Le carnet naturaliste pour l’étude de l’environnement et des écosystèmes

Des carnettistes illustrateurs naturalistes qui voyagent et publient leur carnet de voyage

Les naturalistes carnettistes ou illustrateurs naturalistes contemporains les plus renommés sont publiés dans la collection de référence « Carnets naturalistes » chez Nathan à partir de 1991 : Serge Nicolle, Jean Boutin, Denis Chavigny, Denis Clavreul, Eric Alibert, Patryck Vaucoulon, Alan Johnston, et Benoît Perrotin. A la suite de ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire, Denis Chavigny se spécialise en ornithologie avec la publication de trois ouvrages à partir de 2001. Quant à Denis Clavreul, il est conseiller scientifique et graphique pour la réalisation d’encyclopédies et de guides d’écologie dès 1989. Illustrateur, il participe à de nombreux ouvrages pédagogiques pour la protection de l’environnement dont huit carnets naturalistes et une douzaine d’expositions depuis 1980 en Europe. Après Serge Nicolle en 1991, pour l’Amazonie, et Denis Chavigny en 1994, pour la Loire, il est aussi à l’origine des premiers carnets de naturalistes toujours édités chez le même éditeur Nathan : Carnets naturalistes à la pointe de Bretagne avec Yvon Guermeur, en 1995. Depuis il publie chez Gallimard : Carnet du littoral : la Corse en 1995, Carnet de Tanzanie et Carnet du Lubéron en 1996 et Pour une Loire vivante en 1998 Magie d’Afrique en 2001 sur la faune et la flore africaine de Tanzanie, et récemment deux carnets chez Gallimard Loisirs dans la collection Carrés de jardin:  Les jardins ouvriers en 2006, Les jardins de Villandry en 2005.

Patryck Vaucoulon effectue des missions scientifiques sur l’île de Crozet dans l’Antarctique entre 1979 et 1981 pour étudier les manchots royaux, puis il effectue de nombreux voyages dans le Grand Nord : Scandinavie, Groenland, Canada, Spitzberg. Après l’exercice de son métier d’enseignant de sciences naturelles à Madagascar, il est retourné récemment aux Terres australes et antarctiques françaises : il a dessiné alors les manchots dans Voyage en aquarelle, de la terre Adélie aux Kerguelen chez l’éditeur grenoblois Libris en 2004. Eric Alibert, aquarelliste naturaliste reconnu, est auteur de quatre carnets de voyage naturalistes dont tout récemment en 2007 Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque chez Somogy. Alan Johnston, artiste naturaliste de terrain depuis vingt-cinq ans, est auteur-illustrateur de six ouvrages comptes-rendus de plusieurs expéditions scientifiques : en Nouvelle Guinée pour la botanique et en Afrique pour l’ornithologie. Quant à Eric Alibert, il publie des carnets en 1996 chez Nathan Carnets naturalistes autour du Mont-Blanc avec Daniel Ariagno et Jean-François Desmet et en 2000 Carnets naturalistes en Provence et en 2006 Carnet de voyage dans le Caprivi : Namibie, de l’Okavango aux chutes Victoria chez Slatkine et en 2007 Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque  chez Somogy.

Les expéditions en Amazonie ont motivé la publication de carnets de voyage. En 1992, l’Amazonie, haut lieu de la végétation tropicale et de la luxuriance, devient un sujet de prédilection de carnettistes naturalistes. Ainsi, Mario Carelli réalise chez Gallimard-Jeunesse   A la découverte de l’Amazonie : les carnets du naturaliste Hercule Florence , une chronique de 1826 à 1829 d’un jeune peintre niçois sur l’expédition scientifique du baron de Langsdorf, patronnée par le tsar Alexandre 1er le long du fleuve Amazone. En 2002, s’est déroulée l’expédition Jules Verne de la traversée de l’Atlantique en voilier à la découverte des Açores, de l’Amazonie, de la Guyane et de la Martinique. Un carnet de voyage en rend compte chez Equinoxe : L’expédition Jules Verne à bord du trois mâts Belem  de Jean-Christophe Jeauffre et de Michel Bez. Le carnet de voyage de Claudie Baran intitulé Carnet d’Amazonie (Flammarion, 2004) est centré sur l’expédition d’une ethnologue dans le territoire des indiens Korubo, placée sous l’égide de la Fondation nationale de l’Indien du Brésil (FUNAI en 1996). Mêlant nervures de feuilles, écorces et insectes collectés aux expressions picturales ou photographiques, ce carnet livre la beauté envahissante et angoissante de la forêt tropicale. Cette année, un carnet de voyage du naturaliste Eric Alibert vient de paraître sur la préservation de la biodiversité en Amazo

Des naturalistes ornithologues et leurs carnets d’observation

A la suite de l’illustre Jean-Jacques Audubon[1], le grand peintre des oiseaux qui publie de 1827 à 1839 Birds of America, composé de 435 planches gravées et colorées qui restituent détail et comportements, l’Anglais John Gould a réalisé quelques milliers de plaques lithographiques d’oiseaux entre 1831 et 1881 qui l’ont amené à voyager en Asie, en Australie et vers les Indes Orientales. Il est l’auteur de The birds of Great Britain[2] qui couvre cinq volumes édités de 1862 à 1873.

Trois naturalistes ont pris pour spécialité l’ornithologie : Alan Johnston, Denis Chavigny et le Canadien Robert McLellan Bateman. Alan Johnston est un artiste naturaliste de terrain depuis vingt-cinq ans, auteur – illustrateur de six ouvrages. Il a participé à plusieurs expéditions scientifiques en Nouvelle Guinée pour la botanique et en Afrique pour l’ornithologie. Il publie des carnets en 1996 La baie du Mont-Saint-Michel chez Gallimard-Jeunesse (Carnets du littoral) en 2000 chez Nouveaux loisirs Au pays des cigognes noires : carnet de voyages d’Alan Johnston puis en 2001 Carnets d’un naturaliste en Normandie (Val d’Orne)  chez Nathan. A la suite de ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire, Denis Chavigny se spécialise en ornithologie avec la publication de trois ouvrages à partir de 2001 chez Delachaux et Nestlé en 2001 Un jour, un oiseau : mille croquis de terrain et L’album des oiseaux d’Europe et  en 2003 Le carnet de l’ornithologue : France, Suisse, Belgique. Quant à Robert McLellan Bateman, il est doté d’une double formation de naturaliste au Royal Ontario Muséum de Toronto et d’artiste avec le peintre Schaefer qui lui permet d’enseigner les arts et la géographie dans le secondaire. A travers l’art, il défend la cause écologiste partout dans le monde. Il s’oppose notamment à l’exploitation forestière et à la pêche intensive, messages manifestes dans ses peintures. Ses ouvrages témoignent de son engagement pour l’écologie et pour l’ornithologie : Portraits of nature en 1985, Thinking like a mountain en 2000 et Birds en 2002.

Les premiers carnets naturalistes pour sensibiliser à la préservation de la biodiversité

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux en 1911, Encyclopédie artistique et documentaire de la plante en 1913, Etude de la mer, Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913, Etude de la forêt en 1927 puis La plante exotique en 1931.

