La relation carnettiste – éditeur : mémoire universitaire 2018

Dans le cadre d’un Master 1 Métiers du livre et de l’édition à l’université Paris Nanterre, Séphora Markarian propose une problématique originale et pertinente comme titre de son mémoire universitaire de Master 1 :

La relation éditeur-carnettiste dans la production des carnets de voyage : l’éditeur comme co-auteur ?

Le carnet de voyage, dans sa forme large, peut être défini comme un ouvrage mêlant récits de voyage et éléments graphiques – dessins, photographies, collages d’objets – soit un rassemblement de toutes les choses vues et trouvées au fil du voyage. Désigné comme tel, le carnet de voyage est une forme de récit pratiquée en voyage et ce quel que soit le type de voyage, d’une longue ou courte durée, dans des lieux proches ou lointains. Il est un moyen de se souvenir, de transcrire, bien souvent pêle-mêle, les expériences vécues. Le carnet de voyage se trouve ainsi être une œuvre souvent désordonnée, parfois peu soignée, qui apparaît rester dans le domaine privé. À la manière du journal intime, le carnet de voyage accompagne le voyageur et recueille ses anecdotes, ses pensées, ses opinions, ses commentaires, qui identifient la personne en voyage, et proposent sa vision personnelle de l’Autre et de l’Ailleurs. Ce regard, qu’il se réfère à des éléments totalement étrangers ou non, est intime au voyageur. Cependant, pour qu’ils fassent l’objet de publications, les carnets de voyage sont envoyés à un éditeur pour être retravaillés, et ne restent donc plus seulement entre les mains du carnettiste. Au cœur de cette transformation, de manuscrit à beau-livre, se trouve l’éditeur : il intervient sur les manuscrits, les modifie, pour les intégrer à son catalogue de ventes. Nous pouvons donc nous demander en quoi la mise en forme éditoriale du carnet de voyage impacte-t-elle sur le contenu même du carnet de voyage manuscrit, voire aussi sur l’intention première de l’auteur ? En quoi la publication peut-elle modifier le rapport intime de l’auteur à son oeuvre manuscrite ? Quelle est la relation entretenue entre le carnettiste et l’éditeur qui rend publique son oeuvre ? Cette relation éditeur-carnettiste est-elle au centre de décisions éditoriales pouvant impacter l’aspect final de l’ouvrage ? Enfin, le travail éditorial de l’éditeur et la relation qu’il entretient avec le carnettiste permettent-ils d’attribuer le rôle de co-auteur à l’éditeur ?

 


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.