Le reportage graphique et le carnet de voyage pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté

Le carnet de voyage et de reportage, un outil de formation et d’apprentissage pour la mobilité, l’Europe et à l’interculturel

Extrait de la communication du 5 février 2010 à l’assemblée générale de l’AEDE France et du 21 novembre 2010 lors du colloque « L’école, avenir de l’Europe ? »

Cette pratique est innovante dans la pédagogie documentaire puisque qu’elle repose sur l’expression personnelle, héritée de la pédagogie Freinet[1] centrée sur l’apprenant dans une démarche active axée sur l’enquête de terrain qui initie à l’ethnographie : le carnet d’enquête propose en effet un va et vient entre terrain et réflexion à travers une méthode inductive[2]. Elle favorise l’écriture d’un journal personnel[3] comme écrit pour l’autre avec une mise à distance indispensable ; la banque de données personnelles et la vocation initiatique, subliment le temps et la confrontation à l’Autre. Cette démarche personnelle peut être envisagée pour un projet professionnel d’orientation afin de fixer la mémoire et l’évolution du parcours : c’est en somme une sorte de « capital humain »[4], de « projection existentielle », selon les termes d’Alain Taupin[5]. La démarche personnelle de réalisation du carnet suscite la curiosité, affine le regard, éveille aux émotions et met la pensée en mouvement : ainsi se construit une culture humaniste et, à partir de là, peut se pratiquer une évaluation formative propre à mesurer l’investissement du créateur.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image —illustration et témoignage (photo), mise en valeur d’un message (arts graphiques), aspects documentaires du réel (image conceptuelle), représentation d’art (peinture)…––  et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

–  narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

–  force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’autre, à d’autres référents culturels,

– double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

De plus, la pratique artistique forge l’esprit de créativité, d’innovation et de spatialisation ; l’hémisphère droit du cerveau, centre de l’image, de la spatialité, de la globalité, de l’intuition et de l’instantané n’est sans doute pas assez mobilisé dans l’enseignement alors qu’il peut jouer un rôle indéniable dans la formation de l’individu. Il ouvre, entre autres, la voie du dessin qui se situe en dehors du monde verbal, siège de l’hémisphère gauche (rationalité, logique, analyse et abstraction) comme le fait remarquer Betty Edwards dans son ouvrage « Dessiner avec le cerveau droit » (Eyrolles, 2002) qui explique ainsi sa méthode : «La compétence globale pour dessiner quelque chose que l’on voit (une personne, un objet ou un paysage) exige seulement cinq compétences de base entièrement axées sur la perception et non une quelconque capacité à dessiner : – la perception des bords. – la perception des espaces – la perception des rapports – la perception des lumières et des ombres – la perception du tout »[6]. En somme, il faut savoir regarder pour être capable de dessiner, ce que pressentait déjà le sculpteur Rodin : « C’est parce que je vois, que je créée ».

Aussi, favoriser cette compétence à travers la réalisation d’un carnet de voyage pourrait être pertinent dans le cadre d’une pédagogie documentaire créative qui allie la double compétence de l’analyse de l’information et de l’observation sur le terrain. C’est ce que les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[7] de Bordeaux ont essayé de proposer : tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, ils sont sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste. Dans le prolongement des actions menées dans l’Académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons aussi expérimenté cet outil dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté, la sensibilisation au patrimoine, à l’environnement ou au développement durable.

Ainsi expérimenter diverses techniques de dessin pourrait être une des clés pour mobiliser les aptitudes spatio-cognitives : croquis sur le vif ou rough qui nécessite la rapidité du geste, dessins d’observation qui demande du temps, croquis (de type carnet d’ethnologue-anthropologue) cartes, plan ou schémas qui nécessitent une adaptation explicative, esquisse ou dessin préparatoire à une composition ou un tableau qui demande une disposition artistique tout comme les dessins d’imagination, de souvenirs ou d’après photographie, les bandes dessinées…etc. Le carnet de voyage se définit en effet  essentiellement comme une image mosaïque de procédés graphiques à partir d’une juxtaposition de créations artistiques et documents authentiques, de traces ou d’indices.  Il s’agit de synthétiser une journée en une page composée d’images plurielles qui narrent les évènements en vue d’une lecture éventuelle : elle nécessite donc une certaine adaptation au lecteur qui doit décrypter la page et comprendre les notes visuelles retranscrites par le carnettiste- reporter ou artiste. Il doit lire les images du carnet de voyage.

De plus, le carnet de voyage serait une création plastique innovante pour l’éducation artistique et culturelle car elle favorise diverses compétences : il faut savoir t transmettre l’expérience vécue par l’éveil de tous les sens, témoigner de l’authentique à travers le dialogue entre design et objets et l‘accumulation des indices d’un musée personnel (ou cabinet de curiosités), illustrer la différence culturelle en utilisant la symbolique des couleurs et des  pigments, retracer le cheminement du voyage à l’aide de la charte graphique et du chemin de fer, s’immerger dans « l’exotisme »[8] ou l’identité du pays en créant un objet-livre, retranscrire l’ambiance d’un lieu mais aussi découvrir l’environnement, le patrimoine, la culture et les arts du pays à travers le « reportage graphique ».

Ainsi la formation aux arts visuels est complète puisque l’élève utilise les différents procédés graphiques (calligraphie, typographie, technique du dessin, matériau, photographie), expérimente les diverses fonctions du dessin (d’observation, préparatoire, explicatif, schéma, étude de composition, plan de fabrication) mais pense aussi à la circulation médiatique du médium[9].

Cet outil pédagogique est également au service de la mise en oeuvre des programmes d’enseignement : l’éducation à l’image depuis l’an 2000 au collège (lettres, arts plastiques et hist-géo), l’enseignement de l’histoire des arts depuis 2008, obligatoire au brevet en 2011, l’éducation à l’Interculturel[10] avec la compétence culturelle en langue et l’enseignement de l’histoire des arts[11], l’éducation à l’environnement et au développement durable et l’éducation à la paix, à la tolérance et à l’anthropologie.

Concernant plus spécifiquement la formation à la citoyenneté européenne, il semblerait être un outil adapté[12]. Ses atouts sont indéniables en effet, dans le cadre d’une pédagogie centrée sur l’expression, la créativité, l’image et l’imagination[13] afin de sensibiliser à une éthique du respect et à la curiosité du monde qui favorise l’adaptabilité et de promouvoir l’esprit d’innovation, d’initiation et de mobilité[14]. Cet outil « intermédia », blog ou vblog, est ouvert sur la communication et le travail collaboratif pour la médiation interculturelle et pour l’éducation à l’interculturel. Le carnet de voyage est l’exercice d’un art d’expérimentation qui favorise un regard sensible sur l’autre et permet l’expression identitaire d’un regard-témoignage sur le monde. Outil personnel de recherche et d’inspiration pour les artistes, il est aussi pour le voyageur ethnographe ou pour l’anthropologue le support de réflexions sur les curiosités vues et sur la différence culturelle, une mémoire structurée du vécu qui permet de se projeter dans l’avenir (projet). Il place l’auteur du carnet en position d’artiste à travers une éducation au regard puisqu’il favorise la créativité et sollicite le reportage graphique et la démarche sociologique pour « être témoin et devenir passeur ». Il faciliterait ainsi l’identification à travers le partage du singulier.

Puisque le carnet de voyage se définit comme le récit autobiographique d’un périple dans lequel l’image est centrale par rapport au texte, le genre hybride du récit aurait alors une double vocation (lieux et temps évoqués / psychologie et intentions de l’auteur) : pour l’élève, il s’agit d’écrire objectivement ce qu’il relate, sur le modèle du documentaire, mais aussi de traduire ses sentiments (pulsions d’amour ou de rejet, vocabulaire expressif et mots à fortes connotations) et ses impressions (cinq sens) comme l’évoque le journal intime ou la biographie. De plus, les carnets imaginaires « sur les pas de… » auraient un rôle initiatique car le passage de la lecture au voyage amène au carnet de voyage.  Les apports du voyage rêvé (autant que vécu) sont indéniables pour le lecteur qui devient alors voyageur grâce à la littérature et à l’imaginaire du voyage[15] :

« Il n’y a d’homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie » Lamartine.


[1] Titre de la revue de type album photographique créée en 1994 par les publications PEMF.

[2] En référence aux publications sur l’éducation à l’interculturel d’Anne Mojavet et de Gisèle Provost.

[3] En référence aux publications de Rémi Hess, Professeur à Paris VIII.

[4] Intitulé de l’atelier organisé par Patrice Delegue lors du Congrès « Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011.

http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[5] Directeur-adjoint de l’ONISEP : intervention dans l’atelier « Vous avez dit capital humain ? » lors du Congrès Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011. http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[6] Site de Betty Edwards : http://www.drawright.com/

[7] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet « Carnet de patrimoine européen »)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet « Livre d’artiste et parcours initiatique professionnel»)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet « Interculturalités et vivre ensemble »)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet « Carnet interculturel Anglais-Indiens en Inde du Sud »)

[8] D’après Victor Segalen « percevoir le divers » pour accéder à l’autre.

[9] Les deux notions d’intermédialité et d’artialité sont au cœur de la problématique de la thèse de Doctorat soutenue sur ce genre en SIC à l’université Bordeaux III le 10 décembre 2010.

[10] En référence au dialogue interculturel du Conseil de l’Europe dès 1975.

[11] Voir BOEN n°32 du 28 août 2008 : « L’art et les identités culturelles : altérité et dialogue»au collège, dans la thématique « Arts, créations, cultures » et au lycée, « Arts, sociétés, cultures ».

[12] A noter : l’expérience du ministère « Mon cahier d’Europe », trois cahiers de vacances pour les 7 à 15 ans.

http://www.moncahierdeurope.education.fr/, http://www.education.gouv.fr/cid21525/mon-cahier-europe.html

[13] Les projets européens développent les compétences créatives : retours sur une année thématique porteuse de résultats. Sylvie Thomas. Agence Europe Education Formation France, Soléo, l’esprit mobilité !, mars 2010, n°22. http://soleoweb.2e2f.fr/page.php?page=138

[15] Réflexion développée sous l’angle pédagogique en 2002 sur l’Académie de Reims : voir l’article « Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages : vers l’anthropologie et la créativité », Pascale Argod, InterCDI, n°177, mai-juin 2002.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.