Théodore Monod, géographe, ichtyologue, géologue et ethnologue offre une « quête d’absolu » sur les 9000 Kilomètres parcourus. Reconnu au niveau international, il livre dans « Méharées » sa conception des sciences naturelles comme « connaissance systématique de notre planète et l’inventaire de ses sciences » : ichtyologie, carninologie, géologie, paléontologie, archéologie, botanique, ethnologie…Dès 1934, ses  Carnets de récoltes transcrivent sa méthode des relevés dans tous les domaines : géologie, faune, flore, étude d’objets quotidiens, vocabulaire de la langue du Tifinagh touareg…Un carnet de voyage Tais-toi et marche[1] a été édité et relate sa traversée de la Mauritanie. Il a cherché à découvrir les indices des touaregs qui leur servent à se repérer dans le désert. Les points stratégiques dessinent le chemin de l’eau autour duquel s’ordonnent la vie et l’espace nomades. Deux éléments, l’eau et le vent, créent des empreintes mobiles observables dans les ondulations du sable et les craquelures de l’argile. Elles révèlent les mouvements, le type de relief et la nature du sol qui servent à recomposer une topographie. Avec l’étude des rares végétaux, le chemin souterrain de l’eau est deviné. Ce travail à la quête de la survie fait alors la synthèse des sciences naturelles et montre que chaque peuple développe des savoirs géographies spécifiques à son environnement. L’exposition « le siècle de Théodore Monod » de 2002 au muséum national d’histoire naturelle consacre le savant[2]  de ses lieux à travers ses herbiers, ses carnets et ses cent cinquante articles.

En ce qui concerne la faune française, trois grands naturalistes, Paul Jouve, le Suisse Robert Hainard et Léon Méganck, ont publié des carnets naturalistes. Quant à Henri Fabre, il s’illustre comme entomologiste. Paul Jouve (1880-1973), peintre, sculpteur et dessinateur-illustrateur spécialisé dans l’art animalier, participe à des expositions dès l’âge de seize ans. Remarqué lors du salon des Artistes français, l’architecte Binet lui confie la décoration de la porte monumentale de l’exposition universelle de 1900. Il voyage ensuite à travers l’Europe et l’Afrique du Nord pour étudier la physionomie dans différents zoos et se passionne pour l’Extrême-Orient, Ceylan et l’Indochine. Reconnu pour pénétrer le caractère de chaque espèce animale, il a illustré les ouvrages de Kipling dont Le Livre de la jungle de Pierre Loti et Les Fables de La Fontaine.

Robert Hainard[3], graveur et sculpteur sur bois[4], se consacre, à partir de 1932, à l’observation de la nature, récapitulée dans  ses observations d’animaux dans les Cévennes et dans les Causses. Sa prise de conscience écologique sur la disparition de la nature est l’objet d’une publication en 1943 Et la nature ?. De1948 jusqu’à 1968, il multiplie alors les voyages d’étude de la faune à travers l’Europe : le loup en Tchécoslovaquie et en Laponie, les castors et les élans en Norvège et en Suède, le lynx et les bisons en Pologne, l’ours en Serbie, les chats sauvages en Yougoslavie…Macédoine, Pays de Galle, Bosnie, Angleterre, Ecosse, Belgique, Hollande…De 1968 à 1971, il voyage en Afrique orientale (Ouganda, Kenya, Tanzanie) et obtient en 1970 le titre de docteur es sciences de l’Université de Genève. Il part en Islande en 1976 et en Inde en 1977. Son ouvrage Les mammifères sauvages d’Europe fait autorité depuis plusieurs décennies et son œuvre d’illustrateur rassemble trente mille croquis de terrain puisqu’il publie plusieurs carnets naturalistes : Croquis de terrain chez Payot-Lausanne en 1975 puis Le monde sauvage de Robert Hainard chez Louvain-la-Neuve en 1988, Croquis d’Afrique en 1989 et Le cercle rouge : voyages naturalistes de Robert Hainard dans les Pyrénées avec Stéphan Carbonnaux (Hesse, 2002) et enfin Herbier alpin, herbier divin avec Stéphanie Corinna Bille et Germaine Hainard Roten (Slatkine,2004). Critiquant la croissance et la surpopulation, il prône le progrès technique pour sauvegarder la nature sauvage en diminuant la pression de l’humanité.

Léon Méganck est le tout premier naturaliste à éditer dès 1989, son carnet naturaliste intitulé Impressions radieuses dans les Alpes de lumière : le carnet d’un naturaliste en haute Provence chez Scriba à Aix-en-Provence. Très récemment, en 2004, il revient au carnet illustré mais à destination de la jeunesse, sous forme de bande dessinée-album intitulé Le maître de la taïga : la vie légendaire d’un tigre de Mandchourie. Textes adaptés d’après les récits de Nicolas Baïkov chez l’éditeur bruxellois Safran. Dès 1971-72, René Volot édite ses Carnets d’un naturaliste en 2CV[5] consacrés à sa traversée du Sahara sur les pas de Théodore Monod qui a publié de nombreux carnets de récoltes et de recherches ethnographiques conservés au Muséum d’Histoire naturelle. En 1980, les carnets naturalistes sur la nature dans différentes régions de France commencent à paraître; Henri Ulrich publie en effet ses Carnets d’un naturaliste sur l’Alsace intitulés Attentes nocturnes et Léon Meganck ses Impressions radieuses dans les Alpes de lumière sur la Haute Provence en 1989, Serge Nicolle et Jean Boutin, leurs Carnets d’un naturaliste en Camargue en 1991, Denis Chavigny, ses Carnets d’un naturaliste au fil de la Loire en 1994.

Jean-Henri-Casimir Fabre écrit ses premiers souvenirs entomologiques[6] publiés en 1878 et organise des excursions botaniques au Mont Ventoux et se lie d’amitié avec le philosophe anglais John Stuart-Mil pour un projet sur la flore du Vaucluse. Précurseur de l’éthologie, la science du comportement animal et humain, cet «observateur inimitable», selon Darwin, voua sa vie à l’étude des insectes. Ses deux ouvrages sont disponibles : Souvenirs entomologiques : études sur l’instinct et les mœurs des insectes chez Sciences Nat en 1985 et Souvenirs d’un entomologiste : 1823-1915 chez Balland en 1986.


[1]     Tais-toi et marche : journal d’exploration – El Ghallaouya-Arafane-Chingetti de 1953 à 1954, Théodore Monod, Actes Sud, 2002 (archives privées).

[2]     Hommage à Théodore Monod, naturaliste d’exception, Rolland Billard et Isabelle Jarry, Editions du Muséum national d’histoire naturelle, 1997.

[3]     Robert Hainard, chasseur au crayon. Stéphane Carbonnaux. Editions Hesse, 2006.

[4]     Il rentre à l’Ecole des Arts industriels de 1921 à 1926.

[5]     réédité par Le Coudray-Macouard, 2006 (Les inestimables).

[6]     Le fonds Fabre, de 1866 à 1873, est consultable au Musée d’Avignon, Esprit Requiem ; naturaliste avignonnais qui fit don au musée de l’intégralité de ses collections.

 


[1] Il est le symbole de l’écologie américaine ; « The Audubon Sociéty » est créée en 1886, ce dont témoigne le muséum qui lui est consacré à Nantes.

[2]     Extrait de cent quarante lithographies dans l’ouvrage intitulé Les Oiseaux d’Europe de John Gould John Gould. Bibliothèque de l’image, 2000.

nie : Couleurs du Venezuela : des Caraïbes à l’Orénoque (Somogy, 2007).

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (INSPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2024 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts


2 réflexions sur « Le carnet naturaliste pour l’étude de l’environnement et des écosystèmes »

  1. Bonjour,

    Pour avoir lu le carnet d’un Naturaliste en 2 CV, René Volot raconte son périple au cœur de l’Amérique sauvage qui l’a conduit de la Taïga canadienne au Yucatan, en 1971-1972, au volant d’une 2 CV modèle Sahara et non sa traversée du Sahara sur les pas de Théodore Monod.
    Cordialement.
    Jean-Claude

    • Je vous remercie de cette information éditoriale : un carnet de voyage qui semble très original.
      Bien cordialement,
      Pascale Argod

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.