Passages entre art, médias d’information et industries culturelles

Communication intitulée « Du reportage graphique au carnet de société, passages et ambiguïtés entre art, médias d’information et industries culturelles ». Pascale Argod. Colloque international Les devenirs artistiques de l’information organisé par l’université de Paris, les 9, 10 et 11 juin 2015.
https://devenirsartistiquesinformation.wordpress.com/

La définition du reportage, du témoignage et la notion même d’information déterminent ce que nous entendons par « reportage graphique » pour pouvoir envisager le traitement de l’information. Blaise Cendrars voit l’art du reportage comme un art avant tout littéraire à rapprocher de la poésie et du roman : « Un reporter n’est pas un simple chasseur d’images, il doit savoir capter les vues de l’esprit ». A la différence du journaliste, le dessinateur transmet le ressenti et l’ambiance ou l’atmosphère. La notion de témoignage à travers le croquis oscille entre plusieurs regards celui du journaliste ou de l’ethnologue tout en reflétant l’émotion de l’artiste par le trait du crayon ou par la touche du pinceau. L’enjeu documentaire ne serait pas en effet de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif. La critique sociale est primordiale dans le reportage illustré qui raconte une histoire en images, spécifique au métier d’illustrateur. Le reportage dessiné trouve sa voie dès 1999 sous le trait d’Eric Corbérian ou d’Etienne Davodeau puis à partir de 2001, de François Saint-Remy sur la fermeture de l’usine Levi’s et de Denis Lecat sur le centre de Sangatte. Les reportages graphiques comme ceux de Troub’s sur les derniers bouilleurs de cru, de Michaël Mattys sur les usines sidérurgiques de Charleroi, de Damien Roudeau sur une grève, de Fabrice Bloch sur la marche de mineurs vers Bucarest (Les gueules noires de Roumanie). Ainsi, les trois atouts de « la pensée visuelle » semblent transférables au carnet de reportage, c’est à dire la critique sociale, le reportage illustré et le récit. Sa filiation semble en effet clairement lisible depuis le reportage illustré des années 1950 et 1960 avec les essais picturaux de Paul Hogarth, Robert Weaver et Robert Andrew Parker qui inaugurent la voie au journalisme visuel ou à l‘illustration journalistique du dessinateur-reporter. C’est l’esprit de la Revue XXI et de la Revue dessinée mais surtout des carnettistes exposant au Rendez-vous du carnet de voyage tiraillés entre art, journalisme et production éditoriale, trois dispositifs parfois contradictoires qui ont leurs caractéristiques propres mais qui tissent la portée sémiologique, sociologique et médiatique du reportage graphique. Les carnets de reportage numériques proposent de nouvelles formes d’écritures, entre art et information, qui insèrent le reportage dessiné et les arts graphiques, parfois dans un dispositif transmédia qui ouvre de nouveaux territoires et pratiques médiatiques pour l’artiste, le journaliste et le sociologue. A partir d’exemples de carnets ouvrages et numériques nous étudierons les caractéristiques de cette « pensée visuelle » ou de «média-art».


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *