De la nature au coeur du carnet de voyage, une médiation patrimoniale sensible

La demi-journée professionnelle lors de la manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde au Marché des Douves donne la parole à Stefano FARAVELLI, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. Il témoigne de « L’atelier in situ » au coeur de la forêt « mystère », cachée ou sanctuaire. (http://www.stefanofaravelli.it/ ou https://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/repertoire/stefano-faravelli/).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée professionnelle propose aux collègues d’imaginer un projet culturel qui facilite une collaboration entre bibliothèque et établissement scolaire. Quelques activités sont à inventer pour lancer une esquisse de fiche projet qui valorise la pluridisciplinarité ou le croisement « arts et sciences ». A partir de la problématique proposée ci-dessous (onze thèmes) autour d’une question de développement durable, des idées de projets d’éducation au développement durable émergent et prennent appui sur l’ouvrage Madagascar, une stupeur verte : carnet d’un voyage en forêt équatoriale de Stéfano Faravelli et sont complétées par d’autres ressources complémentaires (audiovisuelles, numériques, romans, essais, B.D., jeux, ciné…). Les objectifs sont d’ouvrir sur les enjeux de EDD à Madagascar  (biodiversité  / faune et flore…), de cibler les défis du commerce équitable, de lancer des pistes de médiations « arts et sciences » sur le patrimoine naturel malgache, de travailler la coopération Nord – Sud, puis de découvrir des écosystèmes et biotopes « exotiques » et précieux pour le patrimoine de l’humanité.

A partir de  l’EAC, éducation artistique et culturelle, tout projet peut faire référence à des artistes peintres renommés mais aussi aux grands écrivains de la forêt tels que :

  • Rudyard Kipling (1865-1936) a vécu pendant plus de six ans en Inde, d’où est puisée l’inspiration de la majorité de ses nouvelles : en deux volumes en 1894, Le Livre de la jungle et Le Second Livre de la jungle
  • Henry David Thoreau (1817-1862) Walden ou la vie dans les bois qui se pense pour Thoreau comme la « leçon [qu’il] est concevable, et même essentiel, que tous les hommes parviennent à leur pleine dignité d’êtres humains sans se couper de leurs racines naturelles, ni oublier leur place naturelle sur la terre »
  • Jack London (1876-1916) Avant Adam, publié en 1907, quatre ans avant La Guerre du feu

Deux artistes peintres qui ont deux visions différentes de la nature tropicale : Douanier Rousseau (1844-1910) et son imaginaire de la forêt, Paul Gauguin (1848-1903) et son voyage in situ. De plus, le peintre africaniste Elisabeth Faure (1906 – 1964) séjourne à Madagascar de 1951 à 1953 et le peintre – illustrateur Louis Tinayre, fait en 1898 la traversée de la forêt Anamalazotra en vue d’une publication de la revue Le Monde Illustré.

Ci-dessous la liste des onze problématiques proposées sur la biodiversité malgache :

Projet n°1 – La biogéographie de la forêt tropicale: fragilité des écosystèmes, étagement de la végétation selon l’altitude et changement climatique

Projet n°2 – L’écosystème de la forêt tropicale : changement climatique, déforestation et pression anthropique

Projet n°3 – De la canopée à la strate arbustive: préserver la biodiversité (faune / flore) pour lutter contre le changement climatique, compétition et adaptation

Projet n°4 – Les plantes médicinales : la préservation de la biodiversité au service de l’homme, la déforestation, pression anthropique

Projet n°5 – Les cultures d’exportation : matières premières, mondialisation et biodiversité

Projet n°6 – Les épices et la diversité culinaire : mondialisation, production durable et commerce équitable

Projet n°7 – Les fruits et les cultures vivrières : économie et commerce équitables, mondialisation, diversité alimentaire à tout prix (empreinte carbone)

Projet n°8 – Sur les pas de Charles Darwin (1809-1882) à l’origine des espèces : biodiversité, théorie de l’évolution, la place de l’homme dans ce processus

Projet n°9 – Evolution du travail de chercheur naturaliste (depuis Philibert Commerson) à l’approche systémique de l’équipe pluridisciplinaire lors d’une expédition

Projet n°10 – Les représentations de l’homme sauvage de Mowgli à Tarzan / De l’homme civilisé vers la quête de la nature sauvage (Robinson)

Projet n°11 – Minorités et diversité culturelles, transmission et médiation : dialogue avec la nature et les premières civilisations, respect de l’environnement

Le pré-requis commun à tous les projets concerne une sensibilisation à la biodiversité  qui nécessite de revenir sur des notions comme l’interdépendance des écosystèmes, le schéma du cycle du carbone, l’équilibre écologique en péril ou encore la réserve de biosphère de forêt tropicale humide. Les ressources de CANOPE – ministère de l’éducation nationale, du Muséum national d’histoire naturelle, d’associations comme  l’IFREE ou ALTERRE permettent de les approfondir (voir la sitographie jointe).

Bibliographie Biodiversité et carnets de voyage naturaliste

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet naturaliste, outil pour l’EDD et la biodiversité

Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation

Les voyages naturalistes favorisent une prise de conscience écologique sur la nécessaire biodiversité et sur l’interdépendance des écosystèmes. La biodiversité concerne « l’ensemble des êtres vivants, de leur matériel génétique, et des complexes écologiques dont ils font partie » (Lévêque 1997). Diversité génétique, diversité des organismes et diversité des écosystèmes sont autant de composantes de la biodiversité.

Le dessin naturaliste est utilisé comme moyen d’explication de la démarche de préservation du paysage et de la nature, des gestes de protection de l’environnement. Il s’agit d’explorer les démarches scientifique et artistique à partir de l’observation in situ et de la pratique des arts graphiques. Le carnet naturaliste qui concilie « arts et sciences » est à l’origine du genre « carnet de voyage ». De plus, l’aquarelle est la technique picturale de plein air, héritée des excursionnistes dans les Alpes des 18e et 19e siècles, qui favorise l’observation de la nature et son inventaire.

La démarche naturaliste consiste en la collecte, d’inventaire et la préservation. Les pratiques d’inventaires qui reposent sur l’observation in situ. Il s’agit d’identifier la présence et l’abondance d’espèces sur un territoire et de faire remonter du terrain des données précisant le nom de l’espèce, la date et le lieu d’observation ainsi que le nom de l’observateur. Ces éléments sont consignés sur divers supports comme des carnets de notes, des fichiers informatiques, des tableurs.

Des ateliers « carnet de voyage » destinés aux visiteurs et organisés par des illustrateurs en musées ou dans les parcs naturels ont un franc succès car ils offrent une approche sensible du patrimoine ou du paysage. Les arts s’imprègnent de la nature pour apporter toute la sensibilité au carnet de voyage qui doit parler aux sens : vue, odorat, goût et toucher. Des actions sont menées à partir des spécimens naturalisés, des planches d’herbiers et des objets ethnographiques afin de créer des carnets d’exploration ou de voyage d’expédition scientifique. De plus, le carnettiste naturaliste utilise son art du dessin dans quatre domaines :

  1. La réalisation de planche naturaliste : dessin d’observation précis, détaillé, conforme à la demande du muséum
  2. Le reportage d’expédition scientifique : garder une mémoire de l’équipe, du travail sur place et médiatiser les objectifs de l’expédition
  3. Le relevé sur place in situ : croquis sur le vif, dessin de relevé de la faune en mouvement et dessin de la flore (mise en évidence par rapport au cadre naturel et aux autres plantes)
  4. L’étude du geste : pour l’archéologue, il s’agit d’ imaginer la genèse d’une œuvre dessinée sur les parois d’une caverne.

