Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives

« Créations de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010, p. 64-69 (6 pages).

http://www.intercdi-cedis.org/spip/index.php3

Les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans (2007 à 2010)sont tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste[1]. Dans le prolongement des actions menées dans l’académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons ainsi expérimenté cet outil avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[2]de Bordeaux dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté puis la sensibilisation au patrimoine et à l’environnement ou au développement durable.

1. Du livre d’artiste et du voyage comme parcours initiatique et professionnel (2008-2009)

2. Un carnet de patrimoine européen pour favoriser les échanges européens Coménius et Léonardo (2009-2010)

3. Un carnet sur l’histoire familiale pour l’insertion des migrants dans le cadre du projet « Interculturalités et vivre ensemble » (2009-2010)

4. Un échange interculturel entre Anglais et Indiens pour comprendre l’autre (2007-2008)

5. Un carnet de voyage numérique et multimédia pour l’apprentissage des langues (2008-2010)

A la rencontre des arts et des sciences, le carnet de voyage semble un outil pédagogique créatif qui allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. Cette diversité des approches éducatives en fait l’intérêt pédagogique. Comme le dit le sculpteur Rodin « Je ne crée pas, je vois, et parce que je vois, je peux créer » , une belle maxime pour la démarche créative du carnet de voyage. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1].


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.


[1]Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique thèse soutenue en 2009 (Pascale Argod, Dir. Thierry Lancien, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 790 pages).

[2] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet Carnet de patrimoine européen)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet Livre d’artiste)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet Interculturalités)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet Inde du Sud)

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le reportage graphique et le carnet de voyage pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté

Le carnet de voyage et de reportage, un outil de formation et d’apprentissage pour la mobilité, l’Europe et à l’interculturel

Extrait de la communication du 5 février 2010 à l’assemblée générale de l’AEDE France et du 21 novembre 2010 lors du colloque « L’école, avenir de l’Europe ? »

Cette pratique est innovante dans la pédagogie documentaire puisque qu’elle repose sur l’expression personnelle, héritée de la pédagogie Freinet[1] centrée sur l’apprenant dans une démarche active axée sur l’enquête de terrain qui initie à l’ethnographie : le carnet d’enquête propose en effet un va et vient entre terrain et réflexion à travers une méthode inductive[2]. Elle favorise l’écriture d’un journal personnel[3] comme écrit pour l’autre avec une mise à distance indispensable ; la banque de données personnelles et la vocation initiatique, subliment le temps et la confrontation à l’Autre. Cette démarche personnelle peut être envisagée pour un projet professionnel d’orientation afin de fixer la mémoire et l’évolution du parcours : c’est en somme une sorte de « capital humain »[4], de « projection existentielle », selon les termes d’Alain Taupin[5]. La démarche personnelle de réalisation du carnet suscite la curiosité, affine le regard, éveille aux émotions et met la pensée en mouvement : ainsi se construit une culture humaniste et, à partir de là, peut se pratiquer une évaluation formative propre à mesurer l’investissement du créateur.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image —illustration et témoignage (photo), mise en valeur d’un message (arts graphiques), aspects documentaires du réel (image conceptuelle), représentation d’art (peinture)…––  et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

–  narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

–  force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’autre, à d’autres référents culturels,

– double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

De plus, la pratique artistique forge l’esprit de créativité, d’innovation et de spatialisation ; l’hémisphère droit du cerveau, centre de l’image, de la spatialité, de la globalité, de l’intuition et de l’instantané n’est sans doute pas assez mobilisé dans l’enseignement alors qu’il peut jouer un rôle indéniable dans la formation de l’individu. Il ouvre, entre autres, la voie du dessin qui se situe en dehors du monde verbal, siège de l’hémisphère gauche (rationalité, logique, analyse et abstraction) comme le fait remarquer Betty Edwards dans son ouvrage « Dessiner avec le cerveau droit » (Eyrolles, 2002) qui explique ainsi sa méthode : «La compétence globale pour dessiner quelque chose que l’on voit (une personne, un objet ou un paysage) exige seulement cinq compétences de base entièrement axées sur la perception et non une quelconque capacité à dessiner : – la perception des bords. – la perception des espaces – la perception des rapports – la perception des lumières et des ombres – la perception du tout »[6]. En somme, il faut savoir regarder pour être capable de dessiner, ce que pressentait déjà le sculpteur Rodin : « C’est parce que je vois, que je créée ».

Aussi, favoriser cette compétence à travers la réalisation d’un carnet de voyage pourrait être pertinent dans le cadre d’une pédagogie documentaire créative qui allie la double compétence de l’analyse de l’information et de l’observation sur le terrain. C’est ce que les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[7] de Bordeaux ont essayé de proposer : tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, ils sont sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste. Dans le prolongement des actions menées dans l’Académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons aussi expérimenté cet outil dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté, la sensibilisation au patrimoine, à l’environnement ou au développement durable.

Ainsi expérimenter diverses techniques de dessin pourrait être une des clés pour mobiliser les aptitudes spatio-cognitives : croquis sur le vif ou rough qui nécessite la rapidité du geste, dessins d’observation qui demande du temps, croquis (de type carnet d’ethnologue-anthropologue) cartes, plan ou schémas qui nécessitent une adaptation explicative, esquisse ou dessin préparatoire à une composition ou un tableau qui demande une disposition artistique tout comme les dessins d’imagination, de souvenirs ou d’après photographie, les bandes dessinées…etc. Le carnet de voyage se définit en effet  essentiellement comme une image mosaïque de procédés graphiques à partir d’une juxtaposition de créations artistiques et documents authentiques, de traces ou d’indices.  Il s’agit de synthétiser une journée en une page composée d’images plurielles qui narrent les évènements en vue d’une lecture éventuelle : elle nécessite donc une certaine adaptation au lecteur qui doit décrypter la page et comprendre les notes visuelles retranscrites par le carnettiste- reporter ou artiste. Il doit lire les images du carnet de voyage.

De plus, le carnet de voyage serait une création plastique innovante pour l’éducation artistique et culturelle car elle favorise diverses compétences : il faut savoir t transmettre l’expérience vécue par l’éveil de tous les sens, témoigner de l’authentique à travers le dialogue entre design et objets et l‘accumulation des indices d’un musée personnel (ou cabinet de curiosités), illustrer la différence culturelle en utilisant la symbolique des couleurs et des  pigments, retracer le cheminement du voyage à l’aide de la charte graphique et du chemin de fer, s’immerger dans « l’exotisme »[8] ou l’identité du pays en créant un objet-livre, retranscrire l’ambiance d’un lieu mais aussi découvrir l’environnement, le patrimoine, la culture et les arts du pays à travers le « reportage graphique ».

Ainsi la formation aux arts visuels est complète puisque l’élève utilise les différents procédés graphiques (calligraphie, typographie, technique du dessin, matériau, photographie), expérimente les diverses fonctions du dessin (d’observation, préparatoire, explicatif, schéma, étude de composition, plan de fabrication) mais pense aussi à la circulation médiatique du médium[9].

Cet outil pédagogique est également au service de la mise en oeuvre des programmes d’enseignement : l’éducation à l’image depuis l’an 2000 au collège (lettres, arts plastiques et hist-géo), l’enseignement de l’histoire des arts depuis 2008, obligatoire au brevet en 2011, l’éducation à l’Interculturel[10] avec la compétence culturelle en langue et l’enseignement de l’histoire des arts[11], l’éducation à l’environnement et au développement durable et l’éducation à la paix, à la tolérance et à l’anthropologie.

Concernant plus spécifiquement la formation à la citoyenneté européenne, il semblerait être un outil adapté[12]. Ses atouts sont indéniables en effet, dans le cadre d’une pédagogie centrée sur l’expression, la créativité, l’image et l’imagination[13] afin de sensibiliser à une éthique du respect et à la curiosité du monde qui favorise l’adaptabilité et de promouvoir l’esprit d’innovation, d’initiation et de mobilité[14]. Cet outil « intermédia », blog ou vblog, est ouvert sur la communication et le travail collaboratif pour la médiation interculturelle et pour l’éducation à l’interculturel. Le carnet de voyage est l’exercice d’un art d’expérimentation qui favorise un regard sensible sur l’autre et permet l’expression identitaire d’un regard-témoignage sur le monde. Outil personnel de recherche et d’inspiration pour les artistes, il est aussi pour le voyageur ethnographe ou pour l’anthropologue le support de réflexions sur les curiosités vues et sur la différence culturelle, une mémoire structurée du vécu qui permet de se projeter dans l’avenir (projet). Il place l’auteur du carnet en position d’artiste à travers une éducation au regard puisqu’il favorise la créativité et sollicite le reportage graphique et la démarche sociologique pour « être témoin et devenir passeur ». Il faciliterait ainsi l’identification à travers le partage du singulier.

Puisque le carnet de voyage se définit comme le récit autobiographique d’un périple dans lequel l’image est centrale par rapport au texte, le genre hybride du récit aurait alors une double vocation (lieux et temps évoqués / psychologie et intentions de l’auteur) : pour l’élève, il s’agit d’écrire objectivement ce qu’il relate, sur le modèle du documentaire, mais aussi de traduire ses sentiments (pulsions d’amour ou de rejet, vocabulaire expressif et mots à fortes connotations) et ses impressions (cinq sens) comme l’évoque le journal intime ou la biographie. De plus, les carnets imaginaires « sur les pas de… » auraient un rôle initiatique car le passage de la lecture au voyage amène au carnet de voyage.  Les apports du voyage rêvé (autant que vécu) sont indéniables pour le lecteur qui devient alors voyageur grâce à la littérature et à l’imaginaire du voyage[15] :

« Il n’y a d’homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie » Lamartine.


[1] Titre de la revue de type album photographique créée en 1994 par les publications PEMF.

[2] En référence aux publications sur l’éducation à l’interculturel d’Anne Mojavet et de Gisèle Provost.

[3] En référence aux publications de Rémi Hess, Professeur à Paris VIII.

[4] Intitulé de l’atelier organisé par Patrice Delegue lors du Congrès « Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011.

http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[5] Directeur-adjoint de l’ONISEP : intervention dans l’atelier « Vous avez dit capital humain ? » lors du Congrès Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011. http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[6] Site de Betty Edwards : http://www.drawright.com/

[7] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet « Carnet de patrimoine européen »)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet « Livre d’artiste et parcours initiatique professionnel»)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet « Interculturalités et vivre ensemble »)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet « Carnet interculturel Anglais-Indiens en Inde du Sud »)

[8] D’après Victor Segalen « percevoir le divers » pour accéder à l’autre.

[9] Les deux notions d’intermédialité et d’artialité sont au cœur de la problématique de la thèse de Doctorat soutenue sur ce genre en SIC à l’université Bordeaux III le 10 décembre 2010.

[10] En référence au dialogue interculturel du Conseil de l’Europe dès 1975.

[11] Voir BOEN n°32 du 28 août 2008 : « L’art et les identités culturelles : altérité et dialogue»au collège, dans la thématique « Arts, créations, cultures » et au lycée, « Arts, sociétés, cultures ».

[12] A noter : l’expérience du ministère « Mon cahier d’Europe », trois cahiers de vacances pour les 7 à 15 ans.

http://www.moncahierdeurope.education.fr/, http://www.education.gouv.fr/cid21525/mon-cahier-europe.html

[13] Les projets européens développent les compétences créatives : retours sur une année thématique porteuse de résultats. Sylvie Thomas. Agence Europe Education Formation France, Soléo, l’esprit mobilité !, mars 2010, n°22. http://soleoweb.2e2f.fr/page.php?page=138

[15] Réflexion développée sous l’angle pédagogique en 2002 sur l’Académie de Reims : voir l’article « Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages : vers l’anthropologie et la créativité », Pascale Argod, InterCDI, n°177, mai-juin 2002.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Les arts graphiques pour l’apprentissage des langues et des cultures

Les arts graphiques -reportage graphique, carnet de voyage et livre d’artiste- pour l’apprentissage des langues et des cultures à travers une pédagogie créa(c)tive »

Communication au colloque art, interculturel et apprentissage des langues et des cultures organisé par le Lalic-Cirhill, UCO, à Angers du 5 au 7 septembre 2011

Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique et que mobiliserait les capacités cognitives de l’hémisphère droit du cerveau. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Dans le cadre de pratiques éducatives de mobilité internationale et européenne le carnet de voyage favoriserait la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique à partir de l’émotion artistique et le sensible. Il serait le vecteur de cette authenticité (Joëlle Aden, 2010) dans une éducation interculturelle et à l’interculturel et aux échanges avec l’Autre et sa culture que l’on reconnaît à travers l’art. A partir des spécificités du reportage graphique ou dessiné et du carnet de voyage, nous verrons en quoi ces outils seraient pertinents pour éduquer au regard et à la compréhension de l’Autre. Oeuvre mosaïque, collée et combinée d’images de diverses fonctions, le carnet de voyage est une œuvre sensorielle, créative et initiatique.

Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[1] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Bibliographie

ADEN, Joelle. Apprentissage des langues et pratiques artistiques. APLV, 2010.

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica, Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale).

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

Sur le carnet de voyage :

– Argod Pascale. Le carnet de voyage, outil de formation à la mobilité internationale, In Actes du Congrès international « La lettre et l’esprit »  sur la mobilité internationale, organisée par l’Agence Europe Education Formation France, les 29 et 30 juin 2010, avril 2011.

– Argod Pascale. Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010.

– Argod Pascale. Le carnet de voyage au regard de la sémiologie de l’image, Revue ARGOS n°46-47, double numéro « Images en lecture », du CRDP de Créteil, juin 2010.

– Argod Pascale, Créer un carnet de voyage pour éduquer au regard interculturel, Cahiers Pédagogiques, n°450, dossier « Images » en ligne, février 2007.

– Argod Pascale. Carnets de voyage : du livre d’artiste au journal de bord en ligne. SCEREN-CRDP d’Auvergne en 2005,173 p. (29 fiches pédagogiques).


[1] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Interculturalités et éducation à la citoyenneté

Interculturalités et éducation à la citoyenneté : des pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle

Communication au colloque international trilingue « Espaces de l’éducation et identités culturelles » organisé par l’université Via Domitia Perpignan, les 30 juin et 1er juillet 2011.

http://recherche.univ-montp3.fr/artdev/colloque13/appel_colloque13.pdf

De multiples pratiques pédagogiques créatives et d’expression personnelle peuvent favoriser le vivre ensemble à l’école et en classe : de l’enseignement de l’histoire de l’immigration au voyage scolaire ou aux échanges européens de type Comenius ou Léonardo, l’éducation à l’interculturel est un objet pédagogique commun afin de promouvoir la compréhension de l’Autre. Dans le cadre de ces pratiques éducatives comment nous interroger l’identité culturelle en favorisant la construction culturelle et identitaire en incitant l’expression personnelle et artistique. Le carnet de voyage semblerait un outil pédagogique adapté car il est créatif et qu il allie la démarche documentaire à la démarche artistique afin de forger un esprit d’innovation et un regard sensible sur le monde. Si le voyage forme la jeunesse, le carnet en serait le passeport, comme une initiation à la rencontre de la différence culturelle et à la réflexion sur la perception de l’Ailleurs[1]. Comprendre son environnement, échanger avec l’Autre, appréhender une autre culture, connaître son identité et ses racines, tels sont les objectifs du carnet de voyage qui devient médium initiatique sur le monde et sur l’ailleurs. C’est l’ouverture sur la créativité et l’expression personnelle, à travers les techniques plastiques de réalisation d’une image mosaïque de croquis et de documents authentiques, qui en fait son atout pédagogique. De plus, le reportage graphique pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté a la vertu d’ouvrir sur l’Autre. Les pistes de projets de carnets de voyages vécus ou imaginaires sont vastes, nous en avons expérimenté un certain nombre avec des scolaires : carnet de patrimoine, carnet-livre d’artiste, carnets de mémoire et de recherches en arts, carnet de projet professionnel, carnet de «jeu de rôle sur les pas de», carnet de «société-reportage», carnet naturaliste mais aussi carnets de voyages vécus[2]. Quant au carnet multimédia et vblog, il permet d’évaluer les compétences B2I comme le propose la plate-forme des carnets numériques du CRDP d’Auvergne. D’autres pistes pédagogiques ont été évoquées lors du stage national de formation en Arts et Culture proposé au Préac[3] et organisé par l’Académie d’Auvergne lors de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand.

Dans le cadre de l’enseignement de l’histoire de l’immigration, il prend alors toute sa dimension initiatique de quête des racines et de construction de l’identité. Nous avons en effet expérimenté un carnet de voyage aux racines familiales qui a concerné deux classes multiculturelles de cinquième qui a permis d’aborder plusieurs notions à travers une pratique artistique plastique et d’écriture : l’identité, l’interculturalité, la découverte des autres cultures, le parcours individuel et familial. Aborder la question de la construction de l’identité à travers le parcours individuel de l’enfant et de sa famille jusqu’à son arrivée sur le quartier est un sujet difficile à aborder, aussi nous avons privilégié l’expression des élèves sur l’histoire de la famille (et la culture des grands-parents). La fabrication du carnet de voyage qui témoigne du déplacement vécu au contact des autres et de la différence culturelle a semblé un outil pertinent pour atteindre cet objectif éducatif.

Bibliographie :

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’approche ethnographique : l’école et la formation des adultes. Pratiques de formation (Analyses), Décembre 1990, n°20.

ARDOINO, Jacques (éditorial). L’éducation et les défis interculturels. Pratiques de formation (Analyses), mai 1993, n°5.

ARDOINO, Jacques (éditorial). Le travail de l’interculturel : une nouvelle perspective pour la formation. Pratiques de formation (Analyses), février 1999, n°37-38.

ARGOD Pascale. Trois bibliographies thématiques d’une quinzaine de pages : Echanges culturels et ouverture sur le monde : éduquer à l’anthropologie, Interculturel, diversité culturelle et intégration sociale, Francophonie et plurilinguisme en Europe : interculturel et langues. Rubrique « Ressources » du site de l’IUFM d’Aquitaine-Bordeaux IV, 2006. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.aquitaine.iufm.fr/documentation/bibliothematic/biblioDyn.php?ens=1

BEACCO Jean-Claude. Dimensions culturelles des enseignements de langue : des mots au discours. Paris : Hachette Livre, FLE, 2000.

