Carnet de voyage d’architecte

Les carnets d’architecte offrent une large palette créative, du carnet d’esquisse sur le terrain croqué sur le vif à l’ouvrage de recherche finalisé en vue d’une publication, du document primaire au document secondaire. Parmi les nouveautés culturelles, deux exemples retiennent mon attention  :

  • L’ouvrage Au coeur du Laos de Slovia Roginski édité par Elytis est un véritable carnet d’architecte en voyage. Entre carnet de recherche et carnet de voyage, il nous permet de partir découvrir les villages reculés de l’Asie du Sud- Est, du Laos, de Thaïlande, en Malaisie et au Cambodge au plus près de la vie quotidienne de peuples et de l’habitat traditionnel. L’ouvrage a une organisation thématique qui fait plus penser à un ouvrage de recherche illustré (beau livre grand format d’aquarelles et de photographies) qu’à un carnet au fil du périple  : l’organisation villageoise, la maison et sa structure (dont la protection contre l’humidité), les éléments influents, l’environnement, les rites et les croyances, les techniques de constructions (architecture démontable). Une sélection de cinq maisons de cinq tribus différentes montrent les variations qu’ils existent entre les ethnies. L’ouvrage s’achève par une comparaison avec la Thaïlande et la Malaisie. Slovia Roginski, architecte d’intérieur, offre un travail d’étude fouillé de recherches au fil d’un périple de six mois. Cette analyse sur le terrain semble le prolongement de son mémoire de fin d’études à l’Ecole Boulle en 2013. A travers cet ouvrage la carnettiste montre autant ses compétences de chercheur que d’artiste aquarelliste de grand talent.

http://sloviaroginski.com/WordPress3/?p=3710

  • L’exposition Chandigarh, 50 ans après Le Corbusier qui a lieu jusqu’au 29 février 2016 à la Cité de l’architecture du Palais Chaillot à Paris propose de découvrir quelques extraits des soixante carnets ou sketchbooks de Le Corbusier datés de 1950 à 1965 dont trente-cinq ont été réalisés en Inde : l’album Simla rédigé du 23 février au 8 mars 1951 est essentiel pour la compréhension de la genèse du projet de la ville de Chandigarh.  D’après la notice muséale, ces carnets « sont autant d’aide-mémoire, des mémentos d’observation des usages indiens que de supports pour les dessins de conceptions qu’il s’agisse d’architecture, de peinture ou de sculpture ».
    http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25966-chandigarh_50_ans_apres_le_corbusier.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.