Le Japonisme, les arts graphiques et le carnet de voyage

La conférence intitulée « Le Japonisme, les arts graphiques et le carnet de voyage : quelle filiation avec le manga ? De la profusion d’images et du croquis sur le vif » (P. Argod) a été proposée lors de l’exposition et le salon d’arts japonais « Japon, culture et tradition » organisés par l’artiste carnettiste Béatrice Hauchemaille, les 8, 9 et 10 juin 2019 à Montereau-Fault-Yonne (77). Une exposition de peintures et des dessins accompagne les présentations artistiques des artistes japonais invités : la cérémonie du thé, l’origami, le Kamishibaï, le jeu Go, une pièce du théâtre Nô. Autant d’expériences immersives qui prolongent l’ouvrage Japon, l’art du raffinement rédigé par Béatrice Hauchemaille. (Artisans-Voyageurs éditeurs, 2014).

Résumé de la conférence :

La filiation du carnet de voyage et du manga serait liée à l’Orientalisme et à la curiosité des Occidentaux pour les arts japonais retranscrits sous le trait maîtrisé et passionné de Béatrice Hauchemaille, artiste exposant au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand[1]. En effet, fondre images et mots dans une lecture instantanée est le principe des mangas[2] : « Man » fait sur le vif et « Ga » dessin, donc croquis ou rough, dont le plus célèbre exemple date de 1814, « la manga » d’Hokusai. Originaire de Chine, « l’Emaki » fut du IXe au XVe siècle l’un des principaux moyens d’expression au Japon : c’est un rouleau peint horizontal sur lequel l’association de mots écrits et d’images peintes raconte une histoire ou une légende. A l’époque Edo (1603-1868) sont nés les « ehon » livres imprimés à partir de planches gravées avec des textes[3] et des dialogues accompagnant les images. Edmond Goncourt évoquait en 1896 dans son ouvrage Hokusaï. L’art japonais au XVIIIe siècle cet art graphique qui pourrait être transféré au carnet de voyage : « La mangwa, cette profusion d’images, cette avalanche de dessins, cette débauche de crayonnages, ces quinze cahiers où les croquis se pressent sur les feuillets, comme les œufs de la ponte des vers à soie sur une feuille de papier, une œuvre qui n’a pas de pareille chez aucun peintre de l’Occident ! La mangwa, ces milliers de reproductions fiévreuses de ce qui est sur la terre, dans le ciel, sous l’eau, ces magiques instantanés de l’action, du mouvement, de la vie remuante de l’humanité et de l’animalité, enfin, cette espèce de délire sur le papier du grand fou de dessin de là-bas ! ».Réalisé par Pascale Argod

Deux dessinateurs célèbres à l’origine du genre « carnet de voyage » découvrent le Japon et retranscrivent à travers le lien « image et texte » leurs impressions : Félix Régamey en 1876 qui lance la vogue du japonisme et Mathurin Méheut en 1914 qui ouvre la voie aux carnettistes avides de pittoresque et de scènes du quotidien. Félix Régamey, dessinateur renommé, est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon à l’origine du musée Guimet constitué en 1889 à partir du musée des religions à Lyon[4]. Ils passent ensemble deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe, séjour qui éblouit Félix Régamey : « Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins »[5]. Félix Régamey illustre le feuilleton Okoma dans le Monde illustré de 1879 à 1883 et l’exposition universelle de 1878 d’une quarantaine de tableaux et publie un article intitulé Le Japon vu par l’artiste dans l’ouvrage Le Japon pratique. Avec Emile Guimet le premier tome de leur récit relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaise[6], publié en 1878, puis le deuxième en 1880 sous le titre Tokio-Nikko[7].

A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustre par la réalisation simultanée de dessins. Fondateurs de la Société franco-japonaise, ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et réalisent des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y demeure dix-huit ans comme caricaturiste et par la suite, le peintre Mathurin Méheut[8] y séjourne cinq mois en 1914 doté de la bourse Autour du monde, financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète. Mathurin Méheut réalise des reportages dessinés sur le vif pour les prestigieuses revues comme Art et décoration, L’illustration ou La Bretagne touristique. Il rapporte de sa mission au Japon de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières  petites – filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914 (Ouest-France, 2004). Il livre sa découverte enthousiaste du Japon : « tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne. »

Artistes et intellectuels reviennent en effet éblouis par le raffinement de la culture japonaise et l’esthétique du quotidien[9] comme Roland Barthes, Augustin Berque, Paul Claudel, Claude Lagoutte, Pierre Loti, Henri Michaud, Victor Segalen notamment. Lors du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand des carnettistes évoquent leurs impressions japonaises à travers diverses techniques artistiques :   , Yann Breton au crayon et au pinceau, Florent Chavouet au crayon, Philippe Delord à l’aquarelle, Stefano Faravelli au soucis du détail, Karen Guilorel au numérique et au multimédia, Alan Johnston au dessin naturaliste, Nicolas Jolivot à l’illustration, Sébastien Lebègue aux arts graphiques, Rémi Maynègre et Sandrine Garcia en version bilingue dans le style manga, Bruno Pilorget à l’acrylique, Gwenaelle Trolez à l’art du collage, entre autres. La diversité de la palette du carnet de voyage pourrait en effet faire l’objet d’une exposition collective afin d’attiser la curiosité pour le soleil levant et créer un nouveau pont artistique entre le Japon et la France. En effet, à travers cette « profusion d’images » sur l’ailleurs en référence au manga, c’est bien la devise des voyageurs du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand qui appelle au voyage : « Il faut aller voir !»[10].

Les Editions Elytis proposent plusieurs récentes publications sur le Japon dont trois magnifiques carnets de voyage en format à l’italienne : https://www.librairieduvoyageur.com/editeur/elytis

Tokaido 53 : à scooter, sur les traces de Hiroshige. Philippe DELORD

Japon, à pied sous les volcans. Nicolas JOLIVOT

Japon : carnets d’un explorateur au pays du soleil levant. Gwenaëlle TROLEZ

[1] Le 20e Rendez-vous du carnet de voyage à Clermont-Ferrand du 15 au 17 novembre 2019 : plus d’une centaine d’artistes carnettistes exposants sur trois jours avec conférences et projections sur le voyage et ateliers artistiques de création de carnets. https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

[2] Après le département du musée municipal de Kawasaki créé en 1988, le musée international du Manga de Kyoto, ouvert en novembre 2006, abrite plus de 200 000 mangas et des équipes de chercheurs en histoire de l’art sur le manga ancien : www.kyotomm.com

[3] Au XVIe siècle apparaît la technique du tout en un – image et texte gravés sur un seul élément d’impression – ce qui se distingue de l’estampe japonaise.

[4] qu’il réalise en 1879 afin de rassembler ses collections d’art bouddhique rapportées de Chine, d’Inde et du Japon qu’il étend à l’art Khmer à partir de 1890 puis aux échanges entre l’Inde et de la Chine avec la mission de Paul Pelliot à Dunhang.

[5] Extrait de la lettre envoyée à son frère en 1876 tirée de l’ouvrage : Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[6] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur. Voir la BNF : http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[7] Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du Touring Club de France actuellement intégré à la Bibliothèque du tourisme et des voyages du Trocadéro de la ville de Paris.

[8] Peintre décorateur et illustrateur naturaliste formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris et enfin à l’école normale d’enseignement du dessin, il collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette et Loti.

[9] Esthétiques du quotidien au Japon. Sous la direction de Jean-Marie Bouissou. illustrations Nicolas de Crécy. Institut français de la mode, 2010.

[10] Selon Ella Maillart et le nom de l’association IFAV qui a créé le Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand en 1999.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.