Hybridation et intermédialité

Le carnet de voyage, de l’hybridation iconotextuelle vers la sur-hybridation

Du collage à « l’oeuvre hybride », son iconographie fait référence à « l’art métis » et donne naissance à des formes aux marges du genre « carnet de voyage » qui sont au creuset de l’intermédialité : entre bande-dessinée, album de photographie-reportage et journal intime filmé, entre roman graphique et adaptation animée, qui évoquent pourtant le carnet de voyage. L’intermédialité du genre (hors du support papier) favorise le processus de l’hypertextualité lié à la transposition ou à la reprise d’un genre par un autre. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il un genre intermédiatique ? De cette réflexion découle la définition du genre intermédiatique et des processus à l’œuvre. L’artialité ou l’hybridation en art est-elle à l’origine du processus de l’intermédialité ?

La naissance d’un genre artistique, issu de collages et de collision entre les arts, est la première étape ; ensuite, après la reconnaissance du genre, sa diffusion s’effectuerait au sein des médias dans un phénomène de confusion médiatique. Aussi le carnet de voyage serait-il multimédia, inter-iconique et hybride, puisque « l’album d’images » s’insère dans la narration cinématographique, de l’hypertextualité à la transposition. L’hybridité de l’album « carnet de voyage » a des points communs avec le reportage graphique, le story-board et le livre d’artiste. Le carnet de voyage serait à la fois une « oeuvre mosaïque » et une « œuvre hybride » qui tend vers la combinaison des images médiatiques et des images artistiques. Le carnet de voyage, dans ses développements récents, représenterait la forme d’une « mosaïque numérique », nourrie de l’esthétique de la mondialisation et du métissage artistique, culturel, voire médiatique et de l’intermédialité[1]. Des formes sur-hybridation dont nous donnerons des exemples sont nées : en somme des combinaisons entre bande dessinée, carnet de voyage, l’album de photographie-reportage, « journal filmé », roman graphique, roman d’aventure, adaptation animée.

La combinaison des images médiatiques et des images artistiques de certains carnets de voyage en ligne, blogs ou sites web, s’inspire peut-être de collaboration entre un journaliste, un photo reporter et un dessinateur à l’origine d’albums hybrides comme « Irak, année zéro » d’Arnaud de La Grange, Thomas Goisque et de Bertrand de Miollis ou comme « le photographe » de Guibert, Lefèvre et Mercier, album complété par un DVD-document d’une chargée de mission MSF réalisé pour France 3. Ainsi le carnet de voyage vidéo, intitulé « Pocket Japan » de Kraftfeld[2] rend compte de vingt et un jours au Japon qui mêle images vidéo et extraits d’images d’actualité ou mangas, soit des « incoporations filmiques »[3] selon Nathalie Roelens qui les distingue en quatre types : « cinéma et photographie », « « cinéma et dessin », « cinéma et écriture » et « cinéma et peinture ». Le carnet de voyage vidéo ou en ligne combine les incorporations. Aussi intermédialité, multimédialité et hypermédialité semblent indissociables et ouvrent donc à l’œuvre mosaïque.

L’édition du carnet de voyage, qui a eu ses années de standardisation éditoriale, semblerait suivre le même esprit dans la quête d’une hybridité du genre, sous-tendue par un impact marketing qui tend à diffuser sur tous supports ou sur supports combinés de type « livre-DVD-CD ». Ainsi le genre s’exporte vers d’autres médias et s’élargit à d’autres genres dans une notion d’intermédialité et de métissage des images. L’album comme la bande dessinée interrogent l’intermédialité : l’université d’été du CNBDI ne porte-t-elle pas sur La bande dessinée trans-média,  cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples [4] et La littérature de jeunesse à la scène comme à l’écran[5] ? Une table ronde de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand mène une réflexion similaire sur « Le carnet de voyage multimédia, intermédia et transmédia »[6]. De l’écrit à l’écran, il semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques[7].

Bibliographie :

BABIR Sémir, ROELENS Nathalie, Visible. L’hétérogénéité du visuel : intermédialité visuelle. PULIM, université de Limoges, février 2008, n°3.

BARBOZA Pierre. Internet : la circulation mondiale des images. Dictionnaire mondial de l’image. sous la dir. Laurent Gervereau. Paris : Nouveau monde éditions, 2006, p.552-555.

BARBOZA Pierre, WEISSBERG Jean-Louis. L’image actée : scénarisations numériques, parcours du séminaire « L’action en image ». L’Harmattan, 2006. (Champs visuels)

BELLOUR Raymond. L’entre-images : photo, cinéma, vidéo. Paris : La différence, 1990, 2002. (Les essais)

BELLOUR Raymond. L’entre-images 2 : Mots, images. Paris : POL, 1999.

BRAUN Carol-Ann, GENTES Annie. La question de l’intermédialité dans les oeuvres sur Internet : un héritage fluxien ?. Les Cahiers Louis-Lumière « Territoires audiovisuels, errances, itinérances et frontières », automne, 2005, n°3.

CAUNE Jean. Esthétique de la communication. Paris : PUF, 1997. (Que sais-je ? n° 3259).

CAUNE Jean. La médiation culturelle : une construction du lien social. Les enjeux de la communication, 2000.

COUCHOT Edmond, HILAIRE Norbert. L’art numérique : comment la technologie vient au monde de l’art. Paris : Flammarion, 2003 (Champs).

COUCHOT Edmond. La critique face à l’art numérique : une introduction à la question : séminaire Interarts de Paris de l’université des arts, 1999. Paris : Klincksieck, 2001

DEJASSE Edwin. Des cases très sensibles. La bande dessinée à l’épreuve du réel, coord. Pierre Alban Delannoy. Paris : L’Harmattan, 2007. (CIRCAV, n°19)

FONTANILLE Jacques. Intermédialité : l’affiche dans l’annonce-presse. Visible, PULIM, février 2008. n°3, p. 108-109.

FROGER Marion, MULLER Jürgen Ernst. Intermédialité et socialité : histoire et géographie d’un concept. Münster : Nodus, 2007.

GROENSTEEN Thierry. Un objet culturel non identifié. Paris : Editions de l’An 2, 2006 (Essais).

HIGGINS, Dick. Intermédia (écrit en 1965). Fluxus dixit : une anthologie. Textes réunis par Nicolas Feuillie. Paris : Presses du réel, 2002.

HIGGINS Dick. Something Else Press Newsletter. New York, February, 1996, n°1.

JEANNERET Yves. La page à l’écran, entre filiations et filières. L’hétérogénéité du visuel, volume 3 : Intermédialité visuelle, dir. Sémir Badir, Nathalie Roelens. Limoges : PULIM, 2008. p. 154.

LANCIEN Thierry, DELAVAUD Gilles (Préf.). Dossier : D’un média …l’autre. Médiamorphoses, avril 2006, n°16.

LANCIEN Thierry. D’un média l’autre. Généalogie et identité des médias. Médiamorphoses, INA, A. Colin, avril 2006, n°16.

MATTELARD Tristan (Dir.). Médias, migrations et cultures transnationales. Paris : INA De Boeck, 2007. (Médias-recherches)

MULLER Jürgen Ersnt. Vers l’intermédialité : histoire, positions et options d’un axe de pertinence. Médiamorphoses, « D’un média…l’autre », n°16, janvier 2006.

MULLER Jürgen E. L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision. Cinémas, vol.10, n°2-3, 2000, p. 105 –134.

SCHUITEN François, PEETERS Benoît. L’aventure des images. De la bande dessinée au multimédia. Paris : Autrement, 1996.

Les promesses de l’hybridation numérique, X, l’œuvre en procès. Paris : Publications de la Sorbonne, 1996.


[1] Recherches menées par Jürgen Ernst Müller dans le cadre du centre de recherche sur l’intermédialité de Montréal, CRI  : http://cri.histart.umontreal.ca/cri/

Voir les recherches menées par Thierry Lancien, Professeur en SIC à l’université de Bordeaux III (GRESIC-MICA) http://gresic.u-bordeaux3.fr/index.htm

[3]     Incorporations filmiques. Nathalie Roelens. In L’hétérogénéité du visuel, volume 3 : Intermédialité visuelle, dir. Sémir Badir, Nathalie Roelens, PULIM, 2008, p. 71-87.

[4]  Du 5 au 7 juillet 2010 à Angoulême : http://www.citebd.org/spip.php?article1399

[5]  Du 30 juin au 1 juillet 2010 à Charleville-Mézières :  http://univ2010.wordpress.com/about/

[6]  Du 19 au 21 novembre 2010 :   http://www.biennale-carnetdevoyage.com/

[7] De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Jacques Migozzi (Dir.). Limoges : PULIM, 2000 (littératures en marge). Actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise.

 


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Hybridation et intermédialité »

  1. Ping : Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité | Cinémadoc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *