Carnets de terrain : de la recherche in situ

Des mondes oubliés : carnets d’Afrique. Christian Seignobos. Parenthèses, IRD, 2017.
En près de cinquante ans passés au coeur du bassin du lac Tchad, le géographe Christian Seignobos a vu son terrain et son métier se métamorphoser. Nourri par ce parcours, cet ouvrage rassemble un vaste corpus de dessins et de textes originaux, comme autant de témoignages d’une pratique personnelle et professionnelle de la recherche. Architecture, agriculture, élevage, pêche, faune sauvage, mais aussi arrivée et progression des insécurités entre Cameroun, République centrafricaine et Nigeria : l’extrême variété des thèmes abordés traduit les différentes manières de faire et d’écrire les sciences humaines. Replaçant toujours l’homme au centre de son histoire et de son environnement, ces pages sont aussi et surtout, à travers les voix et les visages des informateurs et des interprètes, la chronique d’une Afrique qui se raconte.

https://www.editionsparentheses.com/IMG/pdf/p315_mondes_oublies_extraits.pdf

Des voyageurs à l’épreuve du terrain : études, enquêtes, exploration (1800 – 1960), exposition du 13 avril au 19 septembre 2016 – Hôtel de Soubise site de Paris. Catalogue de l’exposition sous la direction de Pascal Riviale, Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2016, 197 p.

Cette exposition entend lever le voile sur cet « envers du décor » des voyages scientifiques ou documentaires montés depuis la France entre 1800 et 1960. Elle s’organise autour des trois temps du voyage : sa préparation, son déroulement et finalement ses retombées scientifiques, politiques ou médiatiques. L’exposition est l’occasion de présenter au public des fonds des Archives nationales peu connus, voire totalement inédits, provenant de diverses administrations ou déposés par des particuliers : ministère de la Marine, service des missions scientifiques du ministère de l’Instruction publique, Muséum national d’Histoire naturelle et autres organismes scientifiques, musées nationaux, Maison de France, etc. Elle bénéficie en outre de prêts de quelques grandes institutions comme le musée du quai Branly, le Muséum national d’Histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers et la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, René-Ginouvès, à Nanterre).

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/documents/10157/11361/Dossier+de+presse_exposition_DES+VOYAGEURS_bd.pdf/22d51b83-2b6f-4438-8ea8-168f0023ca3c

Ateliers pédagogiques :

Carnets de voyages, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine
La visite de l’exposition permet au jeune public d’appréhender les grandes thématiques du voyage d’exploration  : sa préparation, son déroulé et sa restitution sous forme de lettres, carnets ou mémoires. En salle d’atelier, les élèves sont invités, à partir d’une sélection de documents choisis, à rédiger un carnet de voyage sous le mode autobiographique.

Dans l’atelier du cartographe, sur les sites de Paris et Pierrefitte-sur-Seine.
L’observation et l’analyse du corpus de cartes exposé permettent aux élèves d’appréhender les procédés techniques et les fondements de l’élaboration des cartes depuis le XVIIIe siècle. Géographes de cabinet, ils réalisent ensuite une carte selon ces techniques anciennes.


Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.