Mathurin Méheut, carnettiste reporter : une palette de carnets de voyage

Mathurin Méheut, carnettiste reporter à l’origine du genre éditorial du carnet de voyage et de sa palette thématique (carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs, carnet de guerre)

Les écrivains-voyageurs, avec le « Grand Tour », ouvrent la voie à la quête de l’Orientalisme qui attire les artistes et notamment les Peintres de la Marine. Les dessinateurs utilisent le carnet de relevé dessiné dans les missions archéologiques, et les photographes tendent peu à peu à remplacer ces derniers pour l’inventaire du patrimoine. Dans la vogue de l’Orientalisme, le carnet du peintre Delacroix, Album d’Espagne et d’Afrique du Nord, est un hymne à la découverte ethnographique. Il inspire ainsi Gauguin dans sa quête d’un nouveau topos, la Polynésie, qui engendre l’essai illustré Noa Noa, œuvre féconde du primitivisme où convergent l’art et l’ethnographie. Dans leur filiation l’artiste Mathurin Méheut fait reconnaître le carnet de voyage dans sa diversité créative au fil de ses découvertes, témoignages et voyages du proche au lointain, de l’ethnographie régionale de la Bretagne à la quête de l’exotisme et de l’orientalisme au Japon. Son talent artistique pluriel et son goût pour l’ethnographie en font un précurseur du genre. L’artiste Mathurin Méheut offre en effet une palette de talents : à la fois peintre, décorateur, céramiste, sculpteur et graveur, il est surtout dessinateur-illustrateur sur le vif, voire peintre ethnologue.

Le reportage dessiné sous forme de croquis offre la première tentative de carnet de voyage publié qui daterait des années 50 et s’inscrit dans la lignée des réalisations des « Peintres de la marine »[1] dont est membre, depuis 2002, Titouan Lamazou à qui nous devons la médiatisation du genre en 1998, suite à la publication de ses carnets de voyage. Ce premier carnet de voyage, publié en 1957 chez l’éditeur breton de la ville de Dinard Vue sur mer, s’intitule Pêcheurs des quatre mers ; son succès lui a valu d’être réédité en 1995. En effet, il s’agit d’un reportage, sur la pêche dans les années 50, rédigé par Roger Vercel et croqué sur le vif par des peintres de la marine dont l’illustre Mathurin Méheut (1882-1958). Mathurin Méheut en en effet au fil de sa carrière d’artiste et illustrateur expérimenté toutes les formes de carnets de voyage et de reportages dessinés  : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et de l’ailleurs et carnet de guerre.

Du carnet naturaliste ou l’observation sur le terrain

Le breton Mathurin Méheut, l’autre précurseur du carnet de voyage, commence aussi par être sensibilisé à la nature pour devenir de 1910 à 1930 un dessinateur naturaliste pour cinq publications dans lesquelles figurent ses planches : Etudes d’animaux  en 1911,  Encyclopédie artistique et documentaire de la plante  en 1913,  Etude de la mer ; Flore et faune de la Manche et de l’Océan en 1913,  Etude de la forêt  en 1927 puis  La plante exotique  en 1931. L’exposition Méheut, le monde de la nature de 2010 a mis en valeur son regard sur la nature :

     « L’intérêt pour les animaux, les plantes, la mer, la forêt est une constante dans son oeuvre. Depuis son séjour à Roscoff en 1910, jusqu’à Monaco, en passant par le Japon, il accumule  une documentation qui sera la base de ses oeuvres. Des livres illustrés aux compositions  décoratives très élaborées réalisés par l’artiste, la faune et la flore sont pour lui une source d’inspiration inépuisable. Sa démarche scientifique d’abord et son regard d’ethnographe le pousse à fixer au plus vite ce qu’il voit avant que cela ne disparaisse». [2]

L’ouvrage Etude de la mer, Manche et Océan, a pour l’objectif de renouveler les sources d’inspiration des décorateurs et artisans d’art à partir du règne végétal et animal, selon la thèse d’Eugène Grasset qu’illustre Mathurin Méheut dans cette étude documentaire. Livre fondateur de toute sa carrière il s’appuie de ses dessins naturaliste de Roscoff entre 1910 et 1912.