 

Stefano Faravelli, Grand Prix du Rendez-vous du carnet de voyage 2017

Madagascar, stupeur verte. Carnet d’un voyage en forêt équatoriale. Stefano Faravelli. Elytis éditions, 2017.

Carte mentale ou heuristique « Le carnet (de voyage) naturaliste pour éduquer à la biodiversité et à l’EDD, Education au développement durable » (P. Argod) https://www.mindomo.com/fr/mindmap/a6b948c4566b40368e4b78d4b2838504

Demi-journée professionnelle « Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation », manifestation Carnet de voyage, une écriture du monde à Bordeaux, le 1er décembre 2017.

https://lettresdumonde33.com/apres-midi-professionnelle/

Article en anglais : Du carnet naturaliste au carnet de voyage – patrimoine : une approche sensible de l’environnement par l’art, les sens et les émotions. Tvergastein, Interdiscilpinary journal of environnement, n°8, Université d’Oslo, 2016.

https://issuu.com/tvergasteinjournal/docs/tvergastein8-web

Education à l’environnement et carnets de voyage, Fiche thématique IFREE, n°29, 2008. http://www.ifree.asso.fr/images/publications/fichethematiques/pdf/fiche-29.pdf

Pistes bibliographiques

Histoire de l’illustration naturaliste

BERTRAND Bernard, L’herbier oublié : secrets de plantes retrouvés, Toulouse, Editions Plume de carotte, 2003.

JEANGUYOT Michèle, SEGUIER-GUIS Martine , L’herbier voyageur : histoire des fruits, légumes et épices du monde, Toulouse, Editions Plume de carotte, 2004.

HAEVERMANS Agathe et Thomas, L’herbier globe-trotter : 100 plantes extraordinaires du monde et le carnet botanique, Hachette Pratique, 2015.

PINAULT Madeleine, Le livre de botanique : XVIIe et XVIIIe siècles, BNF, 2009.

PINAULT Madeleine, Le peintre et l’histoire naturelle, Flammarion, 1990.

RICE Tony, Voyages : trois siècles d’explorations naturaliste, ed. Michel Larrieu. Delachaux et Niestlé, 2014.

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, explorations 1800-1960, Archives nationales, 2016.

Création d’un carnet naturaliste ou d’un herbier

CHEVALLIER Jean, Petites leçons de dessin animalier. Une approche du terrain, Delachaux et Niestlé, 2013.

FLETCHER Adelene, Fleurs à l’aquarelle de A à Z., Fleuris, 2015.

RAVET-HAEVERMANS, Le dessin naturaliste, Dessain Et Tolra, 2017.

HAEVERMANS Agathe, Le dessin naturaliste en bord de mer, Dessain et Tolra, 2012

HAEVERMANS Agathe, Le dessin botanique, Dessain et Tolra, 2017.

HAEVERMANS Agathe, Dessiner les plantes et les fleurs, Larousse, 2012.

KUO Julia, WOJTECH Michael, La nature au bout du crayon : observer et croquer la nature, Mango, 2017.

MACKENZIZ Leean, L’art de la récup’jardin,  Mango Pratique, 2000.MORTIMER Ann, Orchidées à l’aquarelle, Dessain et Tolra, 2015.

CARON Ghislain, Carnet d’observations, ADP, avril 2007.

POUYET Marc, Artistes de nature : pratiquer le land art des saisons, Plume de Carotte, 2006.

SELLIGMAN Patricia, Le carnet nature de l’aquarelliste : les secrets de la peinture florale dévoilés par les plus grands artistes, Fleurus, 2005.

UDO Nils, De l’art avec la nature. Wienand et L’art dans la nature, Flammarion, 2002.

Carnets de voyage sur la nature exotique

BOULLAIRE Jacques, Tahiti : carnet de croquis, sketchbook, volume 2, Le Motu, 2006.

BOULLAIRE Jacques, Carnet de croquis, Les éditions du Pacifique. Singapour, 1992.

CHATELAIN Cyrille, Graines nomades, Equinoxe, 2007. (Regards et mémoires).

HAINARD Robert, Le monde sauvage de Robert Hainard, Louvain-la-Neuve : Duculot, 1988.

MAIRE Béatrice, Métamorphoses : le monde fascinant des insectes, BNF, France-Loisirs, 2005 (Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France).

MARION Pascale, SIERPINSKI Jacques, Madère, le jardin de l’Atlantique, Imagynayres, 2004

MONOD Théodore, BEL José-Marie, Botanique au pays de l’encens : périple au Yémen, Maisonneuve et Larose, Solibel, 1996.

VOLOT René, Carnets d’un naturaliste en 2 CV, Le Coudray-Macouard, Cheminements, 2006.

Carnets de voyage sur l’Amazonie

ALIBERT Eric, Couleurs du Vénézuela : des Caraïbes à l’Orénoque, Somogy, 2007.

BARAN Claudie, Carnet d‘Amazonie, Arthaud, 2004.

CARELLI Mario, A la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence,  Gallimard-Jeunesse, 1992 (Découvertes Gallimard albums).

CLEMENT Frédéric, Museum : petite collection d’ailes et d’âmes trouvées sur l’Amazone, Ipomée – Albin Michel, 1999.

JEAUFFRE Jean-Christophe, BEZ Michel, L’expédition Jules verne à bord du trois mâts Belem : esquisses d’un voyage Amazonie – Martinique – Açores : une aventure cinématographique et scientifique, Equinoxe, 2002 (Carnets d’ailleurs).

CARELLI Mario, À la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence, Gallimard, 1992.

Carnets de voyage en Afrique équatoriale

ALIBERT, Carnet de voyage dans le Caprivi :Namibie, de l’Okavango aux chutes Victoria, Genève : Slatkine, 2006.

ASCH Florinne, BEARD Peter, Mes carnets de safari, Flammarion, 2001 (Beaux livres).

BARDEY Solenn, HUREAU Simon. Rouge Himba : carnet d’amitié avec les éleveurs nomades de Namibie. préface de Nicolas Hulot. La Boîet à Bulles, 2017

BEARD Peter, Carnets africains : exposition 1996 – 1997 à Paris, Photo Poche, 1998.

BEARD Peter, La fin du monde, Chêne, 1990.

BROQUET Virginie, BOHRINGER Richard. Carnet du Sénégal. Arthaud, 2007

CLAVREUL Denis, Magie d’Afrique, Gallimard, 2001.

CLAVREUL Denis, Carnet de Tanzanie, Gallimard, 1996 (Carnets du littoral).

DAN A, Des gorilles et des hommes : carnet de voyage naturaliste au Congo Brazzaville, La Boîte à Bulles, 2015.

D’ ELBEE François, Priscilla, Carnets de brousse : au cœur du Busanga, La Martinière, 1998.

