Du livret de citoyenneté au carnet d’engagement

L’éducation à la citoyenneté s’appuie sur le livret du citoyen donné à la majorité ou dans le cadre d’une demande de naturalisation mais aussi sur le livret de citoyenneté transmis en fin de classe de troisième. Dans le cadre du Parcours Citoyen, un livret de citoyenneté est en effet transmis à chaque élève au terme de la scolarité obligatoire afin qu’il dispose d’un document rassemblant les grands principes de la citoyenneté et qu’il puisse attester du niveau de leur engagement. Il est remis aux élèves en même temps que le diplôme national du brevet : Il porte sur les obligations ou les engagements personnels, qui s’ouvriront à eux dès 16 ans.

Cette démarche de valorisation de la citoyenneté pourrait en effet se prolonger au lycée par un « carnet d’engagement » impulsé lors de la Semaine de l’engagement du mois d’octobre. « À l’occasion d’un temps de sensibilisation d’au moins une heure, les lycéens prennent connaissance de leurs droits et devoirs, découvrent le fonctionnement des instances lycéennes et la vie de l’établissement, rencontrent et échangent avec leurs représentants lycéens… ». Cette manifestation nationale pourrait-être l’occasion d’une mise en projet pour les élèves délégués et du lancement d’actions éducatives qui favorisent le vivre ensemble. En 2000, avait été lancé le programme Envie d’Agir, coordonné par la D.J.E.P.V.A. – Haut Commissariat à la jeunesse qui avait apporté un soutien pédagogique, technique et financier permettant d’accompagner les jeunes dans la réalisation de leurs projets (cf au BOEN n°39, 8 octobre 2009 : L’éducation au développement et à la solidarité internationale).

Comment alors proposer un « carnet d’engagement » dans le cadre d’une démarche lycéenne ? De nombreuses questions sont à soulever : Comment le valoriser à partir de curricula ? A travers la réalisation d’un portfolio des compétences mobilisées au lycée ? Comment serait-il validé ?  A partir de quelles actions portées par le lycéen ? Quels en seraient les objectifs ? Quelles seraient les compétences mobilisées ?

L’objectif visé serait certes le vivre ensemble et le respect de chacun mais aussi la mise en œuvre d’une réflexion sur les responsabilités personnelles et collectives. L’EMC, éducation morale et civique s’inscrit en effet dans deux registres de citoyenneté : l’un vise à cultiver le sentiment d’appartenance à la communauté des citoyens, l’autre développe la volonté de participer à la vie démocratique qui peut déjà trouver à s’exercer en milieu scolaire. Mais comment valoriser l’engagement associatif et bénévole des jeunes au sein du cursus lycéen ?  Certains mouvements d’éducation populaire, tels que les Francas l’envisagent. Quant à La Ligue de l’enseignement, elle promeut l’expression lycéenne, l’engagement dans la vie de son lycée, l’ouverture au monde en passant son BAFA ou en projetant une mobilité internationale.

Aussi, valoriser les initiatives, le bénévolat et les projets personnels est-il un enjeu éducatif du lycée afin de préparer l’avenir : devenir un étudiant, responsable, citoyen et engagé à l’université.



Citer ce billet
Pascale Argod (2022, 12 mars). Du livret de citoyenneté au carnet d’engagement. Carnet de voyage - reportage. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mdcq

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.