Mémoires de Master 2 MEEF sur le carnet de voyage en classe

Trois professeurs des écoles ont soutenu en mai 2018 leur mémoire de Master MEEF, Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, à l’ESPE d’Aquitaine sur le thème du carnet de voyage comme outil pédagogique pour l’enseignement primaire (cycle 3 : classes de CM1 et CM2).

Développer l’imaginaire géographique et l’écriture à partir d’une pédagogie de projet : un carnet de voyage imaginaire sur Saint-Pierre et Miquelon. Virginie Fouchard – Drake, Mémoire de Master 2 MEEF, ESPE d’Aquitaine, Site de Gironde, juin 2018.

Créer un carnet de voyage en classe est un projet interdisciplinaire ambitieux, qui demande beaucoup de préparation et de temps. Engager les élèves dans un projet, c’est leur donner l’occasion de développer de nombreuses compétences tout en encourageant les prises de décisions et le travail de groupe. Dans le cadre de cette recherche, l’objectif principal est de montrer à quel point une pédagogie de projet peut aider les élèves à s’investir et à s’impliquer dans leurs apprentissages, leur donner du sens, et développer une conscience culturelle et responsable des compétences mises en jeu. L’étude de la réalisation, sur une période de dix semaines, d’un carnet de voyage sur la découverte de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon en classe de CM2, et des outils utilisés, mettent en exergue la richesse d’un tel projet et l’implication des élèves. Ils ont pu apprendre à s’ouvrir sur le monde, découvrir une nouvelle culture, se représenter mentalement un lieu géographique lointain, aller à la rencontre d’insulaires et produire des écrits de travail, d’imagination, de prise de notes et de résumé. La correspondance vidéo, la fabrication d’un passeport, les échanges mail en vue d’un blog ont permis d’ancrer l’imaginaire du voyage outre-Atlantique et d’apporter les éléments d’analyse de cinq contes en vue de l’écriture finale collective d’un conte se déroulant sur l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon. L’expression personnelle est au centre de ce projet pluridisciplinaire amenant à des différents écrits intermédiaires (Bucheton). Ainsi, l’objectif de la réalisation du carnet de voyage a fédéré tous les apprentissages disciplinaires : l’organisation spatiale des îles, l’environnement et la nature, la vie insulaire des habitants, la découverte historique en référence à Jacques Cartier. En histoire des arts, l’historique du carnet de voyage a été aussi étudié.

Carnet de voyage et construction des savoirs. Nathalie Beurel. Mémoire de Master 2 MEEF, ESPE d’Aquitaine, Site de Gironde, juin 2018.

Voyager ouvre des univers plus vastes que le simple déplacement loin de chez soi. Les entrées possibles de la création d’un carnet de voyage (reportage, patrimoine ou de terrain) sont multiples : ethnographique, scientifique, littéraire, poétique, géographique, historique et évidemment artistique (voir la première partie du mémoire). Autant de terrains exploitables avec des élèves, qui couvrent une majorité des disciplines au programme du CM1. Le carnet de voyage permet de proposer des situations pédagogiques et didactiques diverses et variées. Sa variété de typologie et la diversité des thèmes possibles le définissent comme un outil éclectique, adaptable à de nombreux objectifs d’apprentissage, notamment des activités langagières (raisonner, expliciter, décrire et argumenter) dans le cadre d’une pédagogie de projet qui croise arts et sciences : réalisation d’un carnet de voyage scientifique « Au fil de l’eau », prolongement des « classes citadines » de Bordeaux (projet « durable des villes et durable des champs »). La mise en place de situations pédagogiques favorisant la co-construction des savoirs permettent de réinvestir d’autres disciplines comme la géographie, le français, l’histoire, les mathématiques, l’EMC et les arts plastiques. Chaque élève a choisi un rôle de contributeur au carnet de voyage collectif : journaliste, chercheur, aménageur…..Trois carnets ont été réalisés sur le thème de l’eau : un carnet  scientifique, un carnet de sortie scolaire à Cap Sciences et un carnet artistique.

La pédagogie de projet comme source de motivation scolaire. Marline Nayagom – Terrier, Mémoire de Master 2 MEEF, ESPE d’Aquitaine, Site de la Gironde, juin 2018.

Les théories de la motivation (intrinsèque et extrinsèque) s’intéressent au contenu mais surtout au processus. Les sources de la motivation scolaire impliquent de la part de l’élève des perceptions spécifiques de soi : la perception de la valeur qu’il accore à l’activité, la perception qu’il a de sa compétence à accomplir l’activité et la perception de contrôlabilité. Ainsi le choix de s’engager, la persévérance de l’engagement et la performance semble induits par la pédagogie de projet puisque l’élève est acteur de ses apprentissages, selon ‘ »Learning by doing » de John Dewey. Celle-ci leur donne du sens et peut favoriser les intelligences multiples (Howard Gardner) ainsi que le travail de groupe, notamment à travers le projet réalisé en classe de CM1 intitulé « Et toi, comment tu joues au football ? ». Ce projet pluridisciplinaire a fédéré la diversité linguistique, la découverte de pays, l’intérêt pour un sport planétaire et des jeux théâtraux avec les élèves. A partir de l’album « Terre de Foot » (de Romain de La Bouvrie, Thomas de La Bouvrie et Aurélien Abels Eber) publié en 2013, nous avons souhaité réaliser la page manquante sur la France. Afin de prendre du recul sur notre pratique sportive comme reflet culturel, deux classes ont travaillé sur un continent différent afin de préparer une rencontre interclasse: la classe de CE1 sur l’Amérique du Sud et la classe de CM1 sur l’Afrique. Chaque classe a eu pour mission de présenter les manières de pratique le football dans les pays du continent qu’elle représentait et réaliser notamment une vidéo tout en travaillant l’expression corporelle et le théâtre. Billets d’avion, passeports, visas et une carte de chaque continent ont été réalisés afin de favoriser le voyage imaginaire et d’ancrer des notions géographiques (distances, cartographie, climat…). Chaque pays a été fait l’objet d’une carte d’identité alliant football et particularité culturelle et géographique. Lors du défi interclasse de restitution, chaque élève a choisi son rôle : chercheur, photographe, géographe, décorateur, scénariste…Ainsi un élève motivé a des objectifs précis qui le poussent à comprendre l’importance et l’utilité des activités qu’on lui propose. Il se sent capable de les accomplir et en contrôle le déroulement. Il peut alors développer ses capacités de recherche, d’analyse et de résolution de problème, donc réfléchir par lui-même, devenir autonome et prendre confiance en lui.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.