La place de l’échange (réel et virtuel) dans le carnet de voyage

L’échange avec l’Autre sert de trame dans de nombreux carnets de voyage, notamment les carnets de société où l’interview et le portrait sont au cœur de la narration : à titre d’exemples « Sète, surprenant voyage » de Cathy Beauvallet, « Alger, simples confidences » d’Elsie Herberstein et Zahia Haft, « Vieux » ou « Rurales » des Carnettistes Tribulants. Or, pour développer l’outil pédagogique « carnet de voyage » en classe, l’échange semble indispensable à la mise en projet en vue de la réalisation concrète des pages. Ainsi, le voyage d’une mascotte de la classe facilite en maternelle la narration du voyage : la classe reçoit les lettres de la Mascotte et découvre ainsi la nouvelle destination. Alors qu’en primaire, la rencontre de locaux ou de natifs déclenche la découverte de l’Autre et de sa culture.

Dans le PPN « Sur les traces de Billy : voyage de la Mascotte » (Lisa Geraud), l’Italie est découverte à travers son drapeau, la recette de la pizza, le masque de carnaval (Venise). Des dictées à l’adulte et la réalisation d’une vidéo sont des inducteurs pour le langage. Le carnet de voyage vidéo, qui rend compte des travaux des élèves et de leur expression personnelle, est alors destiné aux parents afin de les informer du projet de classe. La Mascotte est souvent photographiée avec un fonds d’écran « paysage ou site » choisi afin de créer une carte postale souvenir. Même principe dans le « Carnet de voyage en Angleterre avec Monkey (CP) » (Manon Aubert), puisque la mascotte de la classe favorise l’apprentissage précoce de l’anglais au fil d’un voyage virtuel dans Londres à la découverte des sites, transports, spécialités culinaires…

Dans le PPN « Le voyage de la mascotte Ducky à la découverte des cinq continents (CE1) » (Maxime Cliquot et Calypso Salamand), l’apprentissage précoce de l’anglais est visé à partir de cinq pays : l’Espagne, Algérie, Bolivie, Japon, Nouvelle Zélande. En plus de la Mascotte Ducky, un correspondant présente la destination sous la forme d’une visioconférence et facilite la rédaction de la fiche d’identité du pays. Le contact avec un habitant local ou un ami des enseignants qui a voyagé dans le pays est privilégié. Donc deux médiateurs facilitent la narration transmédia. De plus, pour passer d’une destination à l’autre, un passeport sous la forme d’un quizz sert d’évaluation. Chaque destination est amorcée par l’écoute d’une musique qui sert de devinette : de quel pays provient cette musique ? Carte sensible, carnet en accordéon, tracé d’arabesques, fabrication de poupées japonaises Kokeshi…sont autant d’activités. A la fin du projet, une vidéo sur chaque pays est réalisée dans laquelle l’expression orale : le script et la dictée à l’adulte sont mis en œuvre. Donc un carnet transmédia est bien proposé au fil de différents supports investis en vue de la narration.

Pour le PPN « Le tour du monde de Tom et Jennifer en CM1 & CM2 » (Anastasia Cologni), treize destinations sont envisagées, soit une par binôme. Pour chaque groupe, le scénario est axé sur le voyage vécu par le premier élève qui retranscrit ce qu’il a vu et perçu, ensuite le deuxième élève qui n’a pas voyagé s’en sert pour imaginer les aventures de Tom et Jennifer. Au fil des binômes, l’histoire du voyage est racontée. Grâce au tableau TNI, dans les recherches effectuées sur chaque pays, sont privilégiées la mise en avant d’une personnalité connue et la langue parlée.

Dans le PPN « L’Ile Maurice à travers les 5 sens en maternelle » Amanda Rambhujun est à la fois l’enseignante et la médiatrice de sa culture et de sa langue maternelle à travers des comptines en créole. La découverte de la culture mauricienne, métissée avec l’Inde, est tout à fait adaptée à la découverte sensorielle par la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher. Un débat philosophique sur la différence a été le préalable au projet et quelques élèves ont présenté un objet de leur culture d’origine afin de lancer le dialogue, le questionnement et les échanges entre élèves au sein de la classe.

Dans le PPN « L’école : mon premier voyage – échange avec une classe tunisienne (maternelle) », Justine Mouchet – Nurit lance un visio échange (outil : Skype) avec la Tunisie : cinq visioconférences pour découvrir la Tunisie à partir de vidéos et de lettres rédigées par les correspondants enseignants et élèves. Les thèmes d’échanges sont libres : l’école, la recette des biblis ou du couscous, les arts (peinture et danse), le climat et le paysage, la création d’un herbier…Le projet de l’école a rejoint celui de la classe puisque les élèves ont repris l’habit traditionnel en vue de se costumer lors du carnaval de l’école.

Ainsi, dans le carnet de voyage, l’échange a une place primordiale d’autant plus qu’il s’oriente vers l’ouverture internationale et l’éducation à l’interculturel. Tous les outils numériques d’échanges (Skype, ZOOM, WhatsApp….) trouvent leur usage dans ces projets pédagogiques de carnets de voyage numériques, mieux encore lorsque le projet est construit à partir de la plateforme pédagogique e-Twinning développée pour favoriser les échanges inter classes en Europe. Nous pouvons alors parler de carnets de reportages à partir de l’échange vécu.

Carnet de rencontres 3D de trois continents, Pascale Argod, 2016

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.