Du cinéma – vérité : le carnet de voyage aux Etats-Unis

Dans les années 60, les Etats-Unis sont la destination des superlatifs, des innovations et des réussites. Aussi, toute une génération d’Européens est-elle partie voyager de l’autre côté de l’Atlantique. Rendant compte d’une palette d’impressions de l’excentricité à l’absurde, le tour des Etats-Unis de François Reichenbach est l’un des premiers carnets de voyage audiovisuels français. D’ailleurs, le Centre Pompidou avait lancé une rétrospective pour dresser un portrait de l’Amérique en 1960. Tirée de la collection de la BPI, il s’agit une comparaison des deux commentaires proposés pour le carnet de voyage « L’Amérique insolite » sorti en 1960 : « L’Amérique Rêve » commentée par Chris Marker et « L’Amérique insolite » par François Reichenbach. C’est cette même année en 1960 qu’Edgard Morin amorce le renouvellement entre cinéma et réalité et propose la notion de « cinéma-vérité ». Celle-ci peut s’illustrer par les nombreux films documentaires « carnets de voyage » de François Reichenbach :

 “Impressions de New York” (1955, 12′), “New York Ballade” (1955, 10′), “Novembre à Paris” (1956, 9′), “L’Américain se détend” (1959, 10′), “L’Amérique insolite” (1960, 86′), “A la mémoire du rock” (1962, 11′), “Le Petit Café” (1962, 12′), “Le Paris des photographes” (1962, 13′), “L’Amérique lunaire” (1963, 8′), “Artifices” (1963, 10′), “Retour à New York” (1963, 12′), “Le Paris des mannequins” (1963, 11′), “Le Carnaval de La Nouvelle-Orléans” (1965, 9′), “La Sixième Face du Pentagone” (1967, 27′), “La mort ne tue jamais personne” (1971, 15′), “Prison à l’américaine” (1971, 28′).

Le film « L’Amérique insolite » est en effet un carnet de voyage cinématographique du fait de la voix off de commentaire du vécu, des reportages in situ, du témoignage sur des aspects du mode de vie américain, de la narration du voyage et du déplacement d’un lieu à l’autre…Ce regard européen porté sur le nouveau continent est riche en étonnements sur l’altérité partagés avec complicité. A découvrir : https://www.ina.fr/video/CAF93010092

 Pour approfondir :

ARNOLDY Édouard, « Edgar Morin, le Cinéma, un art de la complexité. Articles et inédits – 1952-1962 », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 87 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/1895/6904 ; DOI : https://doi.org/10.4000/1895.6904

GRAFF Séverine, « « Cinéma-vérité » ou « cinéma direct » : hasard terminologique ou paradigme théorique ? », Décadrages [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 10 avril 2012, URL : http://journals.openedition.org/decadrages/215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/decadrages.215

GRAFF Séverine, Le cinéma – vérité : films et controverses, PUR Presses universitaires de Rennes, 2014.

MARIE Michel, La nouvelle vague : une école artistique, Nathan, 1996 (1,2,3 cinéma)

MARIE Michel, La nouvelle vague et son film manifeste « A bout de souffle », Armand Colin, 2012.

MORIN EDGAR, Edgar Morin, Le cinéma un art de la complexité, Nouveau Monde éditions, mars 2018. Articles et Inédits 1952-1962, collectés, édités et présentés par Monique Peyrière et Chiara Simonigh.

A noter pour débuter la recherche, la définition du cinéma par François Reichenbach sur France Culture en 1966 à l’occasion du Festival de Cannes.

Par ailleurs, un corpus de carnets de audiovisuels sur les Etats-Unis permettrait de dresser une évolution du genre depuis 1957 et de repartir aux sources du “cinéma-vérité” ou “cinéma direct”.

  • Une sélection d’une dizaine de carnets de voyage audiovisuels sur les Etats-Unis :

Eté indien de François Reichenbach, 1957

La sixième face du Pentagone de Chris Marker et François Reichenbach, 1967

Route One / USA de Robert Kramer, 1989

American Vertigo de Michko Netchak avec Bernard-Henry Levy, 2006

J’irai dormir à Hollywood d’Antoine de Maximy, 2008

Des trains pas comme les autres : Etats- Unis, saison 3 de Philippe Gougler, 2013

Route 66 : de Chicago à Los Angeles de Marc Poirel, 2013

Cinq Françaises à New York de Pierre Brouwers, 2014

Route 66 : de Chicago à Santa Fe de Pierre Brouwers, 2020

Point de départ : sur les traces des hippies de Jérémy Michalak, France 5, diffusé le 30 août 2020

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.