Le carnet de voyage, une oeuvre en soi

Thèse de Doctorat en arts plastiques soutenue par Nadine Durand, le 5 septembre 2017 à l’université Bordeaux – Montaigne

Sous la Direction d’Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux-Montaigne.

Sujet : Le carnet de voyage, une oeuvre en soi ?

Membres du jury :

  • Pascale Argod, PRCE – chercheuse à l’université Bordeaux – Montaigne
  • Patrick Barres, Professeur à l’université Toulouse Le Mirail
  • Eric Bonnet, Professeur à l’université Paris 8
  • Hélène Saule-Sorbé, Professeur à l’université Bordeaux – Montaigne

Résumé :

Protéiforme, le carnet de voyage emprunte à différents modes de communication, qu’elle soit écrite, visuelle, ou tactile. Chaque auteur donne au récit une forme plus ou moins originale, pour appuyer un point de vue personnel, ou impersonnel. C’est la nature même et la dynamique de cet objet que j’ai étudié, dans ses expressions particulières comme dans ses formes les plus communes. Le voyage est un accélérateur d’expérience, envisagé pour se ressourcer, jouir du quotidien, découvrir chaque jour un cadre renouvelé qui stimule la vue, puis l’ouïe, le goût et l’odorat. Tout voyage est une remise en question du quotidien dont il perturbe les rites et renouvelle le cadre. Cette thèse, étayée par ma pratique personnelle, est structurée selon les trois « temps » du voyage : avant, pendant, après. « Que rapporter du voyage ? » est la question qui préoccupe l’adepte du carnet. Les Carnettistes Tribulants[1] ou le collectif Urban Sketchers affirment qu’en s’appuyant sur le réel visible, on trouve la matière à voir et à penser ; il est indéniable que dessiner sur le carnet permet de mieux voir et réfléchir son environnement. Par procuration picturale, son regard transporte le corps du carnettiste tout entier dans son carnet, pour changer le monde en images. Le carnet est devenu pour bon nombre d’adeptes le but du voyage et une œuvre en soi. Le mobile du voyage est une mise en mouvement sinon en instabilité qui peut participer à la régénération de la pratique plastique ; ce qu’expérimentèrent ainsi de nombreux artistes reconnus, Delacroix, les orientalistes français, Turner, des peintres orientaux venus en France et Lamazou, tête de file des carnettistes contemporains.

Avant le voyage, « le carnet périscope » condense les préparatifs et l’anticipation des besoins, en posant les questions du choix du carnet, du papier, du médium, des outils et des techniques pour l’œuvre à venir. Le carnet présente un nombre déterminé de folios reliés en cahiers cousus, ou par une spirale métallique. Le papier sera le cadre de la réflexion et le lieu de la rencontre avec l’autochtone. Pour maîtriser le petit territoire du carnet, il s’agit de connaître les particularités du papier, encollé ou non, granuleux ou lisse, transparent ou opaque, et son adéquation à la technique envisagée, sèche comme le crayon graphite ou les craies, ou fluide comme les feutres, aqueuse comme l’aquarelle, pâteuse comme la gouache par exemple. Certains choisissent le parti de la ligne claire, d’autres travaillent uniquement en noir et blanc en valeurs, d’autres encore privilégient la couleur dans ses techniques spécifiques. Les techniques sèches sont faciles à emporter en voyage et propices à la notation de la lumière et de l’ombre. La gouache et l’aquarelle ainsi que des outils plus contemporains comme les feutres de couleur, restitueront les émotions chromatiques du voyage mais sont mises en œuvre moins spontanément. Il importe d’adapter le support de travail à la technique privilégiée sur le motif. D’autre part, les conditions atmosphériques et hygrométriques interagissent sur le carnettiste, et son support, modifiant les habitudes de perception et de notation. Si on trouve dans le commerce une offre pléthorique de carnets aux formats, reliures, couvertures, grammages de papier très variés, nombreux sont les carnettistes qui optent pour un support fabriqué sur mesure, en le commandant à façon, en le réalisant soi-même, ou en réhabilitant des livres vierges. Le plasticien adapte la forme de son carnet de notes aux paramètres de son voyage, solitaire ou en groupe, court, long, nomade ou rayonnant. Parallèlement, la main dessinatrice, la largeur de la paume, le rangement et le poids du carnet ou de l’album, les qualités tactile, colorée et réfléchissante du papier entrent à leur tour en ligne de compte. En pays inconnu, se sentir prémuni pour être rapidement opérationnel quand le motif apparaît, c’est avoir prévu la trousse contenant le matériel graphique de prédilection et le support de notation. Cet atelier du voyage cadre le travail du carnettiste. Son ouvrage est souvent rituellement introduit par des pages présentant la carte et le lexique, des chiffres concernant les taux de change, les horaires des transports et quelques numéros de téléphone en cas de nécessité de rapatriement, des repères indispensables à l’immersion.

En deuxième partie, « le carnet miroir » recouvre tout ce qui concerne le déroulement effectif du voyage, tant le rapport individuel et travailleur à l’objet carnet, que l’attention portée à la contrée traversée et à l’improviste des rencontres. Celles-ci sont de nature : humaines, animales, environnementales, objets, intempéries… Le support de notation, complice de l’instant, supplée la mémoire visuelle comme un sténopé. Sur le motif, le carnettiste s’interroge sur le sens du format, la nature de la lumière, le choix de l’angle de vue, la nature de la trace qu’il laissera. Les questions de dimensions, de technique et d’interprétation l’interpellent. Garde-t-il la silhouette ou l’empreinte de son motif, les détails de la structure et de la texture ou le mouvement de l’être rencontré, les couleurs ou le clair-obscur révélateur du volume ? En voyage, les notations dans le carnet sont parfois rapides et légères, alternant avec des études plus longues et appliquées. Au fil des pages, comme dans les carnets de croquis de guerre[2] d’Adrien Ouvrier, jeune artiste soldat de la Première Guerre Mondiale, le carnet accueille souvent un autoportrait réel. En réalité, c’est un autoportrait crypté, ce prolongement de soi-même qui devient une espèce de mémoire annexe pour conserver les sensations de l’instant vécu, à la manière d’un journal personnel. Le carnettiste est homme ou femme, perçu comme tel lors de ses rencontres, et ses portraits traduisent son empathie, sa curiosité ou sa sensualité. Dès la Renaissance, Léonard de Vinci et Albrecht Dürer, avaient pratiqué le dessin d’observation nomade de leurs contemporains à la pointe d’argent, à la plume avec encrier ou au fusain sur de petits cahiers cousus dans des carnets ou sur papier libre. Dévisager est cet acte qui engage l’artiste dans une lecture de l’apparence et des expressions, inscrites dans la configuration et de l’organisation des traits des visages. L’art de rencontrer une personne inconnue et de négocier pour la faire poser, repose sur un savoir-faire diplomatique et prépare une série ethnographique de portraits. Les peintres considèrent leur carnet comme un dispositif de recherche, dont les folios offrent les temps successifs d’expérimentation face au motif, et qui constitue d’autre part le réceptacle de leur collecte documentaire, en particulier celle de papiers qui ne sont pas destinés à l’écriture – tickets, publicités, papiers d’emballage… à la manière dont Gauguin avait mis en exergue les papiers d’emballage d’origine japonaise trouvés à Tahiti[3]. Dans les pays dont le voyageur ignore l’alphabet, ces petits bouts de texte trouvés – journaux, étiquettes, tickets, billets d’entrée, lettres manuscrites – apportent leur touche décorative à la page du carnet et deviennent pense-bête. Plusieurs carnets d’artistes consultés au Cabinet des Arts Graphiques du Louvre, et que j’ai feuilletés, présentent un certain nombre de folios non utilisés, alors même que le carnet est entamé par ses deux côtés, comme le fameux Album au Maroc de Delacroix[4]. A la différence d’une œuvre d’art, sa vocation première n’est pas de devenir un objet de spéculation. Il est un support de transaction, dessinée, ou écrite a priori non vénale. Le carnet est fait d’observation et d’interprétation, est une mémoire et une distance, produit du mouvement et  de l’immobilité.

En troisième temps, « le carnet rétroviseur » médite sur les conditions de visibilité de la somme artistique et documentaire ramenée par le carnet. Celui qui regarde dans son carnet au courant du voyage revoit, les moments passés dans les dessins accumulés, comme le rétroviseur réfléchit le paysage dépassé. Les carnets originaux des artistes sont présentés selon deux modalités ; l’une classique, présentant un carnet ouvert en double page derrière une vitrine, l’autre virtuelle, qui propose au visiteur de feuilleter plusieurs carnets différents dans leur intégralité, pages vierges comprises, dans un sens ou dans l’autre.

Les carnets des grands artistes sont recherchés par des amateurs éclairés et collectionneurs d’art qui y trouvent la genèse d’œuvres produites en atelier et un travail artistique et ethnographique spontané. Parce qu’il garde la mémoire directe d’une portion de vie, le carnet rayonne encore davantage de l’aura que Walter Benjamin a attribuée à l’œuvre unique. Le carnet est un tout indivisible et ses images ont ce caractère d’empreinte du réel, comme la fatigue et les épreuves du périple. Mes propres carnets usagés par le voyage, font l’objet d’une restauration de la reliure des feuillets, leur mobilité étant la condition nécessaire à la transmission du récit. Au stade de l’édition, la reproduction des pages sur un nouveau support par le clichage, produit une mise en forme globale des dessins, et incorpore tous les documents rapportés sur la page. Mais elle supprime aussi toutes les informations accumulées dans la matérialité de l’objet, et contourne les problèmes de restauration et de conservation. Considérés désormais comme des trésors nationaux, les carnets de Turner, Delacroix et Gauguin, n’ont pas fait l’objet d’une restauration de leurs feuillets, et sont conservés dans des boîtes conçues sur mesure à cet effet, dans l’état dans lequel ils sont parvenus au musée.

Le carnet de voyage, « fabriqué et utilisé manuellement, doté d’une forme et de propriétés physiques adaptées à un procès de production déterminé »[5], possède ainsi les qualités d’un outil, c’est à dire celle d’un objet dédié a priori à une fonction. Interactif, support polyvalent de notation, il est fragilisé par sa fonction même de livre et d’écritoire. Sa vocation première n’est pas de devenir objet de spéculation, tout juste un support pour une transaction mais sa qualité d’ « objet vécu » lui confère la valeur et la dignité d’une œuvre d’art en soi.

Ci-dessous deux oeuvres réalisées par Nadine Durand lors de ses voyages :

[1] http.://tribulants.canalblog.com/

[2] Corpus exposé en 2007 au Musée de Vienne (Isère) qui le conserve, comprenant 17 carnets depuis 1913, date de son incorporation à 1919, date de sa démobilisation.

[3] Id. f°121, collage ou copie d’estampes.

[4] E. Delacroix, Album au Maroc, 1712bis, Cf. Cahier d’images, p.109, La conservation des carnets.

[5] Définition proposée dans Trésor Informatisé de la Langue Française.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts

Des aquarellistes aux origines du carnet de voyage : William Turner et Paul Signac

William Turner (1775-1861) et de Paul Signac (1863-1935) adeptes de l’aquarelle et du « liber studiorum »

Le carnet de voyage du Romantisme et du pittoresque de William Turner (1775-1861)

Qui mieux que William Turner peut consacrer Venise comme la muse des artistes peintres depuis Canaletto jusqu’à Monet[1] ? Venise est en effet « refuge romantique de 1830 à 1840 »[2] autant pour les peintres que pour les écrivains et les poètes comme Alfred de Musset (1810-1857) qui s’adonne aussi à l’esquisse[3]. Les trois voyages de William Turner en 1819, en 1833 et 1840 à Venise marquent des tournants dans sa peinture paysagiste et la période entre 1833 et 1840 témoigne de l’apothéose de ses œuvres qui intensifient la diffusion de la lumière, la spécificité aquatique de Venise et l’atmosphère de la rencontre de l’eau et du ciel, source de légèreté et de transparence, de variations colorées, de reflets le long des canaux et de dissolution des formes. Les évanescents et irréels paysages de lagune renvoient en fait au romantisme et au pré-impressionnisme. Selon Andrew Wilton, conservateur de la collection Turner à la Tate Gallery de Londres :

« Débutant par un splendide « hommage à Caneletto » dans son « Pont des Soupirs », « Palais des Doges » et Dogana, Venise : peinture à la caneletto » de 1833, Turner accéda peu à peu au cours de la décennie suivante à un univers de liberté éthérée où le chatoiement de la lumière et de l’air absorbe les formes de San Giorgo Maggiore, de l’église Santa Maria Della Salute ou du campanile de Saint-Marc »  [4].

Il laisse dix carnets de croquis et trente-cinq toiles réalisées entre 1833 et 1845 révélateurs de sa conception de l’art de paysagiste imprégné de « pittoresque » qui pourrait prolonger notre réflexion sur l’héritage du carnet de voyage : « choisir, combiner, concentrer ce qui est beau dans la nature et admirable en art est autant la tâche du peintre du paysage dans son domaine que dans les autres domaines de l’art ». Ses aquarelles au nombre de vingt mille sur papier et ses carnets en font le peintre le plus prolixe qui ait élevé l’aquarelle au rang d’art pictural majeur. Ses aquarelles de voyage sont publiées à partir de 1826 dans The Keepsake et des recueils de gravures,  The Turner’s annual tour, publiés à partir de 1831.

Les carnets de voyage paysagistes ou de marines de Paul Signac (1863-1935), marin et peintre

Paul Signac (1863-1935) est adepte de la peinture « sur le terrain » de paysages comme tous les impressionnistes et ces aquarelles instantanées permettent de saisir la lumière comme «des notes visuelles sur la couleur» selon « un art poétique de l’aquarelle avec économie de moyens et en proscrivant toue manipulation » comme le mentionne Charles Cachin[5]. Elles rappellent le carnet peint de Turner de la National Gallery de 1898 dont il s’inspire, « il se plaît à reproduire les tableaux des autres…accumule les documents comme les photographies ramenées d’Italie des œuvres des maîtres » [6]. Peintre et marin, Paul Signac a laissé, de ses séjours à Venise particulièrement remarquables[7], trente et un carnets parmi lesquels trois cents paysages côtiers de la France[8], des ports de la Méditerranée aux ports de Bretagne en commençant par Collioure en 1887, puis à Cassis en 1889 en rendant visite à Van Gogh interné à Arles qui l’influence dans son style à l’aquarelle de 1890 à 1895 dans ses paysages et ses vieux gréements puis en 1890 en Italie. Marin, en 1892, il se rend sur son bateau du Finistère à Saint-Tropez par le canal du Midi et découvre le Massif des Maures et de l’Esterel. En 1893 il expose au Salon des artistes indépendants ses « notations à l’aquarelle » et écrit dans son journal : « Il me semble beaucoup plus logique de ne prendre dans la nature, de n’emmagasiner —par un simple croquis, une simple note– que ce qui vous semble parfait de lignes et de couleurs… ». A partir de 1896, il effectue des voyages à l’étranger : en Hollande et sur la Riviera italienne, en1904, à Venise à partir de la Mer, en 1907 à Istanbul, en 1908 à Venise, en 1909 à Londres. Installé dans le Midi pendant vingt ans, à Saint-Tropez, à Sète, à Menton, il navigue le long des côtes bretonnes et de la Manche qui lui inspire un recueil de vues portuaires grand format et un carnet de son séjour à Barfleur en 1931 est aujourd’hui publié[9]. Il entreprend son dernier voyage en 1935 et laisse un ultime carnet sur la Corse[10] :

« L’aquarelle est le meilleur moyen de notation, une sorte de mémorandum, un procédé rapide et fécond, permettant à un peintre d’enrichir son répertoire d’éléments trop passagers pour être fixés par le procédé lent de la peinture à l’huile. Un ciel nuageux est un ensemble magnifique mais qui se déforme perpétuellement ».

Signac a réalisé, à partir de 1904, un catalogue aquarellé de ses œuvres où il ne mentionne pas comme Turner et Lorrain le nom de l’acquéreur.


[1] Voir l’exposition « Venise : de Canaletto à Turner et Monet » jusqu’au 15 février 2009 à la Fondation Beyerler à Bâle : http://www.beyeler.com/fondation/f/html_11sonderaus/35venedig/05_veranst.php?p=1&pos=15

[2] Venise un refuge romantique de 1830 à 1848. Florence Brieu-Galaup. L’Harmmattan, 2007 (espaces littéraires).

[3] Les photographies des dessins de l’album dessiné d’Alfred de Musset concernant son « Voyage en Italie » en 1833 avec Georges Sand ainsi que de « l’album de Venise » sont conservées à l’Institut de France.

[4] Extrait de la préface Andrew Wilton de l’ouvrage : Venise : aquarelles de Turner. Bibliothèque de l’image, 1995.

[5] Voir la préface : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000. Inventaire de département des arts graphiques du Louvre : http://arts-graphiques.louvre.fr/fo/visite?srv=mtr

[6] Signac aquarelliste. Marina Bocquillon-Feretti. A. Biro, 2001.

[7] Sélectionnées dans l’ouvrage : Paul Signac : dessins et aquarelles. Marina Bocquillon-Feretti, Charles Cachin. La Martinière, 2000.

[8] Voir la carte des lieux évoqués par Signac dans l’ouvrage cité ci-dessus.

[9] Paul Signac, été 31, Barfleur et Saint-Vaast-la-Hougue : expositon du 29 juin au 30 septembre 2000. Musée national de la marine, Musée maritime de Tatihou, 2000.

[10] Dernier carnet de voyage de Paul Signac. Paul Signac. Charles Cachin. M.J. Jacomet, 1990.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l’université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et chercheuse au sein de l’équipe du MICA (2246 – Médiation, information, communication, art ) de l’université de Bordeaux Montaigne,
requalifiée en SIC (2010 – 2018 par le Conseil national des universités),
Docteur en sciences de l’information et de la communication.

More Posts