Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.