Créer un carnet de voyage sensoriel à Rome

            Le “Tour d’Italie” a de tous temps était une recherche d’inspiration et de créativité pour les artistes, les intellectuels ou les aristocrates en quête de villégiature. Pour ma part, simple touriste, je ne pensais pas, en effectuant ce voyage à Rome la première semaine de mars 2020, que ce serait une source de vitalité et un point de repère dans le tumulte médiatique des mois suivants dus aux effets du COVID-19. Après Venise, les lacs italiens, Naples, Florence… Rome était une destination italienne rêvée et un retour à des souvenirs étudiants. De ce séjour extraordinaire du à la date, je retiens de grandes marches quotidiennes et un Forum quasi désert, des lieux touristiques très accessibles et une exigence personnelle de prudence sanitaire…mais surtout une ambiance hors du temps, si rare sous un soleil printanier réjouissant. Le temps du confinement m’a permis de me consacrer à la réalisation de mon carnet de voyage à Rome pour palier à la morosité ambiante, aux chiffres morbides des médias et au stress généralisé. Donc, ce carnet a été un retour aux sources, un lien psychologique à la vie comme un cordon ombilical à “l’après”, une sorte d’ancrage au bonheur, en somme un chant à la vie !

            Ce carnet de voyage “Rome, impressions sensorielles et créatives” consacre une place centrale aux cartes, brochures et documents authentiques récupérés sur place. L’aquarelle devient le médium de la mise en scène de vues collectées et des preuves du voyage collées et insérées. Le document authentique est le point d’inspiration de la page aquarellée. Art de la récupération et de la sublimation du quotidien, le carnet de voyage évoque les “topoï” du voyageur et les lieux de villégiature renommés. Il s’agit de capturer l’instant via le croquis sur le vif (cf au dernier “carnet de Venise”), de s”inspirer de l authentique en apportant la preuve de son voyage via le collage de documents (cf au “carnet des lacs italiens”), de témoigner de son expérience en insérant le texte dans l’image.

Mon carnet de voyage à Rome parle aux 5 sens : ouie, odorat, goût, toucher, vue… et mon objectif a été d’insérer de l’intime dans la carte postale touristique, d’insuffler du vécu dans la vue stéréotypée et de changer de point de vue (du touriste à l’artiste amateur). Ainsi, sur place, j’ai récupéré les emballages de produits alimentaires (de gâteaux, pâtes, sucreries), les serviettes en papier, les cartes de visites, les tickets ou flyers des sites touristiques…Je les insère dans la composition double page du carnet en ajoutant des papiers de couleurs coupés, découpés ou pliés… Puis, je réalise l’aquarelle en format à l’italienne qui prend en compte les collages ou reprend leurs motifs et tonalités. Je tiens compte des harmonies de couleurs entre les collages et la palette de l’aquarelle. Il s’agit de faire dialoguer les documents authentiques avec la création picturale : camaïeux, tons complémentaires, opposition lumineuse, contrastes, harmonie…Je pense à une perception sensorielle, à un sens, puis un deuxième, que je souhaite mettre en éveil et traduire. Ensuite, je choisis les collages, les couleurs et au final le motif. L’ensemble de la double page doit être harmonieux, en lecture de gauche à droite : les motifs, les couleurs et les lumières doivent se répondre. Toujours essayer de trouver une originalité dans la création et surprendre à la page suivante. Une question reste permanente au fil du chemin de fer du carnet: comment rester créatif et s’étonner en tournant la page ?

Le carnet est d’abord comme une part d’intime que je capture. L’aquarelle est un prétexte à la créativité et à l’originalité…ma démarche est la suivante : je me souviens, je vois, j’imagine, je ressens, je métamorphose, je colle et je peins. Je me laisse envahir par un sens (odorat, vue, ouie…) puis par la couleur et par l’eau de l’aquarelle. La main suit le cheminement de ma pensée…j’avoue ne pas savoir croquer sur le vif par manque de temps (hélas peu de slow tourisme), mais de toute façon, je préfère imaginer et revenir à mes souvenirs.

 

Un moment de paix intérieure via ce voyage au pays de l’imaginaire !

La confrontation de l’extérieur à l’intérieur est féconde d’images et d’idées.

Une créativité à l’oeuvre !

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.