Anthropologie du carnet, de l’esquisse et de l’image : projets de recherche

  • Séminaire de recherche 2015-2016 de l’EHESS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : L’anthropologie comparée de l’esquisse au musée du Quai Branly à Paris, organisé par Yolande Escande, Denis Vidal et Jean-Marie Schaeffer.
    « L’étude des dessins et des esquisses a été menée le plus souvent dans un cadre occidental, intéressant en pririté les historiens de l’art, de l’architecture ou le domaine esthétique. Nous entendons, d’une part, ouvrir largement l’enquête, en examinant le rôle et le sens que prennent dessins, plans et ébauches dans différentes cultures et civilisations et comment is circulent entre ses dernières. Mais nous voudrions aussi commencer à fonder une anthropologie comparée de l’esquisse selon les domaines et les contextes où on en étudie le sens et la pratique. On s’intéressera ainsi, aussi bien, aux formes graphiques de l’esquisse (tracés, brouillons, plans, dessins, schémas,etc…) qu’à toutes les autres modalités que cette dernière peut prendre (maquettes, prototypes, ébauches, gabarits, animations, simulations, etc.) et dont l’étude est souvent restée confinée, jusqu’alors, à des cercles très spécialisés. »
    http://labexcap.fr/seminaire/anthropologie-comparee-de-lesquisse/
  • Exposition intitulée Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, explorations (1800-1960) du 13 avril au 19 septembre 2016 – Hôtel de Soubise site de Paris, Archives nationales.
    « Cette exposition entend lever le voile sur cet « envers du décor » des voyages scientifiques ou documentaires montés depuis la France entre 1800 et 1960. Elle s’organise autour des trois temps du voyage : sa préparation, son déroulement et finalement ses retombées scientifiques, politiques ou médiatiques. »
    http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/web/guest/des-voyageurs-a-l-epreuve-du-terrain
  • Journée d’étude Je : « sur le vif » photographie et anthropologie 1900- 1950 à l’INHA, Institut national d’histoire de l’art, le 8 avril 2016.
    Cette journée d’étude souhaite engager une réflexion historique sur ce sujet, en envisageant les pratiques et les méthodes de terrain en anthropologie dans la première moitié du XXe siècle.
    http://arip.hypotheses.org/1502
  • Revue française des méthodes visuelles lancée par la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine – université Bordeaux Montaigne :

« L’ambition de la revue est d’offrir un espace de dialogue transdisciplinaire aux sciences humaines et sociales et, ainsi, de construire progressivement une vision d’ensemble de ces méthodes. Les chercheurs sont de plus en plus nombreux à mobiliser l’image (fixe ou animée), ou d’autres méthodes alternatives à l’écrit, dans leurs pratiques professionnelles : les sciences de l’homme, comme toutes les sciences, ne sont pas seulement travaillées ou écrites avec des mots. Il s’agit désormais de se tourner vers ces pratiques pour tenter d’en comprendre les apports réels et d’enrichir la recherche et l’enseignement universitaires ».
https://revuefrancaisedesmethodesvisuelles.wordpress.com/ecrire-dans-la-revue/

  • Une sélection bibliographique :

Penser l’image, volume 3 Comment lire les images ?. Emmanuel Alloa, Presses du réel, à paraître en 2016.
Penser l’image, volume 2 Anthropologies du visuel. édition Emmanuel Alloa, textes d’Emmanuel Alloa, Vilém Flusser, Hans Jonas et al. Presses du réel, 2015.
L’expérience esthétique. Jean-Marie Schaeffer. Gallimard, 2015.
Image et vérité : essais sur les dimensions iconiques de la connaissance. Jean-François Bordron. Presses universitaires de Liège, 2014.
Images & dispositifs de visualisation scientifiques : la démonstration scientifique et l’image : approches sémiotiques, numéro préparé par Vivien Lloveria, Shima Shirkhodaei et Anne Beyaert-Geslin, Visible, n°11, PULIM, 2014.
L’image dans le texte scientifique. textes réunis par David Banks. L’Harmattan, 2013.
L’image dans les sciences sociales. avant-propos Fabio La Rocca, Amal Bou Hachem. De Boeck, 2007. Sociétés, n° 95.
Pour une anthropologie des images. Hans Belting, traduit de l’allemand par Jean Torrent. Gallimard, 2004.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *