Passages entre art, médias d’information et industries culturelles

Communication intitulée « Du reportage graphique au carnet de société, passages et ambiguïtés entre art, médias d’information et industries culturelles ». Pascale Argod. Colloque international Les devenirs artistiques de l’information organisé par l’université de Paris, les 9, 10 et 11 juin 2015.
https://devenirsartistiquesinformation.wordpress.com/

La définition du reportage, du témoignage et la notion même d’information déterminent ce que nous entendons par « reportage graphique » pour pouvoir envisager le traitement de l’information. Blaise Cendrars voit l’art du reportage comme un art avant tout littéraire à rapprocher de la poésie et du roman : « Un reporter n’est pas un simple chasseur d’images, il doit savoir capter les vues de l’esprit ». A la différence du journaliste, le dessinateur transmet le ressenti et l’ambiance ou l’atmosphère. La notion de témoignage à travers le croquis oscille entre plusieurs regards celui du journaliste ou de l’ethnologue tout en reflétant l’émotion de l’artiste par le trait du crayon ou par la touche du pinceau. L’enjeu documentaire ne serait pas en effet de reproduire le monde mais de l’interroger et d’en chercher des angles de vue révélateurs afin d’effectuer une composition ou un montage significatif. La critique sociale est primordiale dans le reportage illustré qui raconte une histoire en images, spécifique au métier d’illustrateur. Le reportage dessiné trouve sa voie dès 1999 sous le trait d’Eric Corbérian ou d’Etienne Davodeau puis à partir de 2001, de François Saint-Remy sur la fermeture de l’usine Levi’s et de Denis Lecat sur le centre de Sangatte. Les reportages graphiques comme ceux de Troub’s sur les derniers bouilleurs de cru, de Michaël Mattys sur les usines sidérurgiques de Charleroi, de Damien Roudeau sur une grève, de Fabrice Bloch sur la marche de mineurs vers Bucarest (Les gueules noires de Roumanie). Ainsi, les trois atouts de « la pensée visuelle » semblent transférables au carnet de reportage, c’est à dire la critique sociale, le reportage illustré et le récit. Sa filiation semble en effet clairement lisible depuis le reportage illustré des années 1950 et 1960 avec les essais picturaux de Paul Hogarth, Robert Weaver et Robert Andrew Parker qui inaugurent la voie au journalisme visuel ou à l‘illustration journalistique du dessinateur-reporter. C’est l’esprit de la Revue XXI et de la Revue dessinée mais surtout des carnettistes exposant au Rendez-vous du carnet de voyage tiraillés entre art, journalisme et production éditoriale, trois dispositifs parfois contradictoires qui ont leurs caractéristiques propres mais qui tissent la portée sémiologique, sociologique et médiatique du reportage graphique. Les carnets de reportage numériques proposent de nouvelles formes d’écritures, entre art et information, qui insèrent le reportage dessiné et les arts graphiques, parfois dans un dispositif transmédia qui ouvre de nouveaux territoires et pratiques médiatiques pour l’artiste, le journaliste et le sociologue. A partir d’exemples de carnets ouvrages et numériques nous étudierons les caractéristiques de cette « pensée visuelle » ou de «média-art».

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards de reporters et témoignages du réel. Pascale Argod, Belgeo [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 17 décembre 2014, URL : http://belgeo.revues.org/12843

http://belgeo.revues.org/12843

Résumé :
Selon le regard du dessinateur de presse, du journaliste ou du carnettiste, une typologie de carnets de voyage-reportage contemporains se dessine à travers l’historique du reportage graphique depuis 1820. Elle oscille entre deux tendances, le roman graphique de reportage dessiné et le documentaire de reportage multi arts graphiques, et deux regards sur l’actualité, celui du journaliste et celui de l’artiste. L’angle de vue choisi, la composition (montage significatif) de l’image permettent d’appréhender les lieux et les liens de la narration entre texte-image. Il s’agit de définir ce qu’est le carnet de reportage comme genre éditorial et de voir comment s’articule le regard journalistique avec le témoignage vécu et la réalité, à partir de l’analyse de quatre titres sur des territoires à la géopolitique brûlante depuis 2004 (Afghanistan, Irak, Palestine et la Mer d’Arabie). La combinaison d’images et d’arts graphiques ouvre sur une nouvelle narration visuelle qui définit ce genre, devenu intermédia

TITLE : The graph reporting and reporting book: geopolitical images, views of reporters and the real testimonials
Depending on the look of a cartoonist, journalist or cartoonist traveling (carnettiste), a typology of contemporary reportage travelogues emerges through the history of graphic reportage since 1820. It oscillates between two trends, the graphic novel designed and reporting reportage documentary multi graphics, and two look at the news, the journalist and that of the artist. The selected angle, composition (significant assembly) of the image allow to understand the places and the links between narrative text and image. This is to define what the story book as editorial genre and see how revolves journalistic look with lived witness and reality, from the analysis of four titles in territories to geopolitics burning since 2004 (Afghanistan, Iraq, Palestine and the Arabian Sea). The combination of images and graphic arts opens a new visual narrative that defines this media genre, became intermedial.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Du reportage graphique et du carnet de reportage

Du reportage graphique et du carnet de reportage : images géopolitiques, regards journalistiques et témoignages du réel : communication lors du colloque international & interdisciplinaire « Dessiner les lieux, cartographier le monde » des 14 et 15 novembre 2013 à la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

