Voyages en immersion : installations culturelles ou patrimoniales

Dans le cadre de la médiation culturelle sous la forme d’exposition ou d’installation, l’expérience du contemporain valorise l’immersion des sens et la médiation numérique mais aussi la mise en spectacle. Aussi, depuis la rentrée, trois expositions culturelles parisiennes abordent la notion de “voyage” comme une forme de médiation et d’expérience sensorielle. Comment l’expérience est-elle devenue le centre de la médiation culturelle des structures muséales et des lieux de médiation culturelle ? Comment les sens et le ludique sont-ils au coeur de l’exposition “virtuelle” ? Celle-ci se décline en “exposition dont vous êtes le héros” ou “e-lab espace”. En quoi ces nouvelles formes de médiations sont-elles liées à “l’expérience du contemporain” ? En quoi sont-elles porteuses “d’immersive art” ou “de réalité augmentée” ?

            Le premier festival dédié au Digital Design Immersif a au lieu du 18 au 24 octobre 2019 à l’Atelier des Lumières sur Paris. “Le digital design est un processus de “scupture numérique” d’utilisation de l’image créée par ordinateur pour aménager des espaces, créer des interactions avec le public. Les images projetées, combinées au design sonore, permettent de créer des univers immersifs uniques”. Ainsi, à travers L’atelier des Lumières sur Paris, est proposée l’expérience multisensorielle intitulée Japon rêvé qui est un voyage immersif dans l’art japonais. La Cité des Sciences de la Vilette propose un E-Lab Espace jeu vidéo : “des dispositifs de jeu exclusifs qui apportent une expérience inédite, dite « augmentée » et offrent au joueur la possibilité de profiter d’une immersion de jeu inaccessible chez lui”. La Citéco, Cité de l’économie à Paris, lance une exposition dont vous êtes le héros intitulée Nés quelque part : “Elle fait appel au décor immersif et à une technologie de pointe pour faire vivre au public une expérience « pas comme les autres »… Les histoires des personnages de Nés quelque part sont fictives mais toujours basées sur des faits, des situations et des projets réels…Nés quelque part vous propose, pendant 1h30, d’être Manolo, Mehiata, Nalin ou l’un des 18 personnages proposés. Au Cambodge, au Niger, au Cameroun, en Colombie, au Nigeria ou en Polynésie, vous vivrez leur quotidien, leurs questions et leurs solutions.” Concernant l’art contemporain, il nous semble intéressant d’observer le nouveau lieu de l’art urbain à Paris : Fluctuart  et son exposition Veni, Vidi, vinci, l’art urbain face au génie  ou des expositions- installations comme « Cosmopolis #2 » repenser l humain du Centre Georges Pompidou.

Autant d’expériences du contemporain culturel ou patrimonial qui ouvrent sur de nouvelles médiations qui sollicitent le numérique, le ludique et l’interactivité pour placer le spectateur en acteur de l’installation et donc comme sujet de la médiation. Le propos est bien de “vivre une expérience” unique, originale et créative qui permettrait d’intérioriser le savoir afin d’atteindre une forme d’engagement participatif. Le destinataire de l’exposition deviendrait alors le centre du propos puisque la médiation repose essentiellement sur la perception.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.