La carte sensible, la cartographie créative et l’itinéraire dans le carnet de voyage

Le carnet de voyage rassemble des images composées et combinées qui allient tous types d’images et différents arts graphiques. Sa lecture est complexe, sans langage propre comme la bande dessinée. Le lien texte-image est une caractéristique et parfois le texte rentre dans la composition de l’image. Aussi, en créant un carnet de voyage, comment penser la création d’une image comme narration visuelle? Quel type d’image peut accompagner le cheminement du voyage? Comment intégrer l’image didactique dans la composition d’un carnet de voyage ? Puisque l’image est centrale dans la narration « carnet de voyage », quelques réflexions émergent en tant que carnettiste : Comment penser la production à la fois visuelle et graphique ? Comment élaborer sa pensée visuelle ? Comment se projeter dans le voyage et organiser la narration centrée sur l’itinéraire et le cheminement mental et physique ?

Nous pensons à plusieurs hypothèses de transcriptions narratives :

  • L’itinéraire du voyage part du point de départ au point d’arrivée, comme le propose le chemin de fer de l’ouvrage
  • L’itinéraire peut suivre un cheminement sur les pas de…un écrivain, un artiste, un savant…
  • Il se traduit par la mention du lieu ou de la date (journal de bord) 
  • Il se montre en image grâce à la carte de l’itinéraire ou la géolocalisation.

Or, la carte dans toute sa diversité typologique, accompagne les trois stades de la narration du voyage :

  •  Avant le voyage : la carte des imaginaires pour travailler sur les représentations mais aussi la carte mentale de ses représentations à partir d’une démarche heuristique propre à la médiation en vue de l’apprentissage (pédagogie).
  • Pendant le voyage : la carte sensible pour percevoir par les 5 sens et retranscrire son expérience personnelle voir intime.
  • Après le voyage : le sketchnote pour expliciter sa pensée visuelle, pour exercer son esprit critique et vérifier l’information.

« Il n’y a pas de cartographe qui n’imagine le monde avant de le représenter » comme le souligne Gilles A. Tiberghien. C’est donc à travers le mapping, la pratique et l’invention des procédures cartographiques que l’imaginaire constructif du cartographe est le plus performant. C’est le propre de toute représentation d’opérer sur les deux registres cognitif et fictif. Ainsi, la carte sensible est une forme de cartographie « libérée » des codes habituels de représentation (échelle, couleurs des légendes, orientation, etc). A partir de l’observation in situ, de la mémoire du lieu et des ambiances saisies, des impressions et du ressenti se réalise la « carte sensible » qui est une synthèse complexe et multidimensionnelle (l’habitat, le quartier, le paysage urbain, les perceptions). Elle utilise à la fois les méthodes de la géographie, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’art. Les « cartes mentales » sont issues de déplacements dans des villes, donc du déplacement du corps dans l’espace pour fixer la mémoire du trajet.

La prise de notes visuelles, sous forme de dessins, de schémas, de graphismes et de textes, est une manière efficace de s’approprier une information, donc afin d’expliciter et d’analyser l’expérience vécue sur le terrain ou en voyage. Le Sketchnoting est une méthode de prise de notes mêlant l’écrit et le dessin, utilisée le plus souvent « en live », c’est à dire réalisée en direct lors d’un événement (une conférence, une interview, un concert, une réunion etc.). Cette technique est appelée « facilitation graphique » comme le scribing (ou graphic recording), le mindmapping, etc. Des études scientifiques dans le domaine de la créativité mettent l’accent sur la visualisation comme essentielle à la créativité car elle inclut la capacité à « manipuler mentalement les images et les idées » (Davis, 2004, p. 101).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.