            Si le terme « carnet de voyage » a été lancé par Le Prix Kodak de la Société des explorateurs français en 1969 et qu’il est marqué par la découverte géographique, celui de « carnet de reportage » serait emprunté au journalisme, vulgarisé depuis 2008 par la revue XXI (Joe Sacco). Le reportage graphique serait à la fois un outil de recherche sur le terrain pour le géographe, un médium de communication pour le journaliste reporter et un moyen d’expression pour le voyageur carnettiste. Devenu un médium journalistique il offre un regard critique sur le monde en l’interrogeant et en cherchant des angles de vue révélateurs. Depuis les dessinateurs reporters du milieu du XIXe siècle et ceux de la bande dessinée reportage, le témoignage dessiné a marqué le genre éditorial au début des années 90’s par la collection Carnets du monde d’Albin Michel Jeunesse suivie par celle des Correspondances de Pierre Christin. A travers l’esquisse d’un historique du reportage graphique (depuis Töpffer), nous proposerons une typologie des carnets de voyage – reportage. Nous étudierons notamment les carnets de voyage de dessinateurs de presse tels que Cabu, de Patrick Chappatte et Wolinski mais aussi ceux de journalistes tels que Jean-Paul Mari et Yann Le Bechec (Israel-Palestine, 2004), Arnaud de la Grange, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis (Irak, année Zéro, 2004), Bernard Ollivier et François Dermaut (Carnets d’une longue marche : nouveau voyage d’Istambul à Xian, 2005) ou de carnettistes tels que Claire et Reno Marca (Journal en mer d’Arabie, 2012),Troub’s et Edmond Baudouin (Cuidad Juarez, 2012), Bruno Pilorget (Palestine, 2012), entre autres. Nous analyserons notamment le type de voyage et l’angle de vue choisi, la composition (ou le montage significatif) de l’image afin d’appréhender les lieux et leurs enjeux géopolitiques, les liens de la narration texte-image; comment s’articulent le  regard journalistique avec le témoignage vécu et de la réalité ? Quelle géopolitique du monde offrent images dessinées ou collées ? Pour conclure, en quoi le reportage graphique serait un outil de médiation pour le journaliste et d’expression du témoignage pour le voyageur mais aussi un enjeu médiatique pour le numérique (cf la Revue dessinée : http://www.larevuedessinee.fr/). Les interview de cinq carnettistes présents depuis de nombreuses années au Rendez-vous du carnet de voyage complète la recherche : Claire et Reno Marca, Troub’s, Bruno Pilorget et Véronique Massenot.

Bibliographie :

BOLOCH Joelle. Photographies de guerre : de la guerre de Crimée à la Première Guerre mondiale. Paris : Milan, 5 continents éditions, 2004.

ECK Hélène, MARTIN Laurent (Dir.).Le tour du monde : médias et voyages. Le Temps des médias, n°8, octobre 2007. Paris : Nouveau Monde éditions, Société pour l’histoire des médias de Sciences Po Paris.

GUYS Constantin. Constantin Guys, 1802-1892 : Fleurs du mal : exposition, Paris, Musée de la vie romantique, 8 octobre 2002-5 janvier 2003. Paris :Paris-Musée, 2002.

LANGLOIS Jean-Charles Langlois. Jean-Charles Langlois, peintre et photographe de la guerre de Crimée : 1855-1856, correspondance inédite. Paris :J. Chambon, 1991.

ORSELLI Julien, SOHET Philippe. Reportage d’image, images de reportage. Online Magazine of the Visual Narrative [en ligne]. Image & narrative, mai 2005. Disponible sur : http://www.imageandnarrative.be/worldmusicb_advertising/orselli.htm

PUISEUX Hélène. Un champ d’expériences : les images de la guerre de Crimée. Les Figures de la guerre : Représentations et sensibilités 1839-1996. Paris : Gallimard, 1997. (le temps des images).

SALINGER Pierre (pref), DUFLO Pierre. Constantin Guys : fou de dessin, grand reporter, 1802-1892. Paris :A. Seydoux, 1988.

WIGAN Mark. Pensée visuelle. Paris : Pyramid, 2008.

DAYEZ Henri. La nouvelle bande dessinée : Blain, Blutch, David D, De Crécy, Dupuis-Berbérian, Guibert, Rabaté, Sfar. Bruxelles : Editions Niffle, 2002.

DEJASSE Erwin. Des cases très sensibles. Dejasse. La bande dessinée à l’épreuve du réel, coord. Pierre Alban Delannoy. Paris : L’Harmattan, 2007, CIRCAV, université de Lille 3, n°19.

DELANNOY Pierre Alban (coord.). La bande dessinée à l’épreuve du réel. Paris : L’Harmattan, 2007, CIRCAV, université de Lille 3, n°19.

FRESNAULT-DERUELLE Pierre. Images à mi-mots : bandes dessinées, dessins d’humour. Bruxelles : Les impressions nouvelles, 2008. (réflexions faites).

FRESNAULT-DERUELLE Pierre. La bande dessinée. Paris : Armand Colin, 2009 (128 linguistique)

GROENSTEEN Thierry. La bande dessinée : une littérature graphique. Paris : Milan, 2005 (Les essentiels Milan, n°660).

KAENEL Philippe. Les voyages illustrés. Rodolph Töpffer. D. Magetti (Dir.). Genève : Skira, 1996.

MENU, Jean-Christophe. L’Association et le reportage. 9e Art, Les cahiers du musée de la bande dessinée, CNBDI d’Angoulême, janvier 2002, n°7. p. 61-64.

MERCIER Jean-Pierre. Entretien avec Joe Sacco. 9e Art, Les cahiers du musée de la bande dessinée, CNBDI d’Angoulême, janvier 2002, n°7. p.56-60.

MERZEAU Louise. Une nouvelle forme de livre illustré : le roman graphique. Litterales, Université Paris X, n°9, 1991.

MORGAN Henri. Principes des littératures dessinées. Angoulême : Editions de l’An 2, 2003.

BD reporters : exposition du 20 décembre 2006 au 23 avril 2007. Centre Pompidou, 2007. http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/AllExpositions/922DF7FEF2C345B3C12571AF002DF65B?OpenDocument

Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées. Neuvième art 2.0, revue en ligne de référence dédiée à la bande dessinée. Rédacteur en chef Thierry Groensteen. CNBDI d’Angoulême. http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique75

Séverine Bourdieu, « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012. http://contextes.revues.org/5362

Frédéric Dabitch. Reportage et bande dessinée. Hermès 54, 2009. http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/31562/HERMES_2009_54_91.pdf?sequence=1

Cécile Bagault. Quand la bande dessinée se frotte au réel. InLes Grands Dossiers des Sciences Humaines, n°26, 2012/3. https://www.cairn.info/magazine-les-grands-dossiers-des-sciences-humaines-2012-3-p-14.htm

Numérisation : le fonds Töpffer. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre des appels à projets de numérisation 2012, la Cité CNBDI a procédé à la numérisation de sa collection d’imprimés signés du grand auteur suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846). http://collections.citebd.org/topffer/

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le reportage graphique et le carnet de voyage pour éduquer à l‘interculturel et à la citoyenneté

Le carnet de voyage et de reportage, un outil de formation et d’apprentissage pour la mobilité, l’Europe et à l’interculturel

Extrait de la communication du 5 février 2010 à l’assemblée générale de l’AEDE France et du 21 novembre 2010 lors du colloque « L’école, avenir de l’Europe ? »

Cette pratique est innovante dans la pédagogie documentaire puisque qu’elle repose sur l’expression personnelle, héritée de la pédagogie Freinet[1] centrée sur l’apprenant dans une démarche active axée sur l’enquête de terrain qui initie à l’ethnographie : le carnet d’enquête propose en effet un va et vient entre terrain et réflexion à travers une méthode inductive[2]. Elle favorise l’écriture d’un journal personnel[3] comme écrit pour l’autre avec une mise à distance indispensable ; la banque de données personnelles et la vocation initiatique, subliment le temps et la confrontation à l’Autre. Cette démarche personnelle peut être envisagée pour un projet professionnel d’orientation afin de fixer la mémoire et l’évolution du parcours : c’est en somme une sorte de « capital humain »[4], de « projection existentielle », selon les termes d’Alain Taupin[5]. La démarche personnelle de réalisation du carnet suscite la curiosité, affine le regard, éveille aux émotions et met la pensée en mouvement : ainsi se construit une culture humaniste et, à partir de là, peut se pratiquer une évaluation formative propre à mesurer l’investissement du créateur.

Les caractéristiques pédagogiques du carnet de voyage reposent en effet sur les fonctions diverses de l’image —illustration et témoignage (photo), mise en valeur d’un message (arts graphiques), aspects documentaires du réel (image conceptuelle), représentation d’art (peinture)…––  et sur les habiletés cognitives qu’il suscite :

– organisation spatiale et création originale d’une image où le texte est enlacé dans une même composition graphique,

–  narration du déplacement au fil des pages liées par une charte graphique plus ou moins évidente,

–  force du questionnement suscité par le voyage, qui agit sur le changement de repères et la confrontation à l’ailleurs, à l’autre, à d’autres référents culturels,

– double vocation du genre hybride du récit : lieux et temps évoqués / psychologie et intention de l’auteur,

– trame narrative scénarisée pour témoigner d’une expérience et d’un déplacement en mots et en images.

De plus, la pratique artistique forge l’esprit de créativité, d’innovation et de spatialisation ; l’hémisphère droit du cerveau, centre de l’image, de la spatialité, de la globalité, de l’intuition et de l’instantané n’est sans doute pas assez mobilisé dans l’enseignement alors qu’il peut jouer un rôle indéniable dans la formation de l’individu. Il ouvre, entre autres, la voie du dessin qui se situe en dehors du monde verbal, siège de l’hémisphère gauche (rationalité, logique, analyse et abstraction) comme le fait remarquer Betty Edwards dans son ouvrage « Dessiner avec le cerveau droit » (Eyrolles, 2002) qui explique ainsi sa méthode : «La compétence globale pour dessiner quelque chose que l’on voit (une personne, un objet ou un paysage) exige seulement cinq compétences de base entièrement axées sur la perception et non une quelconque capacité à dessiner : – la perception des bords. – la perception des espaces – la perception des rapports – la perception des lumières et des ombres – la perception du tout »[6]. En somme, il faut savoir regarder pour être capable de dessiner, ce que pressentait déjà le sculpteur Rodin : « C’est parce que je vois, que je créée ».

Aussi, favoriser cette compétence à travers la réalisation d’un carnet de voyage pourrait être pertinent dans le cadre d’une pédagogie documentaire créative qui allie la double compétence de l’analyse de l’information et de l’observation sur le terrain. C’est ce que les projets de carnets de voyage que nous avons montés depuis trois ans avec quelques collègues enseignantes-documentalistes[7] de Bordeaux ont essayé de proposer : tout à la fois documentaires et artistiques, entre média d’information et œuvre d’art, ils sont sur le modèle du genre éditorial qui oscille du guide touristique au livre d’artiste. Dans le prolongement des actions menées dans l’Académie d’Auvergne depuis 2001 (Prix élèves et journée de formation puis stage au PAF), nous avons aussi expérimenté cet outil dans le cadre de différents champs éducatifs comme l’éducation à l’interculturel et à la citoyenneté, la sensibilisation au patrimoine, à l’environnement ou au développement durable.

Ainsi expérimenter diverses techniques de dessin pourrait être une des clés pour mobiliser les aptitudes spatio-cognitives : croquis sur le vif ou rough qui nécessite la rapidité du geste, dessins d’observation qui demande du temps, croquis (de type carnet d’ethnologue-anthropologue) cartes, plan ou schémas qui nécessitent une adaptation explicative, esquisse ou dessin préparatoire à une composition ou un tableau qui demande une disposition artistique tout comme les dessins d’imagination, de souvenirs ou d’après photographie, les bandes dessinées…etc. Le carnet de voyage se définit en effet  essentiellement comme une image mosaïque de procédés graphiques à partir d’une juxtaposition de créations artistiques et documents authentiques, de traces ou d’indices.  Il s’agit de synthétiser une journée en une page composée d’images plurielles qui narrent les évènements en vue d’une lecture éventuelle : elle nécessite donc une certaine adaptation au lecteur qui doit décrypter la page et comprendre les notes visuelles retranscrites par le carnettiste- reporter ou artiste. Il doit lire les images du carnet de voyage.

De plus, le carnet de voyage serait une création plastique innovante pour l’éducation artistique et culturelle car elle favorise diverses compétences : il faut savoir t transmettre l’expérience vécue par l’éveil de tous les sens, témoigner de l’authentique à travers le dialogue entre design et objets et l‘accumulation des indices d’un musée personnel (ou cabinet de curiosités), illustrer la différence culturelle en utilisant la symbolique des couleurs et des  pigments, retracer le cheminement du voyage à l’aide de la charte graphique et du chemin de fer, s’immerger dans « l’exotisme »[8] ou l’identité du pays en créant un objet-livre, retranscrire l’ambiance d’un lieu mais aussi découvrir l’environnement, le patrimoine, la culture et les arts du pays à travers le « reportage graphique ».

Ainsi la formation aux arts visuels est complète puisque l’élève utilise les différents procédés graphiques (calligraphie, typographie, technique du dessin, matériau, photographie), expérimente les diverses fonctions du dessin (d’observation, préparatoire, explicatif, schéma, étude de composition, plan de fabrication) mais pense aussi à la circulation médiatique du médium[9].

Cet outil pédagogique est également au service de la mise en oeuvre des programmes d’enseignement : l’éducation à l’image depuis l’an 2000 au collège (lettres, arts plastiques et hist-géo), l’enseignement de l’histoire des arts depuis 2008, obligatoire au brevet en 2011, l’éducation à l’Interculturel[10] avec la compétence culturelle en langue et l’enseignement de l’histoire des arts[11], l’éducation à l’environnement et au développement durable et l’éducation à la paix, à la tolérance et à l’anthropologie.

Concernant plus spécifiquement la formation à la citoyenneté européenne, il semblerait être un outil adapté[12]. Ses atouts sont indéniables en effet, dans le cadre d’une pédagogie centrée sur l’expression, la créativité, l’image et l’imagination[13] afin de sensibiliser à une éthique du respect et à la curiosité du monde qui favorise l’adaptabilité et de promouvoir l’esprit d’innovation, d’initiation et de mobilité[14]. Cet outil « intermédia », blog ou vblog, est ouvert sur la communication et le travail collaboratif pour la médiation interculturelle et pour l’éducation à l’interculturel. Le carnet de voyage est l’exercice d’un art d’expérimentation qui favorise un regard sensible sur l’autre et permet l’expression identitaire d’un regard-témoignage sur le monde. Outil personnel de recherche et d’inspiration pour les artistes, il est aussi pour le voyageur ethnographe ou pour l’anthropologue le support de réflexions sur les curiosités vues et sur la différence culturelle, une mémoire structurée du vécu qui permet de se projeter dans l’avenir (projet). Il place l’auteur du carnet en position d’artiste à travers une éducation au regard puisqu’il favorise la créativité et sollicite le reportage graphique et la démarche sociologique pour « être témoin et devenir passeur ». Il faciliterait ainsi l’identification à travers le partage du singulier.

Puisque le carnet de voyage se définit comme le récit autobiographique d’un périple dans lequel l’image est centrale par rapport au texte, le genre hybride du récit aurait alors une double vocation (lieux et temps évoqués / psychologie et intentions de l’auteur) : pour l’élève, il s’agit d’écrire objectivement ce qu’il relate, sur le modèle du documentaire, mais aussi de traduire ses sentiments (pulsions d’amour ou de rejet, vocabulaire expressif et mots à fortes connotations) et ses impressions (cinq sens) comme l’évoque le journal intime ou la biographie. De plus, les carnets imaginaires « sur les pas de… » auraient un rôle initiatique car le passage de la lecture au voyage amène au carnet de voyage.  Les apports du voyage rêvé (autant que vécu) sont indéniables pour le lecteur qui devient alors voyageur grâce à la littérature et à l’imaginaire du voyage[15] :

« Il n’y a d’homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie » Lamartine.


[1] Titre de la revue de type album photographique créée en 1994 par les publications PEMF.

[2] En référence aux publications sur l’éducation à l’interculturel d’Anne Mojavet et de Gisèle Provost.

[3] En référence aux publications de Rémi Hess, Professeur à Paris VIII.

[4] Intitulé de l’atelier organisé par Patrice Delegue lors du Congrès « Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011.

http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[5] Directeur-adjoint de l’ONISEP : intervention dans l’atelier « Vous avez dit capital humain ? » lors du Congrès Mobilité internationale : la lettre et l’esprit », les 28 et 29 juin 2010 à Bordeaux. Publication des Actes du Congrès en 2011. http://www.europe-education-formation.fr/mobilite-internationale.php

[6] Site de Betty Edwards : http://www.drawright.com/

[7] Projets encadrés par les collègues enseignantes ci-dessous :

Monique Dinand, enseignante – documentaliste (projet « Carnet de patrimoine européen »)

Françoise Goirand, enseignante d’arts appliqués (projet « Livre d’artiste et parcours initiatique professionnel»)

Sophie Jeanjean, enseignante – documentaliste (projet « Interculturalités et vivre ensemble »)

Marylène Dickinson, enseignante de français en Angleterre (projet « Carnet interculturel Anglais-Indiens en Inde du Sud »)

[8] D’après Victor Segalen « percevoir le divers » pour accéder à l’autre.

[9] Les deux notions d’intermédialité et d’artialité sont au cœur de la problématique de la thèse de Doctorat soutenue sur ce genre en SIC à l’université Bordeaux III le 10 décembre 2010.

[10] En référence au dialogue interculturel du Conseil de l’Europe dès 1975.

[11] Voir BOEN n°32 du 28 août 2008 : « L’art et les identités culturelles : altérité et dialogue»au collège, dans la thématique « Arts, créations, cultures » et au lycée, « Arts, sociétés, cultures ».

[12] A noter : l’expérience du ministère « Mon cahier d’Europe », trois cahiers de vacances pour les 7 à 15 ans.

http://www.moncahierdeurope.education.fr/, http://www.education.gouv.fr/cid21525/mon-cahier-europe.html

[13] Les projets européens développent les compétences créatives : retours sur une année thématique porteuse de résultats. Sylvie Thomas. Agence Europe Education Formation France, Soléo, l’esprit mobilité !, mars 2010, n°22. http://soleoweb.2e2f.fr/page.php?page=138

[15] Réflexion développée sous l’angle pédagogique en 2002 sur l’Académie de Reims : voir l’article « Ouverture interculturelle sur les échanges, les voyages : vers l’anthropologie et la créativité », Pascale Argod, InterCDI, n°177, mai-juin 2002.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de l’artiste en voyage : l’art du carnettiste du terrain à l’atelier

L’art du carnettiste du terrain à l’atelier : du croquis à la diffusion éditoriale

Le carnet de voyage est fonction du voyage, du regard de l’artiste-voyageur et du rendu artistique du voyage qui est un déplacement et qui nécessite une pratique artistique adaptée au contexte. Au-delà du regard porté sur le pays et de l’apport à la connaissance d’une culture, le carnet de voyage semblerait se résumer à son rendu iconographique, celui d’un déplacement dans l’espace, voire d’un regard sur le voyage, défini comme un parcours initiatique vers l’Autre et vers la différence. Ainsi, nous pourrions nous demander si le carnet de voyage peut être considéré comme une création de l’esthétique pour traduire « la poétique du voyage » et s’il peut être envisagé comme le témoin des valeurs symboliques d’une civilisation pour transmettre une vision projetée. En effet d’après Ernst Gombrich[1] : « Le peintre ne fixe pas ce qu’il voit mais ce qu’il sait d’une réalité » (regard social et culturel) et  « L’art n’existe pas ; seuls les artistes existent, il faut passer par l’intermédiaire de la culture pour découvrir le Beau ». De plus, le métissage artistique de l’image traduit la vision métissée du voyage, le collage est la technique la plus courante, c’est à dire une composition artistique obtenue par la juxtaposition d’éléments hétérogènes par leur source ou leur nature. Il sert l’hybridité du carnet de voyage, produit du croisement de deux éléments de genre et d’espèce différents. Mais le carnet de voyage n’est qu’une vision de l’ailleurs et de l’errance parmi d’autres manifestations en arts plastiques ou réalisations artistiques[2]. Les notions complexes, qui oscillent entre l’ailleurs imaginé, projeté, fantasmé, et le déplacement physique ou le cheminement intellectuel, sont propices à la création artistique nourrie par les voyages  sous toutes leurs formes. Les artistes contemporains redécouvrent-t-ils, avec la peinture sur le motif, l’art en plein air prôné par les aquarellistes anglais et les impressionnistes ? En fait, au-delà de l’introduction d’éléments naturels dans la création, la nature elle-même est objet d’inspiration et d’interventions sur et dans le paysage. En fait, plus que le voyage lui-même, l’exotisme serait porteur de créativité parce que la confrontation à d’autres repères géographiques et culturels change le mode de pensée et le regard de l’artiste. Il retranscrit autant la vision du monde, son regard bouleversé sur le monde, que le bouleversement de sa perception et le changement intérieur. L’artiste majorquais Miquel Barcelo, de renommée internationale[3], fait de son installation voyageuse, une « pirogue-atelier », le cœur de sa création à la découverte du fleuve Niger qu’il remonte vers le Nord-Est sur mille quatre cent kilomètres. Son atelier voyageur lui permet de réaliser de nombreux carnets de voyage, qui signent son œuvre. Cependant, plus qu’un carnet de voyage, c’est le voyage qui devient œuvre d’art puisque l’atelier-pirogue est le support artistique du voyage.

Pour saisir le temps et métamorphoser l’instant de l’esquisse (pendant le voyage) le rough est indispensable à la réalisation du carnet de voyage qui retrace un périple vécu. Formés à technique du rough, la plupart des carnettistes ont commencé comme « roughman », anglicisme qui définit l’homme du croquis, le virtuose du dessin en agence de communication ou de publicité. Le rough semblerait un pré-requis professionnel car il transcrit l’effet visuel d’une campagne de publicité sur des boards ou planches à dessin avec des croquis destinés à proposer un projet au client. Si l’agence est sélectionnée par ce dernier, le créatif se sert du travail « en rough » pour dessiner la campagne et changer de style en fonction du produit et des idées du directeur artistique. La plupart des carnettistes comme Cathy Beauvallet, Elsie Herberstein, Damien Roudeau, Troub’s, Simon, par exemple, se servent au quotidien de carnets de croquis, d’esquisses ou d’études qui permettent d’exercer continuellement cette aptitude et de prendre en notes graphiquement ou visuellement des idées.

Les deux temps, celui du terrain et celui de l’atelier, peuvent se compléter mais aussi s’exclure. Certains carnettistes, privilégiant le rough en voyage, évitent de retoucher leur création ultérieurement afin de préserver ainsi la valeur de témoignage, chère à leur déontologie de voyageur et d’artiste qui vit le voyage comme le processus de la démarche artistique. Pour eux, l’art du carnet de voyage s’exerce le temps du voyage et se termine avec lui : tels que Cathy Beauvallet, Jean-Loup Eve, Elsie Herberstein, Giancarlo Iliprandi, Philippe Lorin, Reno Marca, Bertrand De Miollis, Damien Roudeau… D’autres préfèrent revenir sur leur création en atelier pour prolonger les bénéfices de l’ailleurs avec la distance critique, le filtre de la mémoire et la maturité du voyage qui changent et métamorphosent l’artiste dans sa créativité : Stefano Faravelli, Gildas Flahault, Cloé Fontaine, Geneviève Hué, Sophie Ladame, Simon, Gwenaëlle Trolez…Leur travail créatif s’accompagne de lectures, de recherches, de réflexions pour approfondir le regard du voyageur, le regard de l’artiste se situant dans le prolongement de celui du voyageur. L’artiste offre alors l’expression différée de ses impressions de voyage. Pour eux, deux temps sont indispensables : celui de la captation du réel et de l’extériorité lors du voyage, ensuite, celui de l’imprégnation et de l’intériorité en atelier qui offre alors l’œuvre d’art. Ses deux démarches semblent ouvrir le genre sur deux notions différentes du temps et de la gestation de l’œuvre : l’immédiateté ou la durée. Les premiers se situent dans la lignée des dessinateurs-reporters et du reportage graphique mais aussi des photographes ; ils estiment que la perception et le rendu se doivent d’être au plus proche de l’authenticité du vécu, alors que les seconds se nourrissent de l’héritage des peintres et des plasticiens qui métamorphosent leurs impressions et leur ressenti pour se sentir au plus proche de la sincérité de leur création et de leur interprétation artistique à partir du réel.


[1] Chercheur en historien de l’art et Directeur l’Institut Warburg de Londres en 1959, il occupe la chaire d’Histoire de la Tradition classique de l’Université de Londres en 1959. Il fut anobli en 1972 et reçut l’ordre du mérite en 1988 ainsi que de nombreuses récompenses et distinctions internationales. Son ouvrage « Histoire de l’art » est paru en 1986 chez Flammarion ; il est l’ auteur d’une douzaine d’ouvrages d’histoire de l’art traduits en français.

[2] Visions de l’ailleurs. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2009 ; Figures de l’errance. Dir. Dominique Berthet. L’Harmattan, 2007.

[3] Ses oeuvres exposées dans différents musées français (CAPC de Bordeaux, musée des Arts Décoratifs de Paris, Centre Georges-Pompidou, musée du Jeu de Paume, Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence) et dans de nombreuses autres galeries et musées américains et européens.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Communication au colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?, DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Le carnet de voyage se décline du reportage au témoignage mais aussi du carnet sensible et sensitif à un métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. Le genre hybride au carrefour des sciences humaines et des SIC serait un nouveau médium d’éducation et de communication interculturelle qui repose sur les notions de reportage, de témoignage et de documentaire. Le carnet engagé et ethnographique met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Nous pouvons nous demander, d’une part, si l’artiste – carnettiste est un ethnographe qui se positionne comme interprète d’une culture et comme médiateur entre l’Autre et les lecteurs, et d’autre part, si le carnet de voyage est un support pour l’ethnographie alors qu’il n’offre que des points de vue et des interprétations. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il « un journal d’enquête ethnographique » (Rémi Hess[1], 1998) ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme (« esthétique du divers » selon Victor Ségalen, « regard éloigné » selon Claude Lévi-Strauss) ? Propose-t-il une vision documentaire ou ethnographique ? Le carnettiste ne perçoit la vie des autres qu’à travers le filtre de ses perceptions et de ses propres catégories de jugements façonnées par sa culture. Toute étude anthropologique est une interprétation du réel, une fiction ou une représentation de la culture de l’autre à laquelle s’ajoute la part de subjectivité personnelle ; en somme, « une interprétation d’une interprétation » (Geertz[2], 1973).

1- Le carnet de voyage comme outil réfléxivité interdisciplinaire : une confrontation de points de vue

La démarche de l’écriture d’un journal personnel

Le carnet de voyage développe le même principe que le journal intime développé par Rémi Hess[3], notamment dans une démarche interculturelle[4]. Dans son ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien[5], il pose la question de la subjectivité et de l’objectivité évoquée pour le carnet de voyage. En effet, le journal intime considéré comme un journal ethnosociologique, c’est à dire comme un outil d’analyse interne et d’intervention, permet pour le chercheur d « être en perpétuelle recherche, en disponibilité permanente pour apprendre de l’école de la vie. Une étape importante de la recherche consiste à relire, puis faire lire un journal, à le rendre public. De ce point de vue, il ne faut plus concevoir le journal comme un écrit pour soi, mais un écrit pour l’autre[6] ».

Un récit autobiographique, image d’un déplacement physique ou d’un cheminement intérieur : « le carnet de fragments personnalisé »

La mise en page, le collage, les symboles, les couleurs, le code de l’image, la place du texte…sont mis en œuvre dans le graphisme et le design qui participent autant de la dénotation que de la connotation puisqu’ils reflètent le point de vue de l’auteur à partir d’une représentation du réel et portent bien évidemment la marque de l’empreinte de l’auteur tout en souhaitant faire ressentir un pays, une ambiance, une atmosphère. Marianne Roth conclut d’ailleurs son ouvrage, De l’ailleurs à l’œuvre par ses mots : « cette tentative de centrer son moi dans l’éclatement et la dissonance des lieux permettent à l’artiste d’affirmer sa singularité. Il trouve dans le déplacement la solitude nécessaire pour se définir et se dépasser dans l’errance. La multitude des détours que lui offre l’ailleurs imprime des possibilités non rectilignes : ces méandres favorisent des ouvertures qui lui tracent le chemin pour stabiliser son attitude face au monde » [7].

La notion d’exotisme[8] : selon Victor Segalen (1878-1919) et selon Claude Lévi-Strauss

L’image idéalisée du lointain a porté la découverte de l’ailleurs dans ce qu’elle comporte de fabuleux, de merveilleux, de déroutant à travers le culte du pittoresque. Le carnet de voyage peut véhiculer ces représentations et cette quête voyageuse. Aussi la notion d’exotisme semble centrale dans la représentation iconographique du carnet de voyage et conduire de l’esthétique du divers, prôné par Victor Segalen au regard éloigné conseillé par Claude Lévi-Strauss mais aussi, dans la relation à l’Autre, au préjugé et au métissage de la vision culturelle.

2. Des représentations véhiculées sur « L’autre en relations » [9]

Une représentation projetée

François Laplantine[10] dénonce autant l’identité que la représentation qui font obstacle à l’exercice critique de la pensée et prône une autre façon de penser, de parler et d’écrire que l’anthropologie se doit d’initier.

Du métissage culturel

Cultures et identités sont plurielles et le carnet de voyage participe à l’hétérogénéité culturelle des appartenances et des groupes ethniques. Le carnet de voyage est-il constitué d’images métisses ? Le carnet de voyage s’inscrit-il dans la voie du métissage culturel ? ou plutôt dans celle de l’art ? (Voir : François Laplantine[11] et Alexis Nouss et Serge Gruzinski[12] )

Le carnet de voyage est-il une médiation transculturelle[13] ?

L’approche transculturelle s’inscrit au-delà des cultures et dépasse la notion d’identités culturelles plurielles pour tendre vers ce qui dépasse et qui est commun à toutes les cultures qui les traverse, « en matière d’information ce qui transcende les frontières » selon Thierry Lancien[14]. Le carnet de voyage semblerait faire l’éloge d’une culture nomade à la recherche de l’hors-soi, de l’autre, une culture revendiquant tous les métissages et tous les héritages.

3. De l’ethnographie, une vision documentaire du carnet de voyage

« Entre voyage et ethnologie »[15] (Gérard Toffin)

Les trois ouvrages,  L’Afrique fantôme  de Michel Leiris, paru en 1934,  Tristes Tropiques  de Claude Lévi-Strauss, paru en 1955, et  Blackberry Winter  [16] de Margaret Mead, paru en 1972, offrent une réflexion sur le voyage et l’ethnologie qui reprend le souhait de Marcel Griaule : « Les explorateurs d’aujourd’hui et de demain doivent être les ethnographes »[17].

Du métier d’ethnologue sur le terrain

L’ethnologue se définit comme un passeur entre les valeurs de la société étudiée et celles de sa propre culture. Le va-et-vient d’une civilisation à l’autre le rend sensible, par extension, à l’étrangeté de sa propre culture. L’observateur se transforme en ethnologue lorsque sa connaissance de telle ou telle ethnie dépasse les images préconçues et les conceptions esthétisantes trompeuses des premiers moments. Lorsqu’elle se fonde sur une vie commune plus ou moins partagée avec des hommes et des femmes de ce groupe.

De l’observation, pré-requis de tout carnettiste tourné vers l’ethnologie – ethnographie

Le type d’observation sur le terrain lors du voyage détermine-t-il la qualité du rendu ethnographique du carnet de voyage. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?  (voir les quatre formes selon Buford H. Junker[18] mais aussi l’observation diffuse par Jean-Michel Chapoulie [19] et l’observation flottante par Colette Pétonnet[20])

Le voyage comme rupture et enjeu autobiographique selon Michel Leiris

L’Afrique fantôme[21], paru en 1934, rassemble ainsi des notes au jour le jour, souvent impressionnistes, de ce qu’il perçoit directement, par information donnée ou par sa participation active. Ainsi naît un ouvrage, issu de la conjugaison de deux pratiques : l’autobiographie et l’ethnographie[22]. Il détourne les techniques d’enquête et de retranscription ethnographique pour les appliquer à la description du quotidien et des conditions de travail de l’équipe de chercheurs (querelle avec Marcel Griaule).

Le carnet de voyage, l’ethnographie et l’anthropologie visuelle ?

Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Des carnets d’ethnologues non publiés

Nous remarquons que le carnet de recherche d’ethnologues est aussi absent des publications alors que les naturalistes ou les archéologues l’ont beaucoup utilisé et qu’il reste aujourd’hui pour les naturalistes un moyen de traduire l’observation de la nature et de la vulgariser. Il semble intéressant que les carnets de croquis d’ethnologues, anthropologues et sociologues, trouvent leur place dans l’édition dans le but de faire connaître leur science et de vulgariser leurs recherches.

En somme, au-delà du clivage entre tourisme et voyage, l’émergence du désir nomade repose sur l’expérience personnelle et renouvelée du voyage et de l’exotisme qui enrichit la conscience. Plus que le voyage, c’est la démarche qui est essentielle, celle que définit Rodolphe Christin[23], par exemple : « l’attitude voyageuse qui, toujours et à nouveau, découvre le réel, ses cultures, ses natures […]. Le voyage tend vers l’un-divers de l’univers. Dans ce trajet œuvre une liberté d’exister, une liberté de penser, un exercice de l’éprouver et du connaître »[24].

Bibliographie

CARMIGNANI Pierre (Dir.), équipe de recherche VECT.. Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études).

CHAPOULIE Jean-Michel. Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985), Génèses, 2000, vol 39, n°39.

CHRISTIN Rodolphe. L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

DEBAENE Vincent, KECK Frédéric. Claude Lévi-Straus : l’homme au regard éloigné, Paris : Gallimard, 2009. (Littératures, n°543)

GEERTZ Clifford. Ici et là-bas, l’anthropologue comme auteur. Paris : Métailié, 1996. (leçons de choses)

GERVEREAU Laurent. Se représenter et représenter l’Autre : des clichés planétaires durables en cartes postales. Images : histoire mondiale. Paris : SCEREN – CNDP, Nouveau Monde Editions, 2008. p. 151.

GRIAULE Marcel. Les Grands explorateurs. PUF, 1991.

HESS Rémi (Dir.), Weigand Gabriele. L’observation participante : dans les situations interculturelles. Paris : Economica anthropos, 2005. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

LAPLANTINE François. La description ethnographique. Paris : Armand colin, 2005.

LEVI-STRAUSS Claude. Le regard éloigné. Plon, 1983.

MAUSS Marcel. Manuel d’ethnographie. Paris : Payot, 1967, 1989, 2002.

PETONNET Collette. Espaces habités : ethnologie des banlieues. Galillée, 1982.

ROTH Marianne. De l’ailleurs à l’œuvre. Peter Lang, 2007.

SEGALEN Victor. Essai sur l’exotisme : une esthétique du divers. Textes sur Gauguin et l’Océanie, Précédé de Segalen et l’exotisme, Gilles Manceron. Paris : LGF, 2007 (Le livre de Poche, biblio essais, 4042) édité Fata Morgana, 2005.

TODOROV Tzvetan. Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine. Editions du Seuil, 1989 (Points Essais n°250).

TOFFIN, Gérard. «Entre voyage et ethnologie», In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.


[1]     Rémi Hess, La pratique du journal : l’enquête au quotidien, Paris, Anthropos, 1998.

[2]     Clifford Geertz, The Interprétation of cultures, New York, Basic Books, 1973.

[3] Professeur à l’université de Paris 8-Vincennes à Saint-Denis, chercheur au laboratoire « Experice » et président de l’Association française Janusz-Korczak pour les droits de l’enfant. Auteur du livre Henri Lefebvre et l’aventure du siècle (Métaillié, 1988), il réédite l’oeuvre de Lefebvre depuis 1988, dont douze livres chez Anthropos, avec Gabriele Weigand, professeur à l’université de Karlsruhe, en 2009, année du cinquantenaire du livre. Le laboratoire de recherche « Experice » porte sur les apprentissages et l’éducation hors de l’école développé dans le Master en sciences du jeu :

http://www.experice.fr/wakka.php?wiki=PageAccueil

[4] La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Remi HESS. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

[5] La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Rémi HESS. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

[6] Idem, p. 134-135.

[7] De l’ailleurs à l’œuvre. Marianne Roth. Peter Lang, 2007, p. 156.

[8] Voir le numéro de la revue : L’exotisme, l’exotique, l’étranger : actes du colloque tenu à la Maison des sciences de l’homme, Paris, le 3 juin 2004, organisé par le Centre de coopération franco-norvégienne en sciences sociales et huamines dirigé par Per Buvik. Carnets de l’exotisme, nouvelle série, n°6. Kailash, Torii, 2006. Depuis leur création en 1990, Les Carnets de l’exotisme explorent les imaginaires de la différence, par une approche pluridisciplinaire et thématique.

[9] Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. coord. par P. Carmignani, équipe de recherche VECT. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études), p. 12. A paraître en novembre 2009 : Culture et pratiques culturelles. Antigone Moutchouris. Presses universitaires de Perpignan, 2009. (études).

[10] Anthropologue qui a effectué ses recherches au Brésil et Professeur d’ethnologie à l’université de Lyon II

[11] Professeur à l’Université de Lyon II, département d’Ethnologie, théoricien du métissage culturel et directeur du laboratoire CREAS créé en 1991: http://recherche.univ-lyon2.fr/crea/

[12] Historien, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et auteur de douze ouvrages.

[13] du 28 février 2007 au 2 mars 2007 à l’université Concordia (3 jours) et qui fait suite aux activités de recherches de l’hiver 2006 de l’univerité d’Ottawa au Canada :

http://www.sciencessociales.uottawa.ca/transferts/pdf/transculture.pdf

Voir l’article mis en ligne de Fulvio Caccia du 1er mars 2007 intitulé « Diversité culturelle et transculture ou ViceVersa ».

[14] Réception télévisée et compréhension interculturelle. Thierry Lancien. In « Réception de la télévision ». Dir. I. Durousseau. Copenhague, 1998.

[15] «Entre voyage et ethnologie», Gérard Toffin, In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.

[16] Publié sous le titre : Du givre sur les ronces. Editions du Seuil, 1977.

[17] Les Grands explorateurs. Marcel Griaule. PUF, 1991.

[18] Idem.

[19] «Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985)». Jean-Michel Chapoulie, Génèses, 2000, vol 39, n°39.

[20]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[21] L’Afrique fantôme. Michel Leiris. Galllimard, 1981 (Bibliothèque des sciences humaines). www.michel-leiris.fr/

[22] A son retour, il étudie l’ethnologie en suivant les cours de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie et prend la responsabilité du Département d’Afrique noire du Musée d’ethnographie du Trocadéro (ancêtre du Musée de l’Homme) et y exerce son métier d’ethnographe jusqu’en 1971.

[23] Sociologue et anthropologue de formation, voyageur dans l’âme, il s’est exposé au hasard et à la nécessité lors de séjours et d’expéditions en Guyane, Mongolie, Laponie, dans le Nord canadien. Il est auteur de cinq ouvrages.

[24] L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. Rodolphe Christin. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts