Deux mémoires de recherche Master 2 sur le carnet de voyage à l’ESPE d’Aquitaine

Carnet de voyage sensoriel et confrontation à l’altérité : « le tour du monde des sens » par Solange Lauga-Cami, Professeur des écoles stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2018

Outre le fait de développer la sensibilité de chacun, l’empathie et l’empathie et l’expression de ses émotions, le carnet de voyage sensoriel est conçu pour permettre aux élèves de s’ouvrir au monde, à l’altérité, mais aussi pour se découvrir eux-mêmes. Via la pédagogie active, le projet de Tour du monde des sens en classe de CM1-CM2 se donner pour ambition la construction de l’imaginaire géographique et culturel du pays par les élèves. Suite aux 64 exposés sur différents pays réalisés par les 29 élèves durant le premier trimestre et dans le but d’insérer deux élèves en situation de handicap, nous avons souhaité mener un projet de sensibilisation au handicap : actes du quotidien les yeux bandés, avec une seule main, sans entendre…expérimenter le braille et communiquer par des signes. Le projet de carnet de voyage par les sens est né afin que tous puissent voyager autour du monde en imaginant l’ailleurs. Aussi chaque élève (par trinôme) construit-il le carnet de voyage de son pays à partir de la découverte d’un objet, d’une musique traditionnelle ou d’une spécialité culinaire (odeur et goût). Dix pays visités par les sens sont valorisés lors de la fête de fin d’année et avec la création d’un escape game sensoriel. Il s’agit donc de développer sa sensibilité à travers une exploration sensitive afin de voyager grâce à des morceaux de musique à écouter, des objets à toucher, des odeurs à sentir et des recettes à goûter. La co-réalisation d’une carte mentale, la création d’une carte sensible et le profil des intelligences multiples de chaque élève ont été des outils pédagogiques pertinents pour la mise en oeuvre des séances : ils ont facilité l’expression des émotions et du ressenti ainsi que la rédaction des productions écrites. La problématique de la recherche est la suivante : dans quelle mesure une pédagogie active basée sur la création d’un carnet de voyage sensoriel peut-elle permettre la construction de l’imaginaire géographie et culturel d’un pays et ouvrir à l’altérité ? Mais le plus intéressant réside dans l’expérience du voyage vécu pour deux d’entre eux car celle-ci a modifié l’expression sensitive. Par exemple, le carnet de voyage en Finlande a suscité l’intérêt d’une élève pour le projet de voyage familial et le carnet préalablement réalisé l’a motivée pour la rédaction de son journal de voyage personnel in situ. L’élève a ainsi prêté une attention particulière à la différence culturelle et aux sensations gustatives et olfactives.

Comment favoriser l’implication et la réussite des élèves par l’outil et le projet du carnet de voyage ? par Isabelle Bacqué-Cazenave, Professeur certifiée de Lettres stagiaire à l’ESPE d’Aquitaine, 2018-2019.

Afin de favoriser l’implication et la réussite des élèves de la classe de cinquième, la méthode du carnet est proposée dans le but de travailler d’une façon réflexive, ludique et collaborative. Le carnet tel qu’il est conçu, tout au long de cette année scolaire, doit être analysé à plusieurs niveaux. Chaque séquence s’accompagne d’un carnet spécifique qui est lié au thème, aux objectifs, aux textes et aux notions traités. Ce dispositif doit donc d’abord être envisagé d’une façon pragmatique comme un point d’appui pour l’élève, le conduire à revenir sur la séquence et les différentes séances afin de préparer les évaluations par le biais d’écrits intermédiaires. C’est ainsi qu’il est clairement présenté aux élèves. On veille à donner le carnet à réaliser assez tôt dans la séquence et on l’utilise à nouveau, systématiquement, à la fin, dans le cadre de la séance bilan, séance consacrée à la fiche de réussite. Pour autant, il n’est pas question de surcharger le travail de l’élève mais au contraire de favoriser le transfert des savoirs et des savoir-faire. La conception se veut créative et ludique car, l’élève n’est pas évalué par l’enseignant dans les exercices proposés. Par le biais du carnet, on a donc à cœur d’installer « un espace hors menace » (Meirieu). On a aussi le souci de choisir des activités variées et dans la mesure du possible, innovantes. En outre, le carnet constitue un espace d’échange. Le travail  collaboratif, entre pairs et par groupes, y trouve largement sa place. Enfin, la méthode du carnet doit amener à échanger à l’extérieur de la classe. L’enseignant   incite l’élève à présenter le carnet à ses proches, à  sa famille, mais aussi à l’ensemble de la communauté scolaire et pour ce faire, un projet est mené avec la classe de 4ème SEGPA. Puis, une exposition des carnets est organisée au CDI. Le support papier individuel deviendra, à mi-parcours, un support numérique collectif, consultable sur le site du collège et envoyé, en fin d’année, au collège partenaire de Malaga. Il sera utilisé par la responsable des échanges européens, dans le but de présenter Bordeaux aux élèves de la classe Euro-français. Les élèves sont invités à réaliser un carnet de voyage, personnel et collectif sur le thème BORDEAUX : une ville au creux d’un fleuve. Sous un format papier et numérique, le carnet présente un parcours mettant en valeur les lieux incontournables de Bordeaux et les caractéristiques fluviales de la ville. La progression annuelle prévoit, à chaque séquence, un carnet particulier qui permet de réinvestir les notions vues en cours mais qui propose aussi un prolongement culturel, soit neuf carnets différents : le carnet de musée, le carnet de rencontre, le carnet d’émotions, le carnet patrimoine, le carnet d’utopies, le carnet de recettes, le carnet de jardin, le carnet d’architecture, le carnet de marin. Chaque production est adaptée à la séance en fonction des thèmes du programme au fil de l’année: Le voyage et l’aventure, Héros, héroïnes et héroïsmes, Imaginer des univers nouveaux, Avec autrui, familles, réseaux, L’homme et la nature.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.