COLIN Lucette, HESS Rémi (pref.). L’interculturation du monde. Paris : Anthropos, 2000. (exploration interculturelle et science sociale)

CONDAT, Sophie. Bibliographie Education interculturelle. CIEP, juin 2008. [en ligne]. Disponible sur : http://www.ciep.fr/bibliographie/Education_interculturelle.pdf

DEMORGON Jacques, HESS, Rémi (pref.). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris : Anthropos, 1996. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS, Rémi. Pédagogues sans frontières : écrire l’intérité. Paris : Economica Anthropos,1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Remi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS, Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi (Dir.), WULF Christophe. Parcours, passages et paradoxes interculturels. Paris : Anthropos, 1999. (exploration interculturelle et science sociale)

THIEBLEMONT-DOLLET Sylvie. Art, médiation et interculturalité. Paris : Presses universitaires de Nancy, 2008. (Interculturalités, n°2)

COLLOQUE DE l’ADECE (Association pour le développement des échanges et de la comparaison en éducation). Echanges éducatifs internationaux : difficultés et réussites. Actes du 2e colloque de l’ADECE 18-20 mai 2000 à l’IUFM de Montpellier. Paris : L’Harmattan, 2002.

COLLOQUE ANTHROPOLOGIE, INTERCULTUREL ET ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DES LANGUES à la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Nord en décembre 2008.

http://users.utu.fi/freder/anthropo/appelacom-4.pdf

Approches interculturelles en éducation : dossier de synthèse. Service de veille scientifique et technologique. INRP Institut national de recherche pédagogique. [en ligne]. Disponible sur :http://www.inrp.fr/vst/Dossiers/Interculturel/bibliographie.htm


[1] Extrait de la préface du Catalogue d’exposition du musée de la poste de Paris. Pascale Argod. Musée de la Poste, novembre 2010.

[2] Diversité des projets 2008-2010 sur Bordeaux : voir l’article « Création de carnets de voyage : une diversité d’approches éducatives », Pascale Argod, InterCDI, n°228, novembre-décembre 2010. Article publié dans inter CDI, n°228, nov-décembre 2010.

[3] Responsable du stage de formation des enseignants intitulé « Enseigner le carnet de voyage » depuis 2003.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage “Carnet de voyage sans frontières”

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Médium d’initiation à la géographie afin de « percevoir le monde » par « un regard bouleversé » sur l’ailleurs

Initier à la géographie afin de « percevoir le monde » par « un regard bouleversé » sur l’ailleurs pour inciter à une “alter-graphia”

Parmi dix prix du 13e Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand[1], le concours Prix Vulcania créé en 2005 récompense le meilleur carnet de voyage de découverte environnementale, géographique ou ethnographique d’une région volcanique. Il encourage en effet la création artistique sur une thématique liée au volcanisme et consiste en l’attribution d’une bourse de voyage à destination d’un pays volcanique. Avec la thématique « Histoires en terres volcaniques », les élèves peuvent aborder à travers la création d’un carnet de voyage les mythes et les légendes, la vie quotidienne de la population, la menace de l’éruption, l’histoire du volcanisme…etc. Ainsi, les arts, les sciences et les sciences humaines peuvent être abordés autour de ce paysage aux particularismes remarquables ; l’identité volcanique interpelle le carnettiste qui médiatise ses sentiments, ses impressions, son regard et ses découvertes grâce à la création plastique. Par exemple, Dominique Meyer, récompensé en 2008 pour ses carnets aux Comores ou Thomas Houtteville et Valentine Hurtrelle pour ceux sur le Costa Rica. Les prix multimédia et numérique récompensent depuis 2002 des carnets de voyage numériques et vblog[2] souvent compte-rendu de voyages au long cours : le Prix De Bussac multimédia[3] et le prix du carnet de voyage numérique Vidéoformes[4].

