Publication de l’ouvrage “Carnet de voyage sans frontières”

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.