Objet des « Cultural Studies » : le genre dans la circulation médiatique et artistique

Le questionnement que suscite le carnet de voyage s’est complexifié au fil de son histoire puisque son statut a évolué de plusieurs manières : du support au service du peintre à l’œuvre d’art, de l’outil au service de l’illustration, à la diffusion et à la vulgarisation des connaissances sur l’ailleurs, puis de l’œuvre originale au produit culturel édité, récemment du livre vers le support numérique et vers la performance artistique (l’un se tourne vers l’information et l’autre vers les arts et la création). Objet culturel des paralittératures et des « Cultural Studies » au croisement des arts graphiques et de l’anthropologie, l’histoire de l’art pictural permet de mieux le circonscrire en tant que genre mineur artistique, éditorial et médiatique lié à l’essor de l’aquarelle et du voyage de formation puis à l’engouement pour le tourisme, l’illustration exotique et la bande dessinée-reportage et, récemment, à l’intérêt pour le blog et le reportage audio-visuel. L’ambivalence entre l’artistique et le documentaire étaye la difficulté qu’il y a à définir le genre dans le monde des flux, de la circulation médiatique et du mélange, voire de « la confusion médiatique ».

La thèse porte sur un essai de définition du genre « carnet de voyage » comme album hybride à la croisée du documentaire et du livre d’artiste à partir d’un panorama de l’édition (800 titres en corpus) et d’une recherche historique des emprunts, des croisements et des interactions en arts et en sciences humaines qui seraient à l’origine du mélange des genres. Les objectifs de la recherche sont essentiellement de caractériser le carnet de voyage et de proposer des typologies, du carnet de recherches au livre d’artiste ou encore au guide touristique. Entre reportage graphique et métissage artistique, vision exotique et ethnographie, il fait l’objet d’une hybridation, d’une circulation artistique et d’une intermédialité, enjeux sémiologiques du carnet de voyage contemporain qui semblent propices à des développements communicatifs et éducatifs autour de la notion d’interculturel et de médiation de l’altérité (approche pragmatique).

La thèse se construit donc selon un déroulement chronologique en trois parties, de la genèse du genre à sa création dans l’édition puis à ses déclinaisons actuelles, accompagné d’études d’exemples destinés à cerner le genre, à en circonscrire les limites mais aussi les marges qui définissent le processus d’hybridation de l’album. L’histoire de l’art pictural permet de mieux le circonscrire en tant que genre mineur artistique, éditorial et médiatique lié à l’essor de l’aquarelle et du voyage de formation puis à l’engouement pour le tourisme, l’illustration exotique et la bande dessinée-reportage et récemment à l’intérêt pour le blog et le reportage audio-visuel. La recherche historique s’est révélée féconde en pistes de réflexion sur l’art graphique au service de la science, sur le modèle du journal de bord ou du carnet naturaliste, et sur la mutation du carnet de voyage, intime et personnel de l’artiste, vers le statut d’œuvre d’art.

A partir de l’axe principal de l’album et donc de l’image fixe artistique graphique, définie comme esquisse ou illustration, différentes notions sont abordées afin de qualifier l’image dialectique de « reportage graphique » ou dessiné sur le vif selon deux aspects : l’objectivité du documentaire et la subjectivité du livre d’artiste. Diverses notions opposées ont été en effet abordées qui semblent mettre en exergue le concept central d’objectivité et de subjectivité de la vision du monde : l’ethnographie et l’exotisme, l’authentique et le pittoresque, le reportage et le rendu artistique en arts graphiques, le documentaire et le livre d’artiste, le témoignage tourné vers l’autre et l’autobiographie orientée vers le moi.

La réflexion a porté, d’une part sur le rendu iconographique –fragment, emprunt, instantané, rough, inachevé, photo-montage, dessin croqué, esquisse…–et, d’autre part, sur le message, l’ailleurs et l’Autre–pittoresque, exotique, authentique, reportage, documentaire, ethnographique, didactique, mythique, stéréotypée…– puis sur l’œuvre artistique dans sa globalité qui ouvre sur trois notions :

– l’oeuvre esthétique et sensorielle : perception, sens, vision artistique, rendu graphique, émotions…

– l’œuvre mosaïque : juxtaposition, combinaison, superposition, collage, art collagiste, cut-up ;

– l’œuvre hybride : fusion ou mélange des arts, déplacement des pratiques, circulation des formes, déconstruction-reconstruction-déconstruction, transfert…

Œuvre mosaïque et art métis, le carnet de voyage relèverait du « reportage graphique » (ou dessiné), du support papier au numérique ou d’un média de type « livre » au site web, d’un mélange des genres, du collage des images, du métissage des arts plastiques et de la rencontre de deux cultures, champs d’étude de la sémiologie. La recherche d’une typologie du genre éditorial révèle des limites et des caractéristiques génériques floues puisqu’il est issu d’une hybridation, d’une circulation artistique (artialité) et médiatique (intermédialité). La définition contemporaine du carnet de voyage devient en effet complexe car elle met en exergue deux notions « l’intermédialité » –transposition et circulation médiatique– et « l’interculturel » –apport culturel, métissage culturel, médiation transculturelle– qui en font un objet de communication attractif, notamment pour la formation et l’enseignement. La vision interculturelle à la rencontre de deux cultures, celle du voyageur et celle de l’objet (autochtone), complexifie la définition du carnet de voyage qui oscille entre regard artistique, exotisme, ethnographie et vulgarisation de l’ailleurs. Des facteurs anthropologiques jouent sur les visions polymorphes du voyage ; ils sont de trois registres : la confrontation de l’imaginaire et des mythes à la réalité, le style du voyage et le portrait du carnettiste voyageur. La vision du monde et de l’interculturel se déploie de l’exotisme à l’ethnographie, selon les définitions données à ces deux notions. Quant à l’interprétation des carnets de voyage et de leurs images, elle concerne la sémiologie de l’image qui propose de multiples pistes de recherches

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.