La journée du vendredi[5] est ouverte aux enseignants et aux élèves (au nombre de 2500 avec leurs enseignants en 2009 et depuis deux ans provenant d’autres académies) afin qu’ils découvrent le carnet de voyage comme production artistique par la rencontre de carnettistes et comme album pour inciter à la lecture. Pour favoriser les productions, deux projections cinématographiques et quatre ateliers avec des carnettistes sont proposés pour chaque niveau (école, collège, lycée) aux élèves ainsi qu’un stage de formation académique « Enseigner le carnet de voyage » destiné aux enseignants depuis 2003 et aux personnes ressources en arts et culture depuis qu’il est devenu national en 2008. Organisé par le SCEEREN-CRDP d’Auvergne, j’ai proposé successivement chaque année une nouvelle approche éducative : pour l’éducation à l’EEDD en 2008, pour l’interculturel en 2009, pour le patrimoine en 2010 et pour l’éducation à l’Europe et à la mobilité internationale en 2011. Chaque classe bénéficie d’un parcours personnalisé à travers les deux niveaux du Polydôme (4000 m2) de Clermont-Ferrand qui permet à leurs participants de rencontrer les 120 carnettistes (+ éditeurs) présents et de découvrir les originaux (3 mètres de panneaux d’exposition par artiste). Accompagnés d’un étudiant du Master « Edition générale et de la jeunesse » de l’université de Clermont-Ferrand ou d’élèves de sections artistiques de lycée, les élèves ayant participé au Prix Elève du carnet de voyage découvrent la diversité des genres utilisés mais aussi la variété des formes de voyages, de destinations, de pays et de cultures. En somme, ils « voyagent » à la découverte du monde, de stands en expositions des originaux de carnets de voyage, et découvrent ainsi la diversité géographique et culturelle de la planète. Depuis 2001, le concours scolaire de production d’un carnet de voyage récompense par le prix Elève du carnet de voyage[6] les meilleures productions des classes, de la maternelle à la terminale, de l’Académie d’Auvergne et, à partir de 2007, de toutes les académies en France. Depuis novembre 2009, un nouveau prix a été créé : le Prix Elève du carnet de voyage multimédia[7]. Une plate-forme en ligne sur le site du CRDP est destinée au dépôt des carnets de voyage multimédia qui seront récompensés par ce prix, remis lors du « Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand ».


[1] dont le Grand Prix Michelin « Guides et cartes » : http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

[2]     Voir l’intervention aux deux conférences-débats données lors de la biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand :   http://www.biennale-carnetdevoyage.com/SAMEDI-20-NOVEMBRE.html

[6] En 2009 – 2010 : 1112 élèves participants dont 933 de l’Académie de Clermont-Ferrand, soit 45 établissements (dont cinq hors académie) et 239 carnets de voyage présentés au concours. http://crdp-kalitrace.ac-clermont.fr/www/upload/%5B21%5D%5B175%5D%5B915%5D%5B2010-11-23%5D%5B14-35-27%5D%5B55E2%5D.pdf

[7] 20 carnets multimédias pour 10 établissements en 2009-2010.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

“Label européen des langues” 2011 pour le carnet de voyage intermédia

Le « label européen des langues » est une initiative européenne permettant de valoriser des projets novateurs dans le domaine de l’enseignement et de l’apprentissage des langues. Les labels européens des langues sont remis lors d’un concours annuel organisé par la Commission européenne et les agences nationales dans chacun des 33 pays de l’Europe de l’éducation.

http://www.europe-education-formation.fr/label-langues.php

Lors du 10e anniversaire du Label européen des langues la remise officielle des trophées à Expolangues 2012 à Paris le vendredi 3 février de 10 H à 15 H :

http://www.expolangues.fr/ et http://www.expolangues.fr/animationsEL.html

Projet récompensé : Le carnet de voyage intermédia (de l’ouvrage au site web-blog ou à l’audio-visuel), outil pédagogique, créatif et artistique pour l’apprentissage des langues et pour l’éducation à l’interculturel de la maternelle à l’université (Pascale Argod, enseignante PRCE à l’université Bordeaux 4).

Le carnet de voyage ou de reportage, intermédia, de l’album à l’internet, de l’audio-visuel au cinéma, est un outil pédagogique créatif et réflexif qui favorise l’apprentissage des langues et l’éducation à l’interculturel de la maternelle à l’université grâce à l’expression personnelle et à une pratique des arts visuels à partir d’un échange ou d’une mobilité internationale. Sous la forme d’un blog ou d’un vblog il est un outil de communication et de collaboration. Un stage national de formation à destination des enseignants est organisé par le CRDP d’Auvergne et par l’IFAV afin d’accompagner le Prix Elève du carnet de voyage.
Deux jours sont consacrés au stage national de formation d’enseignants et une journée est destinée à l’accueil des scolaires ayant participé au prix Elève du carnet de voyage (1100 élèves) et les deux jours du week-end sont destinés au grand public. De plus, une dizaine de carnettistes européens (Italiens, Espagnols, Anglais, Belges, Scandinaves….) sont invités chaque année afin d’échanger et de diffuser ce genre original en Europe. http://www.rendezvous-carnetdevoyage.com/page-presentation–2

Le 10 e anniversaire du Prix Elève du carnet de voyage :

Plusieurs prix sont remis chaque année dont le « prix Elève du carnet de voyage » (un prix par niveau d’enseignement de la maternelle à l’université) et le prix de l’école d’architecture. http://ilfautallervoir.free.fr/

Palmarès du 12e prix Elève du carnet de voyage du CRDP d’Auvergne : 1100 élèves participants, 41 établissements scolaires dont 8 hors Auvergne, ouverture à l’internationale avec un échange avec l’Espagne, 236 carnets papiers présentés au concours et 15 carnets numériques. http://crdp.ac-clermont.fr/crdp/LireArticle-871-une-crdp.htm

Projet 2012 : Souhait que le carnet de voyage puisse s’inscrire dans les programmes de mobilité internationale et européenne et qu’il en soit un outil de capitalisation et d’évaluation en vue d’un projet personnel autant que professionnel mais surtout qu’il devienne à une plus value pour les programmes européens. Deux mentions spéciales au prix Elève du carnet de voyage sont en projet : « Langues étrangères » et « Europe ».

Institution : IFAV, Association Il faut aller voir est l’organisatrice du « Rendez-vous du carnet de voyage » à Clermont-Ferrand (M. Jean-Pierre Frachon, Président, et M. Michel Francillon, responsable de l’organisation).

Avec le soutien du CRDP d’Auvergne (SCEREN – CNDP du Ministère de l’éducation nationale) pour la mise en œuvre pédagogique de la journée des enseignants et des scolaires (M. Gilbert Gambe, Directeur, et Melle Delphine Duhamel, Chargée de mission Arts et culture).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Outil pédagogique pour éduquer à l’interculturel

Les arts visuels et plastiques semblent à travers cet outil pédagogique qu’est le carnet de voyage-reportage, au service de l’enseignement et de l’expression personnelle créative pour éduquer à l’interculturel et à la citoyenneté. Ouverture culturelle, lecture, recherche documentaire, recueil d’information, confrontation de regards, appréciation critique, personnalisation de la production, créativité, démarche de projet sont autant d’atouts qui mènent l’élève à la quête de l’autre et à la construction de soi et de son identité. L’essentiel est que l’élève soit en position d’artiste, qu’il puisse s’exprimer, créer et utiliser l’image dans le cadre d’une pédagogie active, centrée sur l’apprenant. Les programmes d’enseignement offrent de multiples opportunités : l’éducation à l’image depuis 2000, l’histoire des arts depuis 2008, l’éducation à l’interculturel à travers la compétence culturelle en langue et l’enseignement de l’histoire des arts, plus largement la formation à l’interculturel[1], l’éducation à l’environnement et au développement durable (E.E.D.D.), l’éducation à la paix et à l’anthropologie, dans le cadre de « l’éducation globale à la citoyenneté mondiale », prônée par l’Unesco qui a promulgué La Déclaration sur la diversité culturelle de 2001 et la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles qui reconnaît l’égalité de toutes les cultures, 20 octobre 2005.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts