Des routes touristiques thématiques à l’origine de carnets de voyage

Les routes touristiques valorisées par les Offices de Tourisme offrent des circuits thématiques au fil d’itinéraires qui pourraient inspirer des carnets de voyage mais aussi une médiation touristique sous la forme d’un carnet de voyage, ou d’un genre hybride entre guide, brochure et carnet. Le carnet de voyage pourrait être un outil de médiation créatif pour des guides tels que « Voyages impressionnistes » et « Normandie médiévale » mais aussi des routes comme « La route de la Rose », « Les Routes François 1er », « Sur les traces de Stevenson ». La Route de la Rose autour de seize parcs, jardins et producteurs permet de découvrir la rose sous toutes ses facettes dans le Loiret et les Routes François Ier jalonnent les grandes étapes de la vie de François Ier qui conduisent vers quatorze châteaux et deux villes. De même le circuit « Sur les traces de Stevenson », consacré en 2015 Itinéraire Culturel Européen, offre l’objet d’un carnet de voyage littéraire sur les pas de l’écrivain, grand voyageur. Le chemin de Barbizon à Grez sur Loing, et de Grez à Châtillon sur Loire est un morceau de ce vaste itinéraire qui compte plus de mille kilomètres dont d’autres tronçons sont constitués par les Highlands écossais, la ville de Bristol, les canaux du Nord, d’Anvers à Pontoise en passant par Bruxelles et la Thiérache, et les chemins des Cévennes. « Destination Brocéliande » ouvre sur l’imaginaire à partir des contes et légendes de la forêt bretonne : les escapes games proposés pourraient déboucher sur des carnets de voyage imaginaire. Le carnet de voyage pourrait aussi promouvoir le récent parcours de sept jours depuis Nantes – Saint-Nazaire – Rennes et Saint-Malo jusqu’au Mont-Saint-Michel, initié par le site web « levoyageenbretagne.com » et les Offices de Tourisme des villes mentionnées sous le titre « La traversée moderne d’un vieux pays ». A propos du numérique, le site « Ballades en France » pourrait associer des pages de carnets de voyage et valoriser la pratique du dessin in situ ou l’observation naturaliste. Des carnettistes ou dessinateurs naturalistes seraient de bons ambassadeurs en vue d’un tourisme durable, créatif et authentique « hors des sentiers battus ». Valoriser un tourisme créatif est un enjeu du slow tourisme.

https://www.france-voyage.com/balades/

Quelques carnets pour dessiner et croquer sur le vif :

Sur les pas de Robert-Louis Stevenson : un voyage de Velay en Cévennes. Anne Le Maître, Rouergue, 2004.

Carnet de croquis des Dames de Brocéliande. Sandrine Gestin. Au bord des continents, 2019.

Peindre les merveilles de la forêt à l’aquarelle. Elisa Peth, traduit de l’allemand par Frédérique Bath M’Wom. Vigot, 2020.

Peindre la Provence à l’aquarelle. Marie-Madeleine Flambard. Ouest-France, 2018.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.