Du carnet ethnographique ou la Bretagne[3] dessinée sur le vif

Formé à l’école des Beaux-arts de Rennes, puis à l’école nationale des arts décoratifs de Paris puis à l’école normale d’enseignement du dessin, il devient peintre décorateur pour les prestigieuses revues Art et décoration, L’illustration puis La Bretagne touristique et collabore avec des écrivains tels que Genevoix, Colette, Loti pour l’illustration de l’ouvrage Pêcheurs d’Islande  ou comme Roger Vercel pour  Pêcheurs des quatre mers, publié en 1957. Ces deux ouvrages s’inscrivent dans la filiation du récit maritime de voyage et dans le cadre d’un travail de reportage dessiné sur le vif si cher à Mathurin Méheut.

Epris de vérité, Mathurin Méheut dépeint des scènes de la vie quotidienne bretonne dès 1944 et participe à la publication de l’ouvrage  Vieux métiers bretons  de Florian Le Roy qu’il illustre de trois cent cinquante dessins. Sa vision ethnographique fait d’ailleurs, de nos jours, l’objet de rétrospectives et d’analyses critiques :  Mathurin Méheut, la Bretagne rurale  de Jacques Burel (Chasse-Marée-Estran, 1986),  Bretagne au bout du monde : types et coutumes  de Pierre Guégen (Ouest-France, 1998),  La Bretagne de Mathurin Méheut  d’Anne de Stoop et Patrick Le Tiec (Bibliothèque de l’image, 2000 et Edition Langlade, 2005) ou encore  Mathurin Méheut et la Cornouailles  (Editions Palantines, 2008). Mais il se fit d’abord connaître grâce à l‘illustration naturaliste de 1910 à 1930, suite à un séjour à Roscoff au sein de la station Biologique où il accompagna pendant deux ans des chercheurs. Issues de cette expérience, les planches naturalistes qu’il crée, sont regroupées dans trois publications dont l’ouvrage suivant publié en 1913, intitulé  L’étude de la mer, de la fore et faune de la manche et de l’océan .

Du carnet sur l’ailleurs : du dessinateur reporter au Japon

Afin de mener une vaste enquête sur les religions du Japon, Félix Régamey, dessinateur renommé enseignant à l’Académie de dessin de Chicago est engagé par Emile Guimet, industriel lyonnais, grand collectionneur des arts asiatiques. Ils passent deux mois au Japon entre Tokyo, Ise, Kyoto, Osaka et Kobe et Félix Régamey écrit à son frère en 1876 :

« Je t’écris du pays des rêves…c’est un enchantement perpétuel –le nu dans toute sa splendeur – le costume aussi beau que l’antique avec la variété de coupe et de couleur en plus. Un paysage merveilleux, enfin tout…L’âge d’or, ni plus, ni moins  »[4].

Ils publient ensemble le premier tome de leur récit qui relate leur séjour à Yokohama et à Kamakura, Les promenades japonaises [5] en 1878, puis le deuxième en 1880 publié sous le titre Tokio-Nikko. A l’origine de la vogue du japonisme, Guimet et Régamey font connaître le Japon à travers des conférences que Régamey illustrait[6] par la réalisation simultanée de dessins[7] et administrent « la Société franco-japonaise » qu’ils créent. Ils font des émules parmi les artistes qui partent au Japon et font des carnets de voyage : Georges Ferdinand Bigot (1860-1927) y part en 1882 et y demeure dix-huit ans comme caricaturiste.

Par la suite, Mathurin Méheut part cinq mois au Japon en 1914, doté de la bourse « Autour du monde », financée par la fondation Albert Kahn dans le cadre du projet des Archives de la planète fondé par le banquier en 1909. Il en rapporte de nombreuses aquarelles qui font l’objet aujourd’hui d’un carnet de voyage – rétrospective qui confronte deux regards à presque un siècle de distance, celui du peintre et celui de ses arrières-petites-filles : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914  (Ouest – France, 2004). Il livre ses impressions enthousiastes sur le Japon :

«Tout a été réuni, concentré, pour la joie du peintre, de l’architecte ou du littérateur. Immédiatement, nous songeons à Hokusai prodigieusement vrai, prodigieusement moderne ; les mêmes gréements, les mêmes accessoires, les mêmes types que dans ses vues du Fuji. »[8]

Du carnet de guerre sur le Front

Mobilisé par la première guerre mondiale, il interrompt son voyage et participe à la guerre des tranchées dont il rapporte une quantité de dessins : il devient ainsi un peintre combattant au service d’un travail documentaire qui témoigne de la vie de ses camarades soldats. Certains d’entre eux sont consultables dans l’ouvrage intitulé  Méheut et la Grande guerre, des ennemis si proches  de Patrick Jude (Ouest-France, 2001). Il rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis, en 1951, « Peintre honoraire de l‘Armée ». Il est enfin reçu à l’Académie de Marine en 1956, deux ans avant son décès, en 1958. Ainsi, pour le cinquantenaire de sa mort, une rétrospective sous la forme de deux expositions est proposée dans les musées bretons de Morlaix et de Lamballe, dont le catalogue est diffusé sous le titre Mathurin Méheut, de Bretagne et d’ailleurs (Ouest-France, 2008).

La reconnaissance du genre par les Peintres de la Marine

Les trois peintres de la Marine qui marquent le genre comme peintres reporters sont Mathurin Méheut (1882-1958), Marin-Marie (M.M. Yves de Saint-Front, 1901-1987) et Albert Brenet (1903-2004). Mathurin Méheut, précurseur du genre, rejoint la grande lignée des « Peintres de la Marine » en 1921, nommé « Peintre officiel du Ministère de la marine » tout en étant enseignant à l’école Boulle et à l’école Estienne, puis « Peintre honoraire de l‘Armée » en 1951. Quant à Marin-Marie (Yves de Saint-Front) qui est consacré peintre de la marine en 1934, il avait rapporté de son service militaire sur « Le pourquoi pas ? » du Commandant Charcot en 1925, une quinzaine de carnets de croquis qui lui ont permis de réaliser ses toiles qui sont consultables dans l’ouvrage  Marin-Marie 1901-1987, carnets de dessins  (Octavo, 1993) mais aussi dans le catalogue d’exposition intitulé  Marin- Marie 1901-1987, peintre et navigateur  (Chasse-marée-Armen, 2003) qui rassemble aussi ses esquisses de voyages à Bora- Bora. Albert Brenet débute sa carrière comme peintre animalier puis rencontre Maturin Méheut et ensuite Marin-Marie qui lui ouvre la voie de « peintre reporter » dont il est l’ultime représentant. Il collabore à « l’Illustration » et est nommé peintre officiel de la marine en 1936, deux ans après Marin-Marie. Quatre ouvrages offrent une rétrospective de ses œuvres qui portent autant sur la marine que l’aviation, sur les chemins de fer que ses escales en Martinique, en Méditerranée, aux Etats-Unis, au Japon, soit plus de quatre mille œuvres, voir notamment  Albert Brenet , peintre reporter  (Ouest-France, Musée national de la marine, 1991),  Albert Brenet : voyages et marines  (le Télégramme, 2003),  Albert Brenet : une vie, une œuvre  (Gallimard, Musée national de la Marine, Nouveaux loisirs, 2003) et  Albert Brenet : cent ans de peinture exposition 2007 à Saint-Briac-Sur-Mer  (Librairie ancienne des trois Islets, 2007).

En conclusion, cet artiste breton renommé aux talents artistiques multiples, devenu  « Peintre de la Marine », a lancé le genre éditorial du carnet de voyage dans les années 50 et  a su décliner le carnet de voyage sous toutes ces facettes de carnet de reportage graphique : carnet naturaliste, carnet ethnographique, carnet exotique et carnet de guerre. L’exposition Mathurin Méheut [9] proposée par le Musée de la Marine révèle des extraits de la diversité de ses carnets de voyage mais elle pourrait aussi être prolongée par une nouvelle exposition sur « le carnet de voyage » qui se déclinerait alors, par exemple, en regards comparés de carnettistes sur la Bretagne ou sur le Japon de Mathurin Méheut aux carnettistes contemporains. Elle pourrait porter aussi sur les carnets de voyage des marins, des carnettistes aux Peintres de la Marine ou sur la quête du pittoresque, de l’exotisme et de l’ailleurs dans les carnets de voyage mais aussi s’orienter sur les découvertes géographiques des carnets de voyage conservés dans les fonds anciens[10] de différents musées – Muséum d’Histoire naturelle, Musée de l’Homme ou Musée du Quai Branly, Musée Guimet, Musée de la Marine (Archives de la Marine), Musée d’Histoire contemporaine, la BPI du Centre Georges Pompidou, le Musée d’Orsay, Musée du Louvre Département Arts graphiques), d’autres sont inventoriés par le département des Manuscrits occidentaux et de La réserve des livres rares de la BNF, Bibliothèque nationale de France, dénommé Des incunables aux livres d’artiste.

Le peintre de la vie sous-marine : Mathurin Méheut, L’Illustration, 20 décembre 1913.

Un fils de la mer bretonne : Mathurin Méheut, L’illustration, n° 3689, 8 novembre 1913.

Un artiste combattant: Mathurin Méheut. Armand Dayot, L’Illustration, 26 août 1916.

Au Front (1914-1915). Armand Dayot, L’art et les artistes, numéro spécial, mai 1915.

Les croquis de guerre de Mathurin Méheut. Henri Menabrea. Art et Décoration, juillet 1915

Lettres illustrées à Jeanne Duthil, marraine de guerre 1917.

Croquis de voyage : temples japonais de Mathurin Méheut. François de Tessan. L’Illustration, 23 avril 1921.

Oeuvres littéraires :

La mer. Michelet, 1914

Le gardien du feu. Anatole Le Braz, 1923.

La brière. Alphonse de Chateaubriant, 1924.

Rabolliot. maurice Genevoix, 1928.

Mon frère Yves. Pierre Loti, Méheut. Editions Mornay, 1928.

Les artistes du livre. Mathurin Méheut, Raumond Hesse, Maurice Genevoix, 1929.

Regard…Colette et Méheut. J.G. Deschamps, 1929.

Bretagne au bout du monde : types et coutumes. Pierre Guéguen. Horizons de France, 1930.

Filles de la pluie : scènes de la vie ouessatine, 1934.

Chan’nik. François Gryffol, 1934.

Au pays des corsaires, 1935.

Pêcheurs d’Islande. Pierre Loti, 1936.

Au pays des pardons. Anatole Le Braz, 1937.

Florilège. Saint-Pol Roux, 1945.

Sous le pied de l’Archange. Roger Vercel, 1947

Mers bretonnes. Jean De Varende, 1950.

Une porte de l’Europe : Nantes, 1951.


[1] La médiatisation des expéditions scientifiques : une rencontre des arts et des sciences avec le journal de bord en ligne.

[2] Catalogue de l’exposition Mathurin Méheut et le monde de la nature présentée au musée Mathurin Méheut, Lamballe – Côtes d’Armor (1er avril – 31 décembre 2010). http://www.musee-meheut.fr/fr/exposition-nature.html

[3] A noter que la Bretagne a inspiré Gauguin à la recherche du primitivisme et que Victor Ségalen, né à Brest en 1878, a passé son enfance dans le Finistère.

[4] Quand le Japon s’ouvrit au monde. Emile Guimet et les arts d’Asie. Keiko Omoto, Francis Macouin. Gallimard, 1990. (découvertes Gallimard).

[5] Promenades Japonaises. Emile Guimet. Dessins d’après nature (dont six aquarelles reproduites en couleur) par Félix Regamey. Paris, G. Charpentier, 1878; in-4, 212 pp., 21 planches en noir et 6 planches coloriées h.t., cart. décoré de l’éditeur.

Voir les reproductions aux pages 86 à 89 de l’ouvrage « Carnets de voyages des peintres de la Marine », François Bellec. Editions Ouest-France, 2002.

Voir la bibliographie sur la photographie ancienne du Japon, BNF :  http://expositions.bnf.fr/socgeo/grosplan/biblio.htm

[6]  Les esquisses et les romans de Félix Régamey de 1883 à 1900 sont les trésors du fonds du « Touring Club de France » actuellement intégré à la « Bibliothèque du tourisme et des voyages » du Trocadéro de la ville de Paris.

[7] Voir les pages 100 et 101 de l’ouvrage cité précédemment.

[8] En référence avec la naissance éditoriale du genre dans les années 80, un album original : Voyage d’un peintre breton au Japon : Mathurin Méheut, avril-août 1914. Elisabeth Jude, Hélène Jude, Patrick Jude. Ouest-france 2004.

[9] Mathurin Méheut (1882, Lamballe – 1958, Paris) au Musée de la Marine à Paris du 27 février au 30 juin 2013 : http://www.musee-marine.fr/expo_paris_mmeheut.htm

[10] Communication dans le séminaire « Altérité et géographie » de l’ENS, Ecole normale Supérieure de Paris, le 28 mars 2012  : http://geographie.ens.fr/Seance-du-28-mars.html

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Une palette de carnets de voyage, de reportage, de patrimoine et de mobilité

Extrait de la deuxième partie de thèse de Doctorat intitulée « Le carnet de voyage : approches historique et sémiologique » (790 pages et corpus de 800 titres). sous la direction de M. Le Professeur Lancien, université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, équipe de recherche GRESIC-MICA (EA 44 26), réalisée en quatre ans de 2005 à 2009  (mention « Très honorable avec félicitations à l’unanimité du jury).

Au carrefour des influences artistiques, des arts graphiques aux arts plastiques, mais aussi des types d’albums ou d’ouvrages illustrés, le carnet de voyage connaît un réel engouement tant de la part des artistes illustrateurs que des lecteurs à la quête de nouveautés. Il offre une palette de regards sur le monde et sur l’Autre qui révèle la richesse et la variété de ce médium, apparu il y a plus d’une  vingtaine d’années, dans le monde de l’édition. Cet album oscille entre le guide touristique et le livre d’art et cherche une voie originale dans le monde du livre et de l’édition. A travers un inventaire de quelque six cents carnets de voyage, non répertoriés comme tel dans les bases de données, et au fil des neuf années de Biennale, j’ai pu appréhender l’étendue thématique des sujets abordés par le carnet de voyage qui s’intéresse autant au voyage lointain qu’au voyage proche. Des caractéristiques ont pu en être dégagées, d’une part concernant les regards portés sur l’environnement et le monde et d’autre part l’inscrivant dans le genre du reportage graphique.

A travers une géographie à la fois vécue et perçue, le rayonnement thématique du carnet de voyage est étendu : le regard sur un pays, l’inventaire de la nature, la médiatisation des expéditions scientifiques, la mémoire patrimoniale en architecture et en archéologie, la valorisation du tourisme régional. Quel que soit le style de voyage, maritime, expédition polaire, voyage au long cours, l’expérience sur le terrain et l’étude de l’espace sont les fondements de la démarche du géographe ou de l’ethnologue carnettiste qui étudie l’espace à travers une géographie vécue et perçue au fil de la diversité culturelle. Les dessinateurs naturalistes fondent aussi leur science sur l’observation du terrain en dressant l’inventaire illustré de la nature afin de sensibiliser à la préservation de la biodiversité. Les carnettistes illustrateurs naturalistes voyagent à la quête des beautés naturelles et publient leurs carnets naturalistes dans des collections qui ont émergé dans l’édition à partir de 1991. Les naturalistes animaliers ont une préférence pour l’Afrique Australe et l’ornithologie est la spécialité plus répandue grâce au carnet d’observation. La médiatisation des expéditions scientifiques de chercheurs se fait à travers le journal de bord en ligne qui fait dialoguer les arts avec les sciences et qui diffusent les expéditions culturelles, anthropologiques et d’aventure ainsi que les expéditions environnementales d’enfants. Certains carnets de voyage contemporains se tournent vers l’architecture et l’archéologie afin de sensibiliser les lecteurs au patrimoine à travers les relevés d’architectes. Le carnet d’esquisse des architectes se présente sous la forme d’un carnet d’idées, de rough et de projets, parfois sous la forme d’un carnet de recherches expérimentales et graphiques. Des célèbres carnets de Le Corbusier, à propos de son Voyage d’Orient  vers Constantinople, aux projets d’architecture des jeunes architectes diplômés, le carnet de voyage semble avoir des émules. En effet, quelques carnettistes illustrateurs sont architectes et valorisent notamment le patrimoine urbain. Quant aux archéologues, leur carnet de fouille peut s’avérer un carnet de voyage, comme c’est le cas pour J.C. Golvin. Décliné comme un guide patrimonial, il valorise ainsi le tourisme régional et offre un intérêt marketing évident pour le monde de l’édition. D’ailleurs le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’humanité, qui s’inscrit dans la filiation du carnet de pèlerin, jouit d’un engouement éditorial.

La palette thématique du « reportage graphique » de voyage se décline sous toutes les formes : carnet de guerre, album photographique, B.D.-reportage, carnet de dessin de presse, carnet reportage, carnet de société, de mission ou d’expédition. Ainsi, comment caractériser chacun d’eux ? Les nomme-t-on carnet de voyage ou carnet de reportage ? Chacun des carnets a son langage, voire son médium iconographique propre : dessin, photographie, vignette et phylactère, dessin humoristique…Quels sont les points communs avec le carnet de voyage ? Seraient-ils des sous-genres du carnet de voyage ? Les chroniques, les journaux intimes et les carnets de guerre, inspirés du livre de raison de l’histoire familiale, se situent en effet aux limites du genre « carnet de voyage » puisque Renefer, Otto Dix et Mathurin Méheut laissent le témoignage poignant de la guerre des Tranchées, qui oscille entre la chronique et le journal intime illustré. Law Lariston, sous l’Occupation, et les carnets de déportés offrent une autre vision de l’horreur. Par ailleurs, comment situer l’album photographique de voyage par rapport au carnet de voyage ? C’est bien difficile dans la mesure où, pour le Prix de la Biennale du carnet de Clermont-Ferrand, ce type d’album n’a pas été accepté contrairement à ceux qui présentaient des techniques mixtes d’iconographie. Néanmoins, c’est le Prix Kodak organisé par La société des explorateurs français qui auraient lancé le terme « Carnet de voyage » en 1969. La tendance « Scrapbooking », destinée à  personnaliser l’album, s’inscrit-elle dans la filiation du carnet de voyage ? Comment qualifier le travail plastique de Peter Beard qui a fait connaître ses « diary » en France lors d’une exposition en 1996 au Centre national de la photographie ? Identifié comme le précurseur du carnet de voyage avec son art du collage, de la photographie au photomontage, Peter Beard livre pourtant une vision originale du genre. Les peintres photographes, tels que Tony Soulié, ou photographes voyageurs, comme Sylvain Tesson, trouvent-ils leur voie artistique dans le genre carnet de voyage ? D’autres photographes préfèrent dialoguer avec un aquarelliste et offrent un livre d’artiste qui croise deux regards. Le reportage graphique s’illustre à travers la bande dessinée et à travers le carnet de voyage. En effet, la B.D.-reportage est lancée avant le carnet de voyage, au début des années 80, et récemment redécouverte avec l’exposition rétrospective « BD Reporters » à Beaubourg. La plupart des dessinateurs reporters ont vécu, de 1990 à 2000, une dizaine d’années de succès qui ont ouvert la voie au carnet de voyage. La bande dessinée d’actualité et de reportage social a acquis sa reconnaissance depuis le festival d’Angoulême en 2004 l’attribution du Prix France Info de la bande dessinée d’actualité et de reportage. Quant au dessin de presse, il permet un regard critique sur la différence culturelle que Cabu, Patrick Chapatte et Wolinsky rehaussent d’un trait d’humour. Les carnets de voyage « reportage », signés de journalistes, soulignent l’actualité géopolitique et brûlante, notamment au Moyen-Orient, et dénoncent les conflits contemporains. La valeur du témoignage et la violence portée par le dessin donne alors une dimension particulière aux carnets qui rappelle celle des carnets de guerre. Les carnets engagés de reportage social, de mission ou d’expédition sont ethnographiques ou sociologiques et utilisent l’art du portrait pour favoriser la rencontre avec l’autre. Leur dimension peut être éducative s’ils favorisent la découverte des institutions politiques ou des missions humanitaires comme les « carnets de mission ». Du documentaire au livre d’artiste, le carnet de voyage, en déployant sa palette de tons, ouvre à une vision plurielle et multiforme du monde et de l’ailleurs. Sa désinvolture formelle et sa liberté d’expression soufflent d’un vent de créativité sur le monde de l’édition.

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts

Publication de l’ouvrage « Carnet de voyage sans frontières »

Carnets de voyage sans frontières. Pascale Argod. Reflets d'ailleurs

ill. du carnetiste Simon (Sahara, marche avec moi, éditions Alternatives)

Carnet de voyage sans frontières : une vision interculturelle, Pascale Argod. Clermont-Ferrand : Reflets d’Ailleurs, novembre 2011 (Pars en thèse), 70 pages + un carnet de voyage fac-similé d’extraits des carnets de voyage cités dans le corpus de la thèse. com Pars en thèse

http://www.editions-refletsdailleurs.com/Voyage-en-carnets.html

Les carnets de voyage sur le modèle des récits de voyage témoignent d’une perception et d’une vision de l’ailleurs qui est retranscrite à travers le filtre de la culture du voyageur. Aussi la vision culturelle que l’artiste a de l’autre est-elle variable selon le type de voyage, le contexte de création ou la culture de l’auteur. Le profil de l’artiste[1] (formation artistique) autant que celui du voyageur (selon le type de voyage vécu) jouent sur le regard projeté sur l’ailleurs et sur autrui. Certains carnettistes ont une démarche d’anthropologue, voire d’ethnologue comme Gauguin, d’autres une démarche d’artiste tournée vers l’exotisme et certains, un regard de journaliste imprégné par le réel.

Quels sont les critères qui caractérisent alors la vision du carnettiste sur l’ailleurs ? L’apport culturel du carnet de voyage oscille-t-il vers l’ethnographie ou vers l’exotisme ? Peut-on parler d’un objet de métissage entre deux cultures, le regard de l’artiste à la rencontre de la culture de l’autre ? L’anthropologie, comme la littérature du voyage[2], pourraient nous apporter quelques éléments de réflexion qui nourriraient de leur questionnement notre ébauche de typologie des carnets de voyage[3].

La recherche en anthropologie du voyage comme la démarche ethnographique permettent en effet de définir les enjeux qui se nouent dans le parcours initiatique du nomadisme (sens du partage du Grec « nemein ») ou du voyage[4]; celui-ci se définit comme « le fait d’aller dans un lieu assez éloigné de celui où l’on réside » ou « le déplacement d’une personne qui se rend en un lieu éloigné » [5] ; c’est donc la traversée d’un espace physique qui ouvre sur la différence culturelle et sur la perception de l’Autre. Quant au nomadisme, il renvoie en philosophie, selon Gilles Deleuze, à une ouverture à la singularité et à un mouvement intellectuel libéré d’un système.

Appréhender l’autre c’est aussi projeter des mythes, des idéaux, des stéréotypes, des préjugés qui sont le creuset de notre culture et donc le reflet de nous-mêmes. Le paradoxe de l’exotisme est-il de découvrir sa propre identité par le détour de la différence comme si découvrir les limites de la terre renvoyait à soi ? Le voyage permettrait-il alors de mieux d’appréhender sa propre culture ? Qu’apporte-t-il au voyageur et à l’artiste ? En quoi le carnet de voyage serait-il le résultat d’un métissage culturel ? Comment la confrontation entre soi et l’Autre est-elle formatrice de la pensée, de la diversité, d’une compréhension de soi et de ses valeurs culturelles ? Pourquoi la rencontre de la différence culturelle est-elle source de créativité et d’inspiration, initiée depuis longtemps avec le voyage en Italie puis la vogue de l’orientalisme et le primitivisme, périodes fécondes aux origines du carnet de voyage ?


 

 

 

Pascale Argod

Enseignante PRCE à l'université de Bordeaux (ESPE d'Aquitaine) et chercheuse au sein de l'équipe du MICA (2246 - Médiation, information, communication, art ) de l'université de Bordeaux Montaigne, requalifiée en SIC (2010 - 2018 par le Conseil national des universités), Docteur en sciences de l'information et de la communication.

More Posts