Démarche ethnographique et arts graphique : le carnet ethnographique

Communication intitulée « Démarche ethnographique et arts graphiques : en quoi le carnet ethnographique est-il un outil de formation professionnelle ? » lors du colloque international ISIAT  « Dans l’animation et dans la recherche : expérimentations artistiques : quelles interactions pour quelles transformation ? à l’IUT Bordeaux-Montaigne, les 28 et 29 janvier 2019.

Suite aux regards croisés de trois expérimentations dans l’enseignement supérieur, il s’agit de déterminer ce qui caractérise le carnet ethnographique ou de recherche sur le terrain et en quoi l’appropriation par l’art serait une plus-value formative. La conférence – débat intitulée  » Le carnet de voyage, un outil de formation universitaire » qui a eu lieu le 1er décembre 2018 lors de la 4e édition des Rencontres bordelaises « Carnet de voyage, une écriture du monde », a permis de croiser le regard de trois formatrices : Catherine Morgan – Proux dans le cadre de la formation de guides interprètes (licence Pro) de l’université de Clermont-Ferrand, Emilie Fort-Ortet et Jean-Luc Richelle dans le cadre de la formation d’animateur développement local de l’IUT de Bordeaux-Montaigne (DIUT) et Pascale Argod dans la formation d’enseignant, notamment ERASMUS (Master 2) de l’ESPE d’Aquitaine. Qu’il soit carnet de patrimoine, carnet d’enquête sociologique ou carnet interculturel, ces productions sont autant de projets d’expression personnelle à partir d’une démarche ethnographique qui allie réflexivité et créativité. Que ce soit le carnet de médiation touristique, le carnet d’enquête sociologique ou le carnet interculturel, tous ces carnets formatifs reposent sur l’expérience in situ et favorisent l’expression personnelle, la consignation mémorielle, l’exercice de l’esprit critique. L’usage des arts graphiques et du rendu plastique ou numérique semble motiver les étudiants pour l’apprentissage de compétences professionnelles. A partir du témoignage recueilli de quelques étudiants de chacune des filières, je souhaite étudier les liens entre la confrontation au terrain, la motivation et l’expression artistique. Quels sont les processus en jeu dans cette appropriation par l’art ? Comment l’imagination est-elle interpellée sans être évincée par la confrontation au réel (Bachelard, Durand) ? Comment la créativité et la réflexivité à partir de l’exercice de l’esprit critique sont-elles mises en oeuvre ? Comment la pratique artistique est-elle conciliable avec la démarche ethnographique ? Comment de l’expérimentation de la recherche peut-on s’approprier la réflexivité nécessaire (De Certeau) à la formation professionnelle ? Observation, appropriation (Tisseron) et transmission seraient les trois étapes du processus en jeu qui transforme le chercheur en professionnel ou médiateur culturel (guide, animateur ou enseignant). Nous évoquerons le statut des arts graphiques dans la médiation scientifique afin de mieux circonscrire l’intérêt de l’outil du carnet (de voyage) ethnographique ou de recherche. Les deux demi-journées professionnelles sur le carnet naturaliste en 2017 et sur le carnet ethnographique en 2018 apporteront quelques réflexions pragmatiques.

L’intervention s’est centrée sur le projet mené depuis deux ans à l’IUT Bordeaux-Montaigne par Jean-Luc Richelle et Emilie Fort – Orthet : c’est à dire la découverte d’un quartier de Bordeaux le long de la ligne de TRAM en travaillant sur le terrain à raison d’une demi-journée par semaine durant le trimestre. L’évaluation est axée sur la présentation orale des quatre productions demandées : un carnet d’enquête, une valise contenant du matériau collecté et une carte sensible de leur territoire d’enquête avec une bande sons et un carnet de portraits individuels ou collectifs de lieux. Les objectifs visés permettent aux étudiants de se projeter dans leur futur métier d’animateur socio-culturel et portent sur : • Dégager une perception personnelle différente de celles des habitants • Se dégager des stéréotypes et des impressions ethno-centrées •Réfléchir aux notions de la frontière géographique et de gentrification •Percevoir le quartier dans son identité et dans son évolution (architecture, habitants, place de la nature…) • Etudier les flux, mouvements, trafics (voiture ou tram), bruits…. • Utiliser l’art comme médium (divagations artistiques) • Percevoir la place des associations dans la vie de quartier. Ultra impliqués, les étudiants qui se sont mis en projet ont compris combien la connaissance du terrain est fondamental dans le métier d’animateur socio culturel. De plus, ils ont investi le champs artistique avec une grande créativité dans le rendu de leur travail (théâtralisation, narration contée, maquette artistique….) .

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.