DONALDSON Kim, Africa : carnets d’artiste, Pré-aux-clercs, 2001.

FARAVELLI Stefano, Mali secret, Gallimard, 2005.

GIROUD Franck, LE CORRE Yvon(ill.), VICOMTE Laurent (ill.), Madagascar, ma terre oubliée, Glénat, 2001.

HAINARD Robert, Croquis d’Afrique, Saint-Claude-de-Diray : Hesse, 1989.

JOHNSTON Alan, Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston. Nouveaux loisirs, 2000.

JOLIVOT Nicolas. Aux sources du Nil : carnets de voyages en Ouganda et en Ethiopie. Elytis Editions, 2017

KREBS Laurie, Ma journée dans la savane : un voyage de Tanzanie, Hatier, 2005.

LA BALEINE BLANCHE, Chroniques tropicales : le carnet naturaliste des enfants de la Baleine blanche. Nantes : la Baleine blanche, 2003

LAMAZOU Titouan, Kin : Titouan Lamazou à la rencontre de Kinshasa, Nouveaux Loisirs, 2001

LAMAZOU Titouan, Ténèbres au paradis : Africaines des Grands lacs, Gallimard, 2011

LESAGE Marion, TAWA Kouam. Sais-tu où va le soleil ? : traces d’Afrique, La Martinière, 2008.

MAHUZIER Philippe, Les Mahuzier en Afrique, Triomphe, 2001 (La famille du tour du monde).

OGANESOFF Nadège, Animaux d’Afrique : les voyages graphiques de N. Oganesoff. Sépia, 2006.

PHILIBERT Christophe, Lumière de Guinée : carnets de voyage, Conakry : Ganndal ; Edicef, 1999.

PERROTIN Benoit, Quiçama : Angola, Hesse, 2006.

PEYTERMANN Lucie, Anibaara ! Carnet de voyage au Burkina Faso et au Mali, Atlantica, 2002.

SEIGNOBOS Christian, Des mondes oubliés : carnets d’Afrique, Parenthèses, IRD, 2017.

WATSON Annick, RICHARD Madeleine, Baobab, imbondeiro, mbondo, Cacimbo, 2005.

Albums de jeunesse

CLOUX Patrick, CINQUIN Fabienne, Rond comme un caillou en bois, Atelier du poisson soluble, 2007.

SIS Petr, L’arbre de la vie ou la vie de Charles Darwin : naturaliste, géologue et penseur, Grasset jeunesse, 2004.

TRACQUI Valérie, Mon carnet de terrain.. Milan jeunesse, 2002.

A bord de la Fleur de Lampaul. SOS planète eau. Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, 2004.

Chroniques tropicales : le carnet naturaliste des enfants de la Baleine blanche. La Baleine blanche, 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Carnets de terrain : de la recherche in situ

Des mondes oubliés : carnets d’Afrique. Christian Seignobos. Parenthèses, IRD, 2017.
En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte.

https://www.editionsparentheses.com/IMG/pdf/p315_mondes_oublies_extraits.pdf

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, exploration (1800 – 1960), exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 – Hôtel de Soubise site de Paris. Catalogue de l’exposition sous la direction de Pascal Riviale, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2016, 197 p.

Cette exposition entend lever le voile sur cet « envers du décor » des voyages scientifiques ou documentaires montés depuis la France entre 1800 et 1960. Elle s’organise autour des trois temps du voyage : sa préparation, son déroulement et finalement ses retombées scientifiques, politiques ou médiatiques. L’exposition est l’occasion de présenter au public des fonds des Archives nationales peu connus, voire totalement inédits, provenant de diverses administrations ou déposés par des particuliers : ministère de la Marine, service des missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique, Muséum national d’Histoire naturelle et autres organismes scientifiques, musées nationaux, Maison de France, etc. Elle bénéficie en outre de prêts de quelques grandes institutions comme le musée du quai Branly, le Muséum national d’Histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers et la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, René-Ginouvès, à Nanterre).

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/11361/Dossier+de+presse_exposition_DES+VOYAGEURS_bd.pdf/22d51b83-2b6f-4438-8ea8-168f0023ca3c

Ateliers pédagogiques :

Carnets de voyages, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine
La visite de l’exposition permet au jeune public d’appréhender les grandes thématiques du voyage d’exploration  : sa préparation, son déroulé et sa restitution sous forme de lettres, carnets ou mémoires. En salle d’atelier, les élèves sont invités, à partir d’une sélection de documents choisis, à rédiger un carnet de voyage sous le mode autobiographique.

Dans l’atelier du cartographe, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine.
L’observation et l’analyse du corpus de cartes exposé permettent aux élèves d’appréhender les procédés techniques et les fondements de l’élaboration des cartes depuis le XVIIIe siècle. Géographes de cabinet, ils réalisent ensuite une carte selon ces techniques anciennes.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil formatif à la créativité et à l’esprit critique

Colloque international Education à la mobilité, les 23-24 novembre 2017 à l’ESPE de Caen, Université de Caen Normandie, organisé par Magali Jeannin, Anne-Laure Le Guern, Elisabeth Schneider

Communication intitulée « Formation à la créativité et à l’esprit critique à travers la confrontation à l’altérité : le carnet de voyage, outil d’évaluation de la mobilité » (P. Argod)

La valeur de la mobilité décline plusieurs savoir-être comme l’adaptation, la socialisation et l’émancipation qui participent des acquis expérientiels. Or, l’évaluation des compétences interculturelles qui se forgent à travers la confrontation à l’altérité serait caractérisée. La créativité et l’esprit critique sont les axes formatifs de la mobilité qui participent de la construction de soi. Nous souhaiterions les définir en fonction de deux pratiques du carnet de voyage, la pratique artistique et la pratique médiatique, mais aussi en fonction des trois étapes du voyage[1], avant de partir « le voyage rêvé », pendant le déplacement « le voyage vécu » et après le séjour, « le voyage recréé ». Quel temps serait le plus favorable au processus de créativité, à la formation à l’esprit critique et à la construction de soi ? Les deux pratiques de carnet de voyage déterminent deux profils de carnettistes : les artistes carnettistes et les réalisateurs carnettistes. En quoi diffèrent-ils dans leur acquis expérientiels ? Pour chacun des deux profils, en quoi le voyage favorise-t-il la créativité, l’esprit critique et la construction de soi ? A partir des entretiens d’une dizaine de carnettistes (professionnels) exposants lors de la manifestation bordelaise Carnet de voyage, une écriture du monde (Lettres du Monde), nous souhaiterions définir les compétences de créativité, d’esprit critique et de construction de soi. Erasmus + a, depuis une génération d’étudiants, porté cette idée d’éducation par le voyage et mobilise les enseignants pour ouvrir l’école sur une éducation aux voyages dont l’outil du carnet de voyage[2] en serait le passeport «sans frontières» ou la mémoire vive de cet apprentissage informel devenu alors apprentissage formel sous l’impulsion de prix, scolaire depuis 2001 et universitaire depuis 2012. A partir d’une enquête menée auprès d’une soixantaine d’enseignants (en poste et stagiaires) nous souhaiterions mettre en exergue l’intérêt de cet outil éducatif. La narration de la spatialité dans le carnet de voyage semble une compétence primordiale du rendu de l’expérience du voyage. En quoi cet apprentissage sensible de la spatialité favorise t-il la créativité et l’esprit critique ? Ouvrirait-il de nouvelles perspectives éducatives comme méthode visuelle en SHS[3] ?

Voir le carnet de recherche Carnet de voyage-reportage sur Hypotheses.org : https://cdevoyage.hypotheses.org/

2 Distingué par le Label européen des langues en 2011 et référencé sur la base LINGUA de la Commission européenne.

3. Voir le Carnet des Méthodes visuelles. Hypothèses.org, 2016: http://cdmv.hypotheses.org/

Références bibliographiques :

ADDOINO J., Colloque AECSE « Sciences anthropo-sociales et sciences de l’éducation », Paris, 1983. Actes p 148.

BACHELARD G. (1978), Poétique de l’espace, PUF.

BONNARDEL N. (2006), Créativité et conception : approches cognitives et ergonomiques. Solal.

BROUGERE G., FABBIANO G. (2014), Apprentissages en situation touristique. Presses universitaires du Septentrion.

CSIKSZENTMIHALYI M. (2009), La créativité : psychologie de la découverte et de l’invention. traduit de l’américain par Claude-Christine Farny. Pocket.

GARDNER H. (2009), Les cinq formes d’intelligence pour affronter l’avenir. traduit de l’anglais par (Etats-Unis) Michèle Garène. O. Jacob.

HESS Rémi (1998), La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Anthropos.

LE MOIGNE J.-L. (1995), Les épistémologies constructivistes, Paris : PUF

LUBART T. BESANCON M. (2015), La créativité de l’enfant : évaluation et développement. Margada.

MONJARET A., PROVOST G. (2003), Apprentis ethnologues…Quand les élèves enquêtent. SCEREN.

MONGORCER J. M. , GAUBERT T. (2013), Créativité : un nouveau regard : théorie et pratique. L’Harmattan.

PUOZZO – CAPRON I. (2013). Pédagogie de la créativité : de l’émotion à l’apprentissage. Éducation et socialisation, n°33.

TODOROV T. (1989), Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Seuil.

TOURNIER M. (2002), Journal extime, La Musardine.

UNGUREANU I. (2012), L’éducation à travers le tourisme scolaire : état des lieux et regards historiques. In Gilles Brougère et Giulia Fabbiano (dir.), Tourisme et apprentissages, Actes du colloque de Villetaneuse (16‑17 mai 2011), Villetaneuse, EXPERICE – Université Paris 13.

Vygotsky L., Théorie des émotions. Études historico-psychologique, Paris, l’Harmattan, 1998 (original publié en 1984).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage – reportage, outil de construction de soi, d’émancipation et du « vivre ensemble »

Le carnet de voyage – reportage comme outil de construction de soi et d’émancipation facilite une éducation à la citoyenneté qu’impulse le conseiller principal d’éducation dans les établissements scolaires (collège, lycée, lycée professionnel) dans le cadre de la vie scolaire. Ce médium vise plusieurs objectifs dans un travail d’équipe avec l’enseignant- documentaliste au CDI.

  1. Favoriser le vivre ensemble et lutter contre les inégalités (mixité)
  2. Décentrer son regard et se confronter à d’autres réalités (ailleurs dans le monde) afin de relativiser son point de vue et ses préjugés
  3. Former à l’esprit critique et aux valeurs de la République
  4. Favoriser l’expression lycéenne en participant au parcours citoyen (EMI) et au parcours d’éducation artistique et culturelle (EAC)
  5. Proposer une activité d’animation socio-culturelle
  6. Insérer les élèves allophones en leur permettant de construire leur identité culturelle
  7. Evaluer les sorties scolaires en favorisant la réflexivité et la curiosité pour son environnement
  8. Inciter aux échanges scolaires ERASMUS et éduquer à l’interculturel
  9. Promouvoir la citoyenneté européenne et l’éducation à l’Europe

Plusieurs types de carnets peuvent être abordés selon l’objectif éducatif visé :

  1. Carnet de patrimoine matériel ou immatériel : environnement, site, lieux, coutumes, culture orale, chanson, cuisine….
  2. Carnet de voyage dans la mémoire à partir de la mémoire familiale en vue de l’insertion des élèves allophones
  3. Carnet de reportage ou de société à partir d’une enquête ou interview
  4. Carnet de voyage ou de terrain comme compte-rendu de la sortie scolaire, du vécu sur place
  5. Carnet d’insertion professionnelle et sociale
  6. Carnet d’échanges ou de mobilité internationale Erasmus
  7. Carnet spectacle et mise en scène du voyage
  8. Carnet de vivre ensemble sur la mixité ou sur les droits des femmes
  9. Carnet de voyage du collégien et des droits de l’enfant
  10. Carnet de quartier ou de promenade urbaine

L’intervention, auprès des CPE stagiaires à l’ESPE d’Aquitaine, a permis de rendre compte des atouts pédagogiques de cet outil et de sa place dans l’enseignement (EPI, EMI, EAC) et l’animation socio-culturelle (en lien avec le CDI) à partir d’une quinzaine de projets éducatifs menés en établissement scolaire. Sur demande de mes collègues professeurs – documentalistes, j’y ai apporté ma contribution entre 2005 et 2015. Pour chacun d’eux, je souhaite insister plus particulièrement sur trois objectifs éducatifs : éveiller à la curiosité et à l’esprit critique, favoriser la construction de soi et d’identité culturelle, impulser l’émancipation et la mobilité. Quelque que soit le type de carnet  réel, d’échanges ou imaginaire, la démarche de projet allie un scénario pédagogique à une réalisation numérique. Dans un premier temps, découvrir au CDI les carnets de voyage acquis par l’enseignante-documentaliste, ensuite, travailler en exploitant la lecture de quelques ouvrages édités, porteurs de projets éducatifs sur la tolérance, sur la citoyenneté et sur la démocratie. Ainsi, le carnet de reportage graphique peut se décliner du voyage de l’immigrant au carnet de société et de portraits, du carnet urbain à l’encontre des préjugés sur la banlieue au carnet de tribunal pour le citoyen. Par ailleurs, le dessin de presse permet d’exercer l’esprit critique en vue des droits de l’homme et de la liberté.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°33, décembre 2017

Bulletin d’information « Actualités du carnet de voyage », n°33, décembre 2017

Actualités du carnet de voyage, n°33, décembre 2017

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, comme volet d’une narration transmédia

Article publié par le carnet de recherche MediaNUM sur les pistes pédagogiques du transmédia Les voies d’Aliénor, novembre 2017

Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

Réaliser en classe le carnet de voyage d’un troubadour de l’Occitanie à l’Angleterre sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine permettrait de travailler sur la culture occitane, la langue, la poésie et la musique occitanes (Bertrand de Ventadour) mais aussi penser les limites linguistiques et géographiques de l’Occitanie. L’amour courtois est en effet né en Aquitaine au XIe siècle, sous la plume de Guillaume IX, Duc d’Aquitaine (grand père d’Aliénor d’Aquitaine). Il s’agirait de partir sur les traces médiévales ( XI – XIIIe siècles) que l’on peut découvrir dans la région Nouvelle Aquitaine et réfléchir aux formes du « médiévalisme » (Ferré, 2010).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Journée professionnelle sur le carnet naturaliste, une exploration du monde

Les Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde reviennent en 2017 pour une 3e édition les 2 et 3 décembre au Marché des Douves à Bordeaux !

Cette 3e édition fera une place d’honneur aux carnets naturalistes, ces beaux objets littéraires illustrés par des carnettistes qui accompagnent des expéditions contemporaines à visée scientifique, zoologique et/ou botanique, qui participent à la sensibilisation et à la protection de l’environnement.

https://lettresdumonde33.com/3e-edition-2017/

Une demi-journée professionnelle sur « Le carnet naturaliste : exploration, création et médiation » aura lieu le vendredi 1er décembre (14H – 17H). Elle s’adresse en priorité aux bibliothécaires et professeurs-documentalistes.
Elle s’inscrit dans le cadre de la manifestation culturelle « Carnet de voyage, une écriture du monde » qui se déroulera le week-end du 2 et 3 décembre au Marché des Douves sur Bordeaux (Capucins).
L’inscription en ligne est obligatoire.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Carnets de voyage sur l’Amérique Latine

Communication réalisée lors de la Fête de la science, manifestation culturelle organisée par AMERIBER  (EA 3656) sur le thème L’Amérique latine : continent de la diversité culturelle, le jeudi 12 octobre 2017, Amphi Cirot, université Bordeaux – Montaigne.
http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/l-amerique-latine-continent-de-la-diversite-culturelle.html

L’art et l’écriture des carnets de voyage : images témoignages ou imaginaires de l’exotisme sur l’Amérique Latine (P. Argod)

Problématiques : Quel héritage historique des Grandes Découvertes (nouveau continent) est porté par le genre éditorial et médiatique du carnet de voyage ? Quel est le statut de l’image ? Est-elle preuve du vécu ou expression de l’exotisme projeté ? En quoi le carnet de voyage est-il « un journal ethnosociologique » (Hess, 1998) ? En quoi « l’extime » (Tournier, 2002) permet-il diverses appréhensions « d’être au monde » ? En quoi le carnet de voyage est-il outil de formation à l’interculturel ? Quelles médiations (patrimoniales, éducatives….) permet le carnet de voyage ?

Plan proposé :

  • Aux origines du carnet de voyage :  images de l’Amérique Latine, des mythes culturels à l’inventaire scientifique
  • Les caractéristiques du carnet de voyage
  • Le corpus éditorial sur l’Amérique Latine (27 carnets édités)
  • Des pistes pour l’analyse texte-image
  • Un outil de médiation : pour l’éducation, pour le patrimoine, pour la recherche…

Corpus :

Des artistes – carnettistes ayant exposés au Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand

Julien et Philippe AUTRAN, L’ombre de Laura, une piste au Pérou, éd. Grandvaux

Patrick BARD, Partir, traité de Routologie / La route de l’Inca, éditions Seuil

Gaby BAZIN (Tijuana, Ceuta)

Julie BLAQUIE (Amérique Latine)

Aurélie CALMET (Guatemala, Brésil, Argentine)

Carole DELTENRE (Argentine, Buenos Aires)

Lydiane FERRERIObrigada, édition 13 avril

Enrique FLORESCuba, cuaderno de viaje, édition De Ponent

Joaquin GONZALES DORAO (Brésil)

Fabienne KAUFMANN (Espagne)

Elodie LACAZE (Argentine, Brésil, Colombie)

David LEFEVREAux 4 vents de la Patagonie, éditions Transboréal

David LOPEZ (Mexique / Guatemala)

Laura RUCCOLO (La traversée des Amériques)

Sabrina SAUSSOL (Amérique Latine)

Julien TELLE (Mexique)

TROUB’SViva la vida, Ciudad Juarez, éditions L’Association

Véra TURSur le sentier de Quetzalcóatl, éditions In Octavo

Michel VAYSSIELa Patagonie à vélo

Bibliographie :

Ces merveilleux carnets de voyages. Farid Abdelouahab. Sélection du Reader’s Digest, 2004.

Des voyageurs à l’épreuve du terrain. Etudes, enquêtes, explorations (1800-1960). Catalogue de l’exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 aux Archives nationales

Carnets d’explorateurs. Huw Lewis-Jones et Karl Herbert. Paulsen, 2016.

La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Rémi Hess. Anthropos, 1998.

Une vie dans les Andes : le journal de Théodore Ber (1864-1896). Pascal Riviale, Chritophe Galinon. Ginkgo éditeur, 2014.

Expédition de Humbolt et Bonpland en Amérique espagnole (1799 – 1804). Muséum d’histoire naturelle.

http://www.mnhn.fr/fr/explorez/dossiers/orchidees-colombie-pas-humboldt-bonpland/expedition-humboldt-bonpland-amerique-espagnole-1799-1804

La France en Amérique : cinq siècles d’échanges entre la France et l’Amérique, Dossier Gallica de la BNF.

http://gallica.bnf.fr/html/dossiers/FranceAmerique/fr/default.htm

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, une oeuvre en soi

Thèse de Doctorat en arts plastiques soutenue par Nadine Durand, le 5 septembre 2017 à l’université Bordeaux – Montaigne

Sous la Direction d’Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux-Montaigne.

Sujet : Le carnet de voyage, une oeuvre en soi ?

Membres du jury :

  • Pascale Argod, PRCE – chercheuse à l’université Bordeaux – Montaigne
  • Patrick Barres, Professeur à l’université Toulouse Le Mirail
  • Eric Bonnet, Professeur à l’université Paris 8
  • Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux – Montaigne

Résumé :

Protéiforme, le carnet de voyage emprunte à différents modes de communication, qu’elle soit écrite, visuelle, ou tactile. Chaque auteur donne au récit une forme plus ou moins originale, pour appuyer un point de vue personnel, ou impersonnel. C’est la nature même et la dynamique de cet objet que j’ai étudié, dans ses expressions particulières comme dans ses formes les plus communes. Le voyage est un accélérateur d’expérience, envisagé pour se ressourcer, jouir du quotidien, découvrir chaque jour un cadre renouvelé qui stimule la vue, puis l’ouïe, le goût et l’odorat. Tout voyage est une remise en question du quotidien dont il perturbe les rites et renouvelle le cadre. Cette thèse, étayée par ma pratique personnelle, est structurée selon les trois « temps » du voyage : avant, pendant, après. « Que rapporter du voyage ? » est la question qui préoccupe l’adepte du carnet. Les Carnettistes Tribulants[1] ou le collectif Urban Sketchers affirment qu’en s’appuyant sur le réel visible, on trouve la matière à voir et à penser ; il est indéniable que dessiner sur le carnet permet de mieux voir et réfléchir son environnement. Par procuration picturale, son regard transporte le corps du carnettiste tout entier dans son carnet, pour changer le monde en images. Le carnet est devenu pour bon nombre d’adeptes le but du voyage et une œuvre en soi. Le mobile du voyage est une mise en mouvement sinon en instabilité qui peut participer à la régénération de la pratique plastique ; ce qu’expérimentèrent ainsi de nombreux artistes reconnus, Delacroix, les orientalistes français, Turner, des peintres orientaux venus en France et Lamazou, tête de file des carnettistes contemporains.

Avant le voyage, « le carnet périscope » condense les préparatifs et l’anticipation des besoins, en posant les questions du choix du carnet, du papier, du médium, des outils et des techniques pour l’œuvre à venir. Le carnet présente un nombre déterminé de folios reliés en cahiers cousus, ou par une spirale métallique. Le papier sera le cadre de la réflexion et le lieu de la rencontre avec l’autochtone. Pour maîtriser le petit territoire du carnet, il s’agit de connaître les particularités du papier, encollé ou non, granuleux ou lisse, transparent ou opaque, et son adéquation à la technique envisagée, sèche comme le crayon graphite ou les craies, ou fluide comme les feutres, aqueuse comme l’aquarelle, pâteuse comme la gouache par exemple. Certains choisissent le parti de la ligne claire, d’autres travaillent uniquement en noir et blanc en valeurs, d’autres encore privilégient la couleur dans ses techniques spécifiques. Les techniques sèches sont faciles à emporter en voyage et propices à la notation de la lumière et de l’ombre. La gouache et l’aquarelle ainsi que des outils plus contemporains comme les feutres de couleur, restitueront les émotions chromatiques du voyage mais sont mises en œuvre moins spontanément. Il importe d’adapter le support de travail à la technique privilégiée sur le motif. D’autre part, les conditions atmosphériques et hygrométriques interagissent sur le carnettiste, et son support, modifiant les habitudes de perception et de notation. Si on trouve dans le commerce une offre pléthorique de carnets aux formats, reliures, couvertures, grammages de papier très variés, nombreux sont les carnettistes qui optent pour un support fabriqué sur mesure, en le commandant à façon, en le réalisant soi-même, ou en réhabilitant des livres vierges. Le plasticien adapte la forme de son carnet de notes aux paramètres de son voyage, solitaire ou en groupe, court, long, nomade ou rayonnant. Parallèlement, la main dessinatrice, la largeur de la paume, le rangement et le poids du carnet ou de l’album, les qualités tactile, colorée et réfléchissante du papier entrent à leur tour en ligne de compte. En pays inconnu, se sentir prémuni pour être rapidement opérationnel quand le motif apparaît, c’est avoir prévu la trousse contenant le matériel graphique de prédilection et le support de notation. Cet atelier du voyage cadre le travail du carnettiste. Son ouvrage est souvent rituellement introduit par des pages présentant la carte et le lexique, des chiffres concernant les taux de change, les horaires des transports et quelques numéros de téléphone en cas de nécessité de rapatriement, des repères indispensables à l’immersion.

En deuxième partie, « le carnet miroir » recouvre tout ce qui concerne le déroulement effectif du voyage, tant le rapport individuel et travailleur à l’objet carnet, que l’attention portée à la contrée traversée et à l’improviste des rencontres. Celles-ci sont de nature : humaines, animales, environnementales, objets, intempéries… Le support de notation, complice de l’instant, supplée la mémoire visuelle comme un sténopé. Sur le motif, le carnettiste s’interroge sur le sens du format, la nature de la lumière, le choix de l’angle de vue, la nature de la trace qu’il laissera. Les questions de dimensions, de technique et d’interprétation l’interpellent. Garde-t-il la silhouette ou l’empreinte de son motif, les détails de la structure et de la texture ou le mouvement de l’être rencontré, les couleurs ou le clair-obscur révélateur du volume ? En voyage, les notations dans le carnet sont parfois rapides et légères, alternant avec des études plus longues et appliquées. Au fil des pages, comme dans les carnets de croquis de guerre[2] d’Adrien Ouvrier, jeune artiste soldat de la Première Guerre Mondiale, le carnet accueille souvent un autoportrait réel. En réalité, c’est un autoportrait crypté, ce prolongement de soi-même qui devient une espèce de mémoire annexe pour conserver les sensations de l’instant vécu, à la manière d’un journal personnel. Le carnettiste est homme ou femme, perçu comme tel lors de ses rencontres, et ses portraits traduisent son empathie, sa curiosité ou sa sensualité. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci et Albrecht Dürer, avaient pratiqué le dessin d’observation nomade de leurs contemporains à la pointe d’argent, à la plume avec encrier ou au fusain sur de petits cahiers cousus dans des carnets ou sur papier libre. Dévisager est cet acte qui engage l’artiste dans une lecture de l’apparence et des expressions, inscrites dans la configuration et de l’organisation des traits des visages. L’art de rencontrer une personne inconnue et de négocier pour la faire poser, repose sur un savoir-faire diplomatique et prépare une série ethnographique de portraits. Les peintres considèrent leur carnet comme un dispositif de recherche, dont les folios offrent les temps successifs d’expérimentation face au motif, et qui constitue d’autre part le réceptacle de leur collecte documentaire, en particulier celle de papiers qui ne sont pas destinés à l’écriture – tickets, publicités, papiers d’emballage… à la manière dont Gauguin avait mis en exergue les papiers d’emballage d’origine japonaise trouvés à Tahiti[3]. Dans les pays dont le voyageur ignore l’alphabet, ces petits bouts de texte trouvés – journaux, étiquettes, tickets, billets d’entrée, lettres manuscrites – apportent leur touche décorative à la page du carnet et deviennent pense-bête. Plusieurs carnets d’artistes consultés au Cabinet des Arts Graphiques du Louvre, et que j’ai feuilletés, présentent un certain nombre de folios non utilisés, alors même que le carnet est entamé par ses deux côtés, comme le fameux Album au Maroc de Delacroix[4]. A la différence d’une œuvre d’art, sa vocation première n’est pas de devenir un objet de spéculation. Il est un support de transaction, dessinée, ou écrite a priori non vénale. Le carnet est fait d’observation et d’interprétation, est une mémoire et une distance, produit du mouvement et  de l’immobilité.

En troisième temps, « le carnet rétroviseur » médite sur les conditions de visibilité de la somme artistique et documentaire ramenée par le carnet. Celui qui regarde dans son carnet au courant du voyage revoit, les moments passés dans les dessins accumulés, comme le rétroviseur réfléchit le paysage dépassé. Les carnets originaux des artistes sont présentés selon deux modalités ; l’une classique, présentant un carnet ouvert en double page derrière une vitrine, l’autre virtuelle, qui propose au visiteur de feuilleter plusieurs carnets différents dans leur intégralité, pages vierges comprises, dans un sens ou dans l’autre.

Les carnets des grands artistes sont recherchés par des amateurs éclairés et collectionneurs d’art qui y trouvent la genèse d’œuvres produites en atelier et un travail artistique et ethnographique spontané. Parce qu’il garde la mémoire directe d’une portion de vie, le carnet rayonne encore davantage de l’aura que Walter Benjamin a attribuée à l’œuvre unique. Le carnet est un tout indivisible et ses images ont ce caractère d’empreinte du réel, comme la fatigue et les épreuves du périple. Mes propres carnets usagés par le voyage, font l’objet d’une restauration de la reliure des feuillets, leur mobilité étant la condition nécessaire à la transmission du récit. Au stade de l’édition, la reproduction des pages sur un nouveau support par le clichage, produit une mise en forme globale des dessins, et incorpore tous les documents rapportés sur la page. Mais elle supprime aussi toutes les informations accumulées dans la matérialité de l’objet, et contourne les problèmes de restauration et de conservation. Considérés désormais comme des trésors nationaux, les carnets de Turner, Delacroix et Gauguin, n’ont pas fait l’objet d’une restauration de leurs feuillets, et sont conservés dans des boîtes conçues sur mesure à cet effet, dans l’état dans lequel ils sont parvenus au musée.

Le carnet de voyage, « fabriqué et utilisé manuellement, doté d’une forme et de propriétés physiques adaptées à un procès de production déterminé »[5], possède ainsi les qualités d’un outil, c’est à dire celle d’un objet dédié a priori à une fonction. Interactif, support polyvalent de notation, il est fragilisé par sa fonction même de livre et d’écritoire. Sa vocation première n’est pas de devenir objet de spéculation, tout juste un support pour une transaction mais sa qualité d’ « objet vécu » lui confère la valeur et la dignité d’une œuvre d’art en soi.

Ci-dessous deux oeuvres réalisées par Nadine Durand lors de ses voyages :

[1] http.://tribulants.canalblog.com/

[2] Corpus exposé en 2007 au Musée de Vienne (Isère) qui le conserve, comprenant 17 carnets depuis 1913, date de son incorporation à 1919, date de sa démobilisation.

[3] Id. f°121, collage ou copie d’estampes.

[4] E. Delacroix, Album au Maroc, 1712bis, Cf. Cahier d’images, p.109, La conservation des carnets.

[5] Définition proposée dans Trésor Informatisé de la Langue Française.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le 5e Prix universitaire international du carnet de voyage étudiant

Pour la cinquième année consécutive, l’Université Clermont Auvergne organise le prix universitaire international du Carnet de voyage étudiant qui distingue le meilleur carnet de voyage réalisé par un(e) étudiant(e).

Ouvert à toutes les personnes inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, le concours permet de retranscrire une expérience vécue lors d’un voyage, en texte et en images, en laissant libre cours au sens d’observation et à la créativité de son auteur. Le carnettiste lauréat du Prix recevra un prix de 500 euros.

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2016/06/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant/

Le concours s’adresse à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, quelle que soit leur nationalité.
Le carnet de voyage doit retranscrire, en texte et en image, une expérience vécue lors d’un voyage, d’un périple ou de la découverte d’une culture ou d’un environnement. Il peut découler d’un voyage personnel, d’un échange à l’étranger dans le cadre d’un cursus, d’un voyage d’études ou encore d’un déplacement sur le terrain. Les carnets participant doivent être réalisés en format papier – les formats numériques ne sont pas acceptés – la ou les langues employées étant laissées au libre choix de l’auteur.

http://www.uca.fr/actualites-/toutes-les-actualites-/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant-21404.kjsp

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage transmédia sur Aliénor d’Aquitaine

Le projet MediaNum, mené en collaboration avec le MICA (Université Bordeaux Montaigne) et le Cluster CATS, a pour objectif de mettre en place des dispositifs transmédia afin de valoriser le patrimoine de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes… La valorisation du Patrimoine via le Transmedia Storytelling a été lancée en 2016 par Mélanie Bourdaa. https://medianum.hypotheses.org/

« Les voies d’Aliénor » est un projet transmédia de valorisation du patrimoine aquitain. Celui-ci s’articule autour de la figure d’Aliénor d’Aquitaine et mobilise plusieurs supports médiatiques dans le but de créer une expérience de narration augmentée. Il permet d’aborder entre autres l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et de sa descendance, la condition de la femme au Moyen Âge ou encore les conditions de vie au XIIème siècle sous forme ludique et divertissante. http://lesvoiesdalienor.org/

Notre transmédia « Aliénor d’Aquitaine » souhaite valoriser le patrimoine régional de la Nouvelle Région Aquitaine à travers une proposition d’itinéraires sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine. Il s’agit d’établir une stratégie de communication dans le registre narratif (contenu) et figuratif (expression) du storytelling afin de valoriser les lieux à partir d’un récit et de l’imaginaire et de favoriser l’imaginaire touristique et historique dans le but d’inciter au voyage réel de la découverte des sites. Dans le cas du transmédia « Aliénor d’Aquitaine », c’est au lecteur de créer son itinéraire sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine, au fil de sa biographie et des ressources patrimoniales que recèlent les monuments historiques et les musées. La notion de « conteur », ou plutôt concernant notre projet, de troubadour du numérique incite à la réflexion sur la médiation à propos du transmédia storyteling. Comment faire du lecteur un conteur d’une épopée qu’il va narrer ?

Quatre critères caractérisent le carnet de voyage : le reportage ou témoignage (soit des documents authentiques dans le cas d’un carnet historique) ou des traces du passé comme témoignage du réel, le lien texte-image ou l’iconotextuel, la narration par l’image au fil du carnet, l‘itinéraire et la carte mentale.

Voir l’article intitulé « Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique »

Le carnet de voyage comme volet d’une narration transmédia et outil pédagogique

A noter des multimédia précurseurs pour l’enseignement de l’histoire : la collection Terres d’histoire de Renaudel Multimédia (IUT de Bordeaux – Montaigne) initiée de 2000 à 2005 sous la direction de Pierre Pommier a proposé la réalisation d’un carnet de voyage sur les Cyclades et sur l’Ile de Gorée (article Carnets de mémoire publié dans la revue InterCDI n°190, p. 74 à 79). Deux ans auparavant, en 1998, j’avais participé à la réalisation du pilote de cédérom (innovation technologique de l’université de Paris 8) intitulé Sur les traces de Marco Polo sous l’égide du Centre Culturel Saint-Exupéry de Reims. Il a été accompagné d’un jeu multimédia scénarisé « Vous êtes le héros Marco Polo » que j’avais créé en 1999 pour mes élèves du collège de Verzy (article CDI et Culture de la paix publié dans la revue InterCDI n°169, p.11-19 et article Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages publié dans la revue InterCDI n°177, p. 17-23).

Notre équipe de recherche lance le prototype transmédia début septembre afin que des classes de cinquième et de seconde d’établissements scolaires puissent le tester dans le cadre d’une action EAC centrée sur la biographie d’Aliénor d’Aquitaine, reine des Francs puis d’Angleterre dans le cadre de PATRINUM. Sur la période 2016-2018, cet autre projet de recherche – action a vocation à s’articuler autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle (EAC), notamment auprès des enseignants stagiaires à l’ESPE d’Aquitaine.

http://patrinum.espe-aquitaine.fr/actions-eac-2017-18/les-voies-dalienor/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche

Depuis l’époque des Grandes Découvertes et les compte-rendu d’expédition, les techniques graphiques ont fait une large place aux sciences et aux notions de terrain, recourant aux méthodes visuelles et à l’image analytique ou explicative. Elles s’insèrent dans la démarche scientifique, de l’observation à l’inventaire ou à la récolte, mais aussi dans le compte-rendu de recherche et dans la vulgarisation des connaissances. Nous souhaiterions montrer comment le chercheur peut inscrire le carnet de recherche dans sa pratique et l’intérêt que peut avoir le dessin dans le carnet de terrain qu’il soit carnet de nature (de biologie et de géologie), carnet de la terre (de géographie et de géologie), carnet de patrimoine (d’architecture et d’archéologie), carnet de l’homme (d’anthropologie et de sociologie) avec chacun sa spécificité, selon une terminologie proposée.

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi de terrains, d’expériences et de rencontres, en vue de restituer des faits et d’en témoigner. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Comprenant les fonctions de l’image (explicative et informative) et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…), découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche. Il peut se décliner sur tous les supports audio-visuels (cinéma avec les films-essais ou « appunti ») sonores et numériques (blogs, sites web, wikis…) dans une intermédialité du carnet qui évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue (du chercheur au praticien ou au professionnel). Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet, de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation. Il se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), parfois convergents, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur, chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet d’éveil selon les orientations de l’auteur.

Le carnet de recherche est en effet à la fois un carnet de mémoire et d’observation et un carnet de projet et d’enquête. Ainsi la collecte, l’inventaire, l’observation, le relevé constituent une banque de données personnelles qui facilite la projection, l’innovation et la créativité. Nous pourrions décrire la démarche en six temps (Argod, 2014) : observation et perception sur le terrain, interprétation et démarche heuristique, retranscription en texte et en images, vérification et va-et-vient entre théorie et terrain, élaboration du document secondaire et diffusion du carnet. Le carnet mobilise en effet la découverte du réel par les sens, le questionnement et l’imaginaire qui permet la retranscription ou la construction de symboles et met en jeu la créativité. Outil personnel de recherche et d’inspiration, ce carnet serait donc une mémoire structurée du vécu qui permettrait de se projeter dans l’avenir. En effet, il affine le regard, éveille aux émotions, met la pensée en mouvement et sensibilise à l’esprit critique.

La diversité du carnet scientifique est fonction du destinataire (soi-même, chercheurs, étudiants ou grand public) et de l’objectif visé par la discipline scientifique qu’il s’agisse de publication ou de vulgarisation, mais aussi du type de média utilisé (carnet papier, article, ouvrage ou numérique comme le blog ou le site web). La pratique du carnet dessiné est liée à l’épistémologie des sciences de l’homme, de la discipline étudiée et à une démarche de recherche, notamment en sociologie visuelle (Chauvin, Reix, 2015). La longue tradition du carnet de terrain s’ouvre aujourd’hui aux développements du numérique (tablettes, écrans, images animées, rendu 3 D, simulations, image de synthèse, mindmap). Cette pratique soulève de nombreuses questions que nous ne pourrons toutes envisager : est-elle toujours d’actualité pour le chercheur sur le terrain à l’heure des nouveaux médias ? En quoi le carnet dessiné est-il un outil et une méthode pour le chercheur et un médium adapté à la recherche et au terrain, formatif et efficient ? Quels sont les types de carnets encore usités et dans quelle science humaine et sociale ? Quel est le rôle du dessin en tant « qu’objet d’interaction » lors de l’étude de terrain ? Quel statut lui est conféré dans un processus d’enquête participative ou collaborative et en quoi contribue-t-il à construire une relation particulière à l’objet d’étude sur le terrain ? Notre intérêt se portera plus particulièrement sur les carnets de patrimoine et liés aux disciplines SHS : les croquis, rough ou notes visuelles, peuvent être utiles en phase exploratoire. Trait après trait ils reconstituent et opèrent des choix dans les détails dessinés, comme « graphique épurateur » (Piette, 1992; Chauvin & Reix, 2009) ou apporter un « gain de réflexivité » (Du et Meyer, 2008) en permettant de continuer l’observation « hors-terrain », d’autant plus que le processus de la vision englobe les mécanismes du raisonnement (Arnheim, 1997). A ces deux points de vue opposés, s’ajoute ce que peut apporter l’étude de la trame narrative et le ressenti du lecteur – spectateur.

Nous étudierons donc le contexte de la pratique du dessin, qu’il soit témoignage du réel ou mise en projet/projection :

  • d’une part, l’observation participante dans le carnet de l’ethnologue-anthropologue, le reportage graphique en sociologie, le carnet de reportage avec l’art du portrait en sciences de l’information-communication,
  • d’autre part le dessin d’architecture 3D en archéologie, le projet de création en architecture-paysagisme, la représentation de l’espace et de concepts en géographie, le carnet de voyage en sciences de l’éducation.

Comme le dessin facilite l’explication, l’observation et la visualisation, il semble pertinent de distinguer la diversité des fonctions du dessin scientifique qu’il soit conceptuel, d’observation ou participatif, puis de caractériser l’image graphique dans le carnet de terrain. Son analyse peut porter sur cinq aspects : la fonction de l’image, la composition de l’image, le lien texte-image, la carte mentale ou narration, la place de l’auteur. Le dessin est un atout pour la recherche car il inscrit le sensible et l’intime dans la démarche, et la restitution comme modalité d’enquête et comme « fabrique du patrimoine ». De plus, la pensée visuelle (Wigan, 2008) afin de concevoir un projet et le carnet en vue de l’apprentissage sur le terrain favorisent l’usage graphique et en font un outil de recherche indéniable.

  1. De l’image à l’explication, de l’observation à la visualisation
  2. Le carnet dessiné in situ, outil et méthode pour les chercheurs : témoignage du réel et relevé comme modalité d’enquête
  3. Le carnet de projection-conception, un outil pour la créativité : la pensée visuelle et la mise en projet / réalisation

Voir la carte heuristique accompagnant l’article de recherche : Le carnet dessiné, une méthode visuelle en sciences humaines et sociales

https://www.mindomo.com/fr/mindmap/le-carnet-dessine-une-methode-visuelle-en-shs-2e2d3754bc5f454380c5d8e846dfb447

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Parution de la Revue Française des Méthodes Visuelles

La Revue Française des Méthodes Visuelles est une revue pluridisciplinaire et ouverte à l’international. Elle est conçue comme un lieu de discussion et de recherche entre les disciplines sur les méthodes visuelles et, au-delà, sur l’ensemble des méthodes qui ne se limitent pas à l’écrit.

L’ambition de la revue est d’offrir un espace de dialogue aux sciences humaines et sociales et, ainsi, de construire progressivement une vision d’ensemble de ces méthodes. Les chercheurs sont de plus en plus nombreux à mobiliser l’image (fixe ou animée), ou d’autres méthodes alternatives à l’écrit, dans leurs pratiques professionnelles : les sciences de l’homme, comme toutes les sciences, ne sont pas seulement travaillées ou écrites avec des mots. Il s’agit désormais de se tourner vers ces pratiques pour tenter d’en comprendre les apports réels et d’enrichir la recherche et l’enseignement universitaires. https://rfmv.fr/projet-scientifique/

Le numéro n° 1 est paru début juillet 2017 :  MÉTHODES VISUELLES, DE QUOI PARLE-T-ON ? Images fixes   https://rfmv.fr/numeros/1/

Le numéro n°2 est en cours de réalisation pour une publication en 2018 et portera sur les Images animées. Un appel à contribution a été lancé par la MSHA, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°32, juin 2017

Bulletin d’information Actualités du carnet de voyage, n°32, juin 2017:

Actualités du carnet de voyage, n°32, juin 2017

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts