Carnet de société, de reportage graphique et d’ethnographie

Le carnet engagé et ethnographique à la marge de la société à travers « l’observation participante »

Dans la même lignée éditoriale que « Dans le sillage des boat-people » de Noëlle Herrenschmidt, carnet de voyage précurseur chez Albin Michel en 1993, Elsie Herberstein a publié un carnet sur les sans-abri intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri (Jalan Publications, 2004). Pour elle, le carnet favorise « la transmission de témoignages humains surtout lorsque le drame social se banalise »; c’est dans un lieu d’accueil, au cœur de Paris, qu’elle recueille les témoignages des plus démunis, sur le modèle du travail mené par Jean-Louis Courtinat de 1993 à 1995 autour du documentaire social. La méthode est celle de « l’observation participante » prônée par Bronislaw Malinowski et l’école de sociologie de Chicago des années 20, qui étudie l’homme dans son environnement industriel et urbain. Le chercheur ou l’artiste s’immerge dans la vie sociale en partageant le mode de vie des communautés afin de mieux les comprendre. Il prend des notes quotidiennes, sous la forme d’images ou de textes, qui favorisent une relation d’immédiateté. L’ethnologue les fond dans un groupe dont il apprend la langue et les usages afin de les transcrire tels quels, « bruts » en quelque sorte, de manière à rassembler le matériau le plus objectif possible. Dans cette position, l’ethnologue devient presque un membre de la société qu’il étudie et c’est ainsi, peut-être, qu’il se dépouille de tous ses a priori. A cette démarche, peut s’ajouter le rendu du documentaire qui transmet le ressenti au moyen de la trame narrative ; c’est à dire « ce que le spectateur aurait ressenti à être un témoin véritable de la scène ». La tentation est alors forte pour l’auteur de se tourner vers le photojournalisme, parfois perçu par le lecteur dans certains carnets de voyage. Damien Roudeau[1], récompensé par le Prix Grand Reportage en 2002 à la Biennale du carnet de voyage, explicite en effet sa démarche :

« Le fil conducteur de ma démarche continue à se tisser dans cet espace en marge où je m’efforce d’exister, avec toujours ce doute inhérent à l’observation participante : est-ce que je témoigne de ce que je vis, ou est-ce que je vis la marge afin d’en témoigner ? Envisager la marge, c’est révéler certaines zones de vérité, des zones fréquemment négligées ou considérées comme connues ».

Il fait en effet partager la vie des membres de la communauté des chiffonniers d’Emmaüs dans son carnet intitulé De bric et de broc : un an avec les compagnons du partage (Parole et silence, 2006). Dans le cadre de cette filiation, le carnet de voyage suit l’évolution de l’anthropologie devenue non exotique et qui s’oriente donc vers des milieux proches[2] ; l’ethnologie porte en effet aujourd’hui sur l’altérité sociale, culturelle ou économique située dans notre pays, c’est-à-dire sur les phénomènes de marginalisation, d’exclusion intégration et d’immigration. Il s’agit pour l’artiste d’être avant tout un médiateur qui rend le réel caché visible, qui met en lumière le témoignage des exclus, le médiatise pour être perçu de tous. Son travail est alors ethnographique et circonscrit à un art à visée documentaire et réflexive, consacré à l’autre, considéré dans le cadre de sa culture, de sa différence ou de sa marginalité. D’ailleurs, dans la plupart des carnets, souvent des portraits, le statut d’auteur est partagé par l’enquêteur et ses interlocuteurs[3].

Autre lieu aux marges de la société, celui du centre d’accueil de Sangatte dans lequel Denis Lecat et François Saint Remy proposent un journal illustré de leurs rencontres : En regard de Sangatte : refuge(s  (Sansonnet, 2002). Le journal-carnet de route Kingsley : carnet de route d’un immigré publié par Olivier Jobard et Florence Saugues (Marval, 2006) rend compte du long voyage de l’exilé comme en témoigne d’ailleurs Kingsley Abang Kum, jeune camerounais de 22 ans, qui traverse clandestinement l’Afrique pour rallier la France. Dominique Meyer, Prix Vulcania 2008, évoque dans  Voyage aux Comores  les voyages maritimes pour l’immigration depuis certaines îles des Comores. Autre sujet brûlant, la prostitution en Asie qui fait l’objet d’une enquête réalisée par le photographe-journaliste Nicolas Lainez, dans une douzaine de villes d’Asie du Sud-Est. Manon Ott et Grégory Cohen rendent compte de la vie des Birmans livrés à une dictature mais aussi des formes de résistance qui s’organisent : Birmanie, rêves sous surveillance  [1] (Autrement, 2008). Le collectif de photographes et de cinéastes documentaristes intitulé « Les yeux dans le monde » [2], fondé en 2003, tente de réfléchir aux images sur les enjeux contemporains de nos sociétés, la place du regard, du spectateur et de son rapport à l’Autre. L’association « Les yeux dans le monde » organise régulièrement des manifestations alliant réflexion citoyenne et expression artistique et souhaite soutenir et diffuser la création documentaire[3].


 


[1] Les yeux dans le monde, collectif d’artistes pour la création, les ateliers et la diffusion de documentaires : http://www.lesyeuxdanslemonde.org/

[2] en référence au Voyage des interstices, selon Jean-Didier Urbain.

[3] Sur le modèle du cinéaste anthropologue Jean Rouch à l’origine de l’anthropologie visuelle.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet d’observation et le reportage graphique, médiums de l’ethnologie du proche

« Le carnet de voyage d’ethnologue-anthropologue », numéro de la Revue 303 Arts, recherches, créations de Nantes sur l’histoire des carnets de voyage, septembre 2010, 72-77 (6 pages).

http://www.revue303.com/catalogue/article.asp?arid=2146

L’héritage des sciences de l’homme, de l’anthropologie et de l’ethnographie explique la  diversité des approches sociologiques du carnet de voyage contemporain dans ses dernières tendances, tournées vers le reportage. Les thèmes des carnets de voyage édités portent sur des  champs de l’ethnologie, proches de la sociologie : sites particuliers, témoignages de tranches de vie, utilisation du reportage instantané, donc ethnographique, croquis descriptifs de l’intérieur de l’habitat et des objets usuels sur l’exemple des deux carnets de Karine Huet[1] sur l’Atlas, enquête de terrain digne d’un ethnologue en immersion, sur le modèle du carnet sur les sans-abris intitulé Viens chez moi j’habite dehors, un voyage chez les sans-abri d’Elsie Herberstein ou dans la ville d’Alger, à travers une galerie de portraits, qui est le reflet de la diversité de la population algérienne : l’échantillonnage et le questionnaire d’entretien seraient en effet à comparer avec les méthodes de l’ethnologie. Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie  et pour la sociologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Le carnet de voyage aux frontières de l’anthropologie visuelle[1], de l’enquête ethnographique et de l’observation

Le carnet de voyage pourrait être une technique au service de l’enquête de « terrain », une originalité de l’ethnographie basée sur l’observation participante qui pose autant de problèmes qu’il y a d’ethnologues et de cultures. Aussi la partialité est-elle une problématique tant de l’ethnographie que du carnet de voyage puisque l’ethnologue se doit de rester neutre en exerçant un sens critique et d’être accepté par ses interlocuteurs, fondements de la qualité de l’information recueillie. La description ethnographique de l’espace est fondée sur le sensible, le visible et l’iconographie, puisque l’ethnographe raconte ce qu’il a vu à partir de son propre regard. Le carnet de voyage, à travers son rendu visuel, pourrait porter l’héritage de l’anthropologie visuelle et de la démarche de l’ethnographie[2] liée à « La méthode photographique »[3]. L’ethnographie acquiert une portée scientifique sur l’initiative de Marcel Mauss qui veut former des ethnographes «professionnels» rompus aux méthodes d’enquête sur le terrain. Aussi, enseigne-t-il à ses étudiants les règles de la méthode ethnographique en leur proposant un questionnaire dactylographié, susceptible de les guider dans leurs enquêtes. Toute la vie sociale, des techniques du corps à l’étude des phénomènes religieux, est ainsi présentée dans son Manuel d’ethnographie » [4] publié en 1947.

Le carnet de voyage investit l’ethnologie contemporaine du proche

Face à une uniformisation du monde, l’ethnologie s’est tournée vers le ruralisme puis vers les ensembles urbains, les ségrégations géographiques et a investi les sociétés modernes, les quartiers, les associations, les minorités ethniques, les phénomènes de religiosité populaire, les organismes d’état, notamment avec la mission du patrimoine ethnologique[5]. C’est le quotidien de la modernité qui intéresse l’ethnologue chargé d’introduire une distance par rapport aux objets familiers et quotidiens et dont la pratique ethnographique[6] apporte la valeur du témoignage et brouille les frontières entre ethnologie et sociologie. Marc Augé[7] préconise une « ethnologie du proche » ou « une anthropologie du quotidien »[8] qu’il présente dans son essai intitulé Pour une anthropologie des mondes contemporains publié en 1994[9]. Le carnet de voyage contemporain semblerait s’inscrire dans cette dimension sociologique. Ainsi c’est à partir du reportage dessiné et du relevé de témoignages que Noëlle Herrenschmidt s’est intéressée aux lieux emblématiques tels que le tribunal, l’hôpital, le Vatican, la gendarmerie. Cathy Beauvallet la rejoint dans son regard, puisqu’elle s’est penchée sur l’assemblée nationale. La visée ethnologique est illustrée par Elsie Herberstein (Chez les sans–abris), par Troubs (chez Les bouilleurs de crus) et Damien Roudeau (dans la communauté Emmaus avec les compagnons du partage). Diversifier les reportages sociologiques, les études ethnographiques régionales et les documentaires sur des pratiques artistiques et culturelles pourrait être un enjeu du carnet de voyage. Ainsi, les éditeurs pourraient orienter leurs publications de documentaires d’ethnologie-ethnographie régionale vers le style « carnet de voyage » au lieu de privilégier le documentaire formaliste.

De l’observation et du reportage graphique.

Le type d’observation[1] sur le terrain lors du voyage détermine en effet la qualité du rendu ethnographique du carnet dans la mesure où on distingue quatre formes d’observation participante (Buford H. Junker[2]): la participation totale, l’observation du participant, la participation de l’observateur et la simple observation. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?

La photographie[3] s’est substituée au carnet de croquis pour l’explorateur, le peintre et l’ethnologue depuis 1850 où il servait à conserver les témoignages archéologiques ou les éléments du patrimoine ethnologique : c’était le cas, pour Maxime Du Camp, par exemple, en l’Egypte. Pour la sociologie visuelle, la question de la vérité de l’image n’est pas centrale, il s’agit davantage de s’intéresser à la valeur de l’image en tant que point de vue et d’apprécier la contextualisation de l’image produite, comme le souligne l’article fondateur d’Howard Becker intitulé « Photography & sociology » daté de 1974[4]. Ces deux aspects semblent faire du reportage graphique, comme outil de l’ethnographie, l’essentiel du carnet. Il possèderait les mêmes intérêts que la photographie : mettre en images des concepts abstraits, la puissance de désignation des images, la possibilité d’une observation « hors-terrain » et différée. L’image est un support de médiation et d’échange entre enquêteurs et enquêtés[5]. Jean Malaurie utilise dans ce but ses carnets afin de faciliter la communication avec les Inuits. L’image révèle l’intime et l’indicible et constitue ainsi un support qui, par sa suggestion, permet de délier la parole. Le dessin ou le croquis sont aussi convaincants, et même peut-être davantage car, du fait de la simplification des traits et du rendu qui va à l’essentiel, la part de subjectivité projetée est plus grande. La notion de reportage et la dimension documentaire et patrimoniale de l’image, notamment de la photographie documentaire, ont été envisagées et réexaminées dans le cas du film ethnographique et du « cinéma vérité »[6], outils spécifiques  de l’anthropologie visuelle.


[1]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[2] Idem.

[3] Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[4] Photography and Sociology. Howard S. Becker,. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, 1974, p.3-26. [mis en ligne] http://www.americanethnography.com/article_sql.php?id=69 ou http://lucy.ukc.ac.uk/becker.html

[5] «La photo-interview : dialogue avec des japonais». Fabienne Duteil-Ogata. In Arrêt sur images : photographie et anthropologie, revue trimestrielle ethnologie française, I, janvier2007. PUF.

[6] Voir le carnet de note de l’ethnologue Jean Rouch.

 


[1] Voir l’atelier des doctorants en SIC de l’université de Bordeaux III du 9 mars 2009, dirigé par Mme Hong-Marcier sur le thème « Les usages de ressources visuelles comme outils de recherche en sociologie ».

[2]     La description ethnographqiue. François Laplatine. Dir. François de Singly. Editions Nathan, 1996.

[3]    Ethnologie et photographie, Revue L’ethnographie, numéro spécial, 1992.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_1992_num_10_53_1985

Comme l’illustre par exemple l’ethnologue, ethnographe-photographe, Pierre Verger, chargé du laboratoire de photographie du Musée d’ethnographie, soit six milles clichés réalisés par le chercheur au Brésil.

[4] Manuel d’ethnographie. Méthodes d’observations. Morphologie sociale. Technologie. Phénomènes artistiques. Phénomènes économiques. Phénomènes juridiques. Phénomènes moraux. Phénomènes religieux,  Marcel Mauss. Payot, 1947. (Bibliothèque scientifique).

[5] http://www.culture.gouv.fr/mpe/ et PortEthno, le réseau des recherches et des ressources en ethnologie de la France de la direction de l’architecture et du patrimoine : http://www.culture.gouv.fr/mpe/portethno.htm

[6] Ethnologue, mais pas trop : ethnologie de proximité, voyages secrets et autres expéditions minuscules. Jean-Didier Urbain. Payot, 2003 (Petite bibliothèque Payot, n°465).

[7] Anthropologue, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et président de l’EHESS de 1985 à 1995. Suite à de nombreux terrains en Afrique (sur la sorcellerie, les prophètes-guérisseurs, le fétiche…), il souhaite étendre l’anthropologie à l’étude des sociétés occidentales, et plus largement, aux «mondes contemporains».

[8]  Domaines et châteaux. Marc Augé. Seuil, 1989.

Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité. Marc Augé. Seuil, 1992.

Un ethnologue dans le métro. Marc Augé. Hachette, 2001. (Hachette Littérature).

[9]  Pour une anthropologie des mondes contemporains. Marc Augé. Aubier, 1994. (Critiques).

 


[1] Un hiver berbère. Karin Huet, Titouan Lamazou. Editions Jeanne Lafitte, 1990.

Sous les toîts de la terre. Karin Huet, Titouan Lamazou. EditionsBelvisi-Publiaction, 1988

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Communication au colloque international « Réflexivité en contexte de diversité : un carrefour des sciences humaines ?, DYNADIV Tours-Poitiers-Limoges, les 1 et 2 décembre 2010

Le carnet de voyage, outil de réflexivité sur l’interculturel

Le carnet de voyage se décline du reportage au témoignage mais aussi du carnet sensible et sensitif à un métissage des arts au livre d’artiste, de la diffusion sur support numérique à l’autoédition personnalisée. Le genre hybride au carrefour des sciences humaines et des SIC serait un nouveau médium d’éducation et de communication interculturelle qui repose sur les notions de reportage, de témoignage et de documentaire. Le carnet engagé et ethnographique met en œuvre « l’observation participante » et le carnet de vie, « la parole retranscrite ». Nous pouvons nous demander, d’une part, si l’artiste – carnettiste est un ethnographe qui se positionne comme interprète d’une culture et comme médiateur entre l’Autre et les lecteurs, et d’autre part, si le carnet de voyage est un support pour l’ethnographie alors qu’il n’offre que des points de vue et des interprétations. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il « un journal d’enquête ethnographique » (Rémi Hess[1], 1998) ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme (« esthétique du divers » selon Victor Ségalen, « regard éloigné » selon Claude Lévi-Strauss) ? Propose-t-il une vision documentaire ou ethnographique ? Le carnettiste ne perçoit la vie des autres qu’à travers le filtre de ses perceptions et de ses propres catégories de jugements façonnées par sa culture. Toute étude anthropologique est une interprétation du réel, une fiction ou une représentation de la culture de l’autre à laquelle s’ajoute la part de subjectivité personnelle ; en somme, « une interprétation d’une interprétation » (Geertz[2], 1973).

1- Le carnet de voyage comme outil réfléxivité interdisciplinaire : une confrontation de points de vue

La démarche de l’écriture d’un journal personnel

Le carnet de voyage développe le même principe que le journal intime développé par Rémi Hess[3], notamment dans une démarche interculturelle[4]. Dans son ouvrage La pratique du journal : l’enquête au quotidien[5], il pose la question de la subjectivité et de l’objectivité évoquée pour le carnet de voyage. En effet, le journal intime considéré comme un journal ethnosociologique, c’est à dire comme un outil d’analyse interne et d’intervention, permet pour le chercheur d « être en perpétuelle recherche, en disponibilité permanente pour apprendre de l’école de la vie. Une étape importante de la recherche consiste à relire, puis faire lire un journal, à le rendre public. De ce point de vue, il ne faut plus concevoir le journal comme un écrit pour soi, mais un écrit pour l’autre[6] ».

Un récit autobiographique, image d’un déplacement physique ou d’un cheminement intérieur : « le carnet de fragments personnalisé »

La mise en page, le collage, les symboles, les couleurs, le code de l’image, la place du texte…sont mis en œuvre dans le graphisme et le design qui participent autant de la dénotation que de la connotation puisqu’ils reflètent le point de vue de l’auteur à partir d’une représentation du réel et portent bien évidemment la marque de l’empreinte de l’auteur tout en souhaitant faire ressentir un pays, une ambiance, une atmosphère. Marianne Roth conclut d’ailleurs son ouvrage, De l’ailleurs à l’œuvre par ses mots : « cette tentative de centrer son moi dans l’éclatement et la dissonance des lieux permettent à l’artiste d’affirmer sa singularité. Il trouve dans le déplacement la solitude nécessaire pour se définir et se dépasser dans l’errance. La multitude des détours que lui offre l’ailleurs imprime des possibilités non rectilignes : ces méandres favorisent des ouvertures qui lui tracent le chemin pour stabiliser son attitude face au monde » [7].

La notion d’exotisme[8] : selon Victor Segalen (1878-1919) et selon Claude Lévi-Strauss

L’image idéalisée du lointain a porté la découverte de l’ailleurs dans ce qu’elle comporte de fabuleux, de merveilleux, de déroutant à travers le culte du pittoresque. Le carnet de voyage peut véhiculer ces représentations et cette quête voyageuse. Aussi la notion d’exotisme semble centrale dans la représentation iconographique du carnet de voyage et conduire de l’esthétique du divers, prôné par Victor Segalen au regard éloigné conseillé par Claude Lévi-Strauss mais aussi, dans la relation à l’Autre, au préjugé et au métissage de la vision culturelle.

2. Des représentations véhiculées sur « L’autre en relations » [9]

Une représentation projetée

François Laplantine[10] dénonce autant l’identité que la représentation qui font obstacle à l’exercice critique de la pensée et prône une autre façon de penser, de parler et d’écrire que l’anthropologie se doit d’initier.

Du métissage culturel

Cultures et identités sont plurielles et le carnet de voyage participe à l’hétérogénéité culturelle des appartenances et des groupes ethniques. Le carnet de voyage est-il constitué d’images métisses ? Le carnet de voyage s’inscrit-il dans la voie du métissage culturel ? ou plutôt dans celle de l’art ? (Voir : François Laplantine[11] et Alexis Nouss et Serge Gruzinski[12] )

Le carnet de voyage est-il une médiation transculturelle[13] ?

L’approche transculturelle s’inscrit au-delà des cultures et dépasse la notion d’identités culturelles plurielles pour tendre vers ce qui dépasse et qui est commun à toutes les cultures qui les traverse, « en matière d’information ce qui transcende les frontières » selon Thierry Lancien[14]. Le carnet de voyage semblerait faire l’éloge d’une culture nomade à la recherche de l’hors-soi, de l’autre, une culture revendiquant tous les métissages et tous les héritages.

3. De l’ethnographie, une vision documentaire du carnet de voyage

« Entre voyage et ethnologie »[15] (Gérard Toffin)

Les trois ouvrages,  L’Afrique fantôme  de Michel Leiris, paru en 1934,  Tristes Tropiques  de Claude Lévi-Strauss, paru en 1955, et  Blackberry Winter  [16] de Margaret Mead, paru en 1972, offrent une réflexion sur le voyage et l’ethnologie qui reprend le souhait de Marcel Griaule : « Les explorateurs d’aujourd’hui et de demain doivent être les ethnographes »[17].

Du métier d’ethnologue sur le terrain

L’ethnologue se définit comme un passeur entre les valeurs de la société étudiée et celles de sa propre culture. Le va-et-vient d’une civilisation à l’autre le rend sensible, par extension, à l’étrangeté de sa propre culture. L’observateur se transforme en ethnologue lorsque sa connaissance de telle ou telle ethnie dépasse les images préconçues et les conceptions esthétisantes trompeuses des premiers moments. Lorsqu’elle se fonde sur une vie commune plus ou moins partagée avec des hommes et des femmes de ce groupe.

De l’observation, pré-requis de tout carnettiste tourné vers l’ethnologie – ethnographie

Le type d’observation sur le terrain lors du voyage détermine-t-il la qualité du rendu ethnographique du carnet de voyage. Les possibilités d’observation sont à la fois déterminées par le groupe à observer et par les caractéristiques que partagent l’observateur et le milieu à observer. Le dessinateur-illustrateur est-il, du fait de sa pratique, le participant qui observe ou le simple observateur ?  (voir les quatre formes selon Buford H. Junker[18] mais aussi l’observation diffuse par Jean-Michel Chapoulie [19] et l’observation flottante par Colette Pétonnet[20])

Le voyage comme rupture et enjeu autobiographique selon Michel Leiris

L’Afrique fantôme[21], paru en 1934, rassemble ainsi des notes au jour le jour, souvent impressionnistes, de ce qu’il perçoit directement, par information donnée ou par sa participation active. Ainsi naît un ouvrage, issu de la conjugaison de deux pratiques : l’autobiographie et l’ethnographie[22]. Il détourne les techniques d’enquête et de retranscription ethnographique pour les appliquer à la description du quotidien et des conditions de travail de l’équipe de chercheurs (querelle avec Marcel Griaule).

Le carnet de voyage, l’ethnographie et l’anthropologie visuelle ?

Le carnet de voyage serait-il hérité de l’ethnographie et de l’anthropologie visuelle ? Le reportage graphique pourrait-il être un outil au même titre que la photographie pour l’anthropologie ? En quoi le carnet d’un voyage vécu, lointain ou proche, voire près du quotidien, participerait-il de la recherche en sociologie ?

Des carnets d’ethnologues non publiés

Nous remarquons que le carnet de recherche d’ethnologues est aussi absent des publications alors que les naturalistes ou les archéologues l’ont beaucoup utilisé et qu’il reste aujourd’hui pour les naturalistes un moyen de traduire l’observation de la nature et de la vulgariser. Il semble intéressant que les carnets de croquis d’ethnologues, anthropologues et sociologues, trouvent leur place dans l’édition dans le but de faire connaître leur science et de vulgariser leurs recherches.

En somme, au-delà du clivage entre tourisme et voyage, l’émergence du désir nomade repose sur l’expérience personnelle et renouvelée du voyage et de l’exotisme qui enrichit la conscience. Plus que le voyage, c’est la démarche qui est essentielle, celle que définit Rodolphe Christin[23], par exemple : « l’attitude voyageuse qui, toujours et à nouveau, découvre le réel, ses cultures, ses natures […]. Le voyage tend vers l’un-divers de l’univers. Dans ce trajet œuvre une liberté d’exister, une liberté de penser, un exercice de l’éprouver et du connaître »[24].

Bibliographie

CARMIGNANI Pierre (Dir.), équipe de recherche VECT.. Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études).

CHAPOULIE Jean-Michel. Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985), Génèses, 2000, vol 39, n°39.

CHRISTIN Rodolphe. L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

DEBAENE Vincent, KECK Frédéric. Claude Lévi-Straus : l’homme au regard éloigné, Paris : Gallimard, 2009. (Littératures, n°543)

GEERTZ Clifford. Ici et là-bas, l’anthropologue comme auteur. Paris : Métailié, 1996. (leçons de choses)

GERVEREAU Laurent. Se représenter et représenter l’Autre : des clichés planétaires durables en cartes postales. Images : histoire mondiale. Paris : SCEREN – CNDP, Nouveau Monde Editions, 2008. p. 151.

GRIAULE Marcel. Les Grands explorateurs. PUF, 1991.

HESS Rémi (Dir.), Weigand Gabriele. L’observation participante : dans les situations interculturelles. Paris : Economica anthropos, 2005. (exploration interculturelle et science sociale)

HESS Rémi. La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

HESS Rémi. La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

LAPLANTINE François. La description ethnographique. Paris : Armand colin, 2005.

LEVI-STRAUSS Claude. Le regard éloigné. Plon, 1983.

MAUSS Marcel. Manuel d’ethnographie. Paris : Payot, 1967, 1989, 2002.

PETONNET Collette. Espaces habités : ethnologie des banlieues. Galillée, 1982.

ROTH Marianne. De l’ailleurs à l’œuvre. Peter Lang, 2007.

SEGALEN Victor. Essai sur l’exotisme : une esthétique du divers. Textes sur Gauguin et l’Océanie, Précédé de Segalen et l’exotisme, Gilles Manceron. Paris : LGF, 2007 (Le livre de Poche, biblio essais, 4042) édité Fata Morgana, 2005.

TODOROV Tzvetan. Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité humaine. Editions du Seuil, 1989 (Points Essais n°250).

TOFFIN, Gérard. «Entre voyage et ethnologie», In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.


[1]     Rémi Hess, La pratique du journal : l’enquête au quotidien, Paris, Anthropos, 1998.

[2]     Clifford Geertz, The Interprétation of cultures, New York, Basic Books, 1973.

[3] Professeur à l’université de Paris 8-Vincennes à Saint-Denis, chercheur au laboratoire « Experice » et président de l’Association française Janusz-Korczak pour les droits de l’enfant. Auteur du livre Henri Lefebvre et l’aventure du siècle (Métaillié, 1988), il réédite l’oeuvre de Lefebvre depuis 1988, dont douze livres chez Anthropos, avec Gabriele Weigand, professeur à l’université de Karlsruhe, en 2009, année du cinquantenaire du livre. Le laboratoire de recherche « Experice » porte sur les apprentissages et l’éducation hors de l’école développé dans le Master en sciences du jeu :

http://www.experice.fr/wakka.php?wiki=PageAccueil

[4] La pratique du journal comme construction du moment interculturel. Remi HESS. Université de Rhodes. p. 68-79. [en ligne]. Disponible sur :

http://www.rhodes.aegean.gr/ptde/revmata/issue2/11Hess.pdf

[5] La pratique du journal : l’enquête au quotidien. Rémi HESS. Paris : Anthropos, 1998. (exploration interculturelle et science sociale)

[6] Idem, p. 134-135.

[7] De l’ailleurs à l’œuvre. Marianne Roth. Peter Lang, 2007, p. 156.

[8] Voir le numéro de la revue : L’exotisme, l’exotique, l’étranger : actes du colloque tenu à la Maison des sciences de l’homme, Paris, le 3 juin 2004, organisé par le Centre de coopération franco-norvégienne en sciences sociales et huamines dirigé par Per Buvik. Carnets de l’exotisme, nouvelle série, n°6. Kailash, Torii, 2006. Depuis leur création en 1990, Les Carnets de l’exotisme explorent les imaginaires de la différence, par une approche pluridisciplinaire et thématique.

[9] Bouleversants voyages : itinéraires et transformations. coord. par P. Carmignani, équipe de recherche VECT. Presses universitaires de Perpignan, 2000. (études), p. 12. A paraître en novembre 2009 : Culture et pratiques culturelles. Antigone Moutchouris. Presses universitaires de Perpignan, 2009. (études).

[10] Anthropologue qui a effectué ses recherches au Brésil et Professeur d’ethnologie à l’université de Lyon II

[11] Professeur à l’Université de Lyon II, département d’Ethnologie, théoricien du métissage culturel et directeur du laboratoire CREAS créé en 1991: http://recherche.univ-lyon2.fr/crea/

[12] Historien, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et auteur de douze ouvrages.

[13] du 28 février 2007 au 2 mars 2007 à l’université Concordia (3 jours) et qui fait suite aux activités de recherches de l’hiver 2006 de l’univerité d’Ottawa au Canada :

http://www.sciencessociales.uottawa.ca/transferts/pdf/transculture.pdf

Voir l’article mis en ligne de Fulvio Caccia du 1er mars 2007 intitulé « Diversité culturelle et transculture ou ViceVersa ».

[14] Réception télévisée et compréhension interculturelle. Thierry Lancien. In « Réception de la télévision ». Dir. I. Durousseau. Copenhague, 1998.

[15] «Entre voyage et ethnologie», Gérard Toffin, In Ethnographes et voyageurs : les défis de l’écriture, Le regard de l’ethnologue, n°17, éditions du CHTS [éditions du comité des travaux historiques et scientifiques], 2008.

[16] Publié sous le titre : Du givre sur les ronces. Editions du Seuil, 1977.

[17] Les Grands explorateurs. Marcel Griaule. PUF, 1991.

[18] Idem.

[19] «Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience (1970-1985)». Jean-Michel Chapoulie, Génèses, 2000, vol 39, n°39.

[20]  Espaces habités : ethnologie des banlieues. Colette Pétonnet. Galillée, 1982.

[21] L’Afrique fantôme. Michel Leiris. Galllimard, 1981 (Bibliothèque des sciences humaines). www.michel-leiris.fr/

[22] A son retour, il étudie l’ethnologie en suivant les cours de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie et prend la responsabilité du Département d’Afrique noire du Musée d’ethnographie du Trocadéro (ancêtre du Musée de l’Homme) et y exerce son métier d’ethnographe jusqu’en 1971.

[23] Sociologue et anthropologue de formation, voyageur dans l’âme, il s’est exposé au hasard et à la nécessité lors de séjours et d’expéditions en Guyane, Mongolie, Laponie, dans le Nord canadien. Il est auteur de cinq ouvrages.

[24] L’imaginaire voyageur ou l’expérience exotique. Rodolphe Christin. L’Harmattan, 2000 (logiques sociales).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts