Le 5e Prix universitaire international du carnet de voyage étudiant

Pour la cinquième année consécutive, l’Université Clermont Auvergne organise le prix universitaire international du Carnet de voyage étudiant qui distingue le meilleur carnet de voyage réalisé par un(e) étudiant(e).

Ouvert à toutes les personnes inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, le concours permet de retranscrire une expérience vécue lors d’un voyage, en texte et en images, en laissant libre cours au sens d’observation et à la créativité de son auteur. Le carnettiste lauréat du Prix recevra un prix de 500 euros.

http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/2016/06/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant/

Le concours s’adresse à tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur en France ou à l’étranger, quelle que soit leur nationalité.
Le carnet de voyage doit retranscrire, en texte et en image, une expérience vécue lors d’un voyage, d’un périple ou de la découverte d’une culture ou d’un environnement. Il peut découler d’un voyage personnel, d’un échange à l’étranger dans le cadre d’un cursus, d’un voyage d’études ou encore d’un déplacement sur le terrain. Les carnets participant doivent être réalisés en format papier – les formats numériques ne sont pas acceptés – la ou les langues employées étant laissées au libre choix de l’auteur.

http://www.uca.fr/actualites-/toutes-les-actualites-/prix-universitaire-international-du-carnet-de-voyage-etudiant-21404.kjsp

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage transmédia sur Aliénor d’Aquitaine

Le projet MediaNum, mené en collaboration avec le MICA (Université Bordeaux Montaigne) et le Cluster CATS, a pour objectif de mettre en place des dispositifs transmédia afin de valoriser le patrimoine de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes… La valorisation du Patrimoine via le Transmedia Storytelling a été lancée en 2016 par Mélanie Bourdaa. https://medianum.hypotheses.org/

« Les voies d’Aliénor » est un projet transmédia de valorisation du patrimoine aquitain. Celui-ci s’articule autour de la figure d’Aliénor d’Aquitaine et mobilise plusieurs supports médiatiques dans le but de créer une expérience de narration augmentée. Il permet d’aborder entre autres l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et de sa descendance, la condition de la femme au Moyen Âge ou encore les conditions de vie au XIIème siècle sous forme ludique et divertissante. http://lesvoiesdalienor.org/

Notre transmédia « Aliénor d’Aquitaine » souhaite valoriser le patrimoine régional de la Nouvelle Région Aquitaine à travers une proposition d’itinéraires sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine. Il s’agit d’établir une stratégie de communication dans le registre narratif (contenu) et figuratif (expression) du storytelling afin de valoriser les lieux à partir d’un récit et de l’imaginaire et de favoriser l’imaginaire touristique et historique dans le but d’inciter au voyage réel de la découverte des sites. Dans le cas du transmédia « Aliénor d’Aquitaine », c’est au lecteur de créer son itinéraire sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine, au fil de sa biographie et des ressources patrimoniales que recèlent les monuments historiques et les musées. La notion de « conteur », ou plutôt concernant notre projet, de troubadour du numérique incite à la réflexion sur la médiation à propos du transmédia storyteling. Comment faire du lecteur un conteur d’une épopée qu’il va narrer ?

Quatre critères caractérisent le carnet de voyage : le reportage ou témoignage (soit des documents authentiques dans le cas d’un carnet historique) ou des traces du passé comme témoignage du réel, le lien texte-image ou l’iconotextuel, la narration par l’image au fil du carnet, l‘itinéraire et la carte mentale.

A noter des multimédia précurseurs pour l’enseignement de l’histoire : la collection Terres d’histoire de Renaudel Multimédia (IUT de Bordeaux – Montaigne) initiée de 2000 à 2005 sous la direction de Pierre Pommier a proposé la réalisation d’un carnet de voyage sur les Cyclades et sur l’Ile de Gorée (article Carnets de mémoire publié dans la revue InterCDI n°190, p. 74 à 79). Deux ans auparavant, en 1998, j’avais participé à la réalisation du pilote de cédérom (innovation technologique de l’université de Paris 8) intitulé Sur les traces de Marco Polo sous l’égide du Centre Culturel Saint-Exupéry de Reims. Il a été accompagné d’un jeu multimédia scénarisé « Vous êtes le héros Marco Polo » que j’avais créé en 1999 pour mes élèves du collège de Verzy (article CDI et Culture de la paix publié dans la revue InterCDI n°169, p.11-19 et article Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages publié dans la revue InterCDI n°177, p. 17-23).

Notre équipe de recherche lance le prototype transmédia début septembre afin que des classes de cinquième et de seconde d’établissements scolaires puissent le tester dans le cadre d’une action EAC centrée sur la biographie d’Aliénor d’Aquitaine, reine des Francs puis d’Angleterre dans le cadre de PATRINUM. Sur la période 2016-2018, cet autre projet de recherche – action a vocation à s’articuler autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle (EAC), notamment auprès des enseignants stagiaires à l’ESPE d’Aquitaine.

http://patrinum.espe-aquitaine.fr/actions-eac-2017-18/les-voies-dalienor/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet dessiné et les usages du dessin en recherche

Depuis l’époque des Grandes Découvertes et les compte-rendu d’expédition, les techniques graphiques ont fait une large place aux sciences et aux notions de terrain, recourant aux méthodes visuelles et à l’image analytique ou explicative. Elles s’insèrent dans la démarche scientifique, de l’observation à l’inventaire ou à la récolte, mais aussi dans le compte-rendu de recherche et dans la vulgarisation des connaissances. Nous souhaiterions montrer comment le chercheur peut inscrire le carnet de recherche dans sa pratique et l’intérêt que peut avoir le dessin dans le carnet de terrain qu’il soit carnet de nature (de biologie et de géologie), carnet de la terre (de géographie et de géologie), carnet de patrimoine (d’architecture et d’archéologie), carnet de l’homme (d’anthropologie et de sociologie) avec chacun sa spécificité, selon une terminologie proposée.

Le carnet de recherche ou de terrain intermédia (du carnet papier et audiovisuel au carnet numérique) est envisagé comme un objet et comme un outil de recherche. Qu’il soit notes textuelles et visuelles, recueil de données ou de réflexions, mémoire ethnographique ou scientifique, relevé d’observations, il se définit comme le document primaire des données brutes, nécessaire à l’élaboration du travail secondaire de l’article, à la source de la pensée scientifique et du cheminement intellectuel des hypothèses et vérifications aux explications et communications de la recherche. Le carnet rend compte aussi de terrains, d’expériences et de rencontres, en vue de restituer des faits et d’en témoigner. Il se décline comme un outil polymorphe : reflet personnel de la pensée en mouvement, matériel de la recherche en construction et reportage in situ. Comprenant les fonctions de l’image (explicative et informative) et déclinant un panel de techniques créatives (des arts graphiques aux arts visuels au service des sciences de l’homme), le carnet de recherche consigne textes et images, relevés, inventaires, représentations visuelles (carte, schéma, topogramme…), découvertes et observations issues du terrain mais aussi des réflexions au quotidien dans une pratique du carnet nécessaire à la démarche de recherche. Il peut se décliner sur tous les supports audio-visuels (cinéma avec les films-essais ou « appunti ») sonores et numériques (blogs, sites web, wikis…) dans une intermédialité du carnet qui évolue vers de nouveaux dispositifs médiatiques audio-visuels, multimédia et numériques à circonscrire. Cette méthode visuelle est utilisée autant par l’artiste que par le scientifique, qui décline une multiplicité de points de vue (du chercheur au praticien ou au professionnel). Outil de l’enquête ou du travail en immersion, le carnet, de reportage ou de patrimoine, interroge la démarche ethnographique, le statut d’auteur qui peut être partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs et l’oeuvre (ou la pensée) en gestation. Il se décline selon quatre objectifs (recherche, professionnalisation, inspiration créative et éveil), parfois convergents, en fonction du niveau de mise en pratique et du point de vue de l’auteur, chercheur, étudiant, artiste ou élève. Ainsi, l’outil devient carnet de terrain, carnet d’apprentissage, carnet d’esquisse ou carnet d’éveil selon les orientations de l’auteur.

Le carnet de recherche est en effet à la fois un carnet de mémoire et d’observation et un carnet de projet et d’enquête. Ainsi la collecte, l’inventaire, l’observation, le relevé constituent une banque de données personnelles qui facilite la projection, l’innovation et la créativité. Nous pourrions décrire la démarche en six temps (Argod, 2014) : observation et perception sur le terrain, interprétation et démarche heuristique, retranscription en texte et en images, vérification et va-et-vient entre théorie et terrain, élaboration du document secondaire et diffusion du carnet. Le carnet mobilise en effet la découverte du réel par les sens, le questionnement et l’imaginaire qui permet la retranscription ou la construction de symboles et met en jeu la créativité. Outil personnel de recherche et d’inspiration, ce carnet serait donc une mémoire structurée du vécu qui permettrait de se projeter dans l’avenir. En effet, il affine le regard, éveille aux émotions, met la pensée en mouvement et sensibilise à l’esprit critique.

La diversité du carnet scientifique est fonction du destinataire (soi-même, chercheurs, étudiants ou grand public) et de l’objectif visé par la discipline scientifique qu’il s’agisse de publication ou de vulgarisation, mais aussi du type de média utilisé (carnet papier, article, ouvrage ou numérique comme le blog ou le site web). La pratique du carnet dessiné est liée à l’épistémologie des sciences de l’homme, de la discipline étudiée et à une démarche de recherche, notamment en sociologie visuelle (Chauvin, Reix, 2015). La longue tradition du carnet de terrain s’ouvre aujourd’hui aux développements du numérique (tablettes, écrans, images animées, rendu 3 D, simulations, image de synthèse, mindmap). Cette pratique soulève de nombreuses questions que nous ne pourrons toutes envisager : est-elle toujours d’actualité pour le chercheur sur le terrain à l’heure des nouveaux médias ? En quoi le carnet dessiné est-il un outil et une méthode pour le chercheur et un médium adapté à la recherche et au terrain, formatif et efficient ? Quels sont les types de carnets encore usités et dans quelle science humaine et sociale ? Quel est le rôle du dessin en tant « qu’objet d’interaction » lors de l’étude de terrain ? Quel statut lui est conféré dans un processus d’enquête participative ou collaborative et en quoi contribue-t-il à construire une relation particulière à l’objet d’étude sur le terrain ? Notre intérêt se portera plus particulièrement sur les carnets de patrimoine et liés aux disciplines SHS : les croquis, rough ou notes visuelles, peuvent être utiles en phase exploratoire. Trait après trait ils reconstituent et opèrent des choix dans les détails dessinés, comme « graphique épurateur » (Piette, 1992; Chauvin & Reix, 2009) ou apporter un « gain de réflexivité » (Du et Meyer, 2008) en permettant de continuer l’observation « hors-terrain », d’autant plus que le processus de la vision englobe les mécanismes du raisonnement (Arnheim, 1997). A ces deux points de vue opposés, s’ajoute ce que peut apporter l’étude de la trame narrative et le ressenti du lecteur – spectateur.

Nous étudierons donc le contexte de la pratique du dessin, qu’il soit témoignage du réel ou mise en projet/projection :

  • d’une part, l’observation participante dans le carnet de l’ethnologue-anthropologue, le reportage graphique en sociologie, le carnet de reportage avec l’art du portrait en sciences de l’information-communication,
  • d’autre part le dessin d’architecture 3D en archéologie, le projet de création en architecture-paysagisme, la représentation de l’espace et de concepts en géographie, le carnet de voyage en sciences de l’éducation.

Comme le dessin facilite l’explication, l’observation et la visualisation, il semble pertinent de distinguer la diversité des fonctions du dessin scientifique qu’il soit conceptuel, d’observation ou participatif, puis de caractériser l’image graphique dans le carnet de terrain. Son analyse peut porter sur cinq aspects : la fonction de l’image, la composition de l’image, le lien texte-image, la carte mentale ou narration, la place de l’auteur. Le dessin est un atout pour la recherche car il inscrit le sensible et l’intime dans la démarche, et la restitution comme modalité d’enquête et comme « fabrique du patrimoine ». De plus, la pensée visuelle (Wigan, 2008) afin de concevoir un projet et le carnet en vue de l’apprentissage sur le terrain favorisent l’usage graphique et en font un outil de recherche indéniable.

  1. De l’image à l’explication, de l’observation à la visualisation
  2. Le carnet dessiné in situ, outil et méthode pour les chercheurs : témoignage du réel et relevé comme modalité d’enquête
  3. Le carnet de projection-conception, un outil pour la créativité : la pensée visuelle et la mise en projet / réalisation

Voir la carte heuristique accompagnant l’article de recherche : Le carnet dessiné, une méthode visuelle en sciences humaines et sociales

https://www.mindomo.com/fr/mindmap/le-carnet-dessine-une-methode-visuelle-en-shs-2e2d3754bc5f454380c5d8e846dfb447

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Parution de la Revue Française des Méthodes Visuelles

La Revue Française des Méthodes Visuelles est une revue pluridisciplinaire et ouverte à l’international. Elle est conçue comme un lieu de discussion et de recherche entre les disciplines sur les méthodes visuelles et, au-delà, sur l’ensemble des méthodes qui ne se limitent pas à l’écrit.

L’ambition de la revue est d’offrir un espace de dialogue aux sciences humaines et sociales et, ainsi, de construire progressivement une vision d’ensemble de ces méthodes. Les chercheurs sont de plus en plus nombreux à mobiliser l’image (fixe ou animée), ou d’autres méthodes alternatives à l’écrit, dans leurs pratiques professionnelles : les sciences de l’homme, comme toutes les sciences, ne sont pas seulement travaillées ou écrites avec des mots. Il s’agit désormais de se tourner vers ces pratiques pour tenter d’en comprendre les apports réels et d’enrichir la recherche et l’enseignement universitaires. https://rfmv.fr/projet-scientifique/

Le numéro n° 1 est paru début juillet 2017 :  MÉTHODES VISUELLES, DE QUOI PARLE-T-ON ? Images fixes   https://rfmv.fr/numeros/1/

Le numéro n°2 est en cours de réalisation pour une publication en 2018 et portera sur les Images animées. Un appel à contribution a été lancé par la MSHA, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°32, juin 2017

Bulletin d’information Actualités du carnet de voyage, n°32, juin 2017:

Actualités du carnet de voyage, n°32, juin 2017

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

PPN Projet pédagogique numérique « Carnet de voyage en Europe »

Le dispositif d’enseignement PPN – Projet pédagogique numérique mis en oeuvre  dans le cadre de la formation des enseignants du Master 2 MEEF à l’ESPE d’Aquitaine, a permis de proposer le thème « Carnet de voyage en Europe » afin de sensibiliser à la pédagogie de projet (pluridisciplinaire pour PE et disciplinaire pour PLP – PLC) et aux nouveaux usages du numérique en classe. L’objectif est de monter un projet pluridisciplinaire « Carnet de voyage » en classe adapté aux apprentissages visés dans chaque programme d’enseignement puis de mettre en pratique les séquences pédagogiques créées qui utilisent les outils TICE les plus pertinents pour le projet ou la production numérique de la classe. L’outil pédagogique du carnet de voyage a été distingué en 2011 du Label européen des langues (ERASMUS +) en vue de l’apprentissage des langues et de l’interculturel.

En faisant le choix entre trois types de « carnets d’apprentissage » ou de « carnets de voyage » comme outils pédagogiques à partir d’un voyage, qu’il soit réel, virtuel ou imaginaire, il s’agit de cibler les compétences visées dans chaque discipline, de planifier les activités qui amèneront à la production finale du carnet de voyage de la classe. La plupart des enseignants stagiaires ont multiplié les types de productions : deux ou parfois trois types de carnets (une création artistique, une production numérique, un blog pédagogique ou journal de bord du projet). Dans la démarche de projet, les élèves ont réalisé soit un carnet individuel, soit une page en binôme qui a permis ensuite la réalisation du carnet collectif de la classe, d’autres ont valorisé un carnet de voyage en  interaction avec d’autres classes ou correspondants scolaires (E-Twinning ou  les stagiaires ERASMUS à l’ESPE). La démarche de pédagogie de projet est en effet tout à fait adaptée aux trois temps des apprentissages qui correspondent aux trois temps de la production du carnet de voyage :

  • avant le voyage ou le carnet de voyage rêvé des représentations,
  • pendant le voyage ou le carnet de voyage vécu de la confrontation au réel,
  • après le voyage ou le carnet de voyage recréé ou filtré par la mémoire et par la vérification du témoignage et des informations collectées.

L’ouverture sur l’extérieur via des classes enquêtes, des reportages, des sorties scolaires ou des voyages linguistiques (PLC d’Allemand), la diversité des outils TICE utilisés et surtout la pluridisciplinarité m’ont enchantée. Ce dispositif de pédagogie de projet a été ultra motivant pour nos stagiaires PE (multiplication des productions et des séances au semestre 4 ) afin d’aboutir à un projet très pluridisciplinaire (arts, géographie, français, langues, aspects interculturels ou sociaux…) permettant de tisser le lien entre les disciplines, donner du sens aux apprentissages visés disciplinaires et transversaux et construire le séquençage et l’articulation des apprentissages. Il a été primordial de favoriser l’activité de l’élève en décentrant – recentrant les acquis, de problématiser les activités des élèves (« situation – problème »), de travailler en équipe avec son binôme PE, d’utiliser la diversité des outils numériques au fil des séances.  Afin de motiver sa classe vers un but commun, l’enseignant a valorisé les traces ou écrits intermédiaires à produire et a impliqué chaque élève dans la tache à accomplir en favorisant la différenciation et l’évaluation formative et formatrice.

Le 30 juin 2017, pour sa troisième édition, le PI-Lab Forum  a donné la parole aux étudiants, stagiaires, enseignants, chercheurs, partenaires de l’ESPE pour présenter leurs projets autour du numérique en éducation.

Mon intervention a porté sur « PPN Carnet de voyage en Europe : une pédagogie active et créative », soit un bilan des 21 projets menés par plus d’une trentaine d’enseignants stagiaires Professeurs des écoles ou Professeurs d’Allemand.

Résumé : bilan positif et motivant de la mise en oeuvre des PPN auprès des PE et des PLC d’Allemand : « Carnet de voyage en Europe » et « Carnet de voyage pour l’enseignement des langues ».
  • En quoi le dispositif du PPN permet-il d’expérimenter l’outil pédagogique du carnet de voyage ?
  • Quels critères d’évaluation complémentaires mettre en exergue au semestre 3 et au semestre 4 ?
  • Comment cette pédagogie du projet favorise t-elle la formation professionnelle de l’enseignant stagiaire ?
  • Quelle plus-value le carnet de voyage apporte t-il à la pédagogie en classe ?

La présentation numérique (limitée à 6 diapositives) de l’intervention pédagogique : https://prezi.com/o5u6x1u9bnbd/ppn-carnet-de-voyage-une-pedagogie-active-et-creative/

Des captures vidéos des PPN du Professorat des écoles :

  •  « Carnet de voyage quotidien avec nos correspondants mexicains » par Perrine LARROZE et Mélanie LEJEUNE, PPN Carnet de voyage en Europe.
  • « Carnet de patrimoine bordelais » par Julie CHERSOULY et Patrick ROLLAND, PPN Carnet de voyage en Europe.
  • « Carnet pour le développement durable » par Maxime FAURY, PPN Carnet de voyage en Europe.
  • « Carnet de voyage imaginaire : déplacements en Europe » par David JOUZEAU, PPN Carnet de voyage en Europe.
  • « Carnet de voyage : une journée typique à l’école Gajac » par  Lola MOÏE  et Mathilde FROISSART, PPN Carnet de voyage en Europe.

La capture vidéo du PI-Lab Forum : http://pi.espe-aquitaine.fr/30-juin-pi-lab-forum-2017-le-forum-du-numerique-de-lespe-daquitaine/

Le programme du PI-Lab Forum de l’ESPE d’Aquitaine : http://pi.espe-aquitaine.fr/30-juin-pi-lab-forum-2017-le-forum-du-numerique-de-lespe-daquitaine/

  • Projets pédagogiques de la rentrée 2017 à l’ESPE d’Aquitaine :

Stage de formation continue PE à destination des néo-titulaires du Professorat des écoles T1 sur le carnet de voyage et la pédagogie de projet afin de favoriser la lecture et l’écriture et la différenciation des apprentissages à partir de la production d’écrits intermédiaires.

Parcours EMI (éducation aux médias et à l’information) à destination des stagiaires PE-PLP-PLC : analyse de l’image, reportage graphique, webdoocumentaire et transmédia storytelling d’un évènement.

Phase d’expérimentation du prototype Transmédia sur Aliénor d’Aquitaine (MEDIANUM sous la responsabilité de Mélanie Bourdaa, équipe de recherche du MICA) en classe de cinquième avec des enseignants stagiaires : valoriser la médiation du patrimoine de la nouvelle région Aquitaine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La médiation du patrimoine : communications colloques – projets de recherche

  • Participation à sept projets de recherche (MICA de Bordeaux – Montaigne et ESPE d’Aquitaine) :

1- Projet MEDIANUM (2016-2018 sous la responsabilité de Mélanie Bourdaa) – Médiation du patrimoine via le transmédia storyelling (sous la direction de Mélanie Bourdaa) : production d’un transmédia « Carnet de voyage sur les pas d’Aliénor d’Aquitaine » pour valoriser le patrimoine de la nouvelle région Aquitaine : https://medianum.hypotheses.org/

2- Projet P@TRINUM (2016-2018 sous la responsabilité de Karen Soumagnac) – développé conjointement par la Délégation Académique aux Arts et à la Culture (DAAC) du Rectorat de l’académie de Bordeaux ; la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC); et l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE) de Bordeaux) : le projet a vocation à s’articuler autour de la médiation numérique patrimoniale exploitable dans le champ de l’éducation artistique et culturelle (EAC). De nombreuses ressources sont mises à disposition des enseignants grâce à l’action du contrat de plan « Aquitaine Cultures Connectées », portée conjointement par la DRAC Nouvelle Aquitaine et le Conseil Régional – Nouvelle Aquitaine. http://patrinum.espe-aquitaine.fr/

3- Projet européen ENSERRER sur « Enseigner la guerre, éduquer à la paix » (2014-2017) dans le cadre d’ERASMUS PLUS pour la coopération entre les  établissements d’enseignements (primaire, secondaire, supérieur) de cinq pays (Italie – France – Slovénie – Allemagne -Autriche). Le centenaire de la Grande Guerre (1ère Guerre mondiale) permet de travailler sur l’articulation entre histoire savante et histoire enseignée. Il s’agit de produire dans la langue de chacun des pays partenaires un manuel didactique exploitable dans chacun des niveaux d’enseignement concernés, tant par les élèves et les étudiants que par les enseignants. Il prendra la forme d’un livre du professeur accompagné de fiches spécifiques d’exploitation pédagogique en fonction des différents niveaux d’enseignement. Un site Internet servira de support de travail et de communication tout au long du projet et à son issue. Un petit guide mémoriel et historique sera réalisé pour un public plus large. https://erasmusplus14-18.jimdo.com/ Un colloque s’est déroulé à l’ESPE d’Aquitaine le 8 novembre 2017 : http://blog.espe-aquitaine.fr/index.php/lhistoire-de-la-grande-guerre-enseignee/

4- Projet PATRIVALPatrimoines éducatifs : valorisation et innovation pédagogiques (2016-2018 sous la responsabilité de Margurite Figeac) à l’ESPE d’Aquitaine : eefonte du site web Patrimoine Aquitain de l’éducation, Patria. Programme de recherche Patrival issu d’un partenariat entre l’ESPE d’Aquitaine (Université de Bordeaux), le Centre des Mondes Moderne et Contemporain (Université de Bordeaux-Montaigne) et la Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine (MSHA). Carnet de recherche et site web : https://pupitre.hypotheses.org/2815 et https://www.somyweb.net/site-internet/patrival/

5- Participation sur deux ans au projet PATRIA, Patrimoine de l’éducation en Aquitaine à l’ESPE d’Aquitaine (2012-2014 sous la responsabilité de Marguerite Figeac): en charge de l’inventaire de 2500 ouvrages de 1830 à 1945 de l’école normale de Caudéran et de la base de données du site web PATRIA.

6- Projet national « Méthodes visuelles » du réseau InterMSH dirigé par Alain BOULDOIRES et Fabien REIX  : parution des numéros n°1 et n°2 de la Revue Française des Méthodes Visuelles lancé par la MSHA d’Aquitaine an juin 2017. Carnet de recherche et site de la Revue : https://rfmv.fr/ et https://cdmv.hypotheses.org/

7- Programme interdisciplinaire (Géographie – Histoire – Lettres) LIDO de la Maison des sciences de l’homme de Clermont-Ferrand – CERAMAC de l’université de Clermont-Ferrand intitulé « Des lieux, des œuvres : représentations cartographiques, littéraires et iconographiques des lieux et territoires, méthodologie pour la construction de corpus » avec création d’un carnet de recherche et d’un colloque international « Dessiner les lieux, cartographier le monde » : http://lido.hypotheses.org/425

  • Dix communications en colloque sur la médiation du patrimoine :

1- Carnets de patrimoine – mémoire et carnets de guerre (parties 1 et 2) ». Pascale Argod, Colloque international européen ENSERRER « Enseigner la guerre, éduquer à la paix : « Comment et pourquoi enseigne t-on la Première Guerre mondiale aux jeunes européens ? » à l’ESPE d’Aquitaine, le 8 novembre 2016. http://pi.espe-aquitaine.fr/lhistoire-de-la-grande-guerre-enseignee-comment-enseigne-t-on-la-premiere-guerre-mondiale-en-europe/

+ l’atelier du jeudi 10 novembre : « Carnet de terrain et carnet de voyage, des outils d’apprentissage actif et des médiums  d’expression personnelle et de valeurs communes à l’Europe ».

2- «Du carnet (de terrain, de voyage, de reportage, de patrimoine), objet patrimonial et de recherches historiques en sciences humaines et sociales : vers une e-muséographie» au colloque interdisciplinaire et international PHuN « Patrimoine et Humanités numériques » à MSH-Alpes de Grenoble du 10 juin au 12 juin 2014.

3- « Le carnet, outil de formation en sciences humaines et sociales et en arts », à la Journée d’études Apprendre des carnets aujourd’hui, ESPE de Caen, MSH de Caen, le 4 décembre 2013.

4- « Du carnet de patrimoine urbain au carnet de voyage intermédia : identité du quartier, territorialité et « géocitoyenneté » à travers les arts graphiques et numériques», colloque L’animation socioculturelle, quelle place dans le projet urbain ?, Université Bordeaux III – IUT Carrières sociales – UMR CNRS ADES, les 28 et 29 janvier 2013

5- «De l’aquarelle à la naissance du carnet de voyage, une esthétique des contraires : l’inventaire du monde et de la topographie / l’art du « pittoresque » et de l’exotisme orientaliste (du XVIIIe au XIXe siècle)  » au colloque « Vertu des contraires : art, artiste, société », Laboratoire d’études en sciences des arts – LESA d’Aix-en-Provence, novembre 2012.

6- « Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

7- « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel », Journée d’étude de la MSH de Clermont-Ferrand « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? », le 16 novembre 2012

8- « Carnets de voyage, objets de recherches historiques en sciences de l’homme et en arts : patrimoine, ethnographie, altérité, géographie culturelle, illustration de l’ailleurs » au séminaire de géographie « Altérité» de l’ENS, Ecole normale supérieure, le 28 mars 2012.

9- « Le carnet de voyage et ses tendances actuelles comme œuvre d’arts graphiques : du patrimoine, du témoignage et du reportage dessiné», Symposium « Dessiner, tracer : le dessin dans tous ses états»  manifestation artistique dans 30 musées et 30 expositions dans la région Nord- Pas de Calais, organisé par Musénor, réseau des conservateurs de musées et des musées des universités libres de Bruxelles et de l’université de Lille 3 (IRHiS et CEAC) du 8 au 10 décembre 2011 à Lille.

10- « La représentation de l’ailleurs dans l’image métissée du carnet de voyage : exotisme, vision touristique ou ethnographique », colloque international « Images de l’étranger », à l’Institut National de l’Audiovisuel et à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, les 21 et 22 octobre 2010.

  •  Neuf communications en colloque sur l’hybridité et l’intermédialité du genre « carnet de voyage » :

1- « Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel » au Colloque international & interdisciplinaire «  Dessiner les lieux, cartographier le monde  » à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand,  les 14-15 novembre 2013.

2- « Le carnet de voyage, une oeuvre artistique : exotisme, créativité et transculturel», Journée séminaire « Création, créolisation, créativité », de l’université Bordeaux 3 le 11 avril 2013.

3« L’intermédialité du genre « carnet de voyage » : un « work in progress », 3ème colloque international d’Études d’Intermédialité de l’ISMAI à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto), sous la responsabilité du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI (CELCC) les 6 et 7 juin 2013.

4- « Le carnet de voyage sans frontières : hybridité, intermédialité et interculturalité » au séminaire de géographie « Géographie, arts et littérature » de l’ENS, Ecole normale supérieure, le 25 janvier 2012.

5- « Le carnet de voyage numérique : des arts graphiques vers le vblog, un tournant esthétique du genre intermédial et une mutation de la profession de carnettiste », colloque international « Travail et création artistique en régime numérique : images et sons », organisé par l’université d’Avignon et des Pays du Vaucluse, le Centre Norbert Elias, Laboratoire Georges Friedmann (Paris1 CNRS), Le LHIVIC (EHESS) et le GRANEM (U. d’Angers), les 24 et 27 mai 2011.

6- « La naissance éditoriale du genre « Carnet de voyage » dans les années 80, un album hybride original », In colloque international « De traits et d’esprit. Formes, histoires et fonctions de l’illustration » de l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg des 13-14 janvier 2011.

7- « Le carnet de voyage, un genre hybride entre arts et sciences humaines et intermédial », colloque international et transdisciplinaire Reims-Salzbourg « Hybridité-Hybridität-hybridations-Hybridisierungen-hybridity » à l’Université de Reims Champagne-Ardenne du 17 au 19 mars 2011.

9- « De l’image au mot : le carnet de voyage » , colloque international Le parti pris de l’album ou de la suite dans les images organisé par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) de l’Université d’Auvergne, à Clermont-Ferrand du 11 au 13 février 2009.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Développer ses compétences transversales et interculturelles via une mobilité internationale

  • La revue Journal of International Mobility coordonnée et initiée par l’Agence Erasmus + France, numéro 2 (2014) sur le thème La démocratisation de la mobilité européenne et internationale & L’évaluation de l’impact des mobilités européennes et internationales  : http://www.agence-erasmus.fr/page/JIM

 

Publications récentes :

  • Revue Education Permanente, n°211, 2017-2, Voyage, mobilité et formation de soi : http://www.education-permanente.fr/
  • Ils ont fait Erasmus : 30 portraits, 30 ans de découvertes et d’échanges. Isabelle Maradan et Stéphane Dugast, photographe invité Vasantha Yogananthan, préface de Sandro Gozi. De la Martinière, juin 2017.
  • Erasmus & mobilité internationale. Eliane Talbot. Studyrama, mai 2017.

Colloques : dix-neuf communications personnelles sur le thème du voyage et de l’interculturalité

1. « Vers une communauté d’apprentissage via le voyage et le tourisme créatif ». Colloque international « Voyage et formation de soi : se former par l’épreuve de l’ailleurs et de la rencontre ». Université de Rennes 2, les 15,16, 17 juin 2017 : https://voyageformation.sciencesconf.org/

2. Introduction sur « La médiation de l’expérience viatique : de l’authentique, du tourisme créatif et du transmédia » et conclusion de la journée professionnelle des éditeurs intitulée les 5° Rencontres de l’édition numérique sur L’édition touristique au cœur de l’innovation, le jeudi 18 mai 2017 à Lille -Tourcoing. http://www.plaine-images.fr/5emes-rencontres-de-ledition-numerique-18-mai-a-plaine/

3. « La fabrique du carnet de voyage et les apprentissages mobilitaires ». Colloque international L’éducation aux voyages : sensibilisations, apprentissages et productions touristiques » organisé par l’Association Tourisme Recherche et Enseignement Supérieur (AsTRES) et l’Université de Bretagne Sud, du 20 au 22 juin 2016 à l’université de Bretagne Occidentale, site de Quimper. http://www.univ-brest.fr/digitalAssets/51/51516_Programme-AsTRES-L_–ducation-aux-voyages-juin-2016.pdf    ou   http://www.univ-brest.fr/digitalAssets/52/52678_Livret-Colloque-ASTRES-20.pdf

4. « La médiatisation d’un tourisme « hors des sentiers battus » dans une édition touristique créative», 4e colloque International de l’Association ASTRES (Association Tourisme, Recherche et Enseignement Supérieur) et l’université de la Sorbonne, « Le tourisme hors des sentiers battus : coulisses, interstices et nouveaux territoires touristiques » à Paris – La Sorbonne du 21 au 23 Mai 2014.

5. « Processus créatifs du carnet de voyage – reportage, outil d’une pédagogie transversale créative » au colloque international Créativité et apprentissage : un tandem à ré-inventer organisé par l’HEP Vaud, Ecole des Hautes Etudes pédagogiques (UER Enseignement, apprentissage et évaluation, Didactiques de l’art et de la technologie) à Lausanne, mai 2014.

6. « Valeur et philosophie du voyage à travers le carnet de voyage, passeport vers l’Autre, collecte du sensible et évaluation du vécu », XXVe Journées scientifiques de la Société d’écologie humaine, colloque « L’écologie humaine en voyage » à Bordeaux, les 19 et 20 septembre 2013.

7. « Le carnet de voyage, une oeuvre artistique : exotisme, créativité et transculturel», Journée séminaire « Création, créolisation, créativité », de l’université Bordeaux 3 le 11 avril 2013.

8. « Le carnet de voyage – reportage et de mobilité, un outil innovant et créatif pour la mobilité internationale et universitaire », Colloque «Mobilités universitaires : regards et pratiques » organisé à l’UVSQ, université de Versailles St-Quentin en Yvelines, les 13 et 14 décembre 2012

9. « Du voyage au carnet de voyage et de patrimoine : apprentissages d’une géographie vécue, arts visuels et médiation du patrimoine et du tourisme », colloque Doc’Géo « Voyage : connaissances, perceptions et (im)mobilités » en partenariat avec l’UMR ADES du CNRS, l’UFR de géographie de l’Université de Bordeaux et l’École Doctorale Montaigne-Humanités, le vendredi 23 novembre 2012 à Bordeaux.

10. « Le carnet de voyage intermédia, esthétique géographique et art visuel pour la valorisation des lieux touristiques et patrimoniaux : de la cartographie sensitive et de l’image composée à l’itinéraire culturel », Journée d’étude de la MSH de Clermont-Ferrand « Comment cartographier les récits documentaires et fictionnels ? », le 16 novembre 2012.

11. « Les enjeux d’une communication touristique à travers les arts graphiques : une expressivité des lieux au prisme de la mobilité des artistes et des carnets de voyage », 5ème Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Etudes culturelles en Languedoc-Roussillon sur « Les cultures du déplacement, Mobilités et requalifications des lieux et des territoires » organisé par l’Université de Nîmes, juin 2012.

12. « Le carnet de voyage numérique, du voyage vécu au virtuel : de nouvelles expressions artistiques de la mobilité à la géopoétique du monde » , colloque Poétique du numérique 3 « Valeur de l’imaginaire: mobilité/fixité et territorialité », les 12-13 juin 2012, Nantes.

13. «  Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle », colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011

14. « Les arts graphiques – reportage graphique, carnet de voyage et livre d’artiste – pour l’apprentissage des langues et des cultures à travers une pédagogie créa(c)tive » au colloque « Art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures » organisé par l’université d’Angers du 5 au 7 septembre 2011.

15. « Le carnet de voyage, un outil d’apprentissage de la mobilité en Europe, de l’interculturel et de la citoyenneté européenne », colloque européen de l’AEDE-France, Association Européenne de l’Education, à Paris du 20-21 novembre 2010 intitulé « L’Ecole, avenir de l’Europe ? L’Europe, avenir de l’école ? ».

16. « Le carnet de voyage, un outil de réflexivité sur l’Interculturel », colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ? » organisé par l’Université de Limoges-DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010.

17. «  La représentation de l’ailleurs dans l’image métissée du carnet de voyage : exotisme, vision touristique ou ethnographique », colloque international « Images de l’étranger », à l’Institut National de l’Audiovisuel et à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, les 21 et 22 octobre 2010.

18. « Eduquer à l’interculturel : la démarche du carnet de voyage et de mobilité », Congrès « Mobilité internationale, la lettre et l’esprit », Agence Europe Education Formation France, les 28 et 29 juin 2010.(session n°9).

19. « Visions du monde et de l’interculturel dans le médium du carnet de voyage » au colloque « Communication et identités : (en)jeux des représentations », REPLIC du laboratoire MICA de Université Bordeaux III, le 27 mai 2010.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Voyage et formation de soi : se former par l’épreuve de l’ailleurs et la rencontre de l’altérité

Le colloque international  Voyage et formation de soi : se former à l’épreuve de l’ailleurs et de la rencontre est organisé par le centre de Recherche sur l’Education, les Apprentissages et la Didactique (CREAD) et l’équipe Education, Ethique, Santé (EES) de l’université François Rabelais (Tours). Il se déroule du 15 au 17 juin 2017 sur Rennes 2 :

https://voyageformation.sciencesconf.org/

Communication dans le cadre du Symposium intitulé L’acquisition de compétences interculturelles en mobilité internationale : apprentissages, identification et évaluation.

Coordinatrice : GONTHIER Nadia, Agence ERASMUS + France / Education & Formation à Bordeaux, en lien avec revue Journal of International Mobility

Trois communications :

  • Quels indicateurs des compétences développées en mobilité internationale ? Discours des recruteurs et de la recherche par Claire TOURMEN, UC Berkeley, USA et AgroSup Dijon
  • L’évaluation des acquis de la mobilité ou comment reconnaître des compétences non identifiées par Catherine BLONS-PIERRE, CIEP Sèvres, Fondation Esprit Francophonie, Maison des langues (Université de Genève)
  • Vers une communauté d’apprentissage via le voyage et le tourisme créatif par Pascale ARGOD, ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux.

Résumé : Vers une communauté d’apprentissage via le voyage et le tourisme créatif 

La manifestation culturelle et artistique du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand devient le lieu privilégié d’échange de savoirs mobilitaires consignés dans les carnets, donc de médiation de l’éducation aux voyages et par le voyage. Elle favorise l’émergence d’une communauté de pratique et d’apprentissage du tourisme créatif. A partir du témoignage des primés des trois éditions du Prix universitaire international du carnet de voyage Etudiant mais aussi de voyageurs participants à stages de carnets de voyage à l’étranger proposés par des artistes carnettistes ou des touristes créatifs réunis par ce Rendez-vous du carnet de voyage européen (21500 visiteurs), il s’agit de circonscrire l’éveil à l’altérité et les apprentissages informels à travers le médium du carnet de voyage et comprendre comment il retentit sur le voyage. En quoi l’usage d’un carnet de voyage est-il essentiel à la circulation de savoirs qu’il autorise, en partageant une expérience intime ? Des enquêtes menées auprès de différents niveaux carnettistes ou touristes créatifs – ceux qui encadrent (les experts), ceux qui font (les amateurs) et ceux qui découvrent (les novices) – explicitent la mise à distance du regard et l’émancipation identitaire mais aussi la circulation des apprentissages «hors-cadres» (http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com).

En quoi l’usage d’un carnet de voyage est-il essentiel à la circulation de savoirs à travers l’expérience intime qui le caractérise ? En quoi est-il un outil éducatif de la mobilité ? Quelles relations se nouent entre les carnettistes et leurs lecteurs, notamment en contexte touristique ? Comment, par exemple, le Rendez-vous du carnet de voyage[1] à Clermont-Ferrand, lancé en 1999, participe-t-il de la circulation des compétences liées à la mobilité ? Pour répondre à ces questions, notre travail s’appuiera sur six enquêtes[2] menées depuis 2011 auprès de différents niveaux de carnettistes :

  1. Ceux qui encadrent (les experts) :

– La première, réalisée en novembre 2011 auprès des enseignants[3] participant au Prix Ecole – Collège – Lycée du carnet de voyage et inscrits au stage national de formation au PREAC Arts et culture (Ministère de l’éducation, CANOPE) : 26 questions dont trois questions ouvertes.

– La deuxième, réalisée en mai 2013 auprès des artistes carnettistes organisateurs d’ateliers-voyage : 21 questions dont la moitié ouvertes.

– La troisième, en septembre 2016 auprès de 23 carnettistes exposants aux Rendez-vous du carnet de voyage : six questions ouvertes.

  1. Ceux qui font (les amateurs) :

– La quatrième, en avril 2016 auprès des étudiants participant au Prix du carnet de voyage Etudiant 2012, 2013 et 2014 : 20 questions dont la majorité en question ouverte.

– La cinquième, en juin 2016 auprès de participants à la Rencontre nationale des Urban sketchers à Bordeaux : six questions ouvertes.

  1. Ceux qui découvrent (les novices) :

– La sixième est une enquête de satisfaction menée en 2015 concernant 192 visiteurs du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand complétée par le compte-rendu d’activité 2014 et 2014 établi par l’IFAV, Il Faut Aller Voir.

  • Références aux compétences dans les programmes européens:

Plus de 90 % des étudiants ont fait état d’une amélioration de leurs compétences non techniques, telles que la connaissance d’autres pays, la capacité à interagir et à travailler avec des personnes de cultures différentes, la capacité d’adaptation, la maîtrise des langues étrangères et les compétences en communication : http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-14-534_fr.htm

Six facteurs, dits «memo© factors» ( «Monitoring, Exchange, Mobility, Outcomes») ont été utilisés pour l’étude d’impact Erasmus, qui sont étroitement liés à l’employabilité. Ceux dits «memo©» sont caractéristiques des traits de la personnalité liée à la mobilité et à la compétence interculturelle « memo© intercultural competence » :  http://www.memo-tool.net/fileadmin/user_upload/memo_factors_description.pdf

Dans le cadre de Youthpass, les compétences « The 8 Key Competences for Lifelong Learning » sont évaluées : https://www.youthpass.eu/fr/about-youthpass/certificates-and-languages/

Réflexion sur soi, rapport aux autres : de nouveaux domaines d’enseignement qui semblent essentiels : http://www.innovation-pedagogique.fr/article1422.html

  • Carte heuristique : Echanges de compétences mobilitaires via le carnet de voyage

Carte mentale Echanges de compétences mobilitaires via le carnet de voyage

 

 

[1] La 17e édition du 18 au 20 novembre 2016 : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/

[2]Les questionnaires accessibles en ligne sur mon carnet de recherche : Carnet de voyage – reportage. Pascale Argod. Hypothèses.org, octobre 2016.

[3] Une vingtaine d’enseignants de toutes disciplines qui ont mené plusieurs projets de création de carnet de voyage avec leurs élèves de collège ou de lycée.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Pour les géographes, l’art comme représentation poétique et outil pour la recherche

  • Appel à projet Art & SHS 2017-2018 :

Le pôle recherche et prospective de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), apporte son soutien à la mise en œuvre de projets dédiés à des thématiques novatrices en sciences humaines et sociales (SHS) qui pour la période 2017-2018, porteront sur « Nouvelles conflictualités » et « Art et sciences sociales ».

« Les relations entre arts et sciences, spécialement entre arts et sciences humaines et sociales, sont manifestement en train d’évoluer. De distantes, voire antagoniques, elles sont aujourd’hui faites de rapprochements et de connexions qui vont bien plus loin que l’intérêt sociologique ou historiographique que les secondes ont su porter aux premières. Outre que nombre d’artistes recourent à des catégories ressortissant au langage scientifique ou empruntent au travail de recherche ses manières de faire, les œuvres iconographiques, musicales, littéraires, ou mêlant différents types de supports, constituent des modes d’accès au monde, à la connaissance de ses formes de vie comme à ses mises en question éthiques et politiques, qui rencontrent tout particulièrement les objets et les démarches des sciences humaines et sociales. »

http://www.fmsh.fr/fr/recherche/28265

  • Conférence intitulée « Engager l’art pour engager la recherche : pour une relecture critique et réflexive de l’engagement entre art et géographie » de Sylvain Guyot (professeur de géographie à l’UBM, Université de Bordeaux – Montaigne, UMR Passages) : http://www.passages.cnrs.fr/spip.php?article401
  • Des mondes oubliés. Carnets d’Afrique. Christian Seignobos. IRD éditions – Parenthèses, février 2017.

Extrait de la 4e de couverture :

« En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte. »

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/10/dans-le-bassin-du-lac-tchad-des-mondes-oublies-menaces-par-boko-haram_5092738_3212.html

Voir la collection « Architectures traditionnelles » des éditions Parenthèses:

La case obus, histoire et reconstitution. Christian Seignobos, Fabien Jamin, 2004

Fare et habitat à Tahiti. Catherine Orliac, illustrations Christian Seignobos, 2000

La Maison kanak. Roger Boulay avec la collaboration de Alban Bensa, Alain Saussol. illustrations Christian Seignobos. Parenthèses, 1991.

Le Burundi. Jean-Louis Acquier, illustrations Christian Seignobos en 1987.

  • Une géographie à l’école par la pratique artistique, Sophie Gaujal, Carnets de géographes [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016. URL : http://cdg.revues.org/623

 

  • Cartographier les récits. Mauricette Fournier. CERAMAC, n°35. PUBP, 2016.

Cartographier les récits témoigne de la richesse d’un thématique étudiée selon une grande variété d’approches émanant de nombreux contextes disciplinaires (littérature, cartographie, géographie, histoire, histoire de l’art, sciences de la communication). L’ouvrage illustre la diversité et la vitalité actuelle de la cartographie narrative, des diverses façons d’envisager les relations entre les cartes et les récits, les lieux et les mots.

Le carnet de voyage (intermédia), de l’esthétique géographique, de la cartographie sensible et de l’image composée à l’itinéraire culturel et touristique. Pascale Argod. In Cartographier les récits. Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC 35, 2016, p. 197 à 214.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La médiation de l’expérience viatique : de l’édition numérique touristique

Les 5èmes Rencontres de l’édition numérique invitent à appréhender les nouveaux visages de l’édition touristique à la lumière des usages des voyageurs et des innovations éditoriales comme technologiques à travers des tables rondes, des workshops et un espace showcase.

Inaugurée dans le haut lieu incubateur de projets, Imaginarium – Plaine Images, cette manifestation, à la dense programmation et à la diversité des regards (chercheurs, nombreux éditeurs, diffuseurs de contenus, ingénieurs…) a permis de dresser un état des lieux des innovations numériques en vue de l’édition touristique et de la médiation du patrimoine. Les regards croisés ont mis en évidence les enjeux de l’éditorialisation de contenus, les exigences de l’expérience touristique, les notions de service, partage et d’authentique. La personnalisation du médium permet de penser le guide comme « hybride » – ouvrage et numérique – afin d’accompagner le voyageur, le touriste ou le nomade, au plus près de ses exigences devenues de plus en plus pointues, ciblées, immédiates, évolutives…Le guide touristique est-il toujours un prescripteur ? Est-il le seul médium ? Quels projets innovants permettraient de porter les exigences d’un marketing émotionnel en vue de la stratégie touristique ?

http://www.plaine-images.fr/5emes-rencontres-de-ledition-numerique-18-mai-a-plaine/

Invitée comme grand témoin de la Journée professionnelle des éditeurs de la région Hauts-de-France et de la Belgique, mon intervention a porté sur « La médiation de l’expérience viatique : de l’authentique, du tourisme créatif et du transmédia ». Elle a été largement complétée par les savoir – faire, les productions, les services et les innovations présentés lors de cette journée riche et dense en échanges passionnants afin de croiser les secteurs de la recherche et de l’édition (objectif visé surpassé !).

L’édition touristique tend à suivre les tendances du tourisme qui s’inscrivent dans la quête de personnalisation et d’itinéraires originaux. Deux genres éditoriaux renouvellent le désir d’ailleurs : le carnet de voyage et le guide touristique. Une nouvelle forme de voyage, plus authentique ou forme de tourisme alternatif et un marketing touristique et éditorial, orienté vers la découverte de l’Autre, semblent en émergence. Cette édition favorise la construction de lieux touristiques en partant du rapport du voyageur au monde et en narrant l’expérience vécue. L’édition du carnet de voyage, par la médiatisation d’images, contribuerait aux attentes d’un tourisme d’exception ou de slow tourism (Fullagar et Markwell, 2012), du moins une offre de tourisme interstitiel (Urbain, 1991). Le carnettiste serait alors un voyageur « défricheur» de destinations émergentes et de pratiques éditoriales nouvelles.

Comment le carnet de voyage mobilise-t-il l’image et les arts à travers l’édition ? Transmet-il un « autre tourisme » ?

Comment l’hybridité et la créativité de l’édition touristique jouent-elles sur l’envie de voyager autrement ? Valorisent-elles un tourisme sensitif, sensible, authentique et expérientiel (axé sur l’expérience) ?

Développement en quatre parties :

1.Les caractéristiques d’une édition créative en vue d’une communication de l’authentique, du pittoresque et du sensitif,  de l’épanouissement personnel.

2.Les destinations et les pratiques touristiques « hors des sentiers battus » dans une édition qui incite à découvrir par soi-même, soit  « une expérience vécue ».

3.La diversité des genres dans l’édition en vue d’une personnalisation du voyage, en référence au « carnet de voyage ».

4.Quelle révolution numérique observée ? Le « transmédia storytelling » et la mise en scène du patrimoine.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

La Grande Evasion, 2e édition du salon des littératures de voyage, à Bordeaux – Pessac

La Ville de Pessac propose La grande évasion, 2e Salon des littératures de voyage de Pessac, les 20 et 21 mai, au Pôle culturel de Camponac, en partenariat avec la librairie 45e Parallèle, l’université Bordeaux Montaigne et le Syndicat viticole de Pessac-Léognan.
Thème de cette édition : Chemins de mer.

http://www.pessac.fr/agenda/salon-des-litteratures-de-voyage-la-grande-evasion-2.html

Au programme : expositions, grands entretiens avec Irène Frain, Patrick Chamoiseau et Yann Queffélec*, tables rondes d’auteurs et d’artistes, séances de dédicace, projections de documentaires, ateliers, visites, lectures, stands de libraires et d’éditeurs…

Deux artistes carnettistes bordelaises seront présentes : Sophie Bataille et Vivi Navarro

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage pour l’enseignement des langues

L’Université Bordeaux Montaigne organise la quatrième édition de DidacTICE, une journée d’échange autour des pratiques innovantes développées à l’université, plus particulièrement pour l’apprentissage des langues.

http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/formation/innovation-et-pedagogie-didactice-4.html

Dans ce cadre, mon intervention a porté sur Le carnet de voyage pour l’enseignement des langues : pour une pédagogie « créactive » dans le cadre notamment du PPN, Projet pédagogique numérique mis en oeuvre à l’ESPE d’Aquitaine, sur le site de Bordeaux en vue de la formation au Professorat : enseignants stagiaires Professeurs des écoles et les PLC d’Allemand (Université de Bordeaux – Montaigne).

  1. Le dispositif PPN, Projet Pédagogique Numérique (22 projets en classe mis en place par les enseignants stagiaires)
  2. Le genre « carnet de voyage »
  3. L’outil pédagogique pour l’enseignement des langues : « Apprendre, partager et transmettre » (concours « Erasmus et moi » et les projets ERASMUS +)
  4. La production ouvrage et numérique en classe;
  5. La conclusion sur des projets de rentrée centrés sur « Le carnet de patrimoine ».

Chaque PPN est développé en deux temps, soit 10 HDT au semestre 3 puis 10 HTD au semestre 4 : la mise en projet puis la mise en oeuvre et l’analyse de pratique professionnelle. Ci-dessous le déroulé du PPN « Carnet de voyage en Europe » mis en oeuvre pour la formation au professorat des écoles (cours mis en ligne sur la plateforme e-learning MOODLE).

1- LA MISE EN PROJET (semestre 3 : 10 HTD) : tous les aspects cités ci-dessous sont à déterminer afin de lancer le projet personnel PPN.

Le projet envisagé :

  • Les objectifs disciplinaires et les compétences transversales visées
  • Les dispositifs (EPI, enseignement pratiques interdisciplinaires, PEAC, EMI….), moyens, ressources
  • Les partenaires extérieurs, l’équipe pédagogique, collaboration avec l’enseignante – documentaliste.

La production attendue « carnet de voyage – reportage » :

  • Les caractéristiques du genre « carnet de voyage – reportage »
  • La typologie des carnets, formes hybrides et intermédia
  • La production est-elle plus artistique ou plus documentaire ? Collective ou individuelle ?
  • Carnet de voyage réel ou fictif ? Double carnets ?
  • La narration en textes et en images (liens entre eux, multimédia, son, techniques…)

Le déroulement de la séquence :

  • Les étapes et les apprentissages visés
  • La mise en activité des élèves : travail individuel ou en groupe / interactions
  • Les ressources sollicitées et les outils numériques utilisés.

2- LA MISE EN PRATIQUE ET SON ANALYSE PROFESSIONNELLE

(semestre 4 : 10 HTD) :  les items ci-dessous sont les critères d’évaluation finale du PPN, déterminés d’après mon expérience pédagogique et donc modulables !

Les séances en classe (réalisées à partir de janvier ) :

  • Le type de voyage, réel ou fictif ? Le type de dispositif, par exemple « classe inversée » ?
  • Les objectifs disciplinaires, les compétences transversales, les représentations, les pré-requis…
  • La « situation – problème » envisagée et la prise en compte de la diversité des styles d’apprentissage en adaptant la démarche pédagogique.
  • Les déterminants pédagogiques : démarches, outils, activités, interactions, évaluations, productions.

La narration ou le « chemin de fer » de la production numérique

  • Le déroulement chronologique, la thématique ou le point de vue…
  • La narration : suivre un héros ? Sur les pas de…d’un savant, d’un artiste, d’un écrivain…
  • Le lien textes – images, autres médias et l’intermédialité du carnet
  • Le choix des outils numériques à justifier en fonction du projet.

L’analyse de pratique : Marguerite Altet (PUF, 1994), Philippe Perrenoud (L’Harmattan, 1994), Actes du séminaire GFAPP (Lyon, juin 2004).

  • Faire sens : liens entre disciplines, analyse de besoin, « conflit socio cognitif », mobilisation des savoirs et des pré-requis, curiosité, imaginaire…
  • Rendre actif : obstacle didactique, progression pédagogique, auto-évaluation…
  • Conduire la classe : interaction, feedback, pédagogie de l’erreur positive…
  • Travailler en équipe enseignante : rebond projet, au CDI, outils TICE..
  • Valoriser le travail des élèves : blog, prix, manifestation, expo, CLEMI…

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Actualités du carnet de voyage, n°31, mars 2017

Bulletin d’information intitulé Actualités du carnet de voyage, n°31, mars 2017

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Dispositifs d’enseignement et projets pédagogiques de carnet de voyage

Quelques dispositifs d’enseignement pour monter des projets pédagogiques de carnet de voyage en classe :

  • EPI Enseignements Pratiques Interdisciplinaires « Langues et cultures étrangères » concernent le cycle 4, c’est-à-dire les classes de 5ème, 4ème et 3ème

Ils aboutissent à des réalisations concrètes, individuelles ou collectives et font l’objet d’une évaluation prise en compte dans le cadre du DNB Diplôme National du Brevet.

  •  PEAC Parcours d’éducation artistique et culturelle : les éléments constitutifs du PEAC (fiches, traces,…) prendront place dans le cahier personnel d’histoire des arts ou cahier culturel qui doit suivre l’élève tout au long de sa scolarité. Cela lui permettra de visualiser le chemin parcouru et de construire un réseau de connaissances autour de ses différentes rencontres et pratiques.

Guide pour la mise en oeuvre d’un PEAC : http://cache.media.education.gouv.fr/file/12_Decembre/43/1/Guide-parcours-EAC_288431.pdf

  • L’EMI, Education aux médias et à l’information au cycle 4 (voir l’enseignante – documentaliste de l’établissement scolaire et le CLEMI de l’académie) http://eduscol.education.fr/cid98422/l-education-aux-medias-et-a-l-information-et-les-nouveaux-programmes-cycle-4.html
  • Enseignement d’exploration en seconde (1H30 / semaine): faire découvrir des champs disciplinaires de connaissances et les méthodes associée, ‘informer sur les cursus possibles au cycle terminal et dans le supérieur : IUT, classes préparatoires, université, etc., identifier les activités professionnelles auxquelles ces cursus peuvent conduire.

Littérature et société : http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_4/74/5/litterature_societe_143745.pdf

Création et activités artistiques : patrimoines : http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_4/75/3/creation_activites_artistiques_143753.pdf

Langue vivante 3 : http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_4/72/7/langues_vivantes_143727.pdf

  • Enseignements facultatifs en classe de 1ere et terminale :

« Histoire des arts » : http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/histoire-arts/spip.php?article21

« Informatique et création numérique ICN »: http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=104657

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts