Déclinaisons artistiques et littéraires du genre carnet de voyage « de l’album aux écrans »

Séminaire interdisciplinaire (cinéma et langues vivantes) « Fiction et non fiction : le carnet de voyage » de l’université de Caen – LASLAR
Afin d’approfondir notre recherche et de la rendre plus féconde nous avons décidé de construire les quatre séances de l’année 2014-2015 autour d’un axe unique, « le carnet de voyage », genre et format hybrides par excellence, qui se trouve au carrefour entre fiction et non fiction et constitue en soi l’une des passerelles privilégiées entre littérature, arts graphiques, arts plastiques, photographie et cinéma. Le carnet de voyage comme axe thématique qui peut être journal de bord, carnet de route, carnet d’illustrateur invite aussi à examiner les liens et les différences avec le récit de voyage et le journal intime, entre autres, selon les propos de Vincent Amiel, Anouck Linck, Ina Salazar, David Vasse, Christian Viviani (voir le  site du LASLAR : http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/laslar/2867 )

Conférence du 5 février 20015 intitulée Déclinaisons artistiques et littéraires du genre carnet de voyage « de l’album aux écrans » : transferts, mutations, hybridités, intermédialité, transmédia pour « Faire création du réel » (P. Argod)

Le genre circule d’un média à l’autre dans un processus complexe d’intermédialité. Né à l’époque romantique, le carnet de voyage serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions (E. J. Muller). De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des littératures populaires ou des paralittératures, et tendrait actuellement à devenir un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique. De l’écrit à l’écran, il semble subir des « mutations génériques et des mutations médiatiques » (J. Migozzi). L’édition du carnet de voyage migre de l’album de voyage dessiné vers une hybridité, supports combinés et nouvelles formes de médiations
– Certains carnets de voyage s’inscrivent dans la transposition du récit de voyage à d’autres médias, d’autres plus spécifiquement dans la notion de carnet de voyage multimédia ou d’intermédia.
– Quelques uns dans une nouvelle forme de documentaires telle que l’illustre la collection « Carnets de voyage » de Gédéon programmes.
– Blogs et vidéoblogs de voyage font évoluer le genre « carnet de voyage » autant que la démarche créative du carnettiste, devenu un « web graphiste » ou un « blogueur reporter ».
Le carnet de voyage – ouvrage se situe entre le journal de bord, le carnet de route et le carnet d’illustrateur et utilise le reportage graphique. Comme il place la narration en images au centre de sa définition, il se décline de la littérature au cinéma, des arts graphiques et plastiques aux arts visuels, images fixes et animées, plus largement, entre récit de voyage et journal intime.
Il établit des ponts entre littérature et cinéma avec des problématiques :
– Quels sont les supports et quelles formes prend le carnet de voyage ?
– Quels sont les transferts d’un support à l’autre ?
– Comment définir la narration par l’image selon les types de supports ?
– Quelles sont les hybridités d’un art à l’autre ?
– Comment définir l’hybridité du carnet de voyage cinématographique ? Et évoque-t-on uniquement le « road movie » pour le cinéma?
– Est-ce un mode de perception et de compréhension « fictionnalisant » ou « documentarisant » (Odin, 2000) ? « Fiction ou non fiction » ?
– Quel statut ont le témoignage, la trace ou l’indice du vécu, dans ce genre de documentaire de création, expérimental ou « film-essai »?
– Parle-t-on de « carnet de voyage » ou « de carnet de reportage » ?
– Peut-on parler de « carnet de voyage intermédia » ?

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage sonore : l’intermédialité du genre

Du carnet de voyage sonore : première intermédialité du genre

            Le premier carnet musical a été réalisé en 1994 par Yvon Le Corre, professeur de dessin de Titouan Lamazou, à destination des enfants : Irlande : les demeures du grand souffle (Gallimard-Jeunesse, 1994) accompagné d’un CD de musique irlandaise de Per Tallec. Ensuite cette mélodieuse idée ne réapparaît que dix ans après, en 2004, avec Eric Roux-Fontaine qui voyage aux sources gitanes à partir des textes et des musiques de Thierry « Titi » Robin et de Sergio G. Mondelo pour le carnet intitulé Rajasthan (Editions du Garde-temps, 2004). Pendant trois ans, Philippe Lansac et Laurent Granier ont parcouru 120 000 km et traversé vingt-hui  pays de Paris à Tokyo qu’il relate dans leur ouvrage Paris-Tokyo : carnet de route (Ed. Garde-Temps, France Bleue, 2004) et dans leur carnet de route sonore, sous la forme d’un CD audio, composé d’interviews et de sons, bruits, musiques, captés tout au long de la route. La même année, Muriel Lameignère, styliste – désigner, avait exposé son carnet d’opéra où l’imaginaire voyage au son de la partition de La flûte enchantée de Mozart. Depuis 2001, le compositeur Bruno Letort s’inspire du voyage et de la ville mais c’est en 2004 dans Ea(s)t (Sonagramme, 2004)qu’il rend compte de ses multiples voyages, sources de collectes sonores, et de rencontres plurielles aux gré des pérégrinations en Russie, en Biélorussie, en Ukraine et en Slovénie. Retraçant un voyage le long de la Volga, jusqu’à la ville de Saratov ce périple multimédia, réunit des pièces musicales (pour quatuor à cordes et field recording) et des documents photographiques. En 2008, la musicologie indienne a inspiré un autre voyage dans le Nord de l’Inde, objet d’un récit de voyage à travers le raga : Au rythme du raga : de Calcutta à Bombay de Philippe Puget et de Marc Ingrand (Bachari, 2008) qui est accompagné d’un CD d’enregistrements de concerts. Bruno Blum est parti, quant à lui, sur la piste du reggae en Jamaïque au fil des montages, des tournages vidéo ou de la production de disques (Ad. Scali, 2007). Nadine Marchal, plasticienne créatrice de tissus, et Stanislas Pierrel, guitariste et compositeur, ont eu l’idée originale d’un carnet bilingue autour du monde (Mali, Etats-Unis, Russie, Mauritanie, Cuba…) composé des textes de chansons, des entretiens des autochtones rencontrés agissant pour la protection de l’environnement et d’un CD musical : Graines de rencontres, Seeds of encounters (Bichromia-Armonia, 2007).

            L’ouvrage Un opéra pictural : Aichi 2005, Urbicande 2004, Portrait d’Axel Wappendorf 2003 de François Schuiten, Benoît Peeters, Bruno Letort (Editions du Point d’exclamation, 2006) regroupe la scénographie imaginée pour l’exposition universelle d’Aichi en 2005 et le Portrait d’Axel Wappendorf, une série de croquis sur les machines fantastiques imaginées par le savant. Le DVD contient le film de S. Bucher réalisé sur Urbicande et des oeuvres musicales diverses dont le Portrait d’Axel Wappendorf. Cet album – CD – DVD – intermédia intutilé « Opéra pictural » ouvre sur l’inter arts et inaugure une collection de sept titres publiés par l’éditeur Point d’exclamation en 2006 et 2007 qui croisent l’image dessinée avec la musique. A la marge du carnet de voyage, en combinant photographies et sons, l’album photographique et multimédia Mégalopoles d’Isao Tanaka, Charles René, Julie Heath et Valérie Anisimov (Editions du point d’exclamation, 2007) est un ouvrage innovant issu de la collaboration de cinq artistes de domaines différents (photographie, vidéographie, illustration, scénographie et musique). Le carnet musical est réalisé par Bruno Letort qui retranscrit les impressions sonores de cinq mégalopoles revisitées à des moments simultanés (New-York, Londres, Paris, Moscou, Bombay et Tokyo); la composition musicale repose sur les éléments sonores urbains en fonction du décalage horaire de chaque ville, en quelque sorte des « cartes postales sonores » illustrées par les images de l’album intitulé La fièvre d’Urbicande de Schuitten.

            D’autres médias s’emparent du genre, en version reportage, comme l’émission radiophonique intitulée Aux détours du monde sur Radio-France réalisée par Sandrine Mercier qui a consacré un de ces enregistrements aux carnets de voyage. Très pionnière, elle a lancé en 2009 un concours du Carnet de voyage sonore d’une durée de dix minutes organisé par Radio France, Allibert, la société Courrier international-Ulysse et la société Place des éditeurs éditrice des guides Lonely Planet. Ce « carnet de voyage sonore » s’inscrit dans une interactivité avec l’auditeur : « À votre disposition toutes les ressources de la création radiophonique : reportage, bruitage, ambiance… Votre seul objectif est de nous prendre par les oreilles pour nous faire découvrir un pays, une région, une ville, des gens et surtout de nous faire rêver dans notre fauteuil ». Depuis 2010, le site Voyages Libération.fr a relancé cette initiative sous l’impulsion de Fabrice Drouzy.

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Hybridation et intermédialité

Le carnet de voyage, de l’hybridation iconotextuelle vers la sur-hybridation

Du collage à « l’oeuvre hybride », son iconographie fait référence à « l’art métis » et donne naissance à des formes aux marges du genre « carnet de voyage » qui sont au creuset de l’intermédialité : entre bande-dessinée, album de photographie-reportage et journal intime filmé, entre roman graphique et adaptation animée, qui évoquent pourtant le carnet de voyage. L’intermédialité du genre (hors du support papier) favorise le processus de l’hypertextualité lié à la transposition ou à la reprise d’un genre par un autre. Dans quelle mesure le carnet de voyage serait-il un genre intermédiatique ? De cette réflexion découle la définition du genre intermédiatique et des processus à l’œuvre. L’artialité ou l’hybridation en art est-elle à l’origine du processus de l’intermédialité ?

La naissance d’un genre artistique, issu de collages et de collision entre les arts, est la première étape ; ensuite, après la reconnaissance du genre, sa diffusion s’effectuerait au sein des médias dans un phénomène de confusion médiatique. Aussi le carnet de voyage serait-il multimédia, inter-iconique et hybride, puisque « l’album d’images » s’insère dans la narration cinématographique, de l’hypertextualité à la transposition. L’hybridité de l’album « carnet de voyage » a des points communs avec le reportage graphique, le story-board et le livre d’artiste. Le carnet de voyage serait à la fois une « oeuvre mosaïque » et une « œuvre hybride » qui tend vers la combinaison des images médiatiques et des images artistiques. Le carnet de voyage, dans ses développements récents, représenterait la forme d’une « mosaïque numérique », nourrie de l’esthétique de la mondialisation et du métissage artistique, culturel, voire médiatique et de l’intermédialité[1]. Des formes sur-hybridation dont nous donnerons des exemples sont nées : en somme des combinaisons entre bande dessinée, carnet de voyage, l’album de photographie-reportage, « journal filmé », roman graphique, roman d’aventure, adaptation animée.

La combinaison des images médiatiques et des images artistiques de certains carnets de voyage en ligne, blogs ou sites web, s’inspire peut-être de collaboration entre un journaliste, un photo reporter et un dessinateur à l’origine d’albums hybrides comme « Irak, année zéro » d’Arnaud de La Grange, Thomas Goisque et de Bertrand de Miollis ou comme « le photographe » de Guibert, Lefèvre et Mercier, album complété par un DVD-document d’une chargée de mission MSF réalisé pour France 3. Ainsi le carnet de voyage vidéo, intitulé « Pocket Japan » de Kraftfeld[2] rend compte de vingt et un jours au Japon qui mêle images vidéo et extraits d’images d’actualité ou mangas, soit des « incoporations filmiques »[3] selon Nathalie Roelens qui les distingue en quatre types : « cinéma et photographie », « « cinéma et dessin », « cinéma et écriture » et « cinéma et peinture ». Le carnet de voyage vidéo ou en ligne combine les incorporations. Aussi intermédialité, multimédialité et hypermédialité semblent indissociables et ouvrent donc à l’œuvre mosaïque.

L’édition du carnet de voyage, qui a eu ses années de standardisation éditoriale, semblerait suivre le même esprit dans la quête d’une hybridité du genre, sous-tendue par un impact marketing qui tend à diffuser sur tous supports ou sur supports combinés de type « livre-DVD-CD ». Ainsi le genre s’exporte vers d’autres médias et s’élargit à d’autres genres dans une notion d’intermédialité et de métissage des images. L’album comme la bande dessinée interrogent l’intermédialité : l’université d’été du CNBDI ne porte-t-elle pas sur La bande dessinée trans-média,  cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples [4] et La littérature de jeunesse à la scène comme à l’écran[5] ? Une table ronde de la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand mène une réflexion similaire sur « Le carnet de voyage multimédia, intermédia et transmédia »[6]. De l’écrit à l’écran, il semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques[7].

Bibliographie :

BABIR Sémir, ROELENS Nathalie, Visible. L’hétérogénéité du visuel : intermédialité visuelle. PULIM, université de Limoges, février 2008, n°3.

BARBOZA Pierre. Internet : la circulation mondiale des images. Dictionnaire mondial de l’image. sous la dir. Laurent Gervereau. Paris : Nouveau monde éditions, 2006, p.552-555.

BARBOZA Pierre, WEISSBERG Jean-Louis. L’image actée : scénarisations numériques, parcours du séminaire « L’action en image ». L’Harmattan, 2006. (Champs visuels)

BELLOUR Raymond. L’entre-images : photo, cinéma, vidéo. Paris : La différence, 1990, 2002. (Les essais)

BELLOUR Raymond. L’entre-images 2 : Mots, images. Paris : POL, 1999.

BRAUN Carol-Ann, GENTES Annie. La question de l’intermédialité dans les oeuvres sur Internet : un héritage fluxien ?. Les Cahiers Louis-Lumière « Territoires audiovisuels, errances, itinérances et frontières », automne, 2005, n°3.

CAUNE Jean. Esthétique de la communication. Paris : PUF, 1997. (Que sais-je ? n° 3259).

CAUNE Jean. La médiation culturelle : une construction du lien social. Les enjeux de la communication, 2000.

COUCHOT Edmond, HILAIRE Norbert. L’art numérique : comment la technologie vient au monde de l’art. Paris : Flammarion, 2003 (Champs).

COUCHOT Edmond. La critique face à l’art numérique : une introduction à la question : séminaire Interarts de Paris de l’université des arts, 1999. Paris : Klincksieck, 2001

DEJASSE Edwin. Des cases très sensibles. La bande dessinée à l’épreuve du réel, coord. Pierre Alban Delannoy. Paris : L’Harmattan, 2007. (CIRCAV, n°19)

FONTANILLE Jacques. Intermédialité : l’affiche dans l’annonce-presse. Visible, PULIM, février 2008. n°3, p. 108-109.

FROGER Marion, MULLER Jürgen Ernst. Intermédialité et socialité : histoire et géographie d’un concept. Münster : Nodus, 2007.

GROENSTEEN Thierry. Un objet culturel non identifié. Paris : Editions de l’An 2, 2006 (Essais).

HIGGINS, Dick. Intermédia (écrit en 1965). Fluxus dixit : une anthologie. Textes réunis par Nicolas Feuillie. Paris : Presses du réel, 2002.

HIGGINS Dick. Something Else Press Newsletter. New York, February, 1996, n°1.

JEANNERET Yves. La page à l’écran, entre filiations et filières. L’hétérogénéité du visuel, volume 3 : Intermédialité visuelle, dir. Sémir Badir, Nathalie Roelens. Limoges : PULIM, 2008. p. 154.

LANCIEN Thierry, DELAVAUD Gilles (Préf.). Dossier : D’un média …l’autre. Médiamorphoses, avril 2006, n°16.

LANCIEN Thierry. D’un média l’autre. Généalogie et identité des médias. Médiamorphoses, INA, A. Colin, avril 2006, n°16.

MATTELARD Tristan (Dir.). Médias, migrations et cultures transnationales. Paris : INA De Boeck, 2007. (Médias-recherches)

MULLER Jürgen Ersnt. Vers l’intermédialité : histoire, positions et options d’un axe de pertinence. Médiamorphoses, « D’un média…l’autre », n°16, janvier 2006.

MULLER Jürgen E. L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision. Cinémas, vol.10, n°2-3, 2000, p. 105 –134.

SCHUITEN François, PEETERS Benoît. L’aventure des images. De la bande dessinée au multimédia. Paris : Autrement, 1996.

Les promesses de l’hybridation numérique, X, l’œuvre en procès. Paris : Publications de la Sorbonne, 1996.


[1] Recherches menées par Jürgen Ernst Müller dans le cadre du centre de recherche sur l’intermédialité de Montréal, CRI  : http://cri.histart.umontreal.ca/cri/

Voir les recherches menées par Thierry Lancien, Professeur en SIC à l’université de Bordeaux III (GRESIC-MICA) http://gresic.u-bordeaux3.fr/index.htm

[3]     Incorporations filmiques. Nathalie Roelens. In L’hétérogénéité du visuel, volume 3 : Intermédialité visuelle, dir. Sémir Badir, Nathalie Roelens, PULIM, 2008, p. 71-87.

[4]  Du 5 au 7 juillet 2010 à Angoulême : http://www.citebd.org/spip.php?article1399

[5]  Du 30 juin au 1 juillet 2010 à Charleville-Mézières :  http://univ2010.wordpress.com/about/

[6]  Du 19 au 21 novembre 2010 :   http://www.biennale-carnetdevoyage.com/

[7] De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Jacques Migozzi (Dir.). Limoges : PULIM, 2000 (littératures en marge). Actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Le carnet de voyage, de l’artialité vers l’intermédialité

« Le carnet de voyage, de l’artialité vers l’intermédialité », Revue Proteus, Cahiers des théories de l’art, n°1, « Le médium », janvier 2011, p. 27-35 (8 pages).

http://revue-proteus.com/Proteus01.pdf

Le mot fluxien « Intermédia »[1] hérité de Dick Higgins introduit la question de l’hybridité, centrale dans la pratique artistique du multimédia puisqu’elle est indissociable du collage, du ready-made et de la performance. L’intermédialité permet d’interroger la question du média en émergence et l’émergence de nouvelles formes d’art ou « art intermédia ». Désignant les stratégies d’emprunt d’un média et d’un art en émergence il serait alors la phase initiale d’un nouvel art lié à un nouveau média puisqu’il se situe dans « l’entre » (l’interface, l’interactivité, l’interconnexion, l’intersubjectivité, l’interdiscipline, l’incorporéité)[2]. Le carnet de voyage[3] illustrerait cette collusion ou collision entre les arts comme le rappelle Jürgen E. Müller qui est à l’origine du concept d’« intermédialité »[4]. Le carnet de voyage est né à l’époque romantique et serait issu d’une interaction esthétique entre les arts et les médias, conséquence d’une histoire d’interférences et d’interactions entre différents médias. Ce serait donc un genre intermédiatique et hybride. De l’œuvre artistique des peintres voyageurs non diffusé, le carnet de voyage est devenu un genre d’album édité, un sous-genre des littératures populaires ou des paralittératures[5], genres littéraires dits mineurs et en même temps de diffusion massive, étudiées par Gabriel Thoveron, et notamment des albums, mais aussi commun à plusieurs média. Il tendrait actuellement à devenir un genre médiatique des mass média, voir intermédiatique. Rick Altman définit l’intermédialité comme un état transitoire où un média émergent, en devenir, reste pour un temps prisonnier ou dépendant des médias en place qu’il vient concurrencer[6]. Le carnet de voyage dont l’identité médiatique est incertaine, pas encore stabilisée et institutionnalisée semblerait donc une illustration pertinente de l’intermédialité[7] défini par Thierry Lancien à partir d’une généalogie des médias[8].  De l’écrit à l’écran, il semble subir des mutations génériques et des mutations médiatiques[9]. De plus, le carnet de voyage peut être une « création évolutive » ou un « Work in Progress » que le voyage et le déplacement élaborent : le cheminement est alors perçu comme une performance artistique, probablement héritée du mouvement Fluxus qui souhaite abolir les frontières entre le spectateur et l’œuvre d’art, entre l’art et le flux de la vie et qui favorise la liberté d’échange entre les différentes pratiques artistiques. Elle tend donc vers l’installation qui favorise les liens spatiaux entre objet et espace architectural pour que l’œuvre en 3 D soit un processus auquel le spectateur participe. En somme, elle devient un « environnement », puis un « Happening » ou une « performance » (l’œuvre d’art total, rêvé par les Avant-gardes[10]). Le mouvement a été instauré par des dessinateurs scénographes précurseurs qui ont fait migrer la bande dessinée vers « l’opéra pictural », des carnettistes qui ont initié un décloisonnement artistique du carnet de voyage vers le nomadisme artistique. La biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand tend en effet à devenir un festival multimédia et multi arts vers l’intermédialité qui illustre la circulation du genre « carnet de voyage » d’un média à l’autre, notamment vers l’hypermédia avec le vlogging sur le web.


[1]    Dick Higgins, Something Else Press Newsletter, New York, February, 1996, n°1.

[2]   Voir la journée d’étude « Esthétiques intermédias : approches historiques », du 10 juin 2006, au Théâtre Paris Villette. Journée coorganisée par Annie Gentes (ENST) et Isabelle Rieusset-Lemarié (MECSI, CHCSQ, UVSQ) en relation avec Patrick Guffet (Directeur du théâtre Paris-Villette).

Prolongement de l’article : «La question de l’intermédialité dans les oeuvres sur Internet : un héritage fluxien ?» Carol-Ann Braun, Annie Gentès, Les Cahiers Louis-Lumière, n°3, « Territoires audiovisuels, errances, itinérances et frontières », automne, 2005.

[3]   Voir la thèse en SIC : Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique. Pascale Argod, sous la direction de M. Le Professeur Lancien. Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 10 décembre 2010. (790 pages et corpus de 800 titres).

[4] CRI, Centre de recherche sur l’intermédialité de l’université de Montréal au Québec. http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/vitrine/default.asp

[5]     Etudiées par Gabriel Thoveron : Deux siècles de paralittératures : lecture, sociologie, histoire. Vol. 2, 1895-1995. Gabriel Thoveron. Liège : Ed. du CEFAL, 2008. (Bibliothèque des paralittératures)

[6]  De l’intermédialité au multimédia : cinéma, média, avènement du son. Rick Altman. Cinémas, Revue d’études cinématographiques, vol 10, n°1, automne 1999.

[7]  Dossier « D’un média…l’autre », Gilles Delavaud, Thierry Lancien, Médiamorphoses, n°16, janvier 2006.

[8] D’un média l’autre. Généalogie et identité des médias. Thierry Lancien. Médiamorphoses, n°16, INA, A. Colin, avril 2006.

[9]   De l’écrit à l’écran, littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques. Jacques Migozzi (Dir.). Limoges : PULIM, 2000 (littératures en marge). Actes du colloque organisé en 1998 par le Centre des littératures populaires de l’université de Limoges associé au Centre de recherche en littérature québécoise.

[10]   L’œuvre d’art totale à la naissance des avant-gardes : 1908-1914. Marcella Lista. Ed. du CTHS, INHA, 2006 (L’art et l’essai, n°2).

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts