De l’escape game sur le patrimoine au carnet de voyage – jeu

Nous connaissons depuis 2015, donc six ans, l’escape game comme médiation du patrimoine, d’abord dans les châteaux puis dans les musées. L’un des premiers fut « Le secret de Richard Cœur de Lion » à la forteresse de Chinon en février 2016, puis « La chambre des mystères » au château La Ferté-Saint-Aubin (Orléans) en juin 2016. L’idée aurait été lancée dans les musées par un escape game au Palais de Tokyo en octobre 2014 lors de l’exposition « Inside ». Depuis, il a envahi les espaces extérieurs et valorisent le patrimoine historique des villes classées au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO.

Le jeu d’évasion a suscité un engouement certain depuis les mesures sanitaires puisque les activités en plein air ont été privilégiées. Du point de vue du chercheur, la place que tient le déplacement dans la narration de ce médium serait à questionner, mais aussi l’intelligence collective dans la résolution de l’énigme. En quoi la ludification change-t-elle la médiation du patrimoine ? Comment pourrait-on relier le jeu au carnet ? Nous l’avions évoqué avec la création du transmédia « Les voies d’Aliénor » du projet PatriNUM lancé par le MICA de l’université Bordeaux-Montaigne (chercheuse : Mélanie Bourdaa).

En Charente-Maritime, l’escape game permet au grand public de découvrir des sites renommés. Dans ce département, l’escape game est apparu en mai 2017 au Château d’Usson ou « Château des énigmes » à Pons alors qu’en Gironde, c’est lors de la Nuit Européenne des Musées 2017 que le Musée d’Aquitaine de Bordeaux a lancé un escape game intitulé « Moi, Michel de Montaigne, 484 ans » et que Cap Sciences Bordeaux a créé un médium culturel innovant, c’est à dire une “expo – escape game” intitulée « Luminopolis ». La région Nouvelle Aquitaine propose plus d’une centaine d’escape games répartis sur tout le territoire : voir la carte géolocalisée.

Ci-dessous une sélection d’une dizaine d’exemples en Charente-Maritime et de nombreuses applications mobiles fleurissent dans ce sillage de découverte patrimoniale. Vous pouvez consulter la carte géolocalisée dressée pour ce département

Par ailleurs, le carnet de voyage est depuis longtemps utilisé dans le but de valoriser le patrimoine, comme un médium de communication et de médiation touristiques. La brochure touristique intitulée « Les carnets découverte du Grand Site : l’Arsenal de Rochefort à l’Ile d’Aix » est un guide aquarellé qui s’inspire du carnet du patrimoine réalisé par un artiste voyageur.

Allier la découverte du patrimoine, le ludique, la résolution d’énigmes et le carnet serait donc un objectif porteur pour un tourisme éducatif et créatif.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.