Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire

La semaine du développement local consacrée aux « territoires et à leur connaissance : quels acteurs, techniques et outils ? » s’est déroulée du 15 au 19 janvier 2018; elle a permis aux étudiants de l’IUT Bordeaux – Montaigne d’exposer leurs carnets d’enquête de terrain sur la ligne C du tram de la ville de Bordeaux. Le carnet d’enquête est en effet un outil pour une connaissance sensible d’un territoire. Afin de rendre complémentaires les disciplines de Géographie sociale et de Littérature, Jean-Luc Richelle et Emilie Fort-Ortet ont lancé l’expérience « carnet d’enquête » avec une trentaine d’étudiants de deuxième année en animation sociale et socio-culturelle de la filière ASSC « Développement local et interculturel ». Dans le cadre de cette spécialisation, ils apprennent à réaliser une enquête de terrain afin d’identifier « les ressources spatiales et sociales d’un territoire, observer et analyser les actions et acteurs porteurs de dynamique sociale », comme le définit Jean-Luc Richelle. Les quartiers des arrêts de la ligne du Tram C ont été définis comme terrains d’enquête. Et, après plusieurs semaines d’enquête in situ, les étudiants ont remis leur carnet et en ont fait une présentation orale. Une pédagogie de l’émancipation est prônée à partir de la démarche des carnets d’enquête d’Emile Zola qui reposent sur trois aspects : la sensorialité (ce que l’on voit du terrain), l’observation (ce que l’on sait et apprend du terrain) et la réciprocité art et enquête (indices collectés et rendus en arts graphiques). Sous la responsabilité de l’enseignante Chantal Crenn, certains ont aussi réalisé un « diagnostiK ethnophotographiK » sensible sur la cité du Dorat.

http://www.iut.u-bordeaux-montaigne.fr/2013/01/15/semaine-du-developpement-local-a-lire-a-voir/

Voir les articles publiés sur ce projet universitaire : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/51887

  • Dépasser les empêchements . Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°236, février 2018, ICEM Pédagogie Freinet.
  • Accompagner l’auto-émancipation en formation universitaire. Jean-Luc Richelle, Emilie Fort-Ortet. Le Nouvel Educateur, n°233, juin 2017, ICEM Pédagogie Freinet.

Mon intervention intitulée Carnet de terrain et carnet ethnographique : approche sensible et construction du territoire a tenté d’expliciter l’intérêt du carnet d’apprentissage pour l’étudiant et celui du carnet de recherche pour le chercheur. Dans la lignée de l’ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien de Remi Hess (Anthropos, 1998), le carnet est un outil de démarche ethnographique pour les sciences humaines et sociales. Le carnet rend compte aussi du terrain, en vue de reporter des faits et d’en témoigner, d’expériences et de rencontres. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ.  Le carnet d’apprentissage, du carnet de recherche ou de terrain, est un document primaire de données brutes qu’il soit carnet ethnographique, carnet sociologique ou carnet de géographie.

La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie (La description ethnographique. François Laplantine). L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie publié en 1947. Dès 1934, dans ses carnets de récoltes, Théodore Monod transcrit sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue touareg. Toute pratique, qui manifeste une identité collective, est susceptible d’être étudiée par l’ethnologue. Dès 1989, Marc Augé avec son étude du marché de l’immobilier de luxe, brouille les frontières entre ethnologie et sociologie afin de lancer une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien » qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994. L’artiste carnettiste Elsie Herberstein l’applique dans son carnet intitulé Viens chez moi, j’habite dehors publié en 1994.

         Depuis 2005, Les Carnettistes Tribulants lancent le carnet de reportage-interview, d’approche sociologique, à travers deux carnets : Vivre vieux : carnets de rencontres et Paysannes : carnet de rencontres avec des femmes engagées. Dans le premier carnet, le collectif a abordé sans tabou la question de la vieillesse à contre-courant du discours dominant. Après avoir partagé la vie quotidienne de retraité(e)s, ils recueillent en mots et en images leur art de vieillir : leurs activités, leurs lieux de vie et leurs passions. Damien Roudeau croque la vie de 140 travailleurs du port de Brest dans Brest à quai : carnet de bord des travailleurs du port de Nicolas Le Roy.

Plan de l’intervention :

  1. Des carnets de terrain, ethnographique et sociologique : démarches ethnographique , heuristique et de recherche
  2. L’approche sensible : arts graphique (photo, dessin) et sens, cartographie sensible et géographie subjective.
  3. La construction du territoire et la prise en compte des habitants : de la géographie sociale, « géographie – cartographie sensible »
  4. Une typologie de carnets / développement local (projet urbain, tourisme, environnement, interculturalités…)

Le Centre des Ressources de l’IUT a proposé de réaliser l’acquisition de la vingtaine de carnets proposée comme corpus : voir la table de présentation à la fin de l’intervention que les étudiants ont beaucoup appréciée, si curieux de les feuilleter !


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.