles exigées dans les arts graphiques. En quoi créer une page de carnet de voyage donnerait-elle un supplément “d’âme” à l’expression orale ? Avant de s’exprimer, chaque pensée est visualisée puis devient verbale. Donc dessiner d’abord avant de formaliser à l’oral serait probablement très formateur dans le cadre de l’apprentissage des langues. Une recherche en sciences cognitives et en neurosciences sur ce sujet est en effet pertinente.

Pour les élèves allophones ou les élèves migrants, le carnet de voyage a été préconisé depuis de nombreuses années comme un outil pédagogique porteur d’apprentissages par l’éducation nationale (voir le concours scolaire “Carnet de voyage”), pratique promue par le CASNAV de Bordeaux depuis 2014. Auparavant, les enseignants Terrades, Olivier, Richard Talagrand, et Nathalie Auger, avaient proposé une recherche menée en « Ateliers littérature et arts pour entrer dans le français langue seconde » (Éla. Études de linguistique appliquée, vol. 147, no. 3, 2007. pp. 339-348). D’ailleurs, le guide Cultiver les langues, produit par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) du ministère de la culture et de la communication, propose un état des lieux des bonnes pratiques existantes dans le champ de l’éducation artistique et culturelle, en lien avec la pratique des langues. 



Citer ce billet
Pascale Argod (2022, 12 mars). Apprendre une langue via la pratique des arts visuels. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdct

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.