Itinéraires culturels européens 2019-2020

Lancés par le Conseil de l’Europe en 1987, les Itinéraires Culturels démontrent, à travers le voyage dans le temps et l’espace, que le patrimoine de différents pays d’Europe contribue au patrimoine culturel commun. Depuis 2019, sept itinéraires ont été ajoutés à la liste. https://www.coe.int/fr/web/cultural-routes

La route européenne du patrimoine industriel : avec plus de 1 800 sites dans tous les pays européens, la Route européenne du patrimoine industriel invite les visiteurs à explorer les étapes de l’histoire industrielle européenne. Lieux de mémoire européenne commune, ils témoignent des découvertes scientifiques, de l’innovation technologique et de l’histoire de la vie des travailleurs. Au total, 14 Itinéraires thématiques mettent en lumière le contexte européen de l’industrialisation.

La Route du Rideau de Fer couvre 20 pays européens et relie de nombreux bâtiments, monuments, musées et sites historiques qui nous rappellent l’histoire d’une Europe divisée. Les parcs nationaux, caractérisés par une flore et une faune variées et des paysages uniques, sont restés pratiquement intacts car ils faisaient partie des zones frontalières. Ils caractérisent le parcours tout au long de la Route.

Le Corbusier Destinations: Promenades architecturales relatent la vie et les réalisations de l’un des plus grands architectes du XXe siècle. Tout au long de sa vie, Le Corbusier a voyagé pour acquérir de nouvelles techniques et perfectionner ses connaissances en s’inspirant des pays visités et de leurs éléments architecturaux et urbains. En tant que protagoniste du « mouvement moderne », il a introduit de nouvelles idées dans l’architecture européenne, telles que le fonctionnalisme, le purisme et le lien entre nature et architecture.

La Route de la Libération de l’Europe est un réseau international de commémoration reliant les principales régions touchées par la libération de l’Europe de l’occupation nazie en 1944-1945. L’itinéraire relie d’importants sites historiques de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, en République tchèque, en France, en Allemagne, en Italie, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Pologne et au Royaume-Uni. La route combine un contenu historique avec une approche multi-perspectivité, un tourisme de mémoire et des outils de transmission de mémoire au niveau européen.

Les Chemins de la Réforme sont le reflet de siècles d’histoire, lorsque des mouvements du christianisme dans toute l’Europe partageaient la volonté de changer les institutions et de briser le status quo. En tant que réseau ouvert et tolérant, divers aspects de la Réforme se combinent au-delà des frontières nationales: les différences et la pluralité des histoires, des cultures et des sociétés de la Réforme dans les régions locales sont hautement valorisées et, en même temps, les membres sont unis sous les Chemins de la Réforme , qui valorise un patrimoine et des valeurs communs, constitue une contribution unique au tourisme et au développement des territoires.

Itinéraire européen des jardins historiques : depuis les débuts du jardinage en Europe, les jardins historiques ont véhiculé un message d’unité au-delà des frontières politiques, linguistiques et même climatiques. À différentes époques de l’histoire, la culture des jardins s’est établie et les plantes, les habitudes de culture et le dessin des parterres sont devenues une preuve vivante d’une culture européenne commune. Aujourd’hui, la présence de plantes et les travaux esthétiques similaires sont quelques-unes des caractéristiques partagées par les jardins, les parcs et les unités paysagères sur tout le continent. Les jardins historiques sont également un moyen de préserver des connaissances séculaires transmises oralement et par le biais de livres et d’encyclopédies en matière de jardinage, et qui constituent une référence pour les jardiniers et les paysagistes du monde contemporain.

Via Romea Germanica : partant du nord de l’Allemagne, passant par l’Autriche et l’Italie pour arriver à Rome, la Via Romea Germanica retrace les pas de l’Abbé Albert de Stade comme il le raconte dans son journal. L’abbé Albert était un pèlerin en route vers Rome en 1236 avec la mission de demander au Pape l’approbation de la nouvelle règle monastique pour sa communauté. Dans les Annales Stadenses, écrites en 1256, l’abbé Albert analyse les différents chemins vers Rome, en décrivant les lieux, les caractéristiques et les distances. Dans ses écrits, il a détaillé la meilleure façon d’arriver à Rome (la « Via Melior ») pour les pèlerins venant d’Allemagne, de Suède, du Danemark, de Norvège et des pays baltes. Depuis lors, la Via Romea Germanica a été parcourue par des empereurs, des rois, des soldats, des voyageurs et des